La Sainte Russlavie

Micronation inspirée de la Russie tsariste des années 1900
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
2éme Législature de 1916: Révision des Lois Fondamentales
Mar 18 Oct 2016 - 5:05 par Mikhaïl-Alexandrovich
Dans ses moments de lucidité, le tsar Mikhaïl II montrait une singulière intelligence politique doublée d’un attachement réel pour son pays. Et il se trouvait que le remplacement de son médecin personnel, ancien moine au passé douteux, par un professionnel respecté avait presque pérennisé la maîtrise de soi du souverain. Les effets des nouveaux médicaments expliquaient peut-être sa décision …

Commentaires: 4
1ère Législature de 1916: Séance 1: Réforme Agraire
Lun 16 Mai 2016 - 22:30 par Mikhaïl-Alexandrovich

Radimir Komiov (PNJ), Président de la Douma.


Quelques heures après le discours du trône débuta la première séance de la Douma depuis la fin des hostilités. Tel bon nombre d’édifices publics, le palais Marinski était en phase de réparation. Les forces républicaines l’avaient utilisé comme entrepôt, d’abord à munitions …

Commentaires: 2
Discours sur l'état de l'Empire
Mer 10 Avr 2013 - 2:40 par Stemka Soyembika
Le régent de la couronne se plaça derrière le strapontin que lui avait expressément installé les huissiers de la Douma. Si le Régent se foutait un peu de la démocratie et de ce qu'elle avait apporté de négatif à l'empire, il était important que les députés sachent tout de même ce qui se passait dans les tractations diplomatique internes et externes.

Excellences, Altesses, messieurs et mesdames.



Commentaires: 3
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 3 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 3 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 60 le Lun 22 Déc 2014 - 1:40
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Forum

Partagez | 
 

 Operation Mère Aimante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Secrétaire



Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Operation Mère Aimante   Jeu 9 Avr 2009 - 20:16

Au large des côtes russlaves, à portée de Svetivostok. La flotte d'Alexandrovskoe, forte de quinze navires, est enfin arrivée en vue la Perle d'Orient.
Quant à la flotte stationnée à Svetivostok, nul ne sait ce qu'elle est devenue. S'est elle ralliée aux rebelles où a t elle mis à profit l'ultimatum de Godinnik pour disparaitre, on ne sait où ?
L'absence de nouvelles rend cela très inquiétant.

L'Amiral Dmitri Prokofievitch Razoumikhine attends des ordres qui ne viennent pas. Le Maréchal Romanovsky était censé arriver ce matin avec 20 000 hommes aux frontières de la province autonome. Toujours aucune nouvelle. Hors, sans ordres précis de son supérieur, Razoumikhine ne peut (et ne veut) rien faire. En militaire discipliné, il ne saurait prendre la moindre initiative.
Que faire ? Entamer le bombardement de la ville, sans plus de formalités ?
Envoyer un ultimatum ? Attendre l'arrivée de Romanovsky ?

Torturé par le doute, l'Amiral Razoumikhine finit par envoyer un télégramme au Haut Commandement de Gornograd, c'est à dire au Tzar:


Svetivostok en vue-STOP-Romanovsky manquant-STOP-demande ordres-STOP

_________________
Secrétaire du Gouvernement
Huissier du Palais
Procureur de la Couronne

Ура Царю!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sainterusslavie.megabb.com
Leonid Godinnik



Nombre de messages : 900
Localisation : Svetivostok
Date d'inscription : 28/12/2006

MessageSujet: Re: Operation Mère Aimante   Sam 11 Avr 2009 - 12:56

Godinnik venait de s'informer de l'avancée de la Bataille de Mitrovsky, qui bien longtemps sans doute ferait parler d'elle par sa nature barbare et fratricide. Tous ces russlaves mourant par et pour la folie de quelques hommes épris de pouvoir...

Il fallait à tout prix éviter cela en Orient. Svetivostok et tous ses territoires étaient en état d'alerte maximale, des bataillons avaient été placés aux frontières, des fortifications sommaires étaient mises en place aux points stratégiques de la République et les forges de Kalyn tournaient à plein régime pour transformer le fer noordzeelandais en canons, mitrailleuses et véhicules blindés. L'industrie svetivostokoise était forte et prospère et certains diraient d'ailleurs que l'effort de guerre était soutenu par les hébraïtes...

Dans les rues de Svetivostok la tension était palpable, on parlait de la mobilisation générale annoncée pour midi, aussi chacun vaquait à la gestion de ses affaires avant le moment crucial. Des bataillons de Gardes Républicains portant haut les couleurs de Svetivostok parcouraient la cité fortifiée depuis 150 ans, retranchée derrière ses bastions et s'attendant au meilleur comme au pire... Mitrovsky faisait parler... Beaucoup parler...


Cuirassé Anton Godinnik


Cuirassé Pravda, navire amiral


Dans l'avant rade, à 1kilomètre au large, et dans la rade fortifiée la flotte s'apprêtait à en découdre: on annonçait des navires impériaux au large de la Perle de l'Orient. Avant même d'appareiller les navires républicains avaient pointé leurs tourelles et canons vers cet extérieur dangereux. Cette flotte n'était pas uniquement constitué des navires de la République, mais aussi des navires ayant rallié la cause: les trois quarts de la flotte de la grande armée russlave, dont les marins étaient essentiellement orientaux... Les navires de Svetivostok, vaillants vaisseaux aux coques métalliques et aux armements crépitants étaient au nombre de quatre-vingts: 30 cuirassés de 50 mètres, 20 cuirassés de 25 mètres, 15 corvettes, 15 torpilleurs... A cela s'ajoutaient les vaisseaux de bois et les embarcations civiles qui, de plus en plus nombreuses rejoignaient la rade pour être équipées...

À la tête de cette armada républicaine, Andreï Dimitrienko, amiral de la République...



Alors qu'il restait moins de 15 minutes avant l'annonce de la mobilisation générale programmée pour midi, et tandis que la brume se levait au large, des observateurs aperçurent la flotte impériale: sans attendre les vigies firent sonner les cornes qui se répercutèrent les unes après les autres jusqu'au port. Dimitrienko, entendant cette mélodie mortifère, donna l'ordre de faire sonner toutes les cornes de la flotte et aux hommes de se mettre à leur poste en alerte rouge.



Toutes les cloches de la Perle de l'Orient prirent le relais des cornes de brume, les clochers alertaient la population qui se rendait compte de l'imminence d'une guerre que l'on ne souhaitait pas réellement. Dans les rues des Gardes Républicains pressaient les civils d'aller aux abris, de se réfugier en lieu sûr. Les drapeaux flottaient au vent dans un silence épais et poisseux de peur...

Dimitrienko, observateur et stratège émérite ne ferait rien le premier: la flotte impériale restait fixe, il attendrait la première salve ennemie pour répondre. La République ne serait pas à l'initiative de la guerre... Il savait que Godinnik allait dans le même sens!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Secrétaire



Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Operation Mère Aimante   Sam 11 Avr 2009 - 22:08

En cette heure précise, Dmitri Prokofievitch Razoumikhine était un homme ennuyé. Profondément ennuyé. Il aurait préféré ne pas savoir qui il avait en face de lui. Hors, il le savait parfaitement; c'était son mentor, l'homme qui l'avait formé et qui l'avait protégé toute sa carrière. C'était Dmitrienko, l'homme qui lui avait permis d'être aujourd'hui à cette place, amiral de la Ie Flotte.

Ah, pourquoi avait il fallu que son modèle, son héros, le grand Dmitrienko ait pris le parti de la République ?
Et pourquoi Romanovsky n'était il pas là ? Si le Maréchal lui en donnait l'ordre, alors oui, il engagerait le combat contre la flotte ennemie...
Mais prendre cette responsabilité lui-même, non, il en était hors de question.


- Quels sont vos ordres, Amiral ?

Dmitri Prokofievitch soupira, se resservit un verre, puis parla d'un ton las:

- On ne fait rien. On reste là. Personne ne bouge. Personne ne tire sans mon ordre. Transmettez à tous les navires.

_________________
Secrétaire du Gouvernement
Huissier du Palais
Procureur de la Couronne

Ура Царю!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sainterusslavie.megabb.com
Alexandre III



Nombre de messages : 538
Age : 36
Localisation : Palais Impérial - Gornograd
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Operation Mère Aimante   Dim 12 Avr 2009 - 0:55

De Gornograd, le Tsar observait les avancés des nationalistes a Mitrovski et les préparations millitaires des républicains de Svetivostok. Il voulait donner une bonne lecon a cette république éphémèere qui n'avait aucune raison d'exister. Alexandre était persuadé que le prince Godinnik voulait seulement faire parler de lui et tentait de comploter dans son dos afin de lui ravir son trône! Oh ca non jamais, un Godinnik ne monterait a la tête de l'empire Russlave. Le Tsar cracha par terre en signe de dégout.

Un serviteur vint avec un télégramme venant de l'Amiral Dmitri Prokofievitch Razoumikhine. Lisant le communiqué, Alexandre entra dans une rage, donna un coup de pied sur la table qui versa sur le coté. Le serviteur horrifié et ne voulant pas subir le knout se jetta par terre et supplia le souverain de se calmer.


Comment! Ou est passé le Maréchal Romanovsky! Pourquoi n'est-il pas a Svetivostok?!? C'est de la mutinerie! Ca ne se passera pas comme ca!


Il demanda au petit page de prendre quelques notes et de les transmettre immédiatement au Général Andropov de Ekaterinbourg de lever la garnison et de partir sur-le-champs aux frontières de Svetivostok. Il écrit également a l'Amiral Ezekiel Rakovich de la flotte de Tomks au sud de Svetivostok de rallier 100 navires de la Flotte Impériale et de venir épauler l'Amiral Dmitri.

De plus, Alexandre prit le télégraphe et envoya une missive d'urgence au malheureux Amiral qui se dirigeait tout droit vers une cuissante défaite!

Citation :
Amiral Dmitri. STOP
Rester a 50 miles de la ville de Svetivostok. STOP
Ne tirer pas avant l'arrivé de renfort de Tomks. STOP
Ne répliquez pas a toute semonce de l'ennemi. STOP
D'autres messages suivront. STOP

_________________

Sa Majesté Impériale Alexandre III
Tsar de toutes les Russlavies
Souverain des Protectorats de l'Empire
Protecteur de la foi Cathodoxe-Orthodique
Assassiné le 10 juin 1909
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Secrétaire



Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Operation Mère Aimante   Dim 12 Avr 2009 - 1:39

Citation :
Da-STOP-Equipages nerveux-STOP-du procéder éxecutions-STOP

L'amiral Razoumikhine n'aimait pas ça, oh non, il n'aimait pas ça du tout. Sur le cuirassé Novembre 1908, une mutinerie avait éclaté, heureusement vite réprimée.
Razoumikhine n'avait pas tout compris; il s'agissait apparement d'une histoire de rationnement, enfin, rien d'important ni de politique, Dieu soit Loué.
Par sureté, Razoumikhine avait ordonné au capitaine du Novembre 1908 de fusiller un ou deux meneurs pour l'exemple.
Le calme était maintenant revenu sur le cuirassé, mais, on sentait les équipages tendus et nerveux.
L'inactivité et la présence de la flotte ennemie rongeait le sang des matelots.

_________________
Secrétaire du Gouvernement
Huissier du Palais
Procureur de la Couronne

Ура Царю!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sainterusslavie.megabb.com
Le Secrétaire



Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Operation Mère Aimante   Lun 13 Avr 2009 - 17:55

A présent, le blocus de Svetivostok était bouclé. Plus aucun navire ne pouvait entrer dans la ville. Le Novik, qui croisait plus loin au large, avait fait mention de deux navires marchands qui avaient brusquement rebroussé chemin après avoir aperçu la flotte russlave.

La sécession était donc alimentée de l'extérieur...Eh bien, désormais, ce ne serait plus le cas. L'amiral Razoumikhine avait ordonné à la flotte de Tomsk de se déporter vers les autres villes portuaires sous le contrôle des rebelles, afin d'empêcher tout débarquement de matériel étranger.

Si Godinnik voulait ses armes (Razoumikhine supposait qu'il s'agissait de cela), il devrait prendre l'initiative de risquer la bataille...

Quant au croiseur Novik, il avait reçu des ordres précis: Rattraper les cargos aperçus et s'en emparer. Il fallait tirer cette histoire au clair...



Le Kagul, le Tzar Nicolaï, le Slava, le Kniaz Pojarski et le Bayan II, immobiles devant Svetivostok.


Le Wolodymir Monomakh, navire-amiral de la Flotte.

_________________
Secrétaire du Gouvernement
Huissier du Palais
Procureur de la Couronne

Ура Царю!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sainterusslavie.megabb.com
Le Secrétaire



Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Operation Mère Aimante   Lun 13 Avr 2009 - 19:01

Quant au malheureux Général Andropov, à qui on avait ordonné de "lever la garnison" d'Ekaterinembourg et de marcher sur Svetivostok, il avait vraiment raclé les fonds de tiroirs.

Il avait voulu lever la milice dans la ville, mais il avait rapidement dû laisser tomber; les syndicats merksistes l'avaient prévenu que ce serait le déclenchement d'une révolte générale.

Andropov avait alors quitté la ville, et s'était servi sur la classe paysanne, comme toujours la victime facile.
Au final, il avait réussi à rafler 4 000 hommes pour toute la province. En les additionnant aux effectifs prélevés à droite et à gauche, on obtenait un total de 6 200 soldats, 5400 fusils, 450 cosaques, douze mitrailleuses, trois canons.

Ca n'était pas beaucoup, songeait Andropov avec un sens de l'euphémisme admirable en ces circonstances.

En conséquence, le brave Andropov se contenta d'installer ses quartiers à la frontière de la zone républicaine.
Pour s'occuper, il réprima quelques agitations sécessionistes, encouragées par la propagande de Svetivostok.
On pendit quelques notables, on brûla quelques villages. C'était tout ce que la misérable division Andropov pouvait faire, en l'absence de renforts.



Les fiers soldats du Général Andropov. Braves d'entre les braves !


Le gouvernement républicain de Vladimirskoe... Au premier plan.

_________________
Secrétaire du Gouvernement
Huissier du Palais
Procureur de la Couronne

Ура Царю!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sainterusslavie.megabb.com
Leonid Godinnik



Nombre de messages : 900
Localisation : Svetivostok
Date d'inscription : 28/12/2006

MessageSujet: Re: Operation Mère Aimante   Mar 14 Avr 2009 - 0:24

Godinnik et ses partisans, venant le rejoindre à Svetivostok, étaient outrés des nouvelles qui leur parvenaient des frontières et de la côte... Là, hors les murs, à quelques verstes au large la flotte russlave resserrait son étau... On avait aussi eu vent des exactions russlaves, on parlait de républicains torturés, exécutés, humiliés jusque dans la mort à travers des sévices infligées à leurs dépouilles mortelles... On avait aussi chuchotté à Léonid que des femmes républicaines des terres russlaves avaient été violées par des régiments entiers, à tel point que leurs entrailles finidssaient par sortir de leurs corps par des issues improbables...

La situation ne pouvait pas durer, les Gouvernements de l'extérieur avaient besoin de l'aide de Svetivostok...

Godinnik et l'État Major Républicain Fédéraliste étaient partagés: attendre que la Russlavie attaque, et alors il sera peut-être trop tard pour réagir? Ou bien prendre l'initiative de la première action, ce qui laissait la possibilité de plus de mobilité et de briser plus facilement les troupes russlaves avant qu'elles ne s'installent et pullulent, semant terreur et douleur sur leur chemin.

Choix cornélien, s'il en était, mais choix nécessaire... Godinnik s'adressa à l'Amiral Dimitrienko:


- Amiral, vous êtes garant de la liberté maritime de Svetivostok, toute marge de manoeuvre vous est laissée. Je vous donne ordre de rompre le blocus qui est considéré comme une action belliqueuse et mettant en péril la sûreté nationale...

Puis s'adressant au Général Ivanov et au Général Gordeïev:

- Messieurs, le terrain vous attend, que les frontières soient sûres comme jamais. Étudiez les garnisons ennemies, la riposte est autorisée. Mobilisez au maximum les hommes en âge de défendre la nation que vous trouverez...

Godinnik était triste de ce qu'il venait d'annoncer... Il pensait à son père, feu Anton Godinnik, éternel pacifiste, et regrettait de devoir avoir à donner ce type d'ordre... Mais cela était nécessaire, vital même! Il n'était plus possible de faire marche arrière!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leonid Godinnik



Nombre de messages : 900
Localisation : Svetivostok
Date d'inscription : 28/12/2006

MessageSujet: Re: Operation Mère Aimante   Mar 14 Avr 2009 - 0:42

Une fois qu'il eût regagné son navire amiral, l'Amiral Dimitrienko se rendit au poste morse, où il demanda à ce que l'officier sortit.
Seul devant la machine de communication Dimitrienko retira sa casquette, ornée de chêne et de laurier s'entremêlant autour d'une ancre...

Le moment était particulier, et l'amiral le savait: lui qui avait été l'un des plus grands stratèges des flottes russlaves devait aujourd'hui livrer combat contre ceux qui avaient été ses seconds, ses matelots, son successeur...

Avant de poser le doigt sur le morse, il prit le combiné de téléphone qui était à sa portée et, après un coup de manivelle, demanda la capitainerie -sous ses ordres- qui lui fut transmise rapidement:


- Commandant Arpov, armez les fortifications de la rade et des bastions littoraux. Mobilisez les hommes, sortez les canons de 75 et de 90: pointez les au large à 50 mille. Attendez mon signal pour le feu... Communiquez aux fortifications littorales de toute la République l'ordre de se mettre en alerte rouge et d'armer.



Les navires de l'empire n'étaient pas arrivés à tremps pour empêcher les livraisons les plus importantes...

Une fois l'ordre passé l'amiral raccrocha et revint à sa volonté première: son doigt amorça un message en morse crypté, que seul les plus hauts gradés de la flotte russlave, issus de l'Académie Maritime de Gornograd, pourraient comprendre:

- Marins - Officiers - Russlaves - comme nous - l'heure a sonné - laissez vous la chance - Razoumikhine pense à ton fils Ismaël
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Secrétaire



Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Operation Mère Aimante   Mar 14 Avr 2009 - 1:28

A bord du Wolodymir Monomakh, Dmitri Prokofievitch faisait les cent pas. Le message qu'il venait de recevoir l'horrifiait. C'était comme si Dmitrienko parvenait à lui mettre sur le dos l'ultime responsabilité du carnage à venir.

L'amiral tremblait, déchiré entre la perspective d'une lutte fratricide et sa loyauté à l'Empire.
Il était tout prêt de céder. Enfermé dans son mutisme, il examinait fébrilement ses options, penché sur un verre de vodka, seul dans sa cabine.

A l'extérieur, sur les autres navires, règnait une tension palpable
.

Enfin, après vingt minutes d'intenses hésitations, Dmitri Prokofievitch pris sa décision: il allait faire retraite sur Tomsk, sans combattre. Il ne serait pas l'homme qui verserait le sang d'autres russlaves.

Au moment précis où il s'apprêtait à donner l'ordre, un télégraphiste survint, affolé:


- Amiral, l'équipage du Slava s'est mutiné. Les officiers ont été jetés à la mer ! Ils envoient des messages de fraternisation aux rebelles...

L'homme fut interrompu par un autre télégraphiste;

- Le capitaine du Novembre 1908 fait état d'une nouvelle mutinerie !

Bon sang ! Si Dmitri Prokofievitch ne faisait pas quelque chose, toute sa flotte allait passer à l'ennemi !
Laissant tomber au sol l'ordre qu'il s'apprêtait à donner, il en dicta un autre à la flotte:


Engagement de l'ennemi-STOP-formation Taran-STOP-vitesse maximale-STOP

Razoumikhine choisissait la fuite en avant: pour éviter une mutinerie totale, il jetait tous ses navires dans un combat qui promettait d'être difficile pour les Impériaux. Seule une victoire miraculeuse pouvait, il l'ésperait, garder sa flotte loyale.
Les lourds cuirassés impériaux s'ébranlèrent, et foncèrent vers l'ennemi en se divisant en deux ailes, pour encercler la flotte républicaine au milieu d'une nasse.

Quant à Razoumikhine lui-même, il dérouta vers le croiseur mutiné, avec l'objectif de l'envoyer par le fond...

_________________
Secrétaire du Gouvernement
Huissier du Palais
Procureur de la Couronne

Ура Царю!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sainterusslavie.megabb.com
Le Secrétaire



Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Operation Mère Aimante   Mar 14 Avr 2009 - 12:30

En Mer

Le flanc droit se dérouta en formation parfaite et engagea le combat contre les navires ennemis. Un intense duel de tirs commença. Les obus pleuvaient de chaque côté.
Le plus rapide croiseur de la flotte, navire moderne construit l'année dernière et nommé, ironie de la situation; Kniaz Sveringoraï, contourna rapidement la flotte rebelle en jouant sur la vitesse, et attaqua directement le navire-amiral ennemi, le Anton Godinnik.

Sur le flanc gauche, le long de la côte, les navires progressaient prudemment, échangeant quelques tirs à longue portée avec l'ennemi, sans grand résultat...


A terre

La communication dans l'armée russlave était éxécrable. Andropov ne fut même pas informé de la bataille décisive que se livraient les deux flottes.
A l'intérieur des terres, évitant soigneusement les frontières revendiquées par la République de Svetivostok, il multipliait les exactions contre les foyers de rebellion.

A Krasnoiark, une bande d'imbéciles avait proclamé la République Socialiste Populaire d'Orient.

La Division Andropov avait mis le siège devant la ville, qui n'avait pas tardé à tomber; sitôt la ville prise, on s'y était livré à une orgie de violence.

Andropov, qui n'avait absoluement aucun argent pour payer sa troupe, laissait ses hommes "se payer sur la bête". Ce fut une explosion de violence incontrôlée dans les rues de Krasnoiark.

La soldatesque pillait indifférement synagogues et églises cathodoxes. La bourgeoisie de la ville fut presque entièrement exterminée, tandis que le petit peuple, qui n'avait rien à se faire voler, fut relativement épargné. Les minorités hébraites et noordzeelandaises furent aussi des victimes de choix.

L'éphèmère "Président" de la République socialiste, un vieil instituteur du nom de Leshkevitch, fut trainé dans les rues à l'aide de crocs de boucher, puis découpé en morceaux et jeté aux chiens.
Les autres personnalités de cette misérable république socialiste furent pendus sur la Place Alexandre II, bien qu'un bon nombre réussit à se réfugier à Svetivostok.

L'évêque de la ville, qui s'avança pour protéger de son corps une famille d'hébraites, fut frappé d'un coup de crosse, ce qui le tua "accidentellement".



Des soldats du VII Bataillon Kalmouk, avec la juste satisfaction du travail bien fait.

Après deux jours d'ivresse sanguinaire, Andropov décrèta que cela suffisait: la Division Andropov repartit vers Ekaterinembourg, alourdie de butin et de femmes captives. Les soldats ressemblaient à des clochards de luxe ou des travestis, recouverts qu'ils étaient de riches étoffes, de fourrures précieuses, de bijoux, et même de robes écclésiastiques pour certains.


Deux soldats de la Division Andropov.

_________________
Secrétaire du Gouvernement
Huissier du Palais
Procureur de la Couronne

Ура Царю!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sainterusslavie.megabb.com
Leonid Godinnik



Nombre de messages : 900
Localisation : Svetivostok
Date d'inscription : 28/12/2006

MessageSujet: Re: Operation Mère Aimante   Mar 14 Avr 2009 - 21:10

Voilà que la situation était enfin plus animée... Soit, cela n'était pas heureux, mais l'abcès était enfin en train d'être crevé après une percée longue et presque honteuse.

En Mer:

La situation était pour le moins cocasse: Sveringoraï attaquait Godinnik... Coup dans l'eau pour la flotte impériale, malgré les avaries importantes causées au Cuirassé Anton Godinnik, prenant l'eau à babord... Le navire amiral était en effet le cuirassé Pravda (cf posts précédents)...

Dimitrienko ordonna, aussitôt qu'il fut mis au courant des mouvement impériaux, que les canons armés déversent leur pluie de feu à 50 mille: les navires les plus avancés de la flotte du Tsar se retrouvèrent donc coupés du reste de l'armada par un mur de plomb et de flammes.
Les navires républicains avaient dès lors toute marge de manoeuvre pour faire plein feu sur les éclaireurs ennemis trop téméraires. Toutes les tourelles virent leur métal rougir de par la cadence de l'envoi d'obus. Les torpilleurs firent de même.






Les fortifications maritimes en alerte contribuèrent aussi à malmener cette avancée impériale bientôt déconfite: on voyait des navires du Tsar couler à pic d'un tenant tandis que d'autres s'enfoncaient lentement dans les eaux, déversant des hommes dont le sort n'était pas à envier...Les flots printanières de la Mer des Glaces étaient bien froids en cette mi avril 1909...



Les navires de l'arrière, moins puissants que les joyaux impériaux en flammes, oseraient-ils attaquer de front? Déjà des messages morses captés par le Pravda laissaient transparaître la grande inquiétude et la grande nervosité des matelots impériaux trop souvent issus des campagnes...


À terre:


Tandis qu'en mer la situation était agitée, les frontières restaient calmes... Les exactions avaient lieu en territoire impérial... Chaque jour comptait son lot de pertes dues à la barbarie sanguinaire et gratuite des fous du Tsar... Godinnik entendait ces récits de membres coupés, de viols, de pillages... Il fallait agir: l'artillerie lourde en route allait permettre aux troupes républicaines de pilonner les positions ennemies avant de charger...
Des aérostats dirigeables furent chargés de vivres et de tracts et partiraient une fois la nuit tombée larguer leur fret au dessus des villages soulevés et des républiques appelant à l'aide...




En attendant, des hommes parmi les plus aguerris des troupes républicaines passèrent les frontières subrepticement et se hâtèrent de se diriger vers les positions des pillards et soudards assassins de la République. Ces hommes connaissaient bien la rudesse du climat et les atouts des terres d'Orient... Le premier bataillon impérial fut le VIIIème Bataillon du Don (encore de pauvres hères sacrifiés): ils avaient pris part au massacre de Krasnoiark...

Il n'usèrent pas des armes pour tuer, mais pour vider réserves d'eau, de vivres, d'huile à lampes et de poudre, pour couper câbles de véhicules automobiles et harnais des chevaux... La "guerrilla" avait ses avantages que la guerre conventionnelle ne connaissait pas... Puis les hommes d'élite se postèrent autour des bataillons saoûls ennivrés à la vrodka... Il ne resterait plus qu'à les voir mourir de froid et tirer sur ceux qui choisiraient la fuite...

Cette situation n'était pas isolée, l'Empire trop centralisé ne s'attendrait pas à cela...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Secrétaire



Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Operation Mère Aimante   Mar 14 Avr 2009 - 23:53

En mer:

14h43: La situation tournait au désastre pur et simple pour la flotte impériale. Tout le flanc gauche, pris en tenaille entre les navires rebelles et l'artillerie côtière, était anéanti. Seul le "Parizh" avait réussi à s'extraire du piège. Il s'était replié vers le centre, ou Razoumikhine achevait d'anéantir le "Slava" mutiné.

Sur la droite, la situation était indécise: le "Tzar Nikolaï" avait été coulé, le "Kagul" était endommagé, le "Khersones" dérivait, mais le "Bayan II" et le "Amiral Sebastopol" rendaient coup pour coup aux navires ennemis, en envoyant deux par le fond.

Plus loin, le "Kniaz Sveringoraï" avait réussi à mettre hors d'état de nuire le "Godinnik", qu'on pensait être le navire de Dmitrienko, mais ça n'avait eu aucun effet sur le reste de la bataille.
Maintenant, le rapide "Sveringoraï" fuyait vers le large à pleine vitesse, voyant la bataille perdue.

Razoumikhine le voyait, la bataille était perdue. Les navires russlaves étaient puissants, mais pris entre deux feux, ils ne pouvaient rien faire. Et les lourds canons côtiers faisaient des ravages.

Dmitri Prokofievitch semblait sourd à ce qui se passait autour de lui. La tempête de fer et de feu qui faisait rage, il semblait y être insensible.
Les informations accablantes s'accumulaient:

14h58: en provenance du "Amiral Sebastopol" : 350 mm hors service - résistance impossible - demande permission de...- transmission interrompue.

15h16: en provenance du "Krim": capitaine Petrovitch tué - poursuite du combat impossible - capture imminente - sabordons le navire-



Le Khersones, après son sabordage.

Au fur et à mesure des minutes qui passaient, la flotte impériale disparaissait dans les eaux de Svetivostok. Non sans se défendre férocement; les rebelles subissaient eux aussi de lourdes pertes. Mais, globalement, la bataille tournait à la victoire pour Dmitrienko.

A 15h34, la bataille était pratiquement finie: le "Kniaz Sveringoraï" fuyait à toute allure vers l'est. Le "Novik" n'avait même pas participé à la bataille et s'était éclipsé discrètement vers Tomsk.

En fait, il ne restait plus que trois navires en état de combattre; le "Wolodymir Monomakh", navire-amiral, le "Bayan II" et le "Parizh".
Les trois cuirassés, véritables forteresses flottantes, s'étaient repliés hors de portée de l'artillerie côtière, mais continuaient à tirer sur la flotte ennemie de leurs tirs à longue portée.

La résistance, jusqu'au bout ! Les ordres de l'amiral Razoumikhine étaient clairs: les trois navires survivants allaient se battre jusqu'à la destruction totale, pour sauver l'honneur du pavillon impérial.


Sur terre:

La nouvelle parvint au Général Andropov à peu près au moment où coulait le Kagul. Le VIII du Don avait connu une grave mutinerie...Les soldats avaient massacré leurs officiers, puis avaient quitté leur campement pour à la recherche de quelque chose, sans doute des vivres ou des femmes. Ils avaient été pris dans une embuscade, perdus au milieu d'une forêt.

Les Kalmouks envoyés à leur recherche n'avaient trouvé que des cadavres. Andropov en conclut à l'insurrection de quelques bandes paysannes.

Il ordonna le mouvement du IIIe Bataillon Paysan vers la zone en question, histoire de réprimer l'insurrection. Ce n'était pas l'idée du siècle. Le IIIe Paysan, constitué... de paysans (qui l'eut cru), disparu entièrement dans les forêts de Vladimirskoe. Désertion, sans doute.



Le III bataillon paysan, dernière photo connue. Si vous avez des informations sur ces gens, veuillez contacter immédiatement la Gendarmerie Impériale.

Heureusement, Andropov venait de recevoir le renfort d'une Sotnia entière (1200 hommes) de cosaques aguerris. Il ne se soucia donc pas outre mesure de la canaille qu'il venait de perdre.


Heureusement qu'il y en a pour rattraper les autres !

La Division Andropov toute entière (un peu près 6000 hommes à présent), fit mouvement vers la frontière, à l'endroit même où les deux régiments avaient disparu.
On allait mater ce ramassis de paysans bornés.

_________________
Secrétaire du Gouvernement
Huissier du Palais
Procureur de la Couronne

Ура Царю!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sainterusslavie.megabb.com
Alexandre III



Nombre de messages : 538
Age : 36
Localisation : Palais Impérial - Gornograd
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Operation Mère Aimante   Mer 15 Avr 2009 - 6:49

Le Général Andropov maintenant armé de ses 6 000 soldats, cosaques, milliciens parti pour le village frontalier de Korgislaw. Les ordres de Gornograd était clair, il fallait frapper l'imaginaire collectif tel que de soutenir l'indépendance serait un suicide. Korgislaw était un petit hameau de 1 400 personnes, principalement des russlaves travaillant dans les mines avoisinantes. Petit, pitoresque a souhait, on aurait pu en faire un paysage de carte postale. Mais ca c'était avant...

Andropov venait du fin fond de la Sibérie, élevé par une famille de cosaque Tcherkesses. La mort pour lui était égale. Il n'avait absolument peur de rien et plusieurs chuchotaient dans les rangs que le Général était parmis ces sanguinaires comme on en fait plus. Les méthodes de tortures traditonnelles tcherkesses faisait parti de ses pratiques pour effrayer l'ennemi. Il ne s'en gêna pas lorsqu'il recut le feu vert de Gornograd pour employer tout les moyens possibles afin de ramener le giron Svetivostokois.




C'est ainsi que des 1 400 habitants, 300 se firent empaler le long de la frontière Svetivostokoise. Personne ne fut épargnés. Hommes dans la force de l'age, femmes enceintes et vieillard. On fit entrer les enfants dans la petite église cathodoxe-orthodique et on barra les portes de l'extérieur. On y jeta le feu avec des cocktails molotov. Cris, pleures et souffrance attroce se firent entendre. Le pauvre pope voulant a tout prix les libérer se fit crever arracher les yeux par un cosaque qui est offrit a manger a un chien errant.

L'effroyable scène devant laquelle Andropov assista le laisse de marbre, sans laisser transparaitre la moindre émotion. Il demanda ensuite a ceux restant de partir répendre la nouvelle a Svetivostok de ce a quoi il s'attendait lorsque le Général arriverait.

La tactique de la peur était parfois aussi efficace qu'une grande armée mal entrainé et sous équipé. La cruauté démentiel des sibériens habitués aux environnements inhumain et glacial aurait fait palir n'importe quel Gornogardien occidentalisé.

Andropov fit signe a son armé de franchir la frontière, couteau entre les dents.

_________________

Sa Majesté Impériale Alexandre III
Tsar de toutes les Russlavies
Souverain des Protectorats de l'Empire
Protecteur de la foi Cathodoxe-Orthodique
Assassiné le 10 juin 1909
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leonid Godinnik



Nombre de messages : 900
Localisation : Svetivostok
Date d'inscription : 28/12/2006

MessageSujet: Re: Operation Mère Aimante   Mer 15 Avr 2009 - 19:03

EL/ je passe en coup de vent, planning professionnel très chargé, je ne peux continuer le RP que demain ;o(((( attendez av ant de massacrer Surprised) /EL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leonid Godinnik



Nombre de messages : 900
Localisation : Svetivostok
Date d'inscription : 28/12/2006

MessageSujet: Re: Operation Mère Aimante   Mar 21 Avr 2009 - 20:12

Sur terre...

Après que les massacres eurent été perpétrés, la sécurisation des villages par l'artillerie fut mise en place: des batteries étaient installées un peu partout et des corps de soldats de la République Russlave de Svetivostok se positionnaient prêts à en découdre contre ces barbares sodomites et travestis en humains...

Quelle ne fut pas la surprise de ces Cosaques lorsque, arrivant devant le village de Koutaïnskia, tout triomphants, ils virent des gueules de canons se dresser face à leur charge de cavalerie: ils n'eurent même pas le temps de réagir que déjà des obus tombaient par dizaines et déchiquetaient hommes et bêtes...



Bientôt les vaillants cosaques ne valaient plus tripette devant la puissance de la République qui défendait ardemment ses frontières.

Le Général Andropov ne fut pas épargné par cette tourmente de plomb et de poudre et eut le visage emporté par un mortier de 15... on retrouva son buste ensanglanté, couvert de débris humains, et le bras tenant toujours fermement le sabre en mouvement d'attaque...
Ses hommes, privés de leur leader ne savaient plus à quel saint se vouer et firent rapidement marche arrière, pas assez cependant pour que des dizaines d'entre-eux furent mis en lambeaux par l'artillerie moderne... Les massacres furent par là vengés...

Les défaits cosaques n'oseraient plus approcher les frontières...


Sur mer

Une fois la bataille gagnée, les navires de la flotte impériale en totale perdition, fumant et prenant l'eau de toute part, furent arraisonnés par les croiseurs de la République... Les matelots, de pauvres bougres des champs furent mis en cale et on leur servit un bol de soupe... Les officiers furent mis aux arrêts en cas de reddition tandis que ceux qui refusaient la fatalité étaient passés par les armes. La flotte de l'Empire n'existait plus, et la touche finale à l'humiliation fut posée par les Capitaines Yourevitch, Davidenko et Lvov qui prêtèrent serment de fidélité à la République et hissèrent le pavillon de celle-ci bien haut...

La flotte de la République avait subit des dégâts et beaucoup de fiers marins de la Perle de l'Orient avaient perdu la vie en ces eaux froides et trouble de la Mer des Glaces... Un hommage fut rendu aux défunts à travers les cornes de brume de tous les navires qui retentirent en choeur, faisant frémir d'émotion le plus valeureux des mousses et des canonniers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Vigilant



Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 21/04/2009

MessageSujet: Re: Operation Mère Aimante   Mer 22 Avr 2009 - 0:38

Sur mer, un peu avant...

La bataille était perdue. Le tumulte de la guerre faisait encore rage, partout autour de l'amiral Razoumikhine.
Celui-ci s'était plongé dans une apathie résignée. Il ne donnait plus d'ordres. Il n'esquissa aucun mouvement quand des éclats de shrapnel balayèrent le pont de commandement, fauchant plusieurs officiers autour de lui.

Dmitri Prokofievitch Razoumikhine n'était plus réceptif à rien, il ne voyait plus que les navires russlaves qui coulaient et les hommes qui mouraient.
C'est pourquoi il mit du temps à réaliser que son second lui parlait avec insistance. Encore plus longtemps à comprendre ce qu'il lui disait:


- ... nous rendons, le combat n'est plus possible. Vous êtes démis de votre commandement. J'ai fait hisser le drapeau blanc.

Razoumikhine recula, se dérobant d'un mouvement brusque aux marins qui tentaient de s'emparer de sa personne.
Il savait pertinement ce qu'il lui restait à faire: d'un geste rapide et précis, il dégaina son tokarev, et le braqua sur sa tempe.
Il ferma les yeux et appuya. Sa cervelle fut projetée à travers la pièce.

Quelques minutes plus tard, le Wolodymir Monomakh se rendait aux Républicains.

Le dernier cuirassé, le Parizh, réussit à s'enfuir en haute mer, où il retrouva le Kniaz Sveringoraï et le Novik.
Sans port d'attache, sans ordres, sans aucune idée de la situation à terre, les trois navires étaient condamnées à un long voyage, vers quelque terre d'asile...


Sur terre:

A la nouvelle de la défaite d'Andropov, toute la région s'embrasa.
Les villes, les unes après les autres, proclamèrent leur ralliement à la République.
Bientôt, toute la province de Novgorod était "républicaine".
Mais de quelle République s'agissait-t-il ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feodor V. Pojarski



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: Operation Mère Aimante   Jeu 7 Mai 2009 - 19:31

Quelque part dans ce grand désordre de mort, un homme se faufile à travers les combats, il évite les armées, et s'échappe bientôt de la province de Svetivostok.

Aux alentours de Dniepropalatinsk, il est pris en chasse par des miliciens de l'Union des républiques, qu'il fuit en s'enfonçant dans la profonde forêt qui borde la bourgade.

Après avoir erré trois jours au fond des bois, ne se nourrissant que de baies et d'eau fraiche, traqué de loin en loin par les paysans du coin, il parvient à atteindre la rivière Iyuliei, où il s'empare d'une vieille barcasse dont le vieux propriétaire n'a pas posé d'ennuis, une fois amené à la raison.

En se laissant porter par le courant, l'homme réussit à rejoindre un vague hameau sans nom, où il trouve un cheval.

Après trois jours de chevauchée, il parvient à Tseliabinsk, où passe le Transsibèrien. Inconfortablement installé dans un wagon surpeuplé de réfugiés, il se laisse conduire vers l'Ouest... Vers Gornograd.

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Operation Mère Aimante   Aujourd'hui à 15:27

Revenir en haut Aller en bas
 
Operation Mère Aimante
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recettes de grand mère ...
» diarrhée due aux chaleurs de la mère
» Remède de grand mère...
» operation carpe chez mondial peche
» Vidéo qui déchire sa mère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Sainte Russlavie :: A travers le pays :: Régions et Villes de Russlavie :: Gubernya d'Orient-
Sauter vers: