La Sainte Russlavie

Micronation inspirée de la Russie tsariste des années 1900
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
» 2ème législature de 1917 : Modifications constitutionnelles
Mer 16 Aoû 2017 - 22:35 par Mikha Brasnov

» Programme et idéologie
Lun 7 Aoû 2017 - 13:19 par Miroslav Kopernich

» Siège du PTER
Lun 7 Aoû 2017 - 13:18 par Miroslav Kopernich

» Bureau d’enregistrement des partis politiques
Dim 6 Aoû 2017 - 21:05 par Mikha Brasnov

» Demande de rencontre auprès du ministre
Dim 6 Aoû 2017 - 3:35 par Mikha Brasnov

» Miroslav Kopernich
Sam 5 Aoû 2017 - 22:37 par Mikha Brasnov

» [Vote Critique] Quel micromonde ?
Sam 5 Aoû 2017 - 22:23 par Mikhaïl II

» Constantïn
Ven 28 Juil 2017 - 5:29 par Mikha Brasnov

» Oukaze du 20 juillet 1917
Jeu 20 Juil 2017 - 16:13 par Alexeï Karenine

» Charte de l'Organisation des Nations de l'Archipel
Mer 19 Juil 2017 - 5:34 par Mikhaïl II

» Entretien avec l'ambassadeur yssois
Mer 19 Juil 2017 - 0:16 par Alexeï Karenine

» Arrivé d'un diplomate yssois
Mar 18 Juil 2017 - 18:50 par Alexeï Karenine

2ème législature de 1917 : Modifications constitutionnelles
Dim 6 Aoû 2017 - 21:18 par Mikha Brasnov
Il était presque de coutume que chaque parti contrôlant la Douma tente de modifier la constitution, une façon de marquer l’histoire et de se garder une place dans le lent et difficile processus de modernisation du pays. Mais tous n’en avaient pas eu le pouvoir par manque de voix à l’assemblée unicamérale ou par absence de courage politique. Aujourd’hui, ces écueils n’existaient pas. Le PCD avait …

Commentaires: 1
[Ratification] Charte de Talamanca de février 2015
Dim 16 Juil 2017 - 19:21 par Alexeï Karenine
Karénine : Honorables députés de la Douma,

Le gouvernement que je préside à l'honneur de vous soumettre le texte de la Charte de Talamanca instituant l'Organisation des Nations de l'Archipel. L'un de nos objectifs est de permettre la restauration de l'influence russlave dans les affaires de l'Archipel. La participation à l'ONA est donc une opportunité indispensable de donner de l'écho à notre …

Commentaires: 5
Election du Président de la Douma
Dim 4 Juin 2017 - 22:23 par Alexeï Karenine

Le député PCD Ilya Vostov, doyen d'age de l'assemblée présidait aux débat de la nouvelle législature. Le seul acte de sa courte magistrature consistait à présider à l'élection du président de l'assemblée. Il prit la parole.

Vostov : Honorables collègues,

conformément à la Constitution et au règlement de la Douma, les candidats à la présidence de la Douma sont invités a se faire connaitre. La …

Commentaires: 2
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 6 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 6 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 60 le Lun 22 Déc 2014 - 1:40
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Forum

Partagez | 
 

 La bataille de Piter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ozy Krasstchenko

avatar

Nombre de messages : 2176
Age : 98
Localisation : Gornograd & Piter
Date d'inscription : 11/07/2006

MessageSujet: La bataille de Piter   Dim 5 Avr 2009 - 18:31



Les stratèges étudiait le plan de la ville de Piter. Le Ninjovskia était pratiquement indéfendable le long de ses frontières puisque d'un coté c'était le grand lac de russlavie et de l'autre les vastes plaines de la Sibérie. Il fallait donc concentrer l'essentiel de ses forces, aux environs de 60 000 hommes en tout dans la capitale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozy Krasstchenko

avatar

Nombre de messages : 2176
Age : 98
Localisation : Gornograd & Piter
Date d'inscription : 11/07/2006

MessageSujet: Re: La bataille de Piter   Dim 5 Avr 2009 - 18:40

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Secrétaire

avatar

Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: La bataille de Piter   Dim 5 Avr 2009 - 20:08


La nouvelle ne tarda pas à arriver à Piter; le II Corps d'armé russlave avait pénétré la province par le sud-est. Une multitude d'hommes et de chevaux se répandait dans la province.

Quelques heures plus tard, on appris à Krasstchenko que Orsk était tombée aux mains des cosaques du Général Ioudenitch. Désormais, celui-ci avait en sa possession des trains...Allait il remonter à pleine vitesse vers Piter ?

Il semblait que non. Le lendemain, l'état-major rebelle reçu de nouvelles informations: l'armée russlave s'étirait lentement dans la plaine entre Orsk et Rostov. Celle-ci semblait la future cible de Ioudenitch.

Quelle était la raison de cette lenteur ? Ioudenitch avait pourtant reçu des ordres clairs du Haut Commandement: Foncer vers Piter pour étouffer la révolte dans l'oeuf et soulager les défenseurs de Mitrovsky.
Mais Ioudenitch était un très mauvais organisateur. Faire avancer de concert 140 000 hommes, c'était pour lui une tâche quasi impossible. L'intendance ne suivait qu'irrégulièrement, des trains de munitions entiers se perdaient, des régiments dérivaient de plusieurs kilomètres, et, plus grave que tout, les désertions commençaient à se multiplier.

Le général Ioudenitch avait pris possession du luxueux train blindé qu'il avait trouvé à Orsk. Dans son confortable wagon, il passait plus de temps à boire et à forniquer qu'à diriger les mouvements de ses troupes.

Néanmoins, l'armée progressait, lentement mais surement. D'ici une semaine, elle serait en vue de Rostov.
Orel étant considérée comme une cible secondaire, Ioudenitch se contenta d'y envoyer trois sotnia de cosaques (3 000 hommes), chargés d'enlever la ville par surprise.



Le Général Nikolaï Ioudenitch, commandant du II Corps armé

_________________
Secrétaire du Gouvernement
Huissier du Palais
Procureur de la Couronne

Ура Царю!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sainterusslavie.megabb.com
Ozy Krasstchenko

avatar

Nombre de messages : 2176
Age : 98
Localisation : Gornograd & Piter
Date d'inscription : 11/07/2006

MessageSujet: Re: La bataille de Piter   Jeu 9 Avr 2009 - 16:26

L'organisation était a son comble, dans la mairie, ont voyait des fonctionnaires et des millitaires courir dans les deux sens. Des tonnes de fils téléphonique et électrique étaient jonchés par terre. C'était véritablement l'effervescence! On faisait creuser maintes tranchés autour de la ville de Piter, on fortifiait les murs de la ville. Rien n'était mit a l'écart pour assurer un maximum de sécurité. On savait a présent que l'armée du Général Ioudenitch pouvait contenir au environ de 140 000 hommes. Une armée 3 fois plus imposante que celle que pouvait opposé le Roi.

Ozy avait envoyé 50 000 hommes au nord a Mitrovski défendre la frontière. Il avait aussi fait positionner au sud de la ville, 50 000 soldats de métier également. Cela coutait cher a faire entretenir une tel quantité d'hommes et il fut obliger de faire rationner les civils et citoyens des banlieu avoisinnante. Combien de temps pourraient-ils tenir? Dans quel condition pourrait-il gagner la guerre? Le Ninjovskia ne pouvait supporter le fardeau de toute l'Armée Impériale sur le dos en attendant que d'autre province fasse sécession.


A moins que...

Une idée surgit du fond de la tête du vil dictateur royal.

Il connaissait la situation de la Tchekoslovénie et savait que le Tsar tot ou tard enverrait ses soldats. Face a Edoran qui voudrait bien lui faire un pied de nez. Et s'il l'alliait avec l'empreur d'Edoran contre la Russlavie. S'il réussisait a envenimer tellement la situation entre les deux qu'un guerre puisse éclater? Il enverrait un émissaire dans les prochaines heures pour Allancia!

Maintenant il fallait organiser la riposte. Il allait concentrer l'ensemble de ses effort sur la portion nord du ninjovskia. Cela lui faisait mal au coeur d'abandonner ses citoyens temporairement mais s'il voulait une chance de gagner c'était ca ou rien. Le coeur lourd, il demanda a son bras droit deBarov.

Mobilisation générale!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leonid Godinnik

avatar

Nombre de messages : 900
Localisation : Svetivostok
Date d'inscription : 28/12/2006

MessageSujet: Re: La bataille de Piter   Sam 11 Avr 2009 - 15:06



Janek Mikaeolvski-Krasstchenko, neveu du dictateur et qui fut en un autre temps député républicain à la Douma (janvier-mai 1908), oeuvrait quant à lui pour organiser les républicains de Piter. Tous ne suivraient pas la démarche fédéraliste que Janek relaierait, fidèle à Godinnik depuis la première heure. Utchenko, député Républicain de Piter dans la dernière Douma, en était l'exemple...

Cependant dans un premier temps il fallait que tous les républicains du Ninjovskia puissent travailler dans le même sens... Et il fallait faire vite, se réunir et travailler un maximum avant que le tyran n'interdise les partis politiques et les rassemblements...

Mikaeolvski-Krasstchenko adressa donc à tous ses contacts une invitation à se joindre à lui pour travailler à la République, qu'elle soit Russlave ou de Piter...


Citation :
Camarades Républicains,

L'heure est grave est notre futur, tout comme celui de nos frères russlaves est sombre et incertain. Il nous faut agir pour faire tomber le pleutre et cruel tyran! Nous devons sauver Piter et y faire prévaloir les idéaux républicains!
Une réunion se tiendra à Piter, dans le lieu connu sous le nom d'"Auberge Katarina", joignez-vous à nous, fédéralistes ou non, notre tâche est d'abord de faire rayonner la liberté!

Janek Mikaeolvski-Krasstchenko

Parti Républicain
Représentant de la République Russlave de Piter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Secrétaire

avatar

Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: La bataille de Piter   Sam 11 Avr 2009 - 22:01

L'armée impériale progressait avec une lenteur désespérante, mais enfin, elle gagnait du terrain. Le gros de l'armée était encore loin de Piter, mais des escadrons de cosaques sillonnaient en tout sens la plaine, et certains d'entre eux s'étaient approchés à quelques verstes des faubourgs de Piter. La panique gagnait la population. Tout le monde connaissait les rumeurs atroces qui circulaient; les cosaques pillaient, violaient et brûlaient sans frein. Ils attaquaient les colonnes de réfugiés, incendiaient les villages, pendaient les notables.
Pour une population qui avait déja du subir le fléau des armées tsaristes durant l'été 1907, ce printemps 1909 semblait l'annonce du Jugement Dernier.

Ioudenitch était peut être un mauvais logisticien, mais il s'y entendait en guerre psychologique. Des hommes en civil s'étaient mélés aux colonnes de réfugiés et avaient infiltré Piter. Ils y distribuaient des tracts défaitistes appellant au renversement de Krasstchenko et à la soumission immédiate.

Le plus amusant était que les agents de Ioudenitch étaient involontairement aidés dans leur tâche par des comploteurs républicains qui appellaient eux aussi à la révolte contre le tyran !

Les agents impériaux reçurent l'ordre d'aider les républicains, car la perpective de voir les Piterois s'entretuer et laisser la voie libre au II Corps armé était une aubaine à ne pas rater !

_________________
Secrétaire du Gouvernement
Huissier du Palais
Procureur de la Couronne

Ура Царю!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sainterusslavie.megabb.com
Ozy Krasstchenko

avatar

Nombre de messages : 2176
Age : 98
Localisation : Gornograd & Piter
Date d'inscription : 11/07/2006

MessageSujet: Re: La bataille de Piter   Lun 13 Avr 2009 - 2:58

A la mairie de Piter, quartier général de la résistance Ninjovskoise, le Roi est a travaillé tard ce soir. Assis sur sa chaise, il lit les communiqués qui se succède a une vitesse effrénée. D'abord détaite puis revers puis défaite et retour de force. Pourtant la situation stagne et tot ou tard il devra affronter le Général Ioudenitch. Situation délicate puisqu'il aura 1 homme a présenter face a 3 soldats russlave armée et expérimenté.

Le royal grand-duc dormait peu. L'abus d'alcool et son age avancé n'aidait en rien sa santé devenu fragile ces derniers mois. Soudain, il sentit sa tête se mettre a tourner et une forte douleur a la poitrine. Son teint devint livide et il sentit ses jambes le lâcher. Partout autour de lui les fonctionnaires se mirent a paniquer. Se pouvait-il que leur souverain ait un malaise? Krasstchenko, l'immortel?


Altesse, Altesse! M'entendez-vous? Excellence! Y a-t-il un médecin dans la salle?

Ozy s'était affaisé par terre, le front cognant violemment le sol. Regardant impuissant sur le coté, il semblait voir au loin les gens paniquer et s'agiter. On le fit conduire d'urgence a l'infirmerie au premier étage ou lui fut prodiguer les premiers soins. Un médecin passa le restant de la soirée et vérifier son état de santé et a dresser un bilan général. Il demanda a son assistant de faire venir son fils Dimitri Krasstchenko.

Le Roi, a demi conscient de la situation observait en silence sans dire un mot. Cela ne pouvait arriver a un bien plus mauvais moment...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Viktoria Krasstchenko

avatar

Nombre de messages : 24
Age : 54
Date d'inscription : 23/07/2006

MessageSujet: Re: La bataille de Piter   Lun 13 Avr 2009 - 3:27

Dimitri arriva le lendemain matin a la première heure. Il participait pas a la guerre et ne comprenait pas l'attitude belliqueuse de son père Ozy. Républicain dans l'âme, il prêchait l'égalité social et la paix. C'est donc le coeur angoissé qu'il arriva a l'hopital de Piter. Le médecin soignant le fit venir dans son bureau et referma la porte derrière lui. soucieux que personne ne puisse entendre la conversation.

Votre Altesse, je vous remercie d'avoir fait aussi que vous ayez pu. Assoyez-vous s'il vous plaît.

Le médecin désignant un siège.

Je ne passerai pas par 4 chemins. Votre père na va pas bien, vraiment pas bien du tout. Hier soir, il s'est effondré par terre. Le diagnostique est clair, sans équivoque. Votre père a eu un accident cardiaque. Il a perdu la motricité de la parti gauche de son corps. Il restera paralysé pour le restant de ses jours.

Dimitri resta stupéfait par la nouvelle, il n'arrivait pas a y croire.

De plus, son état de santé reste fragile. Son coeur est comme une feuille de papier. Si j'étais vous, je préparerais la transition immédiatement. Votre père, pour son bien, devrait prendre définitivement sa retraite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozy Krasstchenko

avatar

Nombre de messages : 2176
Age : 98
Localisation : Gornograd & Piter
Date d'inscription : 11/07/2006

MessageSujet: Re: La bataille de Piter   Mer 15 Avr 2009 - 15:50

Ozy se réveilla tot ce matin là. Allongé dans son lit il regardait impassible le plafond de sa chambre sans dire un seul mot. Lorsqu'il eut reprit parfaitement ses esprits, il voulu se lever pour aller lire le journal déposé sur sa table et il en fut incapable.

Que se passe-t-il, comment se fait-il? Il tenta de bouger sa jambe gauche qui resta immobile. Sa main gauche ne répondait pas non plus. Ébété, il tenta de crier a la servante de l'aider.


Sssseurrrvvaaaaaaantttt jjjjjjjaiiggg baaaaaasssssouiiiiiiiin dddddaaaaaaaiddddddd!!!

Une jeune infirmière du nom de Tatiana Mikatchenko arrive immédiatement lorsque le vieillard se mit a gémir.


Monsieur, monsieur calmez-vous! Il ne sert a rien de vous énervez. Respirez lentement, expirez, voila c'est ca vous êtes un bon garcon.

Le visage du roi se mit a tourner au mauve... petit garcon.... petit garcon... pour qui se prend-t-elle?

Monsieur Krasstchenko, vous avez eu un accident il y a 3 jours. Vous vous êtes effondré sur le plancher. Vous vous souvenez?

Le vieil homme fit signe que non.

Bon.... elle lacha un soupir. C'est toujours moi qui annonce les mauvaises nouvelles! Ozy, vous êtes paralysé de tout le coté gauche de votre corps. La moitié de votre cerveau ne répond plus. Je suis sincèrement désolé.

A ces mots, les yeux de Krasstchenko s'embuèrent de larmes. Lui qui n'aavit pas pour habitude de laisser transparaitre la moindre émotion. Il se mit a geindre comme un bébé et a pleurer. S'en était fini de ses rêve de roi. Alors même qu'il touchait au but. Le voila vieu, sénile, impotent, et riche. Mais que pouvait bien valoir la richesse si la santé n'y était plus.


Jeeeeeee vveeeuuuuxxxx vouuuuuuaireeeee monnnnn fifiiifififififillllssss Dimiiiiiiiiiiiitrrrrri.

Bien sur Monsieur! Je vais le chercher, je vous reviens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozy Krasstchenko

avatar

Nombre de messages : 2176
Age : 98
Localisation : Gornograd & Piter
Date d'inscription : 11/07/2006

MessageSujet: Re: La bataille de Piter   Ven 17 Avr 2009 - 6:28

Son fils revint plus tard en journée. On lui expliqua l'état de santé précaire de son père et ce qu'il allait advenir. Le Docteur Raninine, médecin de famille des Krasstchenko depuis 30 ans prit le jeune prince a part.

Écoutez, tot ou tard la nouvelle va s'ébruiter jusqu'a Gornograd. Vous n'avez plus le choix. Il faut absolument que vous preniez le pouvoir ou alors nous sommes perdus. Demander l'aide de votre oncle Trifon Krasstchenko. Je suis certain qu'il vous appuira. Le moment est trop critique pour une guerre de succession. Je vous parle en ami de la famille, agissez maintenant! Les espions sont partout et auront tot fait d'éventer la nouvelle aux 4 coins de l'empire. Le Roi veut reprendre a tout prix la direction des forces armées, je vous le déconseille fortement, trop de stress pourrait lui être fatal. J'ai fait signé une trêve pour Mitrovski. J'ai falsifié la signature de votre père afin de faire arrêter ce massacre inutile. Une fois au pouvoir, vous pouvez changer le cours des choses. Ne faites pas les mêmes erreurs que votre père. Je vous connais Dimitri, vous êtes un homme bon...

Le Docteur regarda par terre, attendant une réponse du jeune prince qui ne vint pas.

Préparez en coulisse la succession, le temps venu, nous ferons interner Ozy dans l'asile psychiatrique d'Astrakan. Il sera inoffensif et seul vous et moi saurons qu'il se cache la bas. Allez, filer maintenant!

Dimitri prit les jambes a son cou, pendant ce temps des généraux entrèrent dans la chambre d'Ozy avec la ferme intention de continuer les opérations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Secrétaire

avatar

Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: La bataille de Piter   Ven 17 Avr 2009 - 14:04

En ce matin du 17 avril 1909, le II Corps-armé russlave était arrivé aux faubourgs de Piter...
Cette nouvelle causa la terreur dans la ville.

La fantastique armée de Ioudenitch, en elle-même, était très diminuée. Désertions et embuscades avaient ponctionné un lourd tribut. De plus, Ioudenitch avait excessivement divisé son armée en laissant près de 40 000 hommes dispersés en garnisons dans de nombreuses villes de la province.

De fait, en arrivant devant Piter, il ne disposait plus que de 80 000 hommes comme masse de manoeuvre, et très peu de cavalerie, puisque celle-ci s'était lancée dans un raid sur les campagnes ninjovskiennes de l'ouest.

Lentement, l'artillerie russlave se mit en place, les troupes se préparèrent à l'assaut. On ignorait tout de la trêve conclue à Mitrovsky.
Le général Zénon I. Ioudenitch était plus occupé à banqueter qu'à se tenir au courant de la situation.



Ca travaille sec !


Le Général Ioudenitch passant en revue les troupes (et accessoirement, se demandant qui a placé ce nabot pas très net à côté de lui).

_________________
Secrétaire du Gouvernement
Huissier du Palais
Procureur de la Couronne

Ура Царю!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sainterusslavie.megabb.com
Le Secrétaire

avatar

Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: La bataille de Piter   Mar 21 Avr 2009 - 0:15

Subitement, l'armée russlave avait cessé ses mouvements. Le général Ioudenitch était perplexe. Les informations étaient incomplètes et contradictoires; on racontait qu'une révolution s'était déclencée à Gornograd, que le Tzar était captif. Que la plèbe de la rue avait pris le pouvoir.

Ce qui était sûr, c'était que Ioudenitch ne recevait plus aucune information cohérente du Haut Commandement. Il avait du se passer quelque chose de très grave.

Ioudenitch décida d'envoyer un parlementaire au "Roi" de Ninjovskia, à Piter. Si les pires craintes de Ioudenitch s'avèraient être fondées, alors Piter ne serait plus que le cadet de ses soucis.

Le message présenté à Piter était le suivant;


Citation :
Aux autorités du ci-devant Grand-duché de Ninjovskia,

Suggèrons la conclusion d'une trêve entre nos forces, comme à Mitrovsky, en attendant évolution de la situation nationale.

Z. Ioudenitch,

_________________
Secrétaire du Gouvernement
Huissier du Palais
Procureur de la Couronne

Ура Царю!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sainterusslavie.megabb.com
Dragomir Utchenko

avatar

Nombre de messages : 65
Age : 46
Localisation : 52, Boulevard Nicolas Ier, Piter
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: La bataille de Piter   Mer 22 Avr 2009 - 3:34

Au lendemain de la trêve avec Mitrovsky, alors que nuit agobisait laissant place au lueur du jour naissant, deux ombres se glissaient discrètement dans l'enceinte de la ville de Piter. Bassaïev et Malakanine, les hommes d'Utchenko avaient su sans grand mal contourné l'armée impériale au porte de la Cité.

Les deux Républicains trouvèrent une ville livraient à la panique, la population engourdie par les belles paroles du Grand-duc se réveillait brusquement sur la réalité d'un prochain massacre. Sur les quais quelques barques pleines de bagages se préparaient déja emmener quelques familles aisées, tandis que partout les rumeurs couraient. On parlait d'un revers subi devant Mitrovsky par l'armée ninjovkienne, de la disparution suspecte du "roi", qu'on ne voyait plus haranguaient la foule et présidait au préparatifs défensives, certains même disait qu'il fut frappé par le fureur divine pour avoir usurpé au Tsar son pouvoir qu'il tenait de Dieu.

Au café Soloveï, où se réunissaient d'habitude les sympathisants du parti, les deux hommes furent accueillis en héros et accablés par des questions sur la bataille, etc. Mais Zlatan Bassaïev alla à l'essentiel.


"Nous avons tenu bon à Mitrovsky et on les a obligé à contracter une trêve. Monsieur Utchenko nous a envoyé ici, lui, il est parti pour Gornograd, quelque chose de grave s'y prépare... Il faut nous tenir prêts."

Il se tut inspectant de son regard le café, mais ne semblant pas trouver ce qu'il cherchait il reprit:

"Et où est Dimitri Krasstchenko, il faut qu'il nous disent ce qu'il advient de son sodomite de père... Il n'est plus des nôtres ou quoi?"

Dimitri avaient en effet disparu depuis quelque temps des cercles républicains, certains l'accusaient de trahison, d'autres le disaient séquestré par son tyran de père.
Plusieurs jours s'étaient écoulés avant que Bassaïev et son acolyte ne puissent prendre contact avec Krasstchenko fils. Entre temps la nouvelle du putsch arriva, augmentant encore plus la panique et la désorientation au sein de la population, tandis que le réseau républicain s'appliquait à faire la propagande du nouveau régime.

L'après-midi du 21 avril arriva un courrier à Dimitri Ozyvitch:


Citation :
"Camarade Dimitri Krasstchenko,

Son Excellence Dragomir Utchenko, commissaire aux affaires Intérieures de la République, voudrait s'assurer de votre loyauté à notre cause et au nouveau régime. Il voudrait aussi savoir ce qu'il advient de votre père.

Rendez-vous ce soir à 9h au café Soloveï

Zlatan Nikitaevitch Bassaïev"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragomir Utchenko

avatar

Nombre de messages : 65
Age : 46
Localisation : 52, Boulevard Nicolas Ier, Piter
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: La bataille de Piter   Mer 29 Avr 2009 - 20:51

Tandis que la soirée au café Soloveï se terminait sur d'interminables discussions bytanzines, dans l'attente de plus en plus désespérée de Krasstchenko fils, Bassaïev et Malakanine furent interpellé par un des sbires républicains apportant un télégraphe pour ce dernier.

Citation :
"Utchenko à Malakanine-STOP-Retour immédiat à Gornograd-STOP-Préparation pour mission à Svetivostok-STOP-Rdv palais Tchernilov-STOP"

Sortir de Piter ces temps-ci n'était pas mince affaire, la ville était assiégé (en théorie) et la voie ferrée se trouvait de ce fait inutilisable. Néanmoins le peu de discipline et d'organisation en sein de l'armée impériale ainsi que la récente mutinerie qui y est survenue et qui dépouilla le général Ioudenitch de son commandement au nom de la République rendait la tâche réalisable.
Après avoir glissé quelques mots dans l'oreille de son compagnon, Malakanine quitta le café.

Deux heures après, à quelques verstes du quais qu'il avait quitté à bord d'une barque de fortune, il trouva comme programmé, un solide étalon à l'attendre dans les ruines du monastère Saint-Igor. A travers la compagne battue, sous un ciel déserté par la lune, Andronik Andreïevitch chevaucha frénétiquement vers la gare la plus proche (d'où il devait prendre le train pour Gornograd) tout en pensant à cette si urgente mission qui semble devoir enfin l'introduire dans la cour des Grands.
Ce petit homme blond, aux yeux azurés, qui trahissent la vivacité de son esprit, était de quelques années seulement le cadet d'Utchenko, il entretenait pourtant pour lui une sorte de dévotion, surement en raison des circonstances de sa première arrivée à la capitale. Iakovitch était sur le point de terminer ses études quand ce fils de fonctionnaire arriva à l'Université Impériale de son Niagan natal. Il prit donc sous son aile le provincial et l'introduit auprès des cercles militant. Même pendant son exil en Edoran, il entretint une correspondance, très paternel avec son protégé.

Mais le petit provincial, désormais aguerri, aspirait depuis un certain temps, et surtout en ces temps de troubles à sortir de l'ombre de son parrain. Cette mission à Svetivostok était donc le début?



Andronik Malakanine, veut sa place au soleil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kassian P. Loughinine

avatar

Nombre de messages : 388
Date d'inscription : 24/05/2008

MessageSujet: Re: La bataille de Piter   Mer 6 Mai 2009 - 19:35

Dans la résidence estivale du Grand-Duc Konstantin, luxueux palais situé dans la campagne proche de Piter, le nouveau commandant en chef du II Corps, le général Pankrat Nikanorevitch Zarov, étudiait diverses cartes étalées sur une grande table d'ébène.

Avec ces documents dépassés, datant, pour le plus récent, de 1874, Pankrat Nikanorevitch s'imaginait organiser l'assaut de la capitale de la province de Piter-Orenburg. Evidemment, sur ces vieilles cartes, l'affaire semblait facile. La ville, de la taille d'un petit bourg, privée de fortifications, s'offrait à lui sans l'espoir d'une quelconque résistance. En réalité cependant, Piter n'était plus le village de 1874, et, bien que le combat allait être inégal, une belle boucherie se préparait.

Les divisions russlaves, encombrant les routes, marchaient sur Piter en un vaste mouvement d'encerclement. La destitution du général Ioudénitch, peu enclin à suivre le coup d'Etat de Romanovsky, s'était opérée sans effusion de sang et ne dérangea pas les manoeuvres. Le commandant déchu fut mis aux arrêts dans son luxueux train blindé, et envoyé à Orsk sous bonne garde. On ne le revit plus jamais. Ioudénitch se volatilisa avec son train et son escorte, quelque part entre Rostov et Orsk. Les patrouilles de cosaques lançés à sa recherche ne purent expliquer cette disparition, aussi mystérieuse que tragique, puisque ce même train transportait la solde annuelle du II Corps.

Les surprises s'enchaînèrent, désormais. Au Sud-Ouest de Piter, une division tomba sur la bourgade périphérique de Svergrow, alors qu'elle ne devait, selon les cartes distribuées par l'Etat-Major, n'y découvrir qu'un relais des postes. Il ne pouvait exister qu'une seule réalité, celle de la hiérarchie, et ont s'évertua à effacer cette déplorable anomalie. Svergrow, abandonnée par ces habitants, fut livrée aux flammes par la soldatesque du général Zarov.

A présent, muni de directives claires de la part du Commissaire à la Guerre K. P. Loughinine, Pankrat Nikanorevitch adressa un ultimatum aux autorité de Piter: la capitulation sans condition, ou les horreurs d'un siège et d'une mise à sac.
Si la ville avait l'intention de combattre le gouvernement central une seconde fois en une décennie, on n'allait pas hésiter à la raser une fois pour toutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozy Krasstchenko

avatar

Nombre de messages : 2176
Age : 98
Localisation : Gornograd & Piter
Date d'inscription : 11/07/2006

MessageSujet: Re: La bataille de Piter   Dim 21 Juin 2009 - 2:33

A l'hopital de Piter, les choses allaient de plus en plus mal. Le royal Grand-Duc Krasstchenko, paralysé et comateux le 3/4 du temps n'était plus en état de diriger les troupes. De l'autre coté des murs, les Armées de la Russlavie avancaient comme un rouleau compresseur.

Par une providence inespérée, un événement vint changer le cours de l'histoire. On entendit des cris dans la chambre d'Ozy. Les infirmières se mirent a pleurer en voyant le triste spectacle. Le vieu Krasstchenko était prit de violente convulsion, son visage se figeant d'un horrible rictus. On aurait cru un portrait du diable en personne. Le vieil homme se mit a gémir de douleur se tordant de gauche a droite dans son lit. Il transpirait abondamment et divaguait complètement. Ses yeux roulèrent a l'envers...

Puis...

Une sombre mélodie venue du plus profond de ses entrailles s'extirpa lentement de son arrière train, le dernier souffle du mourant...

Ce fut la fin.

Ce qui fut jadis un éminent politicien, un Généralissime en chef, un ardent défenseur du Tsar, un boucher de la révolution de 1907, père de 3 enfants, Grand-Duc puis Roi du Ninjovskia, venait de s'éteindre a un vénérable âge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kassian P. Loughinine

avatar

Nombre de messages : 388
Date d'inscription : 24/05/2008

MessageSujet: Re: La bataille de Piter   Lun 22 Juin 2009 - 13:52

EL/ Eh oh ! Pourquoi tu as supprimé mon dernier message?
Le jeu a continué depuis ton absence et on a été obligé de boucler le scénario Piter-Orenburg. Maintenant on ne peut plus revenir en arrière, la Russlavie s'est tourné vers d'autres problèmes (cf. nouvelles constitution et Polchak&Company). Les séparatismes n'existent plus.

Je trouve assez choquante la suppression sans avis des RP passés ! /EL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozy Krasstchenko

avatar

Nombre de messages : 2176
Age : 98
Localisation : Gornograd & Piter
Date d'inscription : 11/07/2006

MessageSujet: Re: La bataille de Piter   Mer 24 Juin 2009 - 0:50

Censuré


Dernière édition par Ozy Krasstchenko le Ven 1 Oct 2010 - 2:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozy Krasstchenko

avatar

Nombre de messages : 2176
Age : 98
Localisation : Gornograd & Piter
Date d'inscription : 11/07/2006

MessageSujet: Re: La bataille de Piter   Ven 1 Oct 2010 - 2:38

La terre humide, crasseuse et sale du champs de bataille était poisseuse et d'une puanteur dégoutante. La terre gorgée du sang de ses combattants laisser planer une ombre de mort sur la plaine brulée, désintégré, martellé par des roulements passés de char d'assault et de bottes de soldats. Au loin, un peuplier calciné n'ayant plus que quelques branches sèchent balancées aux 4 vents laissait répandre l'ombre de la pleine lune sur ce bourbier de Mitrovski.

Quelques corbeaux accrochés aux rares branches de l'arbre criait a tue-tête. Qui donc pouvait sans soucier après tout? Soudain! Quelques malfrats, pour la plupart des pauvres moujiks du coin, tentait de dépouiller les rares soldats mort sur le charnier. Ils entendirent un gémissement, une sorte de long murmure... Appeurés, les pauvres bougres crurent à une malédiction du diable. Il n'en était pourtant rien...

Ils appercurent l'ombre d'un vieil homme cherchant a grimper du haut d'un trou couvert de boue. Les brigants, intrigués par cet apparition s'approchèrent. Ils constatèrent avec amusement un vieillard habillé de vieux vêtements usés et sale, cigare au bec et toussant à s'en arracher les poumons. Les jeunes hommes mirent a quête de le sortir de son impasse, probablement par pitié pour un être aussi misérable.


Qui... qui êtes-vous vieil homme?
demanda le plus petit des deux.

Je... je ne me rappel pas. J'ai passé plusieurs mois enfermé dans un bunker sous terre dans ce champs. Que s'est-il passé ici? Ou suis-je? qui suis-je ?

Amusés, les deux hommes regardait le pitoyable vieillard avec dégoût.


Écouter vieil homme, nous allons vous ramener à notre datcha et vous couler un bain chaud, peut-être la mémoire vous reviendra-t-elle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozy Krasstchenko

avatar

Nombre de messages : 2176
Age : 98
Localisation : Gornograd & Piter
Date d'inscription : 11/07/2006

MessageSujet: Re: La bataille de Piter   Ven 1 Oct 2010 - 5:55

Les grosses femmes des moujiks firent couler un bain chaud et fumant pour le vieil homme lunatique qui semblait totalement déconnecté de la réalité. Les hommes avaient bien tentés de lui faire les poches, mais rien sur lui ne pouvait attester de son identité. Il était maigre et blanc à faire peur. Ses lèvres semblaient figés dans une sorte de rictus sépouvantable. À l'oberserver on pouvait facilement croire qu'il devait avoir plus de 80 printemps. Les grosses bonnes femmes le prirent chacun par un bras et le firent descendre dans la baignoire de métal rouillé par les années.

Ils le frotèrent avec du savon de pays et se mirent a lui couper cette barbe blanche et grisonnante. Au fur et a mesure que les femmes accomplissaient leur travail, leurs sourcils se relevèrent. Ce visage leur semblait famillier. Lorsqu'elles eurent finit avec leur invité, elles lui donnèrent un miroir dans lequel il put se mirer.

Ce fut un choc...

Non.... ce n'est pas possible! Mon visage! Oh Seigneur miséricordieux!

Et les souvenirs vinrent frapper instantanément le vieillard. Des explosions, des chars, la guerre, son fils, Loughinine! La victoire puis la défaite... Des officiers le prenant par les bras et l'enfermant dans un bunker dans les champs afin d'éviter les tir de mortier.... Tout ca lui revenait à l'esprit. Dans la pénombres, les jours, les semaines et les mois ou il resta terré dans son terrier attendant le moment propice pour sortir au grand air. L'angoisse, les peines, la perte de la raison et la folie. Il avait passé par toute les gammes d'émotions. Il était resté si longtemps enfermé sous terre qu'il en avait perdu la notion du temps. Il avait eu de sévères crises de démence. La folie l'avait guetté à plusieurs reprises. Ses démons l'empêchaient d'ouvrir la porte d'acier. Il en avait finit pas oublier son nom et son identité mais la dure réalité lui frappa au visage de plein fouet...

Je..... jj......jeeee... je suis Ozy Krasstchenko!


Les deux femmes eurent les yeux grands ouvert, l'une d'elle poussa un crit d'effroie, de terreur soudaine.

Un fantôme! C'est un revenant!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozy Krasstchenko

avatar

Nombre de messages : 2176
Age : 98
Localisation : Gornograd & Piter
Date d'inscription : 11/07/2006

MessageSujet: Re: La bataille de Piter   Sam 2 Oct 2010 - 16:33

Assis près du foyer de la vieille datcha, le feu crépitait et répendait une douce chaleur en ce début de mois d'octobre. Les 4 moujiks regardaient leur hôte avec effroie. Ils semblaient tous pétrifiés par ce qu'ils voyaient en face d'eux. Ozy leur expliqua lentement les circonstances dans lesquelles il fut enfermé en toute hâte dans l'un des bunkers cacher sous les terres agricoles de la région. Il expliqua également comme sa mort fut simulé par son fils afin que l'on puisse perdre toute trace du Grand-Duc de la surface du Micromonde. Les paysans lui expliquèrent combien les choses avaient changés en si peu de temps. La République et tout ce qu'elle avait apporté de bien et de mal. Plus de mal évidemment que de bon côté...

Ozy méditait sur les explications des russlaves. Était-ce le bon moment pour un retour en scène magistrale et comme seul lui savait si bien l'organiser? Le gouvernement actuel était en déconfiture, désintégré, aliéné de la population. L'armée ne servait strictement à rien dans tout ca. Personne en fait de savait plus réellement quoi faire à Murasibirsk pour requinquer la nation une fois pour toute.

Et si une restauration de l'Ancien régime avait lieu? Encore faudrait-il trouver un prétendant à la couronne... Ce qui n'était pas une mince affaire surtout que plusieurs hauts aristocrates avaient été passés par les armes. Puis, Ozy se souvint d'une clause dans la constitution en cas d'absence de Tsar légitime. On pourrait mettre un régent en attendant le retour d'un souverain digne de la couronne... Et puis son prestige personnel reprendrait du lustre. Il allait organisé ni plus ni moins un coup d'État afin d'usurper la couronne de Russlavie et asseoir les militaires au pouvoir pour consolider l'acte. Qui donc allait bien pouvoir l'aider dans cette aventure? ..... .hum ..... humm.....

Romanovsky! songa-t-il

Messieurs, dames, je vous remercie de votre hospitalité et de m'avoir sorti de ce bourbier infecte. Je dois retourner à Gornograd de toute urgence. Je ne vous oublierai pas. Vous serez récompensé pour votre aide. Adieu!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La bataille de Piter   

Revenir en haut Aller en bas
 
La bataille de Piter
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [warmaster] rapport de bataille khemri/ chaos / hauts elfes
» Champ de Bataille
» Avions de la Bataille d'Angleterre
» la bataille de saint hilaire
» [Apo]Bataille de Krystul IV

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Sainte Russlavie :: A travers le pays :: Provinces russlaves :: Gubernya de Navolstov :: Piter-
Sauter vers: