La Sainte Russlavie

Micronation inspirée de la Russie tsariste des années 1900
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
2éme Législature de 1916: Révision des Lois Fondamentales
Mar 18 Oct 2016 - 5:05 par Mikhaïl-Alexandrovich
Dans ses moments de lucidité, le tsar Mikhaïl II montrait une singulière intelligence politique doublée d’un attachement réel pour son pays. Et il se trouvait que le remplacement de son médecin personnel, ancien moine au passé douteux, par un professionnel respecté avait presque pérennisé la maîtrise de soi du souverain. Les effets des nouveaux médicaments expliquaient peut-être sa décision …

Commentaires: 4
1ère Législature de 1916: Séance 1: Réforme Agraire
Lun 16 Mai 2016 - 22:30 par Mikhaïl-Alexandrovich

Radimir Komiov (PNJ), Président de la Douma.


Quelques heures après le discours du trône débuta la première séance de la Douma depuis la fin des hostilités. Tel bon nombre d’édifices publics, le palais Marinski était en phase de réparation. Les forces républicaines l’avaient utilisé comme entrepôt, d’abord à munitions …

Commentaires: 2
Discours sur l'état de l'Empire
Mer 10 Avr 2013 - 2:40 par Stemka Soyembika
Le régent de la couronne se plaça derrière le strapontin que lui avait expressément installé les huissiers de la Douma. Si le Régent se foutait un peu de la démocratie et de ce qu'elle avait apporté de négatif à l'empire, il était important que les députés sachent tout de même ce qui se passait dans les tractations diplomatique internes et externes.

Excellences, Altesses, messieurs et mesdames.



Commentaires: 3
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 3 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 3 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 60 le Lun 22 Déc 2014 - 1:40
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Forum

Partagez | 
 

 Au palais Gornostaï...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Feodor V. Pojarski



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Au palais Gornostaï...   Mar 12 Oct 2010 - 12:38


Le Palais Gornostaï est l'un des plus brillants édifices de Murasibirsk. Il exalte au plus haut point l'orgueil baroque et bytanzin de la vieille aristocratie murasovite, ces vieux serviteurs de l'Etat qui n'ont jamais vraiment digéré leur relégation au rang de provinciaux par la noblesse de service de Gornograd, celle des boulevards à l'occidentale et des palais classiques.

Pourtant, la vieille noblesse de Murasovie n'a pas eu lieu de se réjouir du retour de la primauté à Murasibirsk. Car les boyards restent viscéralement attachés à la dynastie, quand bien même celle-ci a jugé bon de les délaisser pour s'installer dans les lointains marais du Nord. Enfermés dans leurs datchas campagnardes, exilés à Alba ou Roulettenburg, ils opposèrent à la république leur mépris et leur silence.

Mais aujourd'hui, les vieux palais orientaux, tatars ou bytanzins, semblent revenir à la vie. On peut l'éxécrer, on peut l'approuver, mais une chose est sûre: les derniers agissements du Grand-duc Krasschenko (pardon, Son Altesse le Régent) ne laissent personne indifférent dans la haute société. Faut-il se rallier à celui qui est peut-être l'unique espoir d'enterrer définitivement la république ? Faut-il au contraire persister dans une loyauté sans faille aux Samsonov, ce qui signifie le retrait du monde et des affaires publiques ?

Voilà de quoi discutent les boyards et les barines, les princes d'antique lignée et les hobereaux d'extraction immémoriale (car ici, on est prince ou noblion: les titres occidentaux de comte et de baron, introduits sous Gorno I, on les laisse aux laquais de Gornograd). Les prospekts aristocratiques fourmillent de promeneurs élégants courbés comme des comploteurs et de fiacres richement parés.

Pourtant, devant le Palais Gornostaï se trouve un intrus à ce tableau élégant: un clochard difforme erre, le visage crasseux et barbu dissimulé sous de vieilles hardes empestant l'alcool et l'urine. Mais si l'un des promeneurs, plutôt que de s'écarter avec dégoût, prenait la peine d'observer plus attentivement l'intrus, il verrait que celui-ci guette autour de lui avec la plus grande attention: ses yeux, de petites billes de plomb, scrutent prudemment la rue et les alentours du Palais.

Puis, apparemment satisfait, quand il est sur que plus personne ne le regarde, le va-nu-pieds se faufile discrètement par la porte de service du Palais, porte qui s'ouvre sans difficulté après quelques tripotages rapides.

Arrivé dans la cuisine, l'homme arrache ses nippes, qui révèlent, au grand ébahissement des domestiques, un uniforme pseudo-militaire très élégant.


- Annoncez-moi au prince, je vous prie.

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anissim Gornostaï
Aristocrate


Nombre de messages : 140
Localisation : Murasibirsk
Date d'inscription : 27/07/2010

MessageSujet: Re: Au palais Gornostaï...   Mar 12 Oct 2010 - 22:11

Les laquais s'empressèrent d'aller et de venir, telles les fourmis en leur nid. Youri Samsonovitch, greffier-en-chef du Palais Gornostaï, poussa les portes du bureau du Prince et y entra assez vivement. Il fut stoppé d'un geste de la main du maître de Rodnov, titre qu'aimaient à se donner les princes Gornostaï depuis le 17ème siècle.

Des journaux, des courriers et autres documents divers jonchaient le bureau du prince et les tables le jouxtant. D'un regard circulaire l'oeil fin et perçant d'Anissim lisait ce qui se disait, ce qui se faisait, et en tirait des conclusions


- Prince, se permit le greffier, un homme souhaite vous voir, portant l'habit militaire et des insignes de prince...

Gornostaï, d'un autre geste de main bref, et de quelques mots répondit:

- Je sais, j'attends. Faites entrer!

Samsonovitch se précipita donc dans les couloirs et anti-chambres dans un sens puis dans l'autre, accompagné au retour de l'invité. Une fois devant les portes du bureau, il ouvrit les deux battants des huisseries ornées de moulures dorées rappelant les allégories de la Justice et de la Paix, avant de s'incliner devant le militaire l'invitant par là à s'introduire dans le sein du Palais Gornostaï, là ou se firent et de défirent des gouvernements au XVIIème et XVIIIème siècles...

- Entrez, Prince, lança Gornostaï, nous avons fort à faire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feodor V. Pojarski



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: Au palais Gornostaï...   Mer 13 Oct 2010 - 9:41


Feodor Vassilievitch fit son entrée. Il était réellement impressionné par le décor impérial dans lequel il mettait les pieds, bien qu'il tenta de le dissimuler (après tout, il était le prince Pojarski). Quant à la fortune des Pojarski, Feodor Vassilievitch avait été bien marri de constater qu'elle s'élevait à peu de choses: un domaine de taille moyenne dans la région de Novgorod et quelques rentes maigrichonnes. Autant dire rien, en comparaison du faste luxueux des Gornostaï.

Et dire que ces deux familles remontaient pratiquement à la même époque, c'est à dire aux mêmes temps obscurs et immémoriaux ! Même les Samsonov ne pouvaient se targuer de remonter aux âges barbares qui avaient enfanté les Gornostaï et les Pojarski. Deux Maisons qui s'étaient tant affrontées, sur le champ de bataille des guerres civiles, dans les alcôves sinistres et les complots médiévaux ! Deux Maisons qui avaient placé chacune, l'une après l'autre, un Tsar sur le trône de Saint-Wolodymir !

Pojarski chassa ces pensées généalogiques et vaguement fumeuses pour se concentrer sur la partie qui s'annonçait: il franchit la distance qui le séparait du prince Gornostaï d'un pas martial et digne, une expression de noble patriotisme peinte sur les traits.


- C'est à vous de jouer, désormais, Gornostaï ! annonça-t-il d'une voix claironnante. Vous ne l'ignorez pas, le Coup d'Etat que je méditais à échoué. Nous tenons le Don et (un peu) Svetivostok. L'honnêteté me force à dire que ce n'est pas aujourd'hui que nous renverserons le nouveau Satrape étranger qui ambitionne de nous gouverner. Du moins pas par les armes.

Avez-vous entendu le discours du Grand-duc ? Il appelle l'aristocratie à le rejoindre. Il prétend oeuvrer à la restauration des Samsonov. D'après mes informations, nombre d'entre les plus grands noms de notre pays le considèrent d'un oeil bienveillant... Il s'est aliéné les milieux d'affaires hébraïtes (qui m'ont déjà offert de larges subventions), mais notre noblesse est en passe de lui manger dans la main...


Pojarski s'interrompit. Il n'avait pas besoin de poser la question; elle était transparente: qu'allait faire Gornostaï ? Allait-il accepter de s'humilier provisoirement devant Krasschenko pour sauver les intérêts du parti monarchiste ou allait-il se murer dans une opposition hautaine ?
Pojarski avait besoin d'un intermédiaire pour infiltrer le gouvernement Krasschenko, et à l'heure actuelle, Gornostaï était son candidat idéal.

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anissim Gornostaï
Aristocrate


Nombre de messages : 140
Localisation : Murasibirsk
Date d'inscription : 27/07/2010

MessageSujet: Re: Au palais Gornostaï...   Mer 13 Oct 2010 - 20:06

Gornostaï avait écouté... Il s'attendait à plus de véhémence, à plus d'emportement, de la part de celui que beaucoup critiquaient pour sa verve et sa gouaille.

- Pojarski, nous sommes tous deux princes, issus de lignées anciennes, nous ne pouvons accepter que ce guignol krasslandais fasse ce que les autres lui laissent faire par opportunisme. Ou du moins, le laisser se casser les dents, soit, mais le laisser arriver à la restauration des Samsonov, JAMAIS! ces pleutres ont ruiné la Russlavie, ont fait du peuple brave un ramassis de gueux affamés et prêts à s'offrir au Jaton pour un peu de pain!

Gornostaï observe son interlocuteur, décèle les étincelles qui s'allument au fond des pupilles noires et obscures...

- Pojarski, nos familles furent concurrentes, le trône ne nous a jamais satisfaits au final, car là n'est pas la meilleure place! Nous avons pu créer des réseaux quoi qu'il en soit, politiques ou économiques et stratégiques de toute manière. Usons de notre influence! Je vous propose de nuire discrètement mais assurément. gagnons des batailles politiques qui ferons de nous des pions incontournables sur l'échiquier de la Russlavie! Et croyez-moi, j'ai beaucoup de moyens personnels -et connexes- pour y parvenir.

Après un silence qui permet au Maître de Rodnov de scruter une réaction flagrante, celui-ci reprend:

- Pojarski, oeuvrons ensemble! Déjà mes terres sont déclarées ouvertes au Hébraïtes et en retrait par rapport aux premiers décrets du régent... Laissez mourir le plan échoué et mettez-en un autre en place, appuyez-vous sur le Don, sur Svetivostok... Sachez que de là-bas on peut défier les empereurs, pensez à Godinnik! Et nbe regardez pas aux moyens, je vous assure mon soutien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feodor V. Pojarski



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: Au palais Gornostaï...   Ven 15 Oct 2010 - 9:50


Pojarski cilla brièvement. Ainsi, Gornostaï n'était pas samsonoviste ? Ses réflexions étaient vraiment curieuses: un mélange de modernisme et d'archaïsme féodal. D'un côté, ses réflexions sur la gabegie des dernières années de l'autocratie ne manquaient pas de vérité, et on aurait attendu dans la bouche d'un républicain plutôt que d'un prince d'antique lignée. Mais de l'autre, Gornostaï incarnait la morgue et la présomption du boyard déconnecté des réalités populaires.

En effet, il raisonnait comme si la Russlavie était encore au XVIIIe siècle, et que l'aristocratie pouvait comploter impunément dans le secret des boudoirs et renverser un tsar comme on prend le petit déjeuner. Gornostaï ne semblait pas comprendre que, malgré tous leurs vices et leurs faiblesses, les Samsonov possédaient un atout déterminant: ils avaient la légitimité. Ils incarnaient la seule légitimité qui puisse concurrencer celle du peuple souverain, ce mythe inventé par les démocrates et les socialistes, et qui était entré dans la tête du peuple. Ce que Gornostaï ignorait sans doute, et ce que Pojarski sentait confusément, de manière imprécise, c'était que l'âme du peuple russlave était violente et contrastée: en elle cohabitaient l'ombre et la lumière. Le peuple qui avait été si prompt à renverser le trône ne pouvait que mépriser et dédaigner une énième dictature, une nouvelle tyrannie déguisée en monarchie: c'était la solution que proposaient Krasschenko et, à sa manière, Gornostaï.

Pojarski le croyait: seul le rétablissement de l'Oint du Seigneur sur le trône pouvait cesser ce ballet incessant d'usurpations et de coups d'Etat. Et cela signifiait le retour des Samsonov, éventuellement assorti de nouvelles institutions plus efficaces.

Mais ce n'était pas l'heure de discuter de cela avec Gornostaï. A l'heure actuelle, les deux hommes devaient s'allier.
Le prince répondit:


- Je vous rejoins totalement sur le principe de lutte politique. Mais ne croyez pas que nous puissions réellement compter sur... vos terres, le Don ou Svetivostok. S'il lui prend l'envie, le Régent peut les balayer d'un revers de la main. C'est à Murasibirsk et Gornograd que se gagneront les batailles politiques que vous vous promettez de livrer. Et je vous remercie de vos offres d'aide, que j'accepte bien volontiers. Avez-vous entendu parler du grand bal que l'usurpateur donne pour rallier à lui les classes dirigeantes ? Je crois que vous devriez y aller. Prendre la température, vous mesurer au monstre. Et qui sait, j'y ferais peut-être moi-même une apparition.

Gornostaï haussa le sourcil, dubitatif. Pojarski entrepris de lui expliquer sa démarche: il était activement recherché par les forces de sécurité du Maréchal Romanovsky, et il ne l'ignorait pas. Mais il avait toujours cru que rien n'en impose plus qu'un homme qui se jette seul en avant. Il avait la ferme intention d'entrer en contact direct avec le Régent: ainsi il pourrait décider de son attitude future: s'il avait une chance d'obtenir une réconciliation factice, prélude à une infiltration du nouveau pouvoir, ou s'il lui fallait battre en retraite vers le Don et y mener la vie d'un brigand mangeur de chaire crue et de lait de chèvre. Dans ce dernier cas, le prince ne semblait pas le moins du monde douter de ses capacités à quitter le palais du régent sans être inquiété.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anissim Gornostaï
Aristocrate


Nombre de messages : 140
Localisation : Murasibirsk
Date d'inscription : 27/07/2010

MessageSujet: Re: Au palais Gornostaï...   Jeu 4 Nov 2010 - 22:08

Gornostaï n'était pas peu fier d'être allé se ressourcer sur les terres familiales plutôt que d'aller au bal des hypocrites et des pleutres. Il savait que sa position serait incomprise, mais il ne souhaitait pas que l'on ait pu le rattacher à n'importe lequel des mouvements actuels gravitant autour du Palais des Terems comme les mouches autour d'une bouse!

Il avait reçu des menaces du régent? Peu lui importait! Un prince russlave ne se laissait pas dicter sa conduite par un bougre aux origines incertaines voire Locquetiennes... Il aviserait, i lretomberait toujours sur ses pâtes tel le lynx de Kaczinsk (nom d'un animal velu et "denté" mais aussi surnom de l'un de ses ancêtres)...
Il fit convoquer son secrétaire particulier, un noordzeelandais appelé Pieter Vereeke:


- Pieter, nous investirons ce mois-ci davantage au Witland qu'en Russlavie... Nos concessions tournent-elles toujours à plein régime? Comment se portent les gisements d'or et de pétrole? Nos subventions à la couronne suffisent-elles toujours à repousser les frontières légales de nos territoires?...

Autant de questions auxquelles le secrétaire répondit. L'une après l'autre chacune des interrogations du Prince connut une réponse affirmative, motivée et, par là, motivante...
Avant que son employé ne ressorte, Gornostaï posa une dernière question:


- Et qu'en est-il de la prochaine ouverture de notre casino à Murasibirsk...???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozy Krasstchenko



Nombre de messages : 2176
Age : 98
Localisation : Gornograd & Piter
Date d'inscription : 11/07/2006

MessageSujet: Re: Au palais Gornostaï...   Ven 5 Nov 2010 - 2:52

Ozy se démandait bien pourquoi diable la famille Gornostai n'avait à peu près pas donné aucun signe de vie depuis le Bal de la restauration au Palais des Terems, il prit donc le combiné de son bureau bleu et décida d'appeler Anissim en personne afin de parler avec lui directement et non par intermédiaire.

Oui... allo... puis-je parler avec le Prince Anissim?! Qui suis-je? le Régent en personne, madame...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anissim Gornostaï
Aristocrate


Nombre de messages : 140
Localisation : Murasibirsk
Date d'inscription : 27/07/2010

MessageSujet: Re: Au palais Gornostaï...   Ven 5 Nov 2010 - 3:01

Le Prince Gornostaï, pris au dépourvu entre la gestion de biens witlandais et des financements "locaux et secrets", prit tout de même le combiné lorsque son interlocuteur lui fut annoncé:

- Allô! Anissim Gornostaï, je vous écoute!

Le Prince se comportait comme si était normal dans cette discussion, comme s'il avait affaire à l'un de ses clients...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozy Krasstchenko



Nombre de messages : 2176
Age : 98
Localisation : Gornograd & Piter
Date d'inscription : 11/07/2006

MessageSujet: Re: Au palais Gornostaï...   Ven 5 Nov 2010 - 3:16

Krasstchenko fut surprit avec la rapidité à laquelle Anissim lui avait répondu.

Allo, Prince, désolé de vous déranger à une heure aussi tardive mais depuis trop longtemps déjà une question me trotte à l'esprit. Pourquoi n'êtes-vous pas venu à mon bal de la restauration? J'ai perçu ce message comme une attaque personnelle à mon autorité. Il est temps d'enterrer la hâche de guerre entre nos deux familles et de passer outre.

Ozy était-il réellement sincère? Un vieu proverbe lui avait toujours dicté sa manière de faire; garde tes amis proches de toi et tes ennemis encore plus près.

Je vous offre une réconciliation entre nos deux personnes. J'ai besoin d'un homme tel que vous au Palais des Terems pour m'aider à gérer la restauration de la monarchie. Je vous offre le titre de Conseiller Spécial aux affaires étrangères et à la restauration de la monarchie. Vous aurez tout le loisir de choisir avec moi et Pojarski un Tsar digne de ce nom.

Un silence ce fit entre les deux hommes, une sorte de malaise au bout de la ligne... Ozy craqua une allumette sur le bord de son bureau, mit les pieds sur le dessus et alluma un bon gros cigare krasslandais à la fumée noirâtre comme il ne se fait plus ici...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anissim Gornostaï
Aristocrate


Nombre de messages : 140
Localisation : Murasibirsk
Date d'inscription : 27/07/2010

MessageSujet: Re: Au palais Gornostaï...   Ven 5 Nov 2010 - 3:41

Gornostaï écouta sans ciller la proposition que lui avait fait le régent en titre, et s'efforça de ne pas y répondre de suite, respectant un proverbe qu'il avait fait sien, comme plusieurs de ses ancêtres avant lui: "La précipitation ne sert à rien!"... Il répondit donc à la première question de son interlocuteur:

- Et bien je n'étais ni à Murasibirsk ni ailleurs où j'aurais pu me déplacer facilement, j'étais en visite dans mes domaines familiaux où il y a fort à faire, comme vous vous en doutez... Les terres des Gornostaï ont souffert, comme toute la Russlavie, quoique de moindre façon... Je ne pouvais pas délaisser ces obligations pour des mondanités, vous en conviendrez.

Puis, sentant comme une tension à l'autre bout du fil, il répondit à ce qui motivait cet appel: passerait-il dans le peloton de tête en "équipe" ou resterait-il un concurrent franc-tireur menaçant de gagner au sprint?

- Votre proposition serait tentante pour n'importe qui, Krasstchenko... Sachez que je ne suis pas partisan de tout ce qui se fait ces derniers temps et que je ne serais pas toujours le meilleur des soutiens si j'acceptais. C'est ainsi, l'indépendance des esprits passe avant les intérêts d'individus...

Gornostaï s'interrompit, prit le temps de laisser mariner son interlocuteur: Eût-il été le Grand Duc du Lietzebourg ou le souverain du Zollernberg que cela se serait passé de la même manière!

- J'accepte ce poste, pour la Russlavie... À la seule condition d'une indépendance et d'une liberté de mouvement et d'action certaines. C'est ce qu'il faut à la Russlavie pour se rebâtir: travailler en intelligence et en bonne intelligence.

La parole fut laissé au demandeur, afin de valider ou non la discussion...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozy Krasstchenko



Nombre de messages : 2176
Age : 98
Localisation : Gornograd & Piter
Date d'inscription : 11/07/2006

MessageSujet: Re: Au palais Gornostaï...   Ven 5 Nov 2010 - 16:27

Ozy n'aimait vraiment pas la manière de procéder d'Anissim, mais d'une autre façon, il avait assez facilement accepté la propostion du Régent et cela lui plaisait. Dès lors, il pourrait garder un oeil discret sur les agissements et va-et-vient de ce richissime industriel.

Bon parfait! Ça me va! Prince Gornostai, je vais faire parraître un décret demain matin stipulant votre nouvelle fonction au sein de l'Empire et du Palais des Terems. Mes félicitations mon cher, vous aller oeuvrer au bonheur de vos concitoyens.

Et moi je pourrai vous observer attentivement ...

Bonne fin de soirée, faites mes salutations à votre femme. Aurevoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anissim Gornostaï
Aristocrate


Nombre de messages : 140
Localisation : Murasibirsk
Date d'inscription : 27/07/2010

MessageSujet: Re: Au palais Gornostaï...   Ven 5 Nov 2010 - 21:52

La conversation avait pris fin assez abruptement, Gornostaï ne pourrait pas saluer la femme qu'il n'avait pas... Il préférait en avoir plusieurs... Peut-être était-ce là un héritage de feu son père, Miroslav le Flambeur.
Le prince était donc allé se coucher, ayant la certitude que le Vieux ne pourrait pas céder à ses prétentions...

Quel ne fut pas son étonnement en recevant, en fin de matinée, un pli officiel du Palais des Terems lui annonçant sa nomination... Le régent avait sans doute trouvé quelque ruse pour pouvoir malgré tout y voir un arrangement... Mais peu importait, chacun là dedans trouvait son propre intérêt et chacun jouerait à un jeu de dupes...

Le Prince décrocha son téléphone puis demanda un numéro précis à l'opératrice:


- 54 12 Mossine
- Vous souhaitez l'Usine d'armement ou la production de tracteurs?
répondit la jeune-femme qui ne devait pas être très brune.
- Passez-moi le Directeur de l'armement mademoiselle, cela me suffira. Les récoltes sont terminées et le temps des semailles n'est pas encore venu... Quoi que...

Mais la jeune fille ne pu pas comprendre, bien loin des préoccupations politiques du Prince...
Une fois son interlocuteur au bout du fil il parla directement, brièvement, mais sûrement:


- Monsieur le Directeur, ici le Président du du Conseil Exécutif des entreprises du Groupe Herminia, veuillez, s'il vous plait, noter que dès demain des fonds supplémentaires seront investis par notre groupe dans vos usines d'armement... À quelle hauteur me demandez-vous?... Mais je n'oserais pas vous annoncer moins de 15 000 000 RR, Monsieur...

Les temps étaient bon pour les investissements, les temps étaient bons pour les bénéfices, le temps était bons pour les conflits armés et le Conseiller Spécial aux Affaires Étrangères...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anissim Gornostaï
Aristocrate


Nombre de messages : 140
Localisation : Murasibirsk
Date d'inscription : 27/07/2010

MessageSujet: Re: Au palais Gornostaï...   Dim 28 Nov 2010 - 1:07

Le climat qui se développait ces derniers jours, ainsi que les nouvelles apportées d'Edoran (la menace turcose en Hongarie) ne pouvaient que réjouir le Prince: ses investissements chez Mossine étaient très fructueux et le seraient encore plus d'ici peu... Il suffisait juste de canaliser et tempérer suffisamment pour voir les achats augmenter et les prix s'envoler...

Autant Miroslav le Flambeur savait dépenser futilement et sans retour, autant son fils savait faire prospérer ses affaires... les Affaires extérieures lui convenaient pleinement... Sans parler des affaires intérieures et des rebellions que l'armée devait mater...

La Russlavie était bel et bien un Eldorado pour qui savait s'y prendre! Voilà que les Gornostaï reprenaient ce qui leur revenait de droit, la sève de la Russlavie éternelle!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anissim Gornostaï
Aristocrate


Nombre de messages : 140
Localisation : Murasibirsk
Date d'inscription : 27/07/2010

MessageSujet: Re: Au palais Gornostaï...   Sam 8 Oct 2011 - 16:16

Gornostaï, qui avait vécu ces derniers mois de rentes mirobolantes et injustifiées, comme tous ceux qui gravitaient autour du Tsar, ne fut finalement pas trop étonné quand il lut dans la presse sa rétrogradation... En fin de compte, il s'en sortait encore plutôt bien, il conservait un poste de ministre et les émoluments qui en découlaient.

Soit, il faudrait dès le début de semaine aller prendre les nouvelles fonctions, mais d'abord il fallait bien profiter de la douceur automnale avant que les frimas de l'hiver ne s'abattent sur les parcs de la capitale. Le prince fit donc atteler une calèche et indiqua au cocher de l'emmener "Là où je prends mon plaisir en plein air!", lieu que le cocher appelait, le sourire à la bouche, "la fontaine des jouvenceaux"... Rien ne ferait plus de bien au Maître de Rodnov que de tâter la chair fraîche de belles paysannes amenées des faubourgs afin de connaître la volupté...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anissim Gornostaï
Aristocrate


Nombre de messages : 140
Localisation : Murasibirsk
Date d'inscription : 27/07/2010

MessageSujet: Re: Au palais Gornostaï...   Mer 12 Oct 2011 - 23:11

En fouillant dans de vieilles affaires de famille, le Prince Gornoistaï fut assez surpris de tomber sur des feuillets mangés aux mites et racornis. Certains vélins étaient aussi illustrés par des cartes anciennes...

http://russlavie1700.forumactif.org/t12-terres-des-princes-gornostai
https://i52.servimg.com/u/f52/13/42/85/28/carter10.png
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anissim Gornostaï
Aristocrate


Nombre de messages : 140
Localisation : Murasibirsk
Date d'inscription : 27/07/2010

MessageSujet: Re: Au palais Gornostaï...   Lun 27 Oct 2014 - 21:00

La nuit était froide sur le Palais inoccupé depuis des années déjà... On ne savait d'ailleurs plus dire depuis quand... Lors du chaos, lorsque tout était mouvant, les occupants avaient mystérieusement disparu... La Russlavie avait toujours été en proie au désordre et aux non-sens en tout genre, cela n'avait sans doute dérangé personne...

Une porte du Palais Gornostaï s'ouvrit lentement en grinçant horriblement... Dans la pénombre lourde de silence, un homme à l'embonpoint certain entra en se frottant les bajoues dans son col de fourrure: Anissim Gornostaï grommela quelque chose...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au palais Gornostaï...   Aujourd'hui à 11:24

Revenir en haut Aller en bas
 
Au palais Gornostaï...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PALAIS DES GROTTES CAMBRAI 25 ET 26 SEPTEMBRE 2010
» 1ére Expo au palais des Grottes de Cambrai
» programme & affiche TELETHON St Palais (64)
» TELETHON St Palais (64)
» Vente Artcurial le 14 février 2010 au palais des congrès de Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Sainte Russlavie :: A travers le pays :: Régions et Villes de Russlavie :: Murasibirsk-
Sauter vers: