La Sainte Russlavie

Micronation inspirée de la Russie tsariste des années 1900
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Douma d'Empire - Composition actuelle
Mar 9 Mai 2017 - 3:32 par Mikha Brasnov
Composition de la Douma : Session du 3 mai 1917 au 3 septembre 1917.

Spoiler:
 



Commentaires: 1
2ème législature de 1917 : Modifications constitutionnelles
Dim 6 Aoû 2017 - 21:18 par Mikha Brasnov
Il était presque de coutume que chaque parti contrôlant la Douma tente de modifier la constitution, une façon de marquer l’histoire et de se garder une place dans le lent et difficile processus de modernisation du pays. Mais tous n’en avaient pas eu le pouvoir par manque de voix à l’assemblée unicamérale ou par absence de courage politique. Aujourd’hui, ces écueils n’existaient pas. Le PCD avait …

Commentaires: 4
[Ratification] Charte de Talamanca de février 2015
Dim 16 Juil 2017 - 19:21 par Alexeï Karenine
Karénine : Honorables députés de la Douma,

Le gouvernement que je préside à l'honneur de vous soumettre le texte de la Charte de Talamanca instituant l'Organisation des Nations de l'Archipel. L'un de nos objectifs est de permettre la restauration de l'influence russlave dans les affaires de l'Archipel. La participation à l'ONA est donc une opportunité indispensable de donner de l'écho à notre …

Commentaires: 5
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 5 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 60 le Lun 22 Déc 2014 - 1:40
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Forum

Partagez | 
 

 Evenements d'octobre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Feodor V. Pojarski

avatar

Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Evenements d'octobre   Sam 9 Oct 2010 - 13:11

La vie politique à la russlave avait repris ses droits: quelques dizaines d'individus tout à fait douteux et franchement répugnants complotaient et assassinaient pour s'emparer du pouvoir, tandis que les masses étaient retombées dans leur apathie séculaire. C'était ainsi qu'allaient les choses en Russlavie, depuis toujours. Et les très brefs épisodes de démocratie ne faisaient que confirmer la tradition.

Les masses ouvrières, désorientées par l'écroulement de la gauche et la disparition de leurs meneurs, se tenaient dans l'inaction. Quant à la paysannerie, elle n'osait plus croire au partage des terres. La Semaine Sociale et Cathodoxe n'avait pas eu de suites. Les moujiks pouvaient constater que dans les campagnes les mêmes chefs agraires continuaient de faire respecter la loi à coup de knout comme ils le faisaient sous Nicolas Ier.

La gauche anéantie, les institutions républicaines vidées de leur contenu, les masses abruties; c'était le moment idéal pour une contre-révolution, et les tsaristes n'étaient pas les seuls à l'avoir compris. Prenant de vitesse Pojarski, le Duumvirat Romanovsky-Krasschenko avait instauré une sorte de dictature kadette parfaitement répugnante, un "komoutch" aux mains de la bourgeoisie et des milieux d'affaires, un conglomérat d'intérêts inavouables et de rapaces en haut de forme.

Mais les monarchistes ne s'estimaient pas battu. S'il y a bien quelque chose de plus écœurant qu'un socialiste, c'est un mercanti: C'était là le credo des officiers et des étudiants qui composaient l'essentiel des corps-francs de Pojarski. Les préparatifs du coup d'état suivaient leur train: des quantités d'armes colossales, achetées à des fonctionnaires corrompus (que l'on me pardonne cette redondance), étaient entreposées dans les caves et les caches des tsaristes, à Gornograd, à Murasibirsk et à Novgorod. Les officiers des régiments complices complotaient dans l'arrière-salle enfumée de quelques bougnons connus pour être les repaires de l'extrême-droite.

Tout cela se faisait évidemment dans le plus pur esprit russlave: l'alcool, la bêtise et l'indiscrétion coulaient à flot. Les services de police "républicains" (si ce mot pouvait encore avoir un sens qui ne soit pas synonyme de "maréchaliste") étaient parfaitement au courant du Plan Jaune, qui partait condamné dès le début. Et les organisateurs du putsch en étaient parfaitement conscients: leurs informateurs dans la police (qui étaient parfois ceux là même qui les mouchardaient) le leur avait raconté. Déja des voix s'élevaient parmi les monarchistes les moins radicaux, tels ce vieux pédéraste de Sternberg, pour choisir la voie de la conciliation avec le gouvernement Romanovsky.

Et pendant ce temps, nous étions toujours en guerre contre le Jaton. L'instauration du Directoire avait permis de croire à un nouvel effort de guerre pour clore ce conflit grotesque et sanglant, mais las ! Les troubles politiques avaient tout naturellement hypothéqué grandement nos chances de l'emporter dans le Kaukaze. La mort de Godinnik, le seul de nos gradés qui n'était pas occupé à trafiquer des fournitures pour son compte personnel avait empiré les choses. Nos armées, qui manquaient de tout, étaient en pleine désintégration. Les officiers parvenaient tout juste à maintenir le taux de désertion quotidien en dessous de 28%. Il était évidemment hors de question d'inaugurer une nouvelle offensive. Le protectorat jatonnais prospérait chaque jour un peu plus, alors que les derniers chefs de bande russlaves étaient traqués dans les montagnes hostiles.

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feodor V. Pojarski

avatar

Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: Evenements d'octobre   Dim 10 Oct 2010 - 14:06


Dans l'esprit de ses concepteurs, le Plan Jaune était une mécanique de précision parfaitement huilée. Dans la réalité, c'était un être doué d'une vie et d'une volonté propres. A peine conçu, il échappait déjà au contrôle de ses propriétaires.

Le putsch avait éclaté en avance à Opessa, dans des circonstances plus que troubles. Une fois la nouvelle connue, le putsch se déclencha à travers tout le pays de manière anarchique et incontrôlable: chaque responsable régional s'empressa de mettre en branle ses troupes sans attendre les ordres venus d'en haut.

Le Plan Jaune s'ébranla donc, avec des fortunes diverses.

Le Don se souleva instantanément: les Cosaques dans leur totalité se soulevèrent contre l'odieuse république qui les avait spolié de leurs privilèges. Les enclaves peuplées d'immigrants russlaves furent ravagées et pillées, les femmes russlaves violées par centaines. Le gouverneur de la province, un obscur trudovik imposé par Murasibirsk, fut pendu au balcon de son palais.


A Svetivostok, les putschistes remportèrent un succès inattendu. Les officiers du 33e régiment de ligne (composé de recrues locales) réussirent à soulever leurs soldats en prétendant agir au nom du Parti Républicain contre la tyrannie de Romanovsky et Krasschenko. La troupe parvint à prendre le contrôle de la ville tandis qu'une foule en furie écharpait les maigres forces de police républicaines au cri de "Godinnik est vengé !". Les insurgés mirent en place un "Soviet Populaire Révolutionnaire", composé de 5 membres: quatre officiers du 33e régiment, et le consul du Jaton. Les nouvelles autorités initièrent immédiatement un vaste pogrom contre la bourgeoisie kadette de la ville.

Dans le reste du pays, les choses ne se passèrent pas aussi bien.

En Oudmourtie, fief des Junkers, le putsch échoua piteusement. Les corps-francs, conduits par le vieux Trofimov, furent sèchement repoussés par les forces de police fidèles à la République.
Dans les autres provinces, le soulèvement rencontra l'indifférence ou l'hostilité de la population. Le feu d'artifice monarchiste s'était révélé être un pétard mouillé.

Quant aux deux capitales, c'était une autre histoire. Selon le plan, c'était là que devait se déclencher le putsch. Hors, rien n'y avait encore bougé. Les régiments pressentis pour assumer le rôle glorieux de rétablir la monarchie n'avaient pas encore quitté leurs casernes. Les sbires de Pojarski se démenaient à travers les rues boueuses de Mura' ou les larges avenues de Gorno' pour activer l'exécution du Plan Jaune, tandis que les forces de police républicaines (mais l'étaient-elles encore vraiment ? La nouvelle du "sacre" de Krasschenko était maintenant connue, relayer par la presse aux ordres du pouvoir républicain) achevaient de dresser des cordons de sécurité autour des bâtiments importants.



_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Evenements d'octobre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ROCK BIKES & US CARS SHOW les 13 et 14 Ocobre 2012 à Donzère (26)
» Samedi 15 Octobre - Sud Ardèche / Cévennes (CR page 5)
» [GP] Malaisie, le 10 octobre 2010
» [10 octobre 2010] - Rallye VTT de Choisel
» [9 et 10 Octobre 2010] MENTON TUNING SHOW # 4 !!!! (06)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Sainte Russlavie :: Société :: La Sainte Russlavie-
Sauter vers: