La Sainte Russlavie

Micronation inspirée de la Russie tsariste des années 1900
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Convocation de la Douma : 2ème législature de 1917
Dim 21 Mai 2017 - 19:32 par Mikhaïl II
Comme l’exigeait l’article 12 des Lois Fondamentales, le Tsar convoqua formellement la Douma suite aux élections du mois de mai. Le cérémonial était relativement simple et débutait avec le discours du trône au Palais des Terems auquel les députés étaient invités. Cette fois-ci, le tsar se fit présenter son texte par la majorité PCD, rompant avec la tradition qui laissait au souverain le choix de …

Commentaires: 0
Douma d'Empire - Composition actuelle
Mar 9 Mai 2017 - 3:32 par Mikha Brasnov
Composition de la Douma : Session du 3 mai 1917 au 3 septembre 1917.

Spoiler:
 



Commentaires: 0
2éme Législature de 1916: Révision des Lois Fondamentales
Mar 18 Oct 2016 - 5:05 par Mikha Brasnov
Dans ses moments de lucidité, le tsar Mikhaïl II montrait une singulière intelligence politique doublée d’un attachement réel pour son pays. Et il se trouvait que le remplacement de son médecin personnel, ancien moine au passé douteux, par un professionnel respecté avait presque pérennisé la maîtrise de soi du souverain. Les effets des nouveaux médicaments expliquaient peut-être sa décision …

Commentaires: 4
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 3 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités :: 1 Moteur de recherche

Mikha Brasnov

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 60 le Lun 22 Déc 2014 - 1:40
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Forum

Partagez | 
 

 A Novolensk....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Feodor V. Pojarski

avatar

Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: A Novolensk....   Jeu 7 Mai 2009 - 19:56

- Terminus ! Le train ne va pas plus loin ! La voie est coupée à hauteur de Dmitrietsvo !

La voix stridente du responsable tira brusquement Irakli Akhrameievitch de son sommeil. A la vérité, il puait. Ses vêtements n'étaient plus que d'informes nippes, réduites en lambeaux, couvertes d'un mélange de crasse et d'une substance indéterminée, rouge-brunâtre.
Il ne s'était plus lavé depuis trois semaines, et les quantités astronomiques d'alcool qu'il avait ingurgité avec ses compagnons de transport n'arrangaient rien.
Dehors, c'était le soir. Les derniers feux de l'astre couchant s'évanouissaient à l'ouest.

Frottant sa barbe rapeuse, il se leva et quitta le wagon. Une fois sur le quai, il se trouva pris dans un grand tumulte. La peste soit des trains et de ce personnel imbécile !
Combien de temps allait-il devoir attendre dans cette ville sordide ? Au moins une journée, sinon plus. Apparement, des soldats, sans doute tsaristes, avaient fait sauté la voie.

Irakli Akhrameivitch sortit dans la rue, décidé à trouver un hôtel, promenant un regard indifférent et très dolent autour de lui.
Au loin, on voyait les cheminées des immenses fabriques qui engloutissaient chaque jour leur tribut de vies humaines et qui inlassablement noircissaient le ciel de Novolensk.

Ici, dans le centre, les petites maisons ouvrières laissaient la place à de belles avenues qui n'auraient pas démérité à Gornograd, si elles n'étaient pas dans un état de délabrement avancé.
En plusieurs endroits, le pavement avait été intégralement arraché, sans doute pour une quelconque manifestation.

La ville semblait prise d'une curieuse euphorie; la plèbe avait envahi la rue et discutait chaleureusement. Les gens chantaient et buvaient. Les mots "Medjelev" et "Révolution" revenaient souvent dans les bouches.

Non sans mal, Irakli finit par trouver un hôtel suffisament reculé, loin des grandes avenues, encastré dans une ruelle étroite. On ne lui demanda rien, sinon de payer à l'avance.

Une fois installé dans sa chambre défraichie, il hèla le garçon d'étage;


- Comment t'appelles-tu, gamin ?

- Zossim, Vot' Haut' Noblesse.

- Bien, Zossim, sois gentil va me chercher deux femmes suffisament aimables pour s'occuper d'un brave soldat comme moi...Et ne fais pas l'âne, je sais que tu en connais.

dit-il tout en lui fourrant un kopeck dans la main.

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feodor V. Pojarski

avatar

Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: A Novolensk....   Ven 8 Mai 2009 - 1:45

Le lendemain matin, Irakli émergeait lentement de sa torpeur moite dans un bouge du centre-ville.
Il faisait une chaleur étouffante dans la pièce mal aérée.
Une des filles gisait dans un coin, son corps tordu dans une position improbable, le visage déformé par un rictus grotesque, la langue bleuie et les yeux exorbités.
L'autre, une grosse blonde opulente, dormait profondément sur le lit, à côté d'Irakli.

Celui-ci lui glissa un billet d'un rouble dans le décolleté de la fille, qui grogna mais ne se réveilla pas. "Tant mieux pour elle", songea Irakli Akhrameievitch, avec une bienveillance sincère, aussi réelle que les rêves de sang et de mort qui l'avaient pris cette nuit là.

Le Kaukazien se leva, enfila son nouveau pardessus, volé à un bourgeois en goguette, et quitta la pièce sur la pointe des pieds.

Relevant son col, il s'éloigna en hâte du bordel, soulagé de n'avoir croiser personne dans les couloirs défraichis.

Quelques rues plus loin, il fouilla ses poches; ce qu'il y trouva lui arracha une grimace de dépit; il ne lui restait plus beaucoup d'argent. Il allait falloir s'en procurer... Beaucoup.

Rebroussant chemin, Irakli se dirigea vers un estaminet louche à souhait qu'il avait repéré le jour d'avant. Là, il trouverait surement le genre d'individus qu'il cherchait...

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feodor V. Pojarski

avatar

Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: A Novolensk....   Dim 10 Mai 2009 - 20:51

Quelque part, dans les environs de Novolensk. Une ferme abandonnée.

Une joie intense parcouru Irakli alors qu'il se rémemorait les événements de la veille. Il ne pouvait empêcher ses lèvres de se retrousser en un rictus de grande félicité au souvenir des corps éparpillés. C'était d'ailleurs l'unique manière de tromper l'ennui, coincé qu'il était au beau milieu de nulle part.

L'attaque du principal syndicat de la ville était risqué, mais le butin valait bien tous les dangers. Irakli et ses deux complices, Koba et Volodia, avaient fait irruption, tiré dans le tas (six, peut-être sept morts) et trimbalé les sacs de biffetons (la caisse sociale du syndicat, pas moins de 25 000 roubles) jusqu'à un camion dans l'arrière-cour, tranquillement, confiants dans l'amateurisme total de la police locale, qui avait effectivement mis vingt minutes à arriver sur les lieux.

Irakli et ses complices s'étaient tiré vite fait, après avoir échangé un peu de plomb avec la milice rouge. Volodia en avait pris une dose au passage, mais ça n'avait pas l'air bien grave.

Maintenant, les trois hommes se faisaient oublier dans une ferme isolée, à dix verstes de Novolensk. L'attaque du plus grand syndicat de Novolensk allait surement faire beaucoup de bruit; il fallait donc se tenir tranquille quelques jours, ensuite on pourrait déquaniller vers Gorno' ou ailleurs, à condition que Volodia, qui ne cessait de geindre, puisse se lever.
Sinon, pensa Irakli, il faudrait le laisser ici...

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A Novolensk....   

Revenir en haut Aller en bas
 
A Novolensk....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Sainte Russlavie :: A travers le pays :: Provinces russlaves :: Gubernya de Navolstov :: Novolensk-
Sauter vers: