La Sainte Russlavie

Micronation virtuelle inspirée de la Russie tsariste des années 1910
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
» Communiqué sur le Micrarctique
Ven 16 Fév 2018 - 16:32 par Le Secrétaire

» Invitation
Ven 16 Fév 2018 - 15:38 par Le Secrétaire

»  Oukaze du 14 février 1918 : remaniement du Conseil
Mer 14 Fév 2018 - 15:52 par Mikhaïl II

» Lettre au tsar
Jeu 8 Fév 2018 - 0:11 par Mikhaïl II

» Rencontre au Palais Marinski
Mar 6 Fév 2018 - 16:03 par Mikha Brasnov

» Bureau exécutif du PIR
Lun 5 Fév 2018 - 20:33 par Maison de Livadia

» Organisation Micromondiale Océanographique (O.M.O)
Lun 5 Fév 2018 - 18:50 par Zoéé

» Arrivée mouvementée au Palais Samsonov
Ven 2 Fév 2018 - 11:51 par Feodor Pojarski

» Utiliser Houlenn, sauver une baleine
Mar 30 Jan 2018 - 23:22 par Zoéé

» Département du Patrimoine Culturel
Mar 30 Jan 2018 - 4:34 par Mikha Brasnov

» Forum
Lun 29 Jan 2018 - 15:43 par Miroslav Kopernich

» Hôtel particulier Ventspills - Maison de Livadia
Dim 28 Jan 2018 - 23:20 par Maison de Livadia

Rencontre au Palais Marinski
Jeu 1 Fév 2018 - 9:42 par Alexeï Karenine
Dans les couloirs du Palais Marinski, les députés suivaient avec intérêt les évènements ayant conduit à leur élection et ayant fait tellement de mal au pays.

Le PCD ayant obtenu la majorité relative s'y accrochait et le PIR relativisait cette victoire en se gardant bien de rappeler qu'il a perdu près d'une trentaine de députés un mois plus tôt.

Yuri Baranov est député de Gornograd, élu dans une …


Commentaires: 5
Douma d'Empire - Composition actuelle
Mar 9 Mai 2017 - 2:32 par Mikha Brasnov
Composition de la Douma : Session du 3 mai 1917 au 3 septembre 1917.

Spoiler:
 



Commentaires: 2
3ème Législature de 1917 : Ratification de traités
Lun 18 Déc 2017 - 16:34 par Mikha Brasnov
Concentrés sur l’aventure martiale en Kolozistan, les politiciens russlaves s’étaient assez peu exprimés sur la conclusion du Sommet régional d’Arzamozate. Il faut dire que le contenu exact des négociations n’avait pour une fois pas fuité dans la presse, même si le communiqué introduisant la rencontre avait clairement mentionné l’épineux sujet du Canal Transcontinental reliant le Lac de Centurya …

Commentaires: 2
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 6 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 6 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 60 le Dim 21 Déc 2014 - 23:40
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Forum

Partagez | 
 

 Le palais Babanine - Siège du gouvernement de Navolstov

Aller en bas 
AuteurMessage
Viktor Medjelev

avatar

Nombre de messages : 409
Localisation : Novolensk
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Le palais Babanine - Siège du gouvernement de Navolstov   Mer 24 Fév 2010 - 17:36

Les saisons passaient mais les maitres demeuraient dans la province de Navolstov. Ainsi, quand le maréchal avait fait son coup d'état, les syndicaliste de Novolensk qui contrôlaient déjà la ville avaient tout naturellement pris le pouvoir en créant le Conseil Révolutionnaire. Et aujourd'hui encore, bien que le peuple ait pu exercé son droit de vote et que le Gouvernement remplaçait le Conseil, les mêmes mencheviks encroutés demeuraient à la tête de la ville, étendant même leur pouvoir jusqu'à Piter et jusqu'aux recoins de la province. D'ailleurs, le gouvernement de Navolstov avait établi ses quartiers dans l'ancien palais du gouverneur, ce même palais ou se rencontraient jadis les conseilistes de Novolensk.

Il faut dire que le Palais Babanine est avantageusement situé sur le bord de la Wolga, au cœur de la ville, et que ses somptueuses décorations ont de quoi faire rêver. En outre, il est si vaste qu'il pouvait contenir, outre la salle de réunion du cabinet, tous les bureaux des ministres ainsi que ceux de leur principaux fonctionnaires. Au rez-de-chaussée, on s'était aussi hâté de créer un petit musé sur les vertus de la République et la noble histoire révolutionnaire ainsi qu'un auditorium qu'on se promettait bien de remplir de populace pour la galvaniser au moins une fois par mois.


Le Palais Babanine

En ce 24 février, le gouvernement provincial siégeait donc pour la première fois dans la vaste salle de réunion que les conseilistes avaient jadis aménagés dans la coupole du palais, tout en haut de celui-ci... sans doute pour illustrer la main-mis et le contrôle des maitres sur leur portion de pays. Ah, ils étaient beau à voir les ministres, vêtus de leur habits les plus propres, la mine haute, le regard hautain, l'air de dire aux autres *mon ministère est plus important que le tien*. Et pourtant, ils se connaissaient tous... il n'y avait, autour de la vaste table de chêne, que d'anciens collègues, camarades, frères d'armes même. Et l'expérience du pouvoir n'était pas nouvelle pour ses hommes et cette femme qui gravitaient tous depuis longtemps autour du PMLR et du Conseil Révolutionnaire. Mais c'était comme si leur titre, l'officialité de leur rôle, avait exacerbé chez-eux ses sentiments naturels de fierté et de condescendance que les mencheviks s'évertuaient à cacher à la plèbe. Quoi qu'il en soit, cette poignée de bourgeois qui se retrouvaient soudain avec un pouvoir légitime dans les mains offrait un spectacle fort singulier à l'observateur.

À l'extrémité droite de la table, d'abord, Vladislav Nabasanko sirotait tranquillement une vodka, un sourire béat fiché sur le visage. Vladimir avait très certainement irrité du ministère le plus insignifiant : celui des loisirs et du sport. Mais ce poste comblait de bonheur le petit leader syndical et, jusqu'à hier, ouvrier de manufacture qu'il était. C'est que Vladislav, contrairement aux autres, avait peu d'expérience du pouvoir, une expérience qu'il savourait maintenant avec délectation. Et puis, songeait-il, il était encore très jeune (23 ans) et avait le temps pour gravir les échelons du pouvoir.

Juste à côté de lui, Anastasia Irina-Vera avait le nez plongé dans ses notes, la mine sévère. C'est que Anastasia n'était pas qu'une menchevik mais aussi une féministe de la première heure, chose très mal vu en Russlavie et que lui avait beaucoup compliqué la vie. Aujourd'hui, elle se réjouissait d'avoir obtenu un poste de ministre et d'être la première ministre de sexe féminin de l'histoire de la Russlavie mais elle ne se reposait pas sur ses lauriers pour autant. Anastasia savait bien qu'on n'aimait pas voir une femme avoir un poste de pouvoir, même chez plusieurs merksistes, et qu'on lui ferait la vie dure. Ainsi, elle avait l'intention d'être une ministre irréprochable et n'avait donc pas le temps pour de petites festivités. Anastasia était ministre des affaires culturelles et religieuses ce qui voulait à peu près dire ministre de la laïcisation forcée.

En face d'Anastasia, Dmitri Bogdan Sperovitch planchait lui aussi sur une pile de note. Le ministre des affaires sociales, un vieux sérigraphe ayant consacré sa retraite aux œuvres de charité, d'abord avec les boudhninstes puis, lorsqu'on dissout cette religion, avec le PMLR, était lui aussi là pour travailler. Toute sa vie, il s'était battu contre la pauvreté et ,maintenant qu'on lui donnait les ressources pour le faire, il contait bien faire fondre ce fléau sous le soleil sec de Navolsov, sa province natale.

À coté de Dmitri, la place de Viatcheslav Sergeuieva était vide. Le ministre du développement économique jouait au dard, au fond de la pièce, avec une photo du président du mouvement patronal russlave comme cible. Viatcheslav était un vrai rouge : ancien spartakiste, milicien pendant quelques temps, il avait gouté à la révolution et fait des combats. Mais son dada restait la doctrine économique merksiste et celui qui était diplômé en économie de l'Université Impériale comptait bien faire changer les choses à Navolstov, au plus grand dam des patrons.

En face de la place de Dmitri, Arkadi Petrovitch, certainement le ministre le plus important, finissait de griller une cigarette en regardant ces collègues d'un air hautain. C'est que l'ancien président du syndicat agricole de Navolstov était très certainement un des mencheviks les plus influents de Novolensk. Ancien conseilliste, théoricien merksiste acharné, il comptait bien réviser les programmes éducatifs pour y inclure sa doctrine. Mais rien ne pressait pour le bourgeois qui avait appris à voir la politique comme un métier davantage que comme une vocation.

Finalement, tout au bout de la table, trônait Nicolas Iouri Knessia-Larissa, le Premier Ministre. Nicolas, qui se targuait d'être un ami intime de Viktor, avait connut une ascension fulgurante ses derniers temps dans le PMLR. Se considérant comme un intellectuel de profession, ce stratège et théoricien gravitait pourtant autour du PMLR depuis longtemps et avait contribué à l'élaboration de plusieurs programmes. Il avait aussi pensé la structure du Novolensk Révolutionnaire et écrit plusieurs discours pour Viktor. Mais Nicolas, qui se voyait comme un merksiste démocrate et modéré, avait refusé de faire de la politique active jusqu'à ce que Viktor ramollisse la ligne du parti. Celui qui avait toujours été un travailleur de l'ombre était maintenant une des nouvelles étoiles du parti mais il restait tel qu'il était : solitaire, énigmatique et hautain, un homme d'idées et de paroles qui comptait sur ses ministres pour les gestes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le palais Babanine - Siège du gouvernement de Navolstov
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fabrication d'un siège en fibre de carbone
» [Ice Qnt et Scorpion] Appuie-tête sur siège mesh
» Siège aluminium ?
» Siège résine polyester: STOP à la couleur NOIRE!!! + renforts latéraux!!!
» Sacoche de siège légère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Sainte Russlavie :: A travers le pays :: Provinces :: Gubernya de Navolstov-
Sauter vers: