La Sainte Russlavie

Micronation virtuelle inspirée de la Russie tsariste des années 1910
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Session extraordinaire - Crise au Kolozistan
Mar 12 Déc 2017 - 19:04 par Feodor V. Pojarski
Alors que le Ministre de la Guerre descendait de la tribune pour retourner à sa place, et que le Ministre des Phynances s'apprêtait à lui succéder pour présenter le budget du gouvernement, des cris éclatèrent en provenance de l'extrême-droite de l'hémicycle:

- Ce n'est pas Malvaneck que l'on veut ! Assez perdu de temps en peccadilles ! Le gouvernement va-t-il enfin réagir à la crise majeure qui …


Commentaires: 3
3ème législature de 1917 : modernisation militaire
Jeu 9 Nov 2017 - 0:32 par Mikha Brasnov

Réélu haut la main président de la diète, Radimir Komiov prit sa place sur le perchoir et commença à passer en revue l’ordre du jour. Le gouvernement avait insisté pour aborder en premier lieu la question de la modernisation militaire.

Le pays n’était pourtant pas en guerre et des sujets se faisaient plus pressants pour les russlaves de modeste condition. Le plan était vraisemblablement de …


Commentaires: 3
Douma d'Empire - Composition actuelle
Mar 9 Mai 2017 - 2:32 par Mikha Brasnov
Composition de la Douma : Session du 3 mai 1917 au 3 septembre 1917.

Spoiler:
 



Commentaires: 1
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 4 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 4 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 60 le Dim 21 Déc 2014 - 23:40
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Forum

Partagez | 
 

 Lettre aux dirigeants du PCD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caïov Octavianov Czar

avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 21/07/2009

MessageSujet: Lettre aux dirigeants du PCD   Mer 22 Juil 2009 - 0:21

Le jeune Caïov Octavianov Czar avait beaucoup d'idées sur les futures institutions de son pays. Féru de droit il y avait longuement réfléchi et il entendait bien les faire partager. Mais comment ? Ainsi, il envoya une lettre à un mouvement politique respectable, espérant bien ainsi pouvoir les influencer, et pour ce faire il s'était lui-même déplacé et avait remis en main propre à l'accueil le document :

Citation :
Aux dirigeants du Parti Constitutionnel Démocrate,

Je sais que je ne serai pour vous qu'un jeune prétentieux lorsque vous aurez lu cette lettre, un jeune sot, voire même pire, un jeune fou. Il est vrai que j'aurai eu le culot... que dis-je ! l'arrogance... que dis-je encore ! la folie... de vous présenter un modèle institutionnel tout fait pour la Russlavie et la République qui a enfin triomphé de la tyrannie tsariste.
Mais si j'ose vous envoyez un tel projet c'est parce que je meurs d'amour pour ma Patrie, ma Nation, que je vois depuis mon arrivée à l'âge adulte totalement soumise aux conflits de personne, à la barbarie de la guerre civile, et à la tyrannie ds Tsars. Dieu merci, nous nous sommes débarassés des despotes. Néanmoins, gardons-nous de tomber sous la coupe d'un nouveau Tsar qui sous le titre de "Président de la République" cacherait son ambition démoniaque d'instaurer un pouvoir personnel sous les allures d'une république démocratique. C'est ainsi et uniquement dans l'optique d'assurer la démocratie, la paix et la liberté au sein de notre merveilleuse république que je vous présente mes conclusions.

Premièrement, comme pierre angulaire de toutes nos institutions je propose la mise en place d'un Grand-Electeur, élu au suffrage universel direct par le Peuple russlave pour un mandat d'un an non-renouvelable, dont la fonction serait l'exécution d'un recensement et d'en dégager un album civil établi selon des critères de richesse. En fonction de cet album, le magistrat nommerait alors les cents députés de la Douma. Je sais que cette proposition parait peu démocratique mais j'ai dans l'idées que vu le peu d'instruction du Peuple russlave nous ne pouvons prendre le risque de voir un fort talentueux démagogue et populiste qui se servirait des élections législatives pour se constituer une clientèle docile et instaurerait une tyrannie. Le Peuple veut surtout la paix et la sécurité et n'est pas encore attaché à la liberté. Pour ces raisons je vous propose la solution du Grand-Electeur, dont l'origine des choix serait tout de même démocratique, ce même homme étant élu au suffrage universel direct.
Deuxièmement, la Douma, unique assemblée de la République, tiendrait une place particulière dans les institutions que j'ose proposer. Nommée pour six mois selon l'album du Grand-Electeur, la Douma voterait le budget, vote les lois, les motions, ratifie les traités, déclarerait la guerre, contrôlerait l'action politique de l'Exécutif et pourrait renverser les magistrats le composant ainsi que les Ministres de manière individuelle ou collégiale. Ainsi, nous nous assurons que la tyrannie de l'Exécutif ne pourra plus jamais être répetée comme au temps du tsarisme. Rien ne pourrai alors se faire sans ou contre la Douma permettant ainsi un équilibre précieux des institutions.
Troisièmement, l'Exécutif serait divisé entre deux magistrats dont je n'ai pas trouvé le nom, désignés par la Douma pour six mois. Leur fonction serait de nommer et révoquer les Ministres selon leur choix, de diriger l'armée, de présider aux séances de la Douma, de présenter des projets de loi, de négocier les traités, de proposer la déclaration de guerre, d'exécuter les motions et l'application de la loi, de décider d'un plébiscite populaire sur tout sujet, de nommer les fonctionnaires de l'Etat. Chacun des deux magistrats disposerait individuellement d'un droit veto sur les actions de son alter-ego de l'Exécutif. Ainsi, tout en ayant un Exécutif capable de mettre en place une politique et d'agir, nous éviterons par sa division, la mise en place d'un tsarisme sans le Tsar.
Quatrièmement... vous me direz que le Peuple est bien peu de chose dans tout cela ? J'en conviendrai. C'est pourquoi la base démocratique de la République se doit d'être confortée par un pouvoir que j'ai nommé "pouvoir prohibitif". Un magistrat élu au suffrage universel direct pour six mois selon le principe de la candidature libre disposerait d'un droit de veto sur tous les projets, propositions de loi, motions, règlements ou autre actions de l'Exécutif et de la Douma. Et afin d'éviter les pressions politiques et les menaces, il disposerait d'une immunité judiciaire et politique inviolable. Ainsi, la République parlementaire que nous instaurerons - c'est mon voeu comme cela peut transparaître dans ma proposition - ne dériverait pas en un "régime d'assemblée" comme c'est trop souvent le cas, grâce au garde-fou de ce magistrat du Peuple (dont je n'ai pas non plus trouvé le nom). S'il ne doit pas y avoir de tyrannie de l'Exécutif, il ne doit pas y en avoir non plus du Législatif. Ce magistrat, évitera ce risque.
Enfin, cinquième et dernier point, puisqu'il faut envisager les pires des solutions, je propose la possibilité d'une magistrature extraordinaire. Un magistrat, désigné par l'Exécutif après le vote d'une loi préliminaire par la Douma, et comportant le nom du titulaire de de cette magistrature pourrait disposer des pleins pouvoirs en cas de situation grave pour une durée déterminée par la loi préliminaire pré-citée. Bien évidemment, tout refus de rendre ces pouvoirs exceptionnels amènerait la déchoiement du dictateur de sa nationalité, sa proclamation comme Traître à la Patrie et à la République, et l'obligation pour tout citoyen de le capturer ou de lui nuire. Ainsi, la République pourrait en cas de crise grave, majeure, faire face à l'imprévu par une magistrature exceptionnelle, une dictature de salut public, tout en évitant le risque de la tyrannie... d'un tsarisme sans le nom.


J'espère que vous tiendrez compte de ma proposition bien que je ne me fasse guère d'illusion.


Recevez mes plus sincères salutations et mes respects les plus dévoués,



Caïov Octavianov Czar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stepan Mai-Maievski

avatar

Nombre de messages : 779
Age : 46
Localisation : Gornograd
Date d'inscription : 22/12/2006

MessageSujet: Re: Lettre aux dirigeants du PCD   Jeu 23 Juil 2009 - 10:00

La réponse ne tarda pas.

Citation :
Monsieur,

Notre premier mouvement, à la lecture de vôtre lettre, a été d'effectivement vous prendre pour un jeune sot.
Vôtre système est une audacieuse et élaborée construction politique: il est patent que vous y avez longuement réfléchi.

Malheureusement nous sommes au regret de vous dire que si votre échafaudage est défendable in abstracto, il a peu de chances d'être viable in concreto: la Russlavie est un pays dont les atavismes sont plus lourds que tout, y compris en politique.

Néanmoins, nous nous en voudrions de décourager les jeunes vocations.
Vôtre lettre témoigne en effet d'un engagement réfléchi et profond envers la Chose publique.
L'ardeur à servir la Patrie doit être encouragé, c'est pourquoi nous vous convions à un entretien informel à l'Institut, siège du PCD, siège dont on peut dire, sans risque d'être contredit, qu'il est nettement plus confortable que les arsenaux ruinés où se terrent les autres partis.

Veuillez agréer, Monsieur, l'assurance de notre considération,

Le Comité Executif

_________________
Stepan Iossifovitch Mai-Maievski
Ministre des Affaires Etrangères (Janvier à Novembre 1908)
Premier Ministre de la Sainte Russlavie (Juin à Septembre 1908)
Commissaire aux Affaires Extérieures (Mars à Décembre 1909)
Mort le 31 janvier 1910.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caïov Octavianov Czar

avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 21/07/2009

MessageSujet: Re: Lettre aux dirigeants du PCD   Jeu 23 Juil 2009 - 10:57

Le jeune Octavianov Czar répondit très rapidement à l'invitation qui lui était faite de la part des membres directeurs du Parti Constitutionnel Démocrate :

Citation :
Aux membres du Comité Exécutif,


C'est avec plaisir que je serai reçu par vous en vos bureaux. Je suis à votre disposition pour la fixation de l'entrevue.

Recevez l'expression de mes sentiments agréés,

Caïov Octavianov Czar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stepan Mai-Maievski

avatar

Nombre de messages : 779
Age : 46
Localisation : Gornograd
Date d'inscription : 22/12/2006

MessageSujet: Re: Lettre aux dirigeants du PCD   Jeu 23 Juil 2009 - 11:22

L'entrevue fut rapidement fixée. Le jeune Octavianov était convié à l'Institut le jour même, à 17h, l'heure à laquelle Mai-Maievski et sa clique se jetaient quelques verres derrière la cravate, avant d'aller dîner dans l'un des restaurants en vue de la Capitale.

A l'heure dite, le jeune Octavianov fit son entrée à l'Institut, siège du PCD. Le lieu exhalait une atmosphère feutrée et respectable, un air de richesse et d'intrigues. Des lustres monumentaux diffusaient une lumière tamisée dans les salons où, carrés dans de luxueux fauteuils, les membres du Parti devisaient nonchalamment, lisaient la presse ou consultaient un des innombrables livres qui couvraient les murs de l'ancienne bibliothèque universitaire.

Un serviteur en tenue impeccable s'approcha, et après avoir débarassé Octavianov de son pardessus, le conduisit vers le Petit Fumoir, où l'attendaient Mai-Maievki et quelques membres du Parti; avocats, professeurs, journalistes affidés, puissants industriels, etc...

_________________
Stepan Iossifovitch Mai-Maievski
Ministre des Affaires Etrangères (Janvier à Novembre 1908)
Premier Ministre de la Sainte Russlavie (Juin à Septembre 1908)
Commissaire aux Affaires Extérieures (Mars à Décembre 1909)
Mort le 31 janvier 1910.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nikolaï Romanovsky

avatar

Nombre de messages : 283
Age : 27
Localisation : Muarsibirsk
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Lettre aux dirigeants du PCD   Jeu 23 Juil 2009 - 16:16

Le maréchal était lui aussi présent, il avait comme les autres lu la lettre que se jeunes homme leurs avait adressé.

Il avait hâte de voir la réaction des autres membres face à cet utopiste. Pour lui la réponse était claire, le système qu’il prônait était impossible à réalisé en Russlavie. Et il mettrait en danger les grands, telle que Mai-Maievski et les autres qui été ces soutien et qui ne laisserais pas passer le pouvoir de leurs mains vers des autres.

_________________

Nikolaï Alexandrovitch Romanovsky

Président du Gouvernement Provisoire de la République Russlave (1909) (1914)
Député PCD(1908, 1909)
Commandant de la Garnison de Gornograd (1908-1909)
Maréchal de Russlavie
Membre du PCD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caïov Octavianov Czar

avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 21/07/2009

MessageSujet: Re: Lettre aux dirigeants du PCD   Jeu 23 Juil 2009 - 22:56

Le jeune Octavianov arriva à l'heure dite et prévue du rendez-vous avec les hauts dirigeants du Parti Constitutionnel Démocrate. Il savait qu'à leurs yeux il n'était qu'un petit enfant sans expérience, un jeune homme que l'on ne pouvait pas prendre au sérieux. Il savait aussi que la seule chance de voir la République se stabiliser grâce à un système de balanciers de pouvoirs et de démocratie libérale était morte avant même d'avoir pu voir le jour. Mais bon... peut-être pouvaient-ils les convaincre au moins d'accorder attention aux quatrième et cinquième points de son argument de droit constitutionnel : le pouvoir prohibitif - certainement le plus important - et le pouvoir dictatorial. Mais y avait-il une chance que lui, jeune homme sans expérience, puisse convaincre de tels hiérarques de la politique qui avaient traversé tous les régimes sans jamais s'éloigner du pouvoir... Une telle longétivité alors que les régimes s'étaient succédé forçait l'admiration... et montrait que ces gens disposaient de compétences dont le jeune Octavianov n'avait sûrement pas le secret.

Montant au premier étage, lieu où devait se dérouler la réunion, Octavianov pénétra dans le salon... lieu des plus richement décorés... Visiblement le PCD disposait de quelques sources de revenus dont il n'avait pas l'idée à moins qu'il ne vive des généreuses donations des nombreux hommes d'affaires et autres multi-millionnaires qui étaient membres du Comité Exécutif. Répondant à l'invitation du Maréchal Romanosky et de Stepan Mai-Maievski, le jeune homme s'assit. Puis, il osa s'exprimer en premier contre tous les usages :

- Avant toute chose, je souhaitais vous exprimer toute ma gratitude de l'honneur qui m'est fait de daigner me recevoir et de m'accueillir en ces lieux alors que je ne suis, pour vous, qu'un fol inconnu. Je sais bien qu'en m'exprimant le premier je manque à tous les us et coutumes de la tenue correct d'un invité. Mais je tenais à vous exprimer ma reconnaissance avant toute chose...

Ceci dit, il attendait que s'expriment les hiérarques du PCD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stepan Mai-Maievski

avatar

Nombre de messages : 779
Age : 46
Localisation : Gornograd
Date d'inscription : 22/12/2006

MessageSujet: Re: Lettre aux dirigeants du PCD   Ven 24 Juil 2009 - 20:23

Désireux de mettre à l'aise le nouveau venu, Stepan Iossifovitch fit un geste au butler qui se tenait dans l'ombre. Celui-ci s'empressa de servir des verres à la cantonade, et tendit la boîte à cigares au jeune Octavianov.

Alors seulement, d'un ton qui se voulait bienveillant et condescendant à la fois, Mai-Maievski répondit aux propos du nouveau-venu;


- C'est un plaisir pour nous de vous recevoir ici, ... - Manifestement, Mai-Maievski ne se rappelait pas du prénom et du patronyme d'Octavianov, si tant est qu'il l'eut jamais su -
..., cher ami. Le Parti Constitutionnel Démocrate est un parti progressiste et libéral, nous sommes donc ouverts aux idées nouvelles et à tous les hommes de conviction qui aiment leur pays.

Mais avant de parler de choses sérieuses, dites nous en un peu plus sur vous. D'où êtes vous, quelle est vôtre situation ?

_________________
Stepan Iossifovitch Mai-Maievski
Ministre des Affaires Etrangères (Janvier à Novembre 1908)
Premier Ministre de la Sainte Russlavie (Juin à Septembre 1908)
Commissaire aux Affaires Extérieures (Mars à Décembre 1909)
Mort le 31 janvier 1910.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caïov Octavianov Czar

avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 21/07/2009

MessageSujet: Re: Lettre aux dirigeants du PCD   Ven 24 Juil 2009 - 23:03

Arborant un très léger sourire de circonstance, Octavianov répondit le plus naturellement du monde :

- Cela va de soi. Eh bien pour votre information, je me nomme Caïov Octavianov Czar. Je suis né le 11 mai 1886 à Gornograd. J'ai donc, comme vous le déduirez, vingt-trois ans. Aujourd'hui je vis avec ma mère et ma soeur aîné Juliana au 11 impasse des Douze Soeurs à Gornograd. Je pense avoir reçu une solide formation historique, juridique, politique et... philosophique. En revanche, ne me demandez pas de parler une langue étrangère j'en suis incapable.

S'arrêtant quelques instants, il en vient au fond, ce qui intéressait certainement le plus ses interlocuteurs :

- Mon père, Caïov Octaviov Czar était un riche propriétaire agricole, disposant d'environ vingt-cinq mille hectares cultivables à trois cents kilomètres à l'est de Gornograd. C'est moi qui ai donc hérité de ses terres et de son capital financier... estimé à 30 000 000 de Roubles Russlaves.

A ce moment, il garda le silence, cherchant à voir s'il y avait une quelconque réaction chez ses interlocuteurs, puis il reprit très vite le cours de son rapide résumé de sa vie :

- Mes convictions ? Je suis profondément républicain, mais je suis tout sauf utopique et idéaliste... Je n'ai jamais aimé ce régime arbitraire et tyrannique qu'était l'Empire des Tsars. Et j'espère profondément que nous en avons fini avec les Samsonov et leurs suppots de junkers... Je me dévoue aujourd'hui au service de la République et de la Patrie russlave. Espérant que ces deux mamelles de ma vie voudront bien de moi... Mon but ? Faire en sorte que la Russlavie sorte de ces années de troubles et de guerre civile et que soit instauré un régime durable et stable, capable d'apporter à la fois l'ordre, la sécurité, la justice, la liberté et la démocratie au Peuple russlave.

Ayant fini là son exposé, il attendait désormais l'intervention des pontes du PCD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stepan Mai-Maievski

avatar

Nombre de messages : 779
Age : 46
Localisation : Gornograd
Date d'inscription : 22/12/2006

MessageSujet: Re: Lettre aux dirigeants du PCD   Sam 25 Juil 2009 - 10:29

Stepan Iossifovitch alluma une cigarette, projeta quelques ronds de fumée vers le plafond, puis approuva les derniers propos d'Octavianov;

- Oui, c'est un grand défi qui se présente devant notre pays aujourd'hui... Nous devons faire en sorte que la République soit vraiment un espace de justice et de liberté, et non une étiquette mensongère collée sur les manigances de ceux qui rêvent de détruire ce pays.

Vous lisez la presse, Caïov Caïovitch ? Lisez donc "Egalité", la feuille de chou des Merksistes, vous verrez l'étendue de l'imposture qu'ils fourguent au peuple crédule.

Je pense que vous avez frappé à la bonne porte ! Le Parti serait honoré de compter parmi ses membres un homme de convictions tel que vous !


Stepan avait été rassuré dès qu'il avait entendu Octavianov mentionner sa fortune. Dans la situation actuelle, et avec les menaces que les merksistes faisaient peser sur la propriété, un homme disposant d'un capital de 30 Millions RR ne pouvait soutenir la gauche, à moins d'être suicidaire... où de s'appeler Léonid Godinnik.

_________________
Stepan Iossifovitch Mai-Maievski
Ministre des Affaires Etrangères (Janvier à Novembre 1908)
Premier Ministre de la Sainte Russlavie (Juin à Septembre 1908)
Commissaire aux Affaires Extérieures (Mars à Décembre 1909)
Mort le 31 janvier 1910.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caïov Octavianov Czar

avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 21/07/2009

MessageSujet: Re: Lettre aux dirigeants du PCD   Dim 26 Juil 2009 - 20:45

Calmement, le jeune Octvianov réfléchit à la proposition - ô combien alléchante - du clèbre Stepan Iossifovitch Mai-Maiveski... Il est vrai qu'intégrer un parti politique pouvait être tentant. Mais en homme de conviction, bien que toujours pragmatique, il ne pouvait le faire à n'importe quel prix... et justement il n'accepterait pas de se renier totalement pour cela...

- Excellence, il espérait qu'en usant d'un tel terme auprès du Commissaire aux Affaires Etrangères, il le flatterait si cela était encore possible. Je suis tout disposé à travailler pour la République et la Patrie de la meilleure des façons possibles... Mais je pense que vous puissiez comprendre que je ne peux pas tirer un trait sur l'ensemble des principes politiques qui structurent mon intérêt pour la chose publique...

S'arrêtant un instant, ce fut pour reprendre de plus belle :

- Ainsi, s'il n'est tenu aucun compte de mes avis concernant l'avenir de nos institutions, il me sera difficile de m'intégrer... Vous m'avez dit une fois, qu'en Russlavie nous aimions les choses simples et donc les institutions simples : un régime parlementaire monocaméral et moniste. Bien... mais pour quelle réussite ? Je ne suis pas certain que les dernières expériences furent concluantes... alors un peu plus de complexité ne pourrait faire de mal, ni de tort à notre République. Par ailleurs, la Constitution reste modifiable...

Il arbora un sourire qui se voulait serviable et rassurant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stepan Mai-Maievski

avatar

Nombre de messages : 779
Age : 46
Localisation : Gornograd
Date d'inscription : 22/12/2006

MessageSujet: Re: Lettre aux dirigeants du PCD   Mer 5 Aoû 2009 - 17:09

Stepan sourit. Ce jeune effronté ne lâche pas le morceau ! Il veut monnayer son soutien au parti !

- Bien, Caïov Caïovitch, voici comment je vois les choses. Certaines de vos propositions sont défendables, et nous pourrions éventuellement les défendre, mais je ne peux vous donner d'engagement clair pour le moment: tout cela dépendra de nos résultats aux élections constituantes, des éventuels compromis qu'il faudra faire avec les autres partis, etc...
Je ne peux donc vous donner de gages sérieux, mais vous devrez vous en contenter, car vous savez pertinemment que le PCD est le plus enclin à donner suite à vos propositions.

Mais vous pouvez dès maintenant faire en sorte que notre force décroche la majorité à la Douma constituante. Le PCD, nous en avons fait le constat, doit faire peau neuve s'il veut encore dominer la vie politique russlave.
Nous cherchons à mettre en place une vaste plate-forme républicaine allant de la droite au centre-droit.

Cette "plate-forme", que je vois comme une structure à mi-chemin entre le parti et la coalition, s'appellera l'Alliance Russlave.

Cette stratégie de regroupement des forces saines du pays est le seul moyen pour mettre en place la République que nous voulons.

Je vais donc vous confier une mission, celle de vous entretenir avec les responsables du Parti Paysan, avec les Républicains Nationaux d'Utchenko, et pourquoi pas, avec ce nouveau mouvement qui vient d'éclore ici, à Gornograd, le CPNT ou quelque chose comme ça.


Stepan se ressert un verre;

- Si nous réussissons à mettre sur pied ce Bloc National, nous aurons une réelle chance de construire la République que nous voulons.
Si nous échouons, au contraire, alors la gauche pourra mettre en place la République de ses rêves, celle du "fédéralisme" et de la racaille.

L'heure est historique, Octavianov. Ne décevez pas votre mère éternelle, la Russlavie !

_________________
Stepan Iossifovitch Mai-Maievski
Ministre des Affaires Etrangères (Janvier à Novembre 1908)
Premier Ministre de la Sainte Russlavie (Juin à Septembre 1908)
Commissaire aux Affaires Extérieures (Mars à Décembre 1909)
Mort le 31 janvier 1910.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caïov Octavianov Czar

avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 21/07/2009

MessageSujet: Re: Lettre aux dirigeants du PCD   Mer 5 Aoû 2009 - 22:59

Octavianov resta quelques instants à réfléchir. Il avait toujours été favorable à l'union, au rassemblement. Il ne pouvait donc refuser une telle offre sans circonvenir à ces principes, à ceux qu'il entendait défendre depuis qu'il avait acquis la mâturité nécessaire pour penser politique...

Ainsi, après de longs instants de silence qui devaient paraître interminables, il se contenta de dire :


- C'est d'accord...

Il ouvrit la bouche, marquant un temps d'arrêt, puis sourit légèrement tout en disant :

- Je suis prêt à remplir la mission qui m'est assignée, sachant que certaines des dipositions que je défends seront reprises par le parti s'il venait à remporter les élections législatives... ce dont je ne oute pas un seul instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lettre aux dirigeants du PCD   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lettre aux dirigeants du PCD
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lettre d'un cdt de gendarmerie
» Besoin de conseils : lettre de motiv
» 1600 GT BTE AU LETTRE
» lettre pour notre maitre capelo
» Un nom commençant par la lettre C

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Sainte Russlavie :: Politique :: Partis et Factions :: Parti Constitutionnel Démocrate-
Sauter vers: