La Sainte Russlavie

Micronation inspirée de la Russie tsariste des années 1900
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
2éme Législature de 1916: Révision des Lois Fondamentales
Mar 18 Oct 2016 - 5:05 par Mikhaïl-Alexandrovich
Dans ses moments de lucidité, le tsar Mikhaïl II montrait une singulière intelligence politique doublée d’un attachement réel pour son pays. Et il se trouvait que le remplacement de son médecin personnel, ancien moine au passé douteux, par un professionnel respecté avait presque pérennisé la maîtrise de soi du souverain. Les effets des nouveaux médicaments expliquaient peut-être sa décision …

Commentaires: 4
1ère Législature de 1916: Séance 1: Réforme Agraire
Lun 16 Mai 2016 - 22:30 par Mikhaïl-Alexandrovich

Radimir Komiov (PNJ), Président de la Douma.


Quelques heures après le discours du trône débuta la première séance de la Douma depuis la fin des hostilités. Tel bon nombre d’édifices publics, le palais Marinski était en phase de réparation. Les forces républicaines l’avaient utilisé comme entrepôt, d’abord à munitions …

Commentaires: 2
Discours sur l'état de l'Empire
Mer 10 Avr 2013 - 2:40 par Stemka Soyembika
Le régent de la couronne se plaça derrière le strapontin que lui avait expressément installé les huissiers de la Douma. Si le Régent se foutait un peu de la démocratie et de ce qu'elle avait apporté de négatif à l'empire, il était important que les députés sachent tout de même ce qui se passait dans les tractations diplomatique internes et externes.

Excellences, Altesses, messieurs et mesdames.



Commentaires: 3
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 60 le Lun 22 Déc 2014 - 1:40
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Forum

Partagez | 
 

 Troubles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Secrétaire



Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Troubles   Ven 23 Mar 2007 - 22:21

~8h32
Depuis le matin résonnent dans la Capitale, grande ville située sur l'impétueux Fjord, des coups de feu. En effet, on se bat à plusieurs endroits, et ce de manière désorganisée et très floue. La plupart des tirs proviennent des quartiers à l'Est du fleuve, notamment autour de la gare du Nord et de la Place Godinnik. D'autres claquements sont entendus plus à l'Ouest, principalement dans les alentours du Nicolaievsky Prospekt. Les ponts sont sous surveillance de la Gendarmerie Impériale depuis le levé du soleil, mais les pharaons ne savent pas grand chose de ce qu'il se passe en ville à l'instant. A intervalles régulières, de fortes détonations retentissent, des pièces d'artilleries probablement. Or personne ne le sait vraiment...

~11h48
Peu avant midi, une fumée dense monte du Collège St-Michel, les combats s'approchent du centre de la ville à grande allure. Bientôt on se bat au jardins zoologiques, en face des chantiers navals. La population observe avec anxiété un train d'artillerie remonter le Krasstchenko Prospekt. Au dehors de Gornograd, les trains en destination de la Gare du Nord ont été arrêtés sur la voie ferrée, des soldats accompagnés de gendarmes leur interdisent de continuer, "c'est trop dangereux, la gare est tombée aux mains de l'ennemi!". Pendant ce temps, les soldats loyalistes de la garnison refluent du Nicolaievitch Prospekt, perdu dans la matinée après de rudes échanges de tirs. Plusieurs pièces de petit et moyen calibre, qui ont été emportées de l'arsenal du quartier avant sa perte, sont installées sur les ponts afin de ralentir la progression ennemie. Dans les autres quartiers de la ville, l'agitation est grandissante, personne ne sait de quoi il s'agit vraiment, la panique s'empare des badauds. Le bruit des combats est encore lointain, mais il s'approche!

~14h23
La nouvelle vient de tomber, la circulation des trains est désormais suspendue jusqu'à nouvel ordre! La Gare Centrale n'accueille plus de convois, il est impossible de quitter la ville en chemin de fer. Cette décision, prise par une quelconque autorité citadine, ou plutôt militaire, n'est pas sans cause. En effet des obus s'écrasent à présent non loin de la voie ferrée et sur la Place Pecheneg, désertée... Devant la Basilique Saint-Léon-de-Novgorod dont la grandiose coupole a été éventrée par un projectile, est étalée la carcasse en feu d'une automobile blindée. De l'autre côté du Fjord, la rue Saint-Manuel est en flammes, ses défenseurs, ou ce qu'il en reste, on la face pleine de poudre ce qui leur donne un teint noir. Sur la Place des Tsars, en face du Palais Ninjovskaïa, stationne tout un bataillon de fusiliers, visiblement abandonné par ses officiers et ne sachant point comment réagir face à l'irruption imminente du combat. Il y a plusieurs heures déjà que les résidents fortunés de ce quartier ont quitté la zone, les portes des maisons se ferment et s'ouvrent au gré du vent, le tout dans le vacarme assourdissant de la bataille qui fait rage dans la Capitale. A l'Est, la situation semble tout aussi désastreuse qu'à l'Ouest de la ville, l'Amirauté et la Capitainerie connaissent un début d'incendie alors qu'une troupe hétérogène de gardes mobiles et de pharaons descendent le Krasstchenko Prospekt, emportant avec eux nombre de documents ne devant en aucun cas être détruits. Les bâtiments de l'Université de Gornograd sont touchés par des impacts de balles et d'obus. A l'instant, la forteresse St-Pierre-et-Paul, trônant sur son îlot, ouvre le feu sur les quartiers perdus ainsi que sur ceux dans lesquels des combat font rage. Une épaisse fumée s’étale au-dessus de la ville en raison des nombreux incendies.

~18h09
Gornograd n’est plus effectivement aux mains de ses propres autorités à présent. La forteresse St-Pierre-et-Paul s’est rendue aux adversaires tenaces et ses canons sont maintenant dirigés vers le Palais d’Hiver. Il n’y a presque plus d’organisation, le chaos se répand rapidement parmi les troupes encore loyales de la garnison, parmi les pharaons et les quelques cosaques, mystérieusement fort peu présent au court des derniers événements. L’Hôpital Miséricorde a été évacué par ses défenseurs il y a plusieurs heures, la Gare Centrale est apparemment tombée sans coup férir, malgré son occupation par un bataillon « sûr » et « fiable ». Le Ministère de la Défense est cependant vigoureusement défendu contre les incursions. En face de la Douma, sur la Place du Peuple, des enfants moujiks observent et touchent des canons abandonnés en travers de la chaussée par leurs servants. Les bruits s’estompent gentiment, mais de vives fusillades secouent encore les divers Prospekts. Le poste télégraphique de l’Institut National de Géographie ne répond plus depuis une demi heure.

~21h02
Le périmètre contrôlé par les autorités se limite maintenant au seul Palais d’Hiver… Les Ministères et la Douma sont tombés sans réelle résistance, à part pour celui de la Défense, protégé avec acharnement par un petit contingent de cosaques. Les autorités civiles, à savoir le Stadthalter, les pharaons et les fonctionnaires, ont tous disparu dans la nature. Il ne reste dans la grande salle de réunion du Palais impériale qu’une poignée d’officiers de haut rang, se disputant sur la manière et le moment de capituler. Dans la cour intérieure, c’est une foule difforme, désorganisée et largement désarmée qui sert d’ultime protection au dernier retranchement… Les hommes ne sont pas franchement décidés à résister, on murmure et on complote contre les officiers qu’on croit vouloir à tout prix poursuivre la lutte. On craint surtout l’effet désastreux d’un bombardement du Palais d’Hiver par les canons de la forteresse St-Pierre-et-Paul… Mais ces craintes n’ont plus lieu d’être. En effet, plusieurs automobiles blindées traversent la Place de l’Empire sans coup férir et font irruption dans la cour intérieure sans susciter une quelconque passion chez ses défenseurs qui sont désarmés en quelques minutes. Puis les officiers sont arrêtés au sein du Palais. Là non plus, aucune sorte de passion. Personne n’a de nouvelles du Tsar ou de quiconque d’autre d’important…


EL:

(Afin de suivre les événements selon les lieux cités, voir ICI)

Voilà le récit de toute une journée de troubles dans Gornograd. Il n'y a aucune information concrète quand à l'identité de l'ennemi, même s'il est évident que c'est une situation de guerre civile. On parle de "loyalistes", de troupes "sûres", d'un dilemme entre résistance et ralliement. Chacun peut faire usage de ces informations pour raconter les aventures de son perso durant cette journée. Je n'ai d'ailleurs donné aucune info quant aux différentes personnalités, on ne sait rien de rien. Tout est flou, à chacun de faire ses hypothèses... Wink

_________________
Secrétaire du Gouvernement
Huissier du Palais
Procureur de la Couronne

Ура Царю!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sainterusslavie.megabb.com
Chaitanya Chinmay



Nombre de messages : 938
Date d'inscription : 09/07/2006

MessageSujet: Re: Troubles   Sam 24 Mar 2007 - 1:29

Un véritable exode avait débuté peu aprés le début des tirs. Affolés, beaucoup des russlaves de Gornograd, ne comprenant rien à l'horreur qui arrivait ce jour-là, tentaient tant bien que mal de fuir les lieux des combats, pour ceux qui ne se retrouvaient pas face à des cohortes armées, ou tombaient morts sous les bombes et les balles perdues. D'autres se terraient dans des caves, transis de peur et de froid, espérant que leur maison ne s'écroule pas sur eux à cause des bombardement.

Eparpillés parmi la population, les vingt mille russlaves appartenant à la communauté bouddhinste se confondait dans le flot des réfugiés. Mais quelques centaines d'entre eux, sur l'appel de Son Eminence Adinath Rahas, le Grand Maître de la Congrégation Bouddhinste de Russlavie, voulaient rester en ville malgré le danger et transformèrent alors des maisons abandonnées en infirmeries primaires, pour aller au secours des trop nombreux blessés abandonnés dans les rues. Ici et là, durant l'aprés-midi, sur des brancards de fortune, ils recueillaient les hommes, les femmes et les enfants blessés, parfois sous les tirs imprécis de mortier, priant en eux-même de ne pas rencontrer d'hommes armés pouvant leur être hostiles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bouddhinsme.conceptforum.net/
Iossif Maï-Maïevski



Nombre de messages : 906
Age : 67
Localisation : Gornograd, Palais d'Hiver
Date d'inscription : 05/12/2006

MessageSujet: Re: Troubles   Sam 24 Mar 2007 - 19:27

Faubourg Ouest de la Capitale, Hotel Sapritniky ; 22h00
Le ministre Mai-Maievski a quitté précipitamment son ministère pour venir se placer sous la protection du corps de gendarmes fraîchement crée. De nombreux bourgeois, intellectuels, officiers et politiciens s’agitent autour de lui.
Mai-Maievski était dans un état de grande nervosité. La situation avait pris des proportions auquelles il ne s’attendait pas. Ses services de renseignement lui avaient parlé de manifestations et de grèves, tout au plus, mais non de guerre civile.
Peut-etre aurait il fallu intervenir à temps….Mais non, pas de regrets ! Certes, sa responsabilité était un peu engagée dans l’affaire, mais l’action souterraine de ses services n’était surement pas la cause principale, et de loin, de cette insurrection.
Iossif décida de réunir sur le champ ses collaborateurs et les chefs de sa police secrète.
A grande peine, on rassembla tout ce petit monde dans un des salons de l’hôtel, au bout d’une demi-heure. Koutaissov, le sinistre chef de l’Okhrana, arriva en dernier, couvert de poussière.
Iossif pris la parole ;

« Bien, messieurs, je n’irais pas par quatre chemins ; l’anarchie qui agite à présent la capitale est inquiétante, mais nous pouvons peut être en tirer quelque chose….
Koutaissov ! Je veux que vous trouviez où se trouve actuellement le Tsar et la famille Impériale, ainsi que leur état d’esprit. Je veux également savoir où sont les principaux chefs politiques du pays. Nous devrons sans doute compter avec eux.
Nous devons aussi identifier les meneurs de l’insurrection, et leurs motifs. Lorsque nous les connaitrons, nous pourrons manœuvrer afin d’arriver comme le sauveur de la Russlavie ou au contraire l’incarnation du changement, en confisquant l’insurrection des mains des prolétaires.

_________________

Iossif Iossifovitch Maï-Maïevski,
Vice-président du Krasschenko Maï-Maïevski Konsortium,
Avocat,
député KD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iossif Maï-Maïevski



Nombre de messages : 906
Age : 67
Localisation : Gornograd, Palais d'Hiver
Date d'inscription : 05/12/2006

MessageSujet: Re: Troubles   Mar 27 Mar 2007 - 20:00

Iossif était soucieux. La situation n'avait guère évolué à Gornograd, où toutes les tentatives de parlementer avec les insurgés avaient pour l'instant échouées. Il avait du abandonner le faubourg ouest pour le village de Sapratt, un modeste bled à 5 kilometres de la ville. Le flux de réfugiés et de fuyards y gravitait, et les hommes de la polices impériale peinaient pour y maintenir un semblant d'ordre.
Le gouvernement restait introuvable.
Bientot, un officier d'ordonnance de la gendarmerie vint le trouver;

"Monsieur le Ministre,

Nous avons retrouvé la trace de la famille impériale !
Elle a pris la route de Dourakovo, pour probablement s'établir au palais d'Eté. Ensuite, plus de nouvelles. Par contre, ce qui est sur, c'est que Dourakovo est à présent tombée aux mains d'un mouvement insurrectionnel, probablement lié à ceux de la capitale..."

Iossif réunit les officiers autour de lui;

"Messieurs, nous n'avons que trop perdu de temps !
Vu la prise des ministères, nous sommes incapables de connaitre avec précision la position des troupes. Il va falloir aller les chercher; qu'on envoie des estaffettes (ce sera plus sur que le télégraphe) par chemin de fer vers Sibiou, Murasibirsk et Dunav. Armez les trains avec des contingents de policiers, mais pas trop. Il m'en faut encore ici pour dissuader les révolutionnaires d'attaquer pour l'instant..."

Un haut fonctionnaire interroge:

"Vous ne voulez plus négocier avec les insurgés ?

- Si, mais pour négocier, il faut avoir des cartes en main. Serguei ! Battez le rappel des environs de Gornograd; de nombreuses troupes en déroute y trainent; vous me les ralliez et vous m'en faites une brigade cohérente. Enrôlez aussi tous les civils qui ont fui l'insurrection... en fait non, enrôlez tous les civils tout court. "

_________________

Iossif Iossifovitch Maï-Maïevski,
Vice-président du Krasschenko Maï-Maïevski Konsortium,
Avocat,
député KD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel Sebastopol



Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 28/12/2006

MessageSujet: Re: Troubles   Mer 28 Mar 2007 - 0:03

La Flotte voyait dans le lointain déja Gornograd, les effort des telegraphes etaient vain aucune réponse, on voyait dans la ville des incendies.

Le Grand Duc fit dire une messe devant les marins

Celle ci se termina par mille voix chantant l'hymne de la flotte adaptée aux circonstances

« Hourrah aux défenseurs de la Russalvie
Soyez les bienvenus à Gronograd
Vous en êtes ses chers invités
Depuis longtemps, elle vénère la rumeur
De vos saints exploits.

Que représentent la fureur de l'ennemi
En comparaison de notre Gornograd ?
Nulle bataille plus terrible, nul combat comparable.
Votre souffle dans le feu, vous mourriez debout
Sous votre étendard sacré.

L’honneur est sauf, et avec lui la gloire
Et cet honneur vous appartient !
Votre majestueux Gornograd brillera de la mémoire de son siège
Dans les tables de la loi de notre patrie.
Hourrah, défenseurs de la Russlavie !
Nous vous offrons le pain et le sel
Et notre cœur vous dira
Des mots simples, honorables invités
Et vive la flotte russlave ! »

Avance lente, aux postes de combat !

1 ere regiment de débarquement en position
avions du Gornograd en reconnaissance

Etendard de combat du Gornograd est hissé !



Arrivée par l'est, la flotte prend position , l'objectif defini est de s'emparer du quartier de l'Arsenal

Manifestement celui c est tenu par des forces hostiles qui ne manquent pas de tirer de maniére ridicule sur les avions du Gornograd, qui répondent en mitraillant et en bombardant la position

Pendant ce temps le regiment de débarquement de choc arrive sans trop de difficulté a enlever les defenses du Grand cimetiere, le combat est néamoins digne de l apocalypse, on se bat sur les tombes eventrées....

la progression se poursuit jusqu à la Cathédrale des 12 apotres, attaqué un lieu de culte ! l'Etat Major hésite, mais la vermine profite de sa position élevée pour tirer sans repis, la Cathédrale est donc prise apres l'accord du Grand Aumonier de la Flotte.

Mais la marche vers l'arsenal s'arréte là, des nids de mitrailleuses condamnent l'avancée sur Nikolaievsky Prospect.... pour l'instant

Une attaque surprise permet à un fort detachement de soldats de marine de se retrancher dans le Jardin zoologique

Archiduc Michel envoie des estafettes sans uniforme, pour aller au quartier des Ministéres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iossif Maï-Maïevski



Nombre de messages : 906
Age : 67
Localisation : Gornograd, Palais d'Hiver
Date d'inscription : 05/12/2006

MessageSujet: Re: Troubles   Mer 28 Mar 2007 - 12:36

Village de Sapratt, 5 km de Gornograd.

00h29
Une petite armée a enfin été formée, à partir des restes des troupes, d'unités de police et de gendarmes, des corps des pompiers et des vigiles.
Les effectifs s'élevent à 3200 hommes, tous armés, mais les munitions manquent.
Les élèves artilleurs de Gornograd ont réussi à sauver 15 pièces de 105 et 75 mm. Ils se sont constitués en régiment opérationnel.

01h00

La petite armée s'est approchée du faubourg ouest. Un duel de tir s'est engagé, mais les rebelles ne disposant que de mortiers légers, ils ont préféré se replier dans le couvert de la ville, après avoir incendié le faubourg ouest. Les flammes empêchent la progression de l'armée Mai-Maievski.
Des escadrons de gendarmes montés sont envoyés en reconnaissance dans les rues dévastées, mais des escarmouches incessantes les empêchent d'y voir clair.

06h36

Un courrier apporte à Mai-Maievski le message suivant:

Citation :
Ait maitrisé insurrection à Svetivostok. Rouges repliés sur les hauteurs. Exécutions se poursuivent.
Reste fidèle au gouvernement et au Tsar.

Colonel Kollov, cmdt militaire de Svetivostok.

_________________

Iossif Iossifovitch Maï-Maïevski,
Vice-président du Krasschenko Maï-Maïevski Konsortium,
Avocat,
député KD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Secrétaire



Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Troubles   Mer 28 Mar 2007 - 16:25

Profitant d'un instant de calme dans la Capitale devenue l'enjeux de nombreux combats, Le secrétaire général du Gouvernement de Sa Majesté, ou plutôt l'ex-secrétaire, sortit de sa cachette et alla se promener en ville... Des coups de feu claquaient au loin à intervalles raisonnables alors qu'il s'aventura avec précaution sur le Tsarévitch Prospekt, en direction du quartier gouvernemental. Les traces des combats acharnés qui avaient agité les rues étaient clairement visibles, les façades des hotels particuliers étaient ravagés par des impacts de balles, des fenêtres étaient brisées, des portes défoncées... Les rues étaient tout aussi vivantes que d'habitude, mais la haute société en avait manifestement disparu. Sur la Place de l'Empire s'agitaient d'innombrables personnes, ouvriers et soldats, moujiks et petits bourgeois. Presque tous portaient un brassard rouge. Le secrétaire fut soudainement surpris, on lui tapotait le dos... Vivement, il se retourna pour découvrir un proche ami, également employé comme fonctionnaire. Celui-ci portait également le fameux brassard. Voyant l'attitude atterrée de son collègue, il ria en le rassurant:

- C'est la nouvelle mode, mon vieux, tu devrais aussi en mettre si tu ne veux pas passer pour un agent de l'Okhrana! Même les anciens aides de camp du Tsar en portent actuellement!

- Hum! Je vois, je vois... Ce brassard est donc le signe des sympathisants de ce mouvement "populaire" auquel participent même des officiers de l'armée...

- Euhh... Eh bien oui, ma foi, c'est bien cela!

- Dis-moi, quelles sont les nouvelles?

- On raconte que de nombreuses régions de Russlavie ont suivi le mouvement insurrectionnel, la révolution est en marche! Le Tsar a été arrêté et...

- Le Tsar arrêté?!

- Oui, à Dourakovo! Et à l'instant où nous parlons, la situation est encore très confuse, il y a des combats dans les environs du port et dans les faubourgs! On ne sait pas très bien qui est qui, c'est l'bordel! Le gouvernement a semble-t-il cessé d'exister d'ailleurs.

- Mon Dieu! Mais que va-t-il arriver?

- Pas de panique, l'ami! Ils ont remplacé le Tsar et sa surveillance rigide par une situation de liberté presque illimitée! Y'en a déjà qui réfléchissent à la Nouvelle Russlavie! La Russlavie Libre! Plein de journaux sont apparus du jour au lendemain!

- Mmh! Mais cela ne m'aide pas vraiment!

- Bah! Suis-moi, je vais te mener à l'Institut National de Géographie, au croisement des Krasstchenko et Tsarévitch Prospekts. Des bourgeois, des intellectuels, des officiers et des propriétaires terriens y ont organisé une sorte de réunion afin d'étudier la situation et éventuellement faire concurrence au Soviet de Gornograd, où sont largement représentés les moujiks, les ouvriers et les soldats.

_________________
Secrétaire du Gouvernement
Huissier du Palais
Procureur de la Couronne

Ура Царю!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sainterusslavie.megabb.com
Michel Sebastopol



Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 28/12/2006

MessageSujet: Re: Troubles   Mer 28 Mar 2007 - 17:45

Le 28 mars 1907, pendant la nuit à 3 h. 30, Gornograd est secoué par une violente explosion tandis qu’une grande lueur jaune illumine le ciel. Le bastion des " 18 Ponts " vient de sauter, pres de l'Arsenal. Situé en bordure du Bd de Krapkine, ce bastion était composé d’un ensemble de casemates voûtées servant de poudrière.
Il était fait de 18 arches (d’où son nom) en plein cintre sur 2 étages et de profonds souterrains protégés par de solides voûtes recouvertes d’un épais remblai.
Les insurgés y avaient entreposé des munitions et des explosifs.

L’explosion a laissé un immense cratère de 150 m. de diamètre et d’une trentaine de mètres de profondeur; il ne reste plus rien de la poudrière.

Une grande partie du quartier de l'arsenal est détruit.



Mais les murailles de l'Arsenal ne connaissent que quelques bréches.

Les rues de Ronchinoff, Desasky, Kellermann, ont particulièrement souffert.
21 usines, 738 maisons ont été soufflées. Les usines textile Choupine en béton armé ont servi d’écran protecteur à la ville.

Le bruit de la déflagration a été entendu jusqu’à plus de 150 km. On relève 104 victimes civiles (des familles entières ont été anéanties), de 300 à 400 blessés, dont 116 grièvement.

Les insurgés ont 30 morts, officiellement.

Les causes de cette catastrophe ne sont pas connues précisément. On a parlé d’un attentat, sans preuve; d’une bombe lancée par un avion de la flotte du Gorgograd, mais personne n’a entendu le bruit d’un moteur. Plus vraisemblablement, il doit s’agir d’une détonation spontanée d’explosifs de mauvaise qualité et instables (il y a eu des précédents .....).

Profitant de la confusion les forces de l'Amiral grand Duc reprennent l'offensive, les servant des mitrailleuses de Nikolaievsky Prospect sont soit morts, soit en fuite.

Les défenseurs de l'Arsenal oppose une résistance molle, le bastion des 18 ponts était une des clef de voute de la défense de l'Arsenal.

Les marins ne font pas de quartier, ils regardent les mains des prisonniers, de la poudre! c'est la fusillade assurée, tels sont les ordres du Grand Duc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel Sebastopol



Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 28/12/2006

MessageSujet: Re: Troubles   Ven 30 Mar 2007 - 20:10

Dans la nuit du 29 au 30 les artilleurs de marine, lancérent une attaque sauvage sur le pont qui permettait l'accés à la partie de la ville où se trouvait le Palais Impérial.

Une tentative de faire sauter le pont échoua de justesse, mais au prix de nombreuses pertes dans les équipages de la flotte.

Les rebelles tentérent un instant de controler la rue St Manuel, mais leur manque de discipline, leur manque d'expérience ne permirent pas de tenir bien longtemps, le premier régiment d'assautl occupa à nouveau la position de fer de lance.

Un objectif avait été fixé pour la journée du 30 , la prise du Palais Ninjovskaia, arrivé devant le Palais là un silence de mort, quelques tireurs isolés furent bien vite massacrés, à l'arrivé das le Palais quelle désolation celui ci avait était mis à sac, tout n'y est que désolation, urine, graffitis obscénes, pillage, tentative d'incendie dans l'aile ouest

Le Grand Duc Michel, fit hisser le plus grand drapeau à sa disposition désormais l'étendart impérial flottait à nouveau sur le palais de Ninjovskaia

Au voisinage du Palais la visite de la caserne Semenov, fut aussi fort triste, celle ci avait éte desertée et pillée, là de nombreux cadavres de soldat de la Garde montraient qu il y avait eu néanmoins résistance

On trouva quand même quelques hommes qui s'étaient retranchés dans la poudriére et le magasin aux armes, les portes blindées, la colossale muraille les avaient protegés. Mais il était temps d'arriver ces hommes courageux manquaient de tout, et avaient renoncé à toute sortie....

vers 15 heure la jonction avec les forces du jardin zoologique fut réussie
avec au passage l'investissement du collége St Michel qui fut sans délai barriquadé et transformé en mini place forte.

Mais là s'arréte l'avancée, la caserne du régiment gornograd appuyé par les forces rebelles de la gare du nord lancent un feu nourri et pécis, le front est stabilisé, les hommes de la flotte sont fatigués pour produire un nouvel effort.

La pompeuse " zone libérée et loyaliste de Gornograd" a quand même un point faible les grands chantiers navals, l'ordre est donné de les pilonner sans répis de la mer et de les encercler, on verra bien combien de temps tiendra cette vermine rouge.....

En fin d'aprés midi les avions du Gornograd partirent pour une mission singuliére, des lancés de tract

on pouvait y lire

Vive le Tsar! Vive la Russlavie !

Pardon sera accordé aux repentis
Aide sera accordés au loyalistes

Ninjovskaia libéré est le signe de la faveur de Dieu pour les armes frappant les impis
3 millions de RR pour les sauveteurs du Tzar


[i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pietr Kossuth



Nombre de messages : 47
Date d'inscription : 25/12/2006

MessageSujet: Re: Troubles   Ven 30 Mar 2007 - 22:54

Le 12ème régiment du IIème corps d'armée de la Sainte Armée de la Sainte Russlavie, était en marche depuis longtemps, il avait quitté Tomsk relativement calme depuis quelque jour pour aller vers sa garnison de l'est , prés de Gornograd, une bande assez armée avec des brassards rouges demanda sans embage le ralliement au pouvoir nouveau en expliquant que le Tsar etait mort....


Les cavaliers restérent de marbre, le chef de la délégation arriva assez enjoué vers le colonel lui tendant des brassards rouges.

Camarades allons vers un avenir meilleur pour tous !

Sans avertissemnt Kossuth pris son nagan reglementaire et lui brula la cervelle

Charger!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iossif Maï-Maïevski



Nombre de messages : 906
Age : 67
Localisation : Gornograd, Palais d'Hiver
Date d'inscription : 05/12/2006

MessageSujet: Re: Troubles   Sam 31 Mar 2007 - 17:54

Dans les quartiers épargnés par la guerre, des foules de manifestants, pour la plupart des commerçants, des bourgeois et des intellectuels, marchent en cortège.
Des cris montent:
"La Paix !"
"Le Congrès " "La Constitution !"

_________________

Iossif Iossifovitch Maï-Maïevski,
Vice-président du Krasschenko Maï-Maïevski Konsortium,
Avocat,
député KD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre III



Nombre de messages : 538
Age : 36
Localisation : Palais Impérial - Gornograd
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Troubles   Sam 31 Mar 2007 - 19:20

Dans d'autres quartiers ont lieu des manifestations nationalistes et militaristes. En effet on raconte que la menace edoranaise pèse plus que jamais sur les possessions russlaves! Un changement de régime ne veut pas signifier la fin de toute défense du sol national envers les envahisseurs barbares.

"Vive la guerre! La guerre! Aux armes, camarades soldats! Au front! A Allancia! A Allancia! Mort à François-Xavier!"


Le patriotisme russlave n'est pas mort...

_________________

Sa Majesté Impériale Alexandre III
Tsar de toutes les Russlavies
Souverain des Protectorats de l'Empire
Protecteur de la foi Cathodoxe-Orthodique
Assassiné le 10 juin 1909
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel Sebastopol



Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 28/12/2006

MessageSujet: Re: Troubles   Lun 9 Avr 2007 - 10:36

Les forces du Grand Duc essayérent les jours suivants de briser les résistances de l'ennemi , en vain, les seuls progrés furent la prise des docks, enfin ce qu il en restait vu le déluge de feu qu on avait fait abattre sur cette position 4 jours durant.

L'Etat major du Grand Duc essayait par tous les moyens de rentrer en contact avec les autres forces loyalistes....

Au petit matin, le Grand Duc passa le commandemant au Vice Amiral Servoi Mikallef

Et avec une petite escorte, se mis en route vers le Dunav, d'abord par mer puis par terre, , le chaos était tel que le voyage se fit du fait sans encombre, si ce n'est un point de controle insurgé à la frontiére du Dunav liquidé au couteau et par surprise, par des marins du Gornograd
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Troubles   Aujourd'hui à 10:48

Revenir en haut Aller en bas
 
Troubles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Troubles intestinaux
» Difficile la pêche en eaux troubles
» Martin dans le matin :-)
» Susan Boyle
» Couleur palette

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Sainte Russlavie :: A travers le pays :: Régions et Villes de Russlavie :: Gubernya de Gornograd :: Gornograd-
Sauter vers: