La Sainte Russlavie

Micronation inspirée de la Russie tsariste des années 1900
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
2éme Législature de 1916: Révision des Lois Fondamentales
Mar 18 Oct 2016 - 5:05 par Mikhaïl-Alexandrovich
Dans ses moments de lucidité, le tsar Mikhaïl II montrait une singulière intelligence politique doublée d’un attachement réel pour son pays. Et il se trouvait que le remplacement de son médecin personnel, ancien moine au passé douteux, par un professionnel respecté avait presque pérennisé la maîtrise de soi du souverain. Les effets des nouveaux médicaments expliquaient peut-être sa décision …

Commentaires: 4
1ère Législature de 1916: Séance 1: Réforme Agraire
Lun 16 Mai 2016 - 22:30 par Mikhaïl-Alexandrovich

Radimir Komiov (PNJ), Président de la Douma.


Quelques heures après le discours du trône débuta la première séance de la Douma depuis la fin des hostilités. Tel bon nombre d’édifices publics, le palais Marinski était en phase de réparation. Les forces républicaines l’avaient utilisé comme entrepôt, d’abord à munitions …

Commentaires: 2
Discours sur l'état de l'Empire
Mer 10 Avr 2013 - 2:40 par Stemka Soyembika
Le régent de la couronne se plaça derrière le strapontin que lui avait expressément installé les huissiers de la Douma. Si le Régent se foutait un peu de la démocratie et de ce qu'elle avait apporté de négatif à l'empire, il était important que les députés sachent tout de même ce qui se passait dans les tractations diplomatique internes et externes.

Excellences, Altesses, messieurs et mesdames.



Commentaires: 3
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 5 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 60 le Lun 22 Déc 2014 - 1:40
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Forum

Partagez | 
 

 Eté 1910, à Murasibirsk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Feodor V. Pojarski



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Eté 1910, à Murasibirsk   Ven 23 Juil 2010 - 13:22


La nouvelle capitale et tout le pays bruissent de rumeurs incontrôlables. Le peuple vit dans un état de détresse morale, la faut à une guerre interminable et pas franchement victorieuse qui aspire les ressources et les hommes, et dont on ne sait rien. On ne sait rien non plus de la situation politique. Qu'est ce que ce Directoire d'inconnus qui a repris les rênes du pouvoir ? Qu'est devenu Medjelev ?

A la sortie des églises, on prétend que les armées russlaves ont été totalement anéanties, et que les Jatonnais marchent déja sur Svetivostock. Ici, que les Rouges préparent un vaste pogrom à travers tout le pays. Là, que le Grand-duc Mikhail Nikolaïevitch (à moins que ce soit le Grand-duc Wolodymir Kyrillovitch) a débarqué à Omsk avec une armée de 500 000 hommes. D'autres affirment qu'au contraire, c'est le prince Andronikov qui est arrivé incognito à Murasibirsk. Quant à savoir qui peut bien être ce prince Andronikov, personne n'en a la moindre idée, mais il est hors de doute que sa présence à Murasibirsk est, de toute évidence, de la plus haute importance, et les moujiks ne prononcent son nom qu'avec un air de conspirateur.

Certains jurent sur les Saints Gribouillages que Viktor Medjelev a ordonné l'extermination de tous ceux qui ont un pécule de plus de 200 roubles. Ils sont vivement contredits par d'autres qui affirment que, au contraire, Medjelev s'est soumis au Tzar Aliocha, qui l'a fait Comte. "Mais le tsar Aliocha, il est mort !" - " Mais non, dourak, il s'est fait moine et vit au Monastère de Blagoiarskovo sous le nom de Terenti le Preux !"

Certaines de ces rumeurs ont été lancées par Pojarski. Les autres sont dues à l'imagination débordante du peuple russlave. Pojarski n'a, à l'heure actuelle, aucun but bien défini: seulement semer le trouble. Un climat de suspicion et d'inquiétude règne dans la nouvelle capitale. Pojarski, échappé de justesse aux sbires du Directoire, est arrivé clandestinement à Murasibirsk. Allant de cache en cache, il déploie une activité inlassable, diffusant tracts et pots de vins dans les quartiers populaires, les casernes et les salons bourgeois. D'ailleurs, sa présence "clandestine" à Murasibirsk n'est pas un mystère, mais il semble que les autorités manquent de la volonté nécessaire pour le traquer.


_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feodor V. Pojarski



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: Eté 1910, à Murasibirsk   Mar 27 Juil 2010 - 10:46


Une nuit aveugle tombe sur les rues frondeuse et inquiètes de Murasibirsk. Une ombre se détache de l'ombre l'espace d'un instant, à la lueur blafarde d'un lampadaire, puis disparait à nouveau. Ce soir, le prince Fedor Vassilievitch a rendez-vous avec les chefs du "Parti Septembriste", une appellation pompeuse qui désigne un groupuscule d'officiers parfois supérieurs, parfois alcooliques, qui s'opposent en secret à la poigne de fer du Maréchal Romanovsky, le Héros de la République.

Dans les vastes combles d'un palais aristocratique abandonné (son propriétaire, le Comte von Ostermann-und-Schweinereï, a fui l'été passé), les conjurés attendent nerveusement Pojarski. On y trouve une belle brochette de badernes galonnées. Il y a le général Solokov, ancien tsariste rallié à la République de dernière minute, l'Ataman Gopkalo, porte-parole des Cosaques du Don, ennemis acharnés du nouveau régime. Aux côtés de gradés bien connus tels que Karpov ou Ioudenitch, on y trouve une foule d'officiers plus obscurs mais bien décidés à comploter contre Romanovsky et la République: colonels en retraite, commandants de garnison, capitaines constitutionnalistes dont la carrière est bloquée, jeunes lieutenants saouls et arrogants, atamans violents et ombrageux. Peut-être même qu'un ou deux anciens de la Milice Rouge sont présents ?

Tout ce monde boit beaucoup, conspire et attend avec impatience l'arrivée du prince Pojarski.

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleksandr Lipovetsky



Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 28/02/2010

MessageSujet: Re: Eté 1910, à Murasibirsk   Mar 27 Juil 2010 - 20:38

En effet parmi les Septembristes s'étaient réfugiés quelques bras fort du régime Medjelevien ainsi que d'éminents officiers de la milice rouge qui cherchaient à rallier un nombre conséquent d'officiers pour organiser "la poignée de main Rouge" destinée à renverser le directoire qui, malgré sa propagande démagogique, n'était ni plus ni moins qu'un simulacre faible et sans ressources pour mener à bien l'idéal qui encouragea de nombreux patriotes durant plusieurs années : la victoire finale et la réunion de toutes les Russlavies derrière un régime fort et structuré.
Aleksandr Lipovetsky, qui s'était proclamé sans aucune légitimité ni consultation "Premier Secrétaire des Rouges" et "chef supérieur de la Milice Rouge" ceci étant grâce à son don pour la manipulation et le rassemblement. C'était en parfait orateur, cultivé et ambitieux, qu'il avait réussi à se forger une posture imposante parmi les merksistes-luninistes écartant ainsi Viktor Medjelev de son périple en le déclarant pour mort suite au putsch du Directoire alors que rien n'était sûr et aucune information dévoilée.

Personne n'avait connaissance de ce qu'il advint de la figure emblématique que pouvait constituer Viktor Medjelev.

Alors qu'on attendait le prince Pojarski, qui était censé "négocier" avec les Septembristes, Aleksandr était en pleine méditation. Il savait que les Septembristes pourraient soutenir les monarchistes, surtout après des régimes républicains tout aussi instables et destitués à tour de rôle. Peut-être sacrifierait-il son idéal rouge pour rejoindre les rangs du Prince ? Peut-être son côté ambitieux et machiavélique ferait-il de lui un traitre à ses propres convictions ? Ou peut-être réussira t-il à écarter Son Altesse Sérénissime des affinités septembristes...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feodor V. Pojarski



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: Eté 1910, à Murasibirsk   Mer 28 Juil 2010 - 11:52

La porte claqua violemment, et le prince fit son entrée, dans un uniforme vaguement militaire qu'il s'était fait faire sur mesure chez un tailleur de la Nikolaïevna. On y voyait aucun grade, aucune décoration, et pour cause, Pojarski n'avait jamais mis les pieds à l'armée. Néanmoins, le tout donnait une allure martiale et guerrière, ce qui était le but recherché.

Fedor Vassilievitch serra chaleureusement la main de quelques officiers, sourit à d'autres, et sortit nonchalamment un étui à cigarettes de sa poche. D'une voix métallique et sèche, il pris la parole:


- Messieurs, allons droit au but. Vous connaissez comme moi le gouffre dans lequel est plongé notre Patrie, pas besoin de s'étendre là-dessus. Ce que je vous propose, c'est une alliance, une alliance entre tous les patriotes qui veulent sauver leur pays: vous, moi, et d'autres. Beaucoup d'autres. Messieurs, vous êtes l'avant-garde. Ensemble, nous pouvons briser la mainmise de Romanovsky sur l'Armée et instaurer un pouvoir qui saura finir la guerre et vaincre les faces de prunes !

Et le prince continua à discourir, brossant le tableau idyllique d'une Russlavie victorieuse et conquérante, gouvernée par des militaires, dont les armées répandraient la civilisation slave aux quatre coins du Micromonde, une Russlavie fière et noble, débarrassée des arguties politiciennes.
Le prince regarda dans les yeux un homme dans la foule, qui se trouvait être, par hasard, Lipovetsky, puis poursuivit:


- Peu importe le régime que nous mettrons en place ! Empereur ou Président, quelle importance ? L'important, c'est d'en finir avec la politique politicienne, avec ces... bavards, ces partis, cette Douma inutile !
Je ne vous demande pas de vous engager pour les Samsonov, je vous demande de vous engager pour la Russlavie. Et sachez qu'en cas de succès, les honneurs et la gloire vous attendent !


Pojarski avait soigneusement éludé la question monarchique. Il ne tenait pas à brusquer ces militaires, dont beaucoup ne gardaient pas un bon souvenir des temps tsaristes, où une Cour stupide et corrompue accaparait les honneurs et les fonctions militaires au détriment des professionnels.

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nikolaï Romanovsky



Nombre de messages : 283
Age : 26
Localisation : Muarsibirsk
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Eté 1910, à Murasibirsk   Mer 28 Juil 2010 - 16:44

Un des lieutenants du Maréchal Romanovsky se trouvait également dans la foule et avait écouté la tirade du Prince Pojarski. Tout comme le Maréchal, il réclamait la fin de la politique du parlementarisme. Et sans aucun ordre s'approcha du Prince pour lui glisser à l'oreille :

Monsieur, le Maréchal Romanovsky, serait ravis de vous avoir à sa table se soir. Bien sur, le sujet de la discussions concernera l'avenir de notre beau pays. Dois-je vous y annoncer ?

_________________

Nikolaï Alexandrovitch Romanovsky

Président du Gouvernement Provisoire de la République Russlave (1909) (1914)
Député PCD(1908, 1909)
Commandant de la Garnison de Gornograd (1908-1909)
Maréchal de Russlavie
Membre du PCD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleksandr Lipovetsky



Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 28/02/2010

MessageSujet: Re: Eté 1910, à Murasibirsk   Mer 28 Juil 2010 - 20:26

Surgissant de nul part, Aleksandr saisit les mains du prince tout en coupant sèchement le lieutenant à la solde de Romanovsky.

-...Sans façons, le Prince a autre chose à faire et il me semble que son opinion s'est clairement distinguée n'est-ce pas ?
Allez semer ailleurs, espérons toutefois que vos récoltes seront abondantes.


Un sourire provocateur prenait l'ampleur sur le visage de Lipovetsky et c'est sans attendre la réponse de l'officier du directoire qu'il entraina délicatement le prince vers la foule de Septembristes. Un discours allait être prononcé.

- Vos propos tout à l'heure, murmura Aleksandr au Prince, m'ont interloqué et j'ose imaginer que, comme nous, vous aspirez à un régime indépendant, stable, fort et autre que véreux ou inactif.
Méprenez-vous, je ne vous demande pas d'être des nôtres ni d'adhérer à la cause Républicaine puisque j'ai l'intime conviction que vous nourrissez intérieurement le vœux de redorer vos nobles blasons et je ne vous en tiendrais d'ailleurs pas rigueur. J'ai un projet qui devrait satisfaire tout le monde et qui se concrétisera si j'ai votre concours pour rallier les Septembristes à notre cause dans l'optique de lutter contre ce vieil ambitieux de Maréchal qui a déjà fait son temps.


C'était sans appréhensions et en retenant son souffle qu'Aleksandr harcela les yeux de son interlocuteur d'un regard perçant et sérieux. Il attendait son feu vert avant de prononcer un discours qu'il avait préparé avec soins. Le moment était venu d'inaugurer la nouvelle ère; l'ère des militaire, des princes, des républicains et des bolcheviks.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nikolaï Romanovsky



Nombre de messages : 283
Age : 26
Localisation : Muarsibirsk
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Eté 1910, à Murasibirsk   Mer 28 Juil 2010 - 21:09

Le lieutenant était énerver de la façon dont l'autre homme lui parla, mais il revint à la charge.

Monsieur, Pojarski, l'invitation tiens toujours, quant-à vous, Monsieur..., peut importe votre nom..., peut-être désirez vous vous joindre à nous et vous verrez que les intentions du Maréchal ne sont pas... aussi mauvais que vous vous en faite l'idée. Mais peut-être que vous ne vous sentez pas l'âme d'un patriote ?

_________________

Nikolaï Alexandrovitch Romanovsky

Président du Gouvernement Provisoire de la République Russlave (1909) (1914)
Député PCD(1908, 1909)
Commandant de la Garnison de Gornograd (1908-1909)
Maréchal de Russlavie
Membre du PCD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feodor V. Pojarski



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: Eté 1910, à Murasibirsk   Mer 28 Juil 2010 - 21:52


Pojarski sourit. Il venait de recevoir la preuve éclatante que la République était prête à tomber: les plus hauts responsables du régime lui tendaient à présent la main, à lui qui était entré dans la Capitale comme un fugitif ! Il n'y avait donc plus personne pour défendre cette République moribonde ? Son heure était venue, Pojarski en avait maintenant la certitude.

Mais maintenant, il fallait faire un choix... Romanovsky était encore puissant dans l'Armée, et restait une figure rassurante pour la bourgeoisie: peut-être fallait-il se le concilier, plutôt que de vouloir le renverser ? Mais d'autre part, Lipovetsky surprenait agréablement Pojarski: c'était apparemment un homme complètement dépourvu de principes, comme les appréciait Pojarski. En effet, rien de pire qu'un idéaliste qui refuse de transiger ! Lipovetsky, gros bonnet du PMLR, pourrait faire en sorte que les syndicats et le monde ouvrier se tiennent tranquilles... Ce qui n'était pas négligeable.
Et Pojarski ne voyait absolument rien d'anormal à ce que les Rouges contribuent, in fine, à la restauration de la monarchie.

Pris entre deux feux, il frappa amicalement l'épaule de Lipovetsky, l'encourageant à parler. Il était curieux d'entendre ce qu'il pourrait lui proposer. Il fit également un signe de tête à l'homme de Romanovsky, l'engageant à écouter lui aussi les propositions du rusé merksiste...

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleksandr Lipovetsky



Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 28/02/2010

MessageSujet: Re: Eté 1910, à Murasibirsk   Jeu 29 Juil 2010 - 0:54

Aleksandr afficha un air satisfait mais était tout de même conscient du fait qu'il lui fallait plus d'arguments pour convaincre unanimement les sujets présents dans "l'arène".
Il commença par s'adresser au lieutenant :


- Si le Maréchal souhaite s'entretenir avec nous, qu'il propose autre chose qu'un Directoire pour notre pays où il en serait à la tête... Ou alors, qu'il écoute ce que j'ai à dire pour peut-être suivre cette voie.

Après avoir requis l'attention de tous et dompté les bruyants alcooliques grâce à ses hommes de main, Aleksandr s'imposa devant la salle en montant sur l'estrade de l'orateur, devant des hauts dignitaires du Parti Septembriste et face au Prince Pojarski qui semblait l'observer avec curiosité.
Il arrangea de la main gauche son haut pour balayer les plis et les tâches blanches de salpêtre qu'il avait contracté en hurlant devant des "prolétaires" maçons puis présenta un large sourire forcé qui semblait attirer la sympathie des faibles d'esprits et des manipulés de l'assistance, il comptait user de toutes ses techniques de communication ainsi que des stratégies de gestuelle pour rassembler le plus d'adeptes car hormis les membres du parti merksiste qui étaient à peu près représentés dans chaque province fédérée - au vu du nombre conséquent d'ouvriers - et des miliciens rouges engagés par la direction du parti qu'il avait pris en main, il n'y avait pas assez d'hommes d'armes pour créer un tollé qui forcerait les autorités à lâcher les rennes du pouvoir.
Il ne comptait pas seulement sur les armes pour assurer son accession au pouvoir car il savait que de toute manière il allait partager ce même pouvoir avec les fortes têtes du pays, il comptait surtout sur ses alliances.


- Messieurs, dames, camarades, officiers, soldats, appela t-il en tournant la tête de gauche à droite comme pour saisir l'intérêt de la foule et en ne manquant pas d'observer et d'analyser les grandes postures.

Aujourd'hui je lance un appel, un appel concret qui n'a d'autre objectif que de rassembler, rassembler les Russlaves derrière un projet conciliateur, organisé, sérieux, responsable et durable. Un projet stable et rigoureux qui permettra de concilier monarchistes, républicains, militaristes et rouges. Non, il ne s'agit pas d'un projet démagogique créé à l'arrache pour satisfaire chaque idéal, non, il s'agit d'un projet qui s'assume et qui montre de l'intérêt pour chaque composante de la société russlave car il nous permettra d'assumer et de considérer nos différences en en faisant notre force.
Ce projet, c'est celui d'une Fédération Impériale Russlave qui, doté d'une Loi Fondamentale, reconnaîtra chaque province et entité fédérale, chaque communauté indépendante et qui aura un régime politique et administratif complexe, organisé et favorable aux diverses factions politiques.


Marquant une pause, il continua.
Cette Fédération aura à sa tête un Empereur qui aura pour soucis de représenter les diverses couches de la Fédération ainsi que d'assurer un rôle honorifique qui aura l'objectif de garantir l'exécution des idéaux et des aspirations du peuple via la nomination du Chancelier fédéral parmi le dignitaire du mouvement politique majoritaire des élections parlementaires et la signature des traités diplomatiques avec la contresignature du Chancelier.
L'Empereur sera aussi chargé des postes de la fonction publique fédérale et assurera la gestion des effectifs, le Chancelier gérant les salaires.
L'Empereur pourra également influencer la politique du gouvernement fédéral en indiquant des points et des axes généraux à mener, le Chancelier tranchant au final.
Le Chancelier ne sera destitué que par vote de défiance du Parlement bicaméral.
Le parlement bicaméral sera composé de la Chambre des Princes et de la Douma fédérale. Une Cour Constitutionnelle sera également prévue pour assurer le respect des principes constitutionnels.
Les généraux de l'Armée seront de droit nobles après déclaration de l'Empereur et siégeront à la Chambre des Princes.
Le Conseil de Guerre sera composé de l'Empereur, du Chancelier et des Généraux afin d'élaborer la tactique militaire du régime.
Camarades, il est plus que temps d'agir et de changer les choses, Soyons réalistes réclamons l'impossible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anissim Gornostaï
Aristocrate


Nombre de messages : 140
Localisation : Murasibirsk
Date d'inscription : 27/07/2010

MessageSujet: Re: Eté 1910, à Murasibirsk   Dim 15 Aoû 2010 - 14:29

Ce beau discours, qui avait intrigué Anissim, n'emportait toutefois pas son intérêt le plus vif... Encore des bonimenteurs, des parleurs, des stratèges éphémères de la rhétorique... Il fallait bien plus que ces discours mous pour réveiller la Russlavie!

Une fédération dirigée par un empereur fonctionnaire? Mais qu'était-ce donc que cette vision pessimiste et engluée de républicanisme latent? Non, non et non, il fallait un vrai régime fort, et celka ne pourrait être que sous la houlette d'un Empereur régnant et gouvernant de plein droit et dans toute la mesure passée des maîtres de toutes les Russlavies!

Si la Russlavie devait régner à nouveau sur Terra Nova, il fallait que l'ordre le plus absolu règne au plus vite à l'intérieur!

Anissim tourna les talons, marmonnant ses réflexions, puis continua sa promenade de santé dans les rues de Murasibirsk, chaotique mais belle et intrigante à la fois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feodor V. Pojarski



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: Eté 1910, à Murasibirsk   Jeu 7 Oct 2010 - 17:10

- Il faut nous hâter.

L'épaisse fumée emplissait presque toute la pièce, empêchant Razoumnikov de distinguer les traits de son maître, le prince Pojarski. Sans lui laisser le temps de répondre, celui-ci poursuivit:

- La situation évolue rapidement. Notre stratégie précédente, qui était de laisser la République pourrir d'elle-même, n'est plus valable. J'ai appris de source sûre que certaines cliques de droite s'apprêtent à renverser le régime en collaboration avec Romanovsky. Ils ont déja commencé: Romanovsky s'est fait nommé Premier Ministre. S'il réussi à asseoir son pouvoir, s'en est fini de nos espoirs de rétablir la monarchie. "Et surtout, pensait le prince, s'en est fini de mes espoirs de devenir le maître absolu du pays". Il est temps, Razoumnikov: déclenchons le Plan Jaune.

Razoumnikov claqua des talons et sortit. Il savait ce que le Plan Jaune signifiait: le coup d'Etat, ni plus ni moins. La perspective ne l'effrayait pas le moins du monde: les institutions républicaines n'existaient plus que de nom, Medjelev était sorti de la vie publique, les rouges étaient désunis et désarmés. Quant au Directoire, c'était un gouvernement fantoche ignoré de la population. Et Romanovsky n'avait pas encore eu le temps de transformer son nouveau mandat en dictature.

Le Plan Jaune devait se dérouler de la façon suivante: à Gornograd et à Murasibirsk, des bataillons de l'Armée commandés par des officiers complices - Septembristes ralliés ou crypto-monarchistes - devaient marcher sur les principaux points stratégiques définis à l'avance: la Douma, le Palais des Terems, le Palais Samsonov, le Palais d'Hiver, les casernes de la police et celles des régiments non complices.
Dans le même temps, les Tchetniks, corps-francs à la solde du Parti Impérial, s'occuperaient d'arrêter les principaux membres des partis politiques républicains et les chefs des syndicats.

En une journée, peut-être deux, les deux capitales seraient aux mains des monarchistes. Ensuite, après avoir proclamé un gouvernement monarchiste, on enverrait rapidement des unités fidèles par train à travers tout le pays pour s'emparer des villes importantes sans laisser aux rouges et aux kadets le temps de s'organiser.

Ensuite... Eh bien ensuite, Pojarski serait le maître de l'Empire. Il sera bien temps alors d'envisager quel fantoche placer sur le trône de Saint-Wolodymir.

Le Plan Jaune devait commencer le dimanche 10 octobre à 5:00. D'ici là, la façade légale du mouvement monarchiste, le Parti Impérial, allait donner le change en poussant à l'agitation publique. Il fallait absolument faire en sorte que Romanovsky et ses mystérieux alliés ignorent tout des préparatifs du Coup d'Etat.

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozy Krasstchenko



Nombre de messages : 2176
Age : 98
Localisation : Gornograd & Piter
Date d'inscription : 11/07/2006

MessageSujet: Re: Eté 1910, à Murasibirsk   Ven 8 Oct 2010 - 2:34

Le Plan Jaune parraissait infaillible. À tout point de vue, Pojarski avait pratiquement pensé à tout dans les moindre détail. C'était ce qui faissait frisonner d'ailleurs ses accolytes. Il allait bien prendre de vitesse Romanovsky et le vieu Ozy si personne ne tentait quelque chose en premier. Des trois principaux rivaux, le plan du Prince était le plus avancé. Qui donc maintenant pouvait bien l'en empêcher? Il restait 3 jours au Maréchal pour le devancer, mais devant la lenteur des choses actuelles, il était peu probable que celui-ci tente de quoi. Restait alors une alliance possible mais là encore, mieu valait peut-être cracher sur un crucifix plutot que de parler avec ce diable de Pojarski...

À moins que le Prince râte son coup et s'enlise comme jadis Loughinine l'avait tenté. C'était bien beau les plans, mais encore fallait-il les mettre en application. La morosité dans les casernes et garnison de l'armée était à son plus haut. Et ce n'était certainement pas les soldes impayés qui pouvait les motivés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eté 1910, à Murasibirsk   Aujourd'hui à 12:58

Revenir en haut Aller en bas
 
Eté 1910, à Murasibirsk
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il est né a quel date Imi (jour/mois/1910)
» 1 er jour au dark dog au mourillon
» histoire des bus dans vos villes
» histoire : des taxis
» D'amico et Tabucchi pas trop cher !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Sainte Russlavie :: A travers le pays :: Régions et Villes de Russlavie :: Murasibirsk-
Sauter vers: