La Sainte Russlavie

Micronation inspirée de la Russie tsariste des années 1900
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
2éme Législature de 1916: Révision des Lois Fondamentales
Mar 18 Oct 2016 - 5:05 par Mikhaïl-Alexandrovich
Dans ses moments de lucidité, le tsar Mikhaïl II montrait une singulière intelligence politique doublée d’un attachement réel pour son pays. Et il se trouvait que le remplacement de son médecin personnel, ancien moine au passé douteux, par un professionnel respecté avait presque pérennisé la maîtrise de soi du souverain. Les effets des nouveaux médicaments expliquaient peut-être sa décision …

Commentaires: 4
1ère Législature de 1916: Séance 1: Réforme Agraire
Lun 16 Mai 2016 - 22:30 par Mikhaïl-Alexandrovich

Radimir Komiov (PNJ), Président de la Douma.


Quelques heures après le discours du trône débuta la première séance de la Douma depuis la fin des hostilités. Tel bon nombre d’édifices publics, le palais Marinski était en phase de réparation. Les forces républicaines l’avaient utilisé comme entrepôt, d’abord à munitions …

Commentaires: 2
Discours sur l'état de l'Empire
Mer 10 Avr 2013 - 2:40 par Stemka Soyembika
Le régent de la couronne se plaça derrière le strapontin que lui avait expressément installé les huissiers de la Douma. Si le Régent se foutait un peu de la démocratie et de ce qu'elle avait apporté de négatif à l'empire, il était important que les députés sachent tout de même ce qui se passait dans les tractations diplomatique internes et externes.

Excellences, Altesses, messieurs et mesdames.



Commentaires: 3
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 3 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 3 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 60 le Lun 22 Déc 2014 - 1:40
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Forum

Partagez | 
 

 Opération "Vent d'Ouest"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Charles de Hauteville



Nombre de messages : 233
Date d'inscription : 24/05/2011

MessageSujet: Opération "Vent d'Ouest"   Jeu 2 Juin 2011 - 0:41

L'Empereur a déclaré la guerre à la République Populaire Socialiste de Transylvanie et Valachie. L'invasion allait donc pouvoir enfin débuter.

Le Feld-Maréchal ordonna à la Ve Armée d'Arséna et à la IXe Armée de Chabanais de faire converger en Moldavia leur effectif via la route, les rails et via les airs grâce aux dirigeables et aux avions de transport de l'Aviation Impériale.
Comme l'avait ordonné l'Empereur, la IVe Armée de Charlesbourg fut appelée également. La IIIe Armée déjà sur place resterait postée sur la Ligne Dutronc-Pombal.
Les soldats palonais déjà sur place, l'armée moldavienne et l'armée tchécoslovène étaient appelé au front.
La première et la troisième flotte était également mobilisé.
Les avions de chasse et les bombardiers de l'Aviation Impériale était appelé effectué des missions de reconnaissance

Plan de bataille :


Première phase : Invasion.


La IVe armée se dirigera vers Sibiou et Maremartiez, accompagné de la Ière armée tchécoslovène
La Ve armée vers les villes de Bravnopol et Areguitha, accompagné de la Ière armée moldavienne
La IXe armée encerclera Clouje et se dirigera vers Sàl-Haje, accompagné des 2 divisions palonaise.

La 1ère flotte a reçu l'ordre de se positionner au large mais a portée de canon de la capitale, Sibiou et la 3e flotte, au large de Maremartiez. Après le Palais du Prince Pojarski, toujours occupé par des officiers rebelles sera pilonné, ainsi que les camps, casernes et ports militaires de ces deux villes.

Pour chaque contingent l'artillerie pilonnera les camps et les positions des soldats rebelles transvalaques grâce aux informations transmissent par l'Aviation. En tête des colonnes, l'infanterie et les blindés anéantiront toutes poches de résistance éventuelle et non repérée par avion. Derrières le passage des colonnes vers leur objectifs, s'installeront des unités de cavalerie et d'infanterie afin de maintenir une présence armée et de venir en aide aux populations locales.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feodor V. Pojarski



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: Opération "Vent d'Ouest"   Jeu 2 Juin 2011 - 15:52


L'armée Pojarski se préparait à franchir les frontières et à se déployer dans le sud de la Transvalachie.

Le prince avait divisé son armée en trois corps. Le premier, composé des régiments "Tête de Mort", "Imperatriza" et "Volontaires", comptait près de quinze mille hommes. C'était la meilleure arme de Pojarski: ces régiments étaient des unités d'élite, de vétérans et d'officiers qui aimaient la guerre et haïssaient Edoran. Le 1er Corps était mené par le capitaine Khanzine, un jeune officier qui avait fait la preuve de ses talents guerriers durant la dernière guerre civile.


Les gars du régiment "Tête de Mort" à l'étape dans un steitl hébraïte. Pas des enfants de chœur.



Les officiers du régiment "Volontaires". Pas précisément des démocrates.


Le second corps comptait dix mille hommes et était composé des deux premiers régiments levés par les autorités petites-russlaves. Commandés par l'Hetman Petrounkevytch, ils étaient loin de valoir leurs camarades du 1er Corps, mais dans la situation de Pojarski, est-ce que vous cracheriez sur dix mille hommes ? Pas moi en tout cas.

A chacun de ces corps était attaché une brigade de mille Cosaques.

Enfin, le troisième corps était formé entièrement de cavalerie, sous le commandement de l'Ataman Kalmykov et du prince Sultan-Girej. Il comptait treize mille hommes issus des peuples belliqueux du Sud-Est; Cosaques, Bakchirs, Tcherkesses, Tatars.



Des gars du IIIe Toungouze, fiers de se battre pour le droit des peuples à l'autodétermination.

La stratégie du prince était la suivante: concentrer ses forces et frapper brutalement l'ennemi en un point. Avec un peu de chance, les colonnes edoranaises de la Ve Armée, avançant trop rapidement, trop étirées et trop confiantes, seraient prises en flagrant délit et se disperseraient, prises de panique.
Vu l'écrasante disproportion des forces, Pojarski n'espérait pas l'emporter, mais seulement obliger l'Armée edoranaise à interrompre son avance: le but était d'offrir du temps à l'armée transvalaque pour achever ses préparatifs de défense autour de Sibiou et Bravnopol.


Les Ier et II Corps étaient chargés de l'offensive principale sur le flanc de la Ve Armée, tandis que le IIIe Corps, surnommé "K-Armia" (pour "Kalmykov-Armia" ou "Kavalarmia"), devait entreprendre une vaste opération de diversion autour de Clouje pour empêcher l'Armée Pojarski d'être à son tour prise en flagrant délit. Usant de leur rapidité de mouvement, Kalmykov et Sultan-Girej devaient empêcher, ou du moins retarder par tous les moyens, la progression du flanc droit edoranais.






_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles de Hauteville



Nombre de messages : 233
Date d'inscription : 24/05/2011

MessageSujet: Re: Opération "Vent d'Ouest"   Ven 3 Juin 2011 - 0:41

Derrière la Ligne de Chinisau, dite ligne Ligne Dutronc-Pombal du nom du Ministre bâtisseur, s'étendait une campagne verdoyante à perte de vue...


Mais passés les premiers kilomètres, les soldats édoranais trouvèrent des villages déserts, des maisons brulées, des cadavres... Qui était responsable de ces crimes odieux ? Les hommes de Pojarski, les déserteurs russlaves ou les socialistes de la nouvelle république ?

Les médecins de l'Armée de Terre Impériale venaient en aide aux quelques survivant. Des prières cathodoxes et des remerciements accueillaient les libérateurs étrangers.

L'Aviation avait repéré des colonnes passant la frontière de Petite-Russlavie vers la Transvalachie et avertissait l'ensemble des troupes édoranaises. A l'allure annoncée, les Ve et IXe armée rencontreraient cette contre-attaque de Pojarski le lendemain soir au plus tôt.

La Marine avait pris position au large de Sibiou et des fusillers-marins avaient débarqué en grand secret pour plus tard informer les navires de la position précise des cibles. Ils constatèrent à terre que Boulkaniov, le président socialiste levait une armée républicaine ad hoc.

Au soir de la première journée en Transvalachie, les 3 armées n'avaient eu a se frotter qu'à des groupes isolés de soldats se livrant à quelques pillage et viol dans des bourgs de campagne. La IXe armée et les soldats palonais avait pris relativement facilement la ville de Clouje après deux heures d'échange de coups de feu avec d'ancien officier de Pojarski à la tête d'escouades de mercenaires. Il aura suffit finalement d'un obus de 100 mm sur leur QG pour avoir raison de leur résistance. Ils se rendirent et la population acclama les édoranais et les palonais.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ion Boulkaniov



Nombre de messages : 144
Localisation : Provinces Rolamaviennes Libres et Unies
Date d'inscription : 20/03/2011

MessageSujet: Re: Opération "Vent d'Ouest"   Ven 3 Juin 2011 - 0:55

Ion Boulkaniov avait ordonné à la jeune armée républicaine de ne pas s'opposer à l'avancée de l'armée edoranaise, le dirigeant transylvain espérait encore éviter la guerre.

L'envahisseur se glorifia d'être "acclamé par une foule en liesse" à Clouje. La réalité était en fait toute autre, la foule enthousiaste se résuma à une petite cinquante d'habitants, principalement des chironais installés dans la cité transalvaque. Les habitants étaient retranchés chez eux, maudissant l'impérialisme edoranais prompt à assassiner la jeune république. Il allait en coûter à l'ennemi, le sang edoranais allait couler à flot.

_________________
Provinces Rolamaviennes Libres et Unies
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles de Hauteville



Nombre de messages : 233
Date d'inscription : 24/05/2011

MessageSujet: Re: Opération "Vent d'Ouest"   Sam 4 Juin 2011 - 0:24

Le Général Devallière, commandant de la IVe armée édoranaise et le Général Kapralek, commandant de la Ière armée tchécoslovène étaient encore loin de Sibiou et avait été averti de la levée d'une armée républicaine.

- Peut-être se rendront-ils avant que l'on débute les tirs d'artillerie... espera le flegmatique fransien

- N'y comptez pas, cher ami ! s'exclama Kapralek. Ces sauvages de markistes ont corrompu toutes les classes la population ! Ils se battront jusqu'à la mort !

Les navires de la 3e flotte étaient tous en position au large de Sibiou. 5 croiseurs et 10 destroyers. Ils attendaient le retour des canots des commandos et les ordres de l'État-major pour pilonner la capitale transvalaque.

Plus au nord, au large de Maremartiez, des navires de débarquement de la Ière flotte remplit de soldats du Corps Expéditionnaire Impérial été attendu avec impatience par les croiseurs et le sous-marin déjà en place.

La Ve armée, quant à elle, avançait assez vite avec la Ière armée moldavienne vers les villes de Bravnopol et Areguitha. En raison des moyens de défense importants à Bravnopol et de l'arrivée prochaine des Ier et IIe corps de l'armée de Pojarski, les deux villes promettaient un peu de sport pour les troupes édoranaise.

La IXe armée était la seule qui avait déjà un fait d'arme à son actif dans cette guerre. La prise de Clouje avait été rapide et sans trop de violence inutile. Son prochain objectif était Sàl-Haje, la partie serait sans doute plus difficile...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feodor V. Pojarski



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: Opération "Vent d'Ouest"   Sam 4 Juin 2011 - 13:52


Grâce à l'utilisation d'aéroplanes de reconnaissance, la Ve Armée Edoranaise savait exactement où se trouvait Pojarski. Les troupes edoranaises ralentirent leur marche pour éviter d'exposer leur flanc à l'adversaire. Du coup, les troupes Pojarkistes, au lieu de prendre l'ennemi de flanc, se retrouvèrent engagés contre les premières avant-gardes de la Ve Armée. Celles-ci furent repoussées par le Régiment "Tête de Mort", mais la stratégie de Pojarski avait échoué: il lui fallait changer ses plans.



Il décida donc de détourner ses I et II Corps vers l'est pour qu'il entrent dans Areguitha avant l'ennemi et s'y retranchent. Sous la protection du "Tête de Mort", l'Armée infléchit sa course et se mit à progresser vers la ville. Une sotnia de cosaques fut envoyée en estafette afin de prévenir les autorités transvalaques de leur arrivée.


"Davaï, davaï ! Le premier à Areguitha reçoit une bouteille de vodka !"

Vers midi, la première avant-garde de Pojarski pénétrait dans Areguitha, où la population restait dans l'expectative, n'ayant pas oublié les sanglantes exactions que Pojarski avait commis en Transvalachie quelques semaines auparavant... Le voir à présent revenir en allié et en "ami du peuple Transvalaque" n'inspirait pas vraiment confiance...



Les premiers cosaques entrent dans Areguitha... pas franchement accueillis en sauveurs.


Plus loin au sud-ouest, la Kavalarmia se déploya dans la géographie de collines boisées qui peuplait le sud de la Transvalachie. Des sotnia furent envoyées en avant, afin de s'infiltrer derrière l'Armée edoranaise qui marchait sur Sal-Haje et attaquer ses lignes de communications. Kalmykov lui-même marcha vers Clouje avec deux mille Cosaques, et attaqua férocement les petits détachements envoyés en avant-garde par l'ennemi: profitant de la surprise, il les bouscula férocement, puis battit en retraite avant que n'arrive l'artillerie ennemie.

Une sotnia de Tcherkesses entra dans Sal-Haje, seulement pour en sortir une heure plus tard, n'ayant rien accompli de positif sinon de réchauffer le coeur des quelques défenseurs en leur promettant que Pojarski arrivait à leur secours avec une armée de 400.000 hommes. Apparement, la population transylvaine, désespérée, ne demandait pas mieux que de le croire.



"Je viens vous sauver, braves Transylvains ! Maintenant, donne-moi ta femme."




_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles de Hauteville



Nombre de messages : 233
Date d'inscription : 24/05/2011

MessageSujet: Re: Opération "Vent d'Ouest"   Dim 5 Juin 2011 - 12:30

La IXe armée, et en particulier des régiments d'infanterie et l'artillerie légère ainsi que les cavaliers palonais, devait maintenir une présence à Clouje, la première grosse bourgade transvalaque a être tombée aux mains des édoranais.
Les avant-postes d'observation installé à quelques kilomètres de la ville, furent la cible du IIIe corps pojarskien et du commandant Kalmykov en personne. Les pertes furent les plus conséquentes depuis le début de la guerre pour les édoranais, mais ne dépassaient pas les quelques dizaines de mort. Ceux qui équivalait du reste aux âmes prises aux attaquants !
Le premier obus en provenance de Clouje en direction des troupes de Kalmykov eurent raison de leur audace et ceux-ci battirent en retraite avant l'explosion du deuxième et dernier obus tiré.

Mais la IXe armée devait également prendre la ville de Sal-Hàje plus au sud. Le gros de l'infanterie et de l'artillerie, mais aussi des blindés et des cavaliers marchaient sur la ville, où l'on s'attendait à trouver une résistance certaine.


« on va enfin se battre ! »

Il n'en fut rien ! Pas de combattants Cosaques, Bakchirs, Tcherkesses, ni même Tatars... le IIIe corps ennemis n'avait visiblement pas choisit de défendre Sàl-Haje... Les blindés entrèrent dans la ville avec l'infanterie. Des coups de pétoire désorganisés retentir ça et là et des cocktails Boulkaniov (du nom de celui qui tentait désespérément de sauver l'indépendance illégitime de sa province) étaient balancé des fenêtres. Après quelques tirs de char sur les façades et les barricades rencontrées, les drapeaux blancs fleurirent...

Les édoranais découvraient une population terrorisée. Principalement des hébraïtes d'origine Petite-Russlave, pourchassés par Pojarski, ruinés par l'effort de guerre la République populaire et qui ne savait pas à quelle sauce cette fois-ci ces énièmes soldats allaient les manger... Mais aussi des moldaviens rassurés finalement de voir le drapeau édoranais sur les chars.
Une fois la ville entièrement sécurisée et les combattants socialistes et indépendantistes arrêtés, des médecins et des aumôniers militaires hébraïtes prirent en charge la population.

Les généraux d'armée et de division de la IXe se réunirent à l'Hôtel de Ville de Sàl-Haje pour faire le point. La quasi-totalité de la «pointe sud » de la Transvalachie était sous contrôle. Ponctuellement dans la région des éclaireurs et des escouades cosaques ou tcherkesses furent débusqués, abattus ou mis en fuite. Impossible vraiment de savoir si le IIIe corps avait été repoussé en Petite-Russlavie ou vers le nord, vers la Ve armée, tant son effectif semblait dispatché...



En parlant de la Ve armée justement, celle-ci n'était plus qu'à quelque encablure d'Areguitha. Elle avait était grandement ralentie par les combats contre le régiment pojarskien « Tête de Mort ». Et quand elle le pu, elle reprit la marche d'un pas soutenu. L'Aviation avait informé les généraux que les Ier et IIe corps de Pojarski était arrivé dans la ville d'Areguitha il y a peu. La bataille allait être rude...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Légation du Daearuil



Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: Opération "Vent d'Ouest"   Dim 5 Juin 2011 - 23:34

Le convoie d'armes et de troupes daearien arriva à Areguita au crépuscule, Pojarski savait très bien que ces renforts, bien que faibles par rapport aux forces qu'il combattait, lui serait certainement d'une grande utilité. Le convoie quitta précipitamment Poursk lorsque le putsch éclata, seul le bataillon des chasseurs-urbains était resté en ville, pour la défendre, conformément au plan. Mais ce qu'il se passait à Poursk remettait en question la chose. Et V12, le sous-fifre de Pedro n'était pas joignable pour le moment. Il n'avait qu'une seul idée en tête, faire en sorte que Poursk reste la base de repli de Pojarski quitte à ce faire égorger au passage. A l'heure qui l'est, il doit surement être en plein pourparlers avec les principales forces qui veulent le contrôle de la ville.

Mais pour l'heure les renforts entrèrent dans Areguita, les habitants ne montrèrent pas plus d'enthousiasme avec ces gens là. Les cosaques était intrigués par l'uniforme étrange des chasseur-montés, et les Francs-Tireurs de la Garde ne les impressionnaient pas plus. Néanmoins, il fallait faire équipe dans cette situation plus qu'explosive, on ne sait pour l'instant quand les édoranais allaient passer à l'action. Les daeariens avaient cependant un avantage, mis à part Pojarski, personne ne savait qu'un pays extérieur à tout ça était impliqué. Et les daeariens eurent l'idée d'abandonner tout signe distinctifs qui pourrait leurs faire préjudice. Les trois officiers supérieurs de la troupe se retrouvèrent et se mirent en tête de trouver ce prince pour savoir de quoi il retourne.

Au Daearuil le système de grades est différent en tout point. C'est un système numérique, il y a le premier commandant, le second, le troisième et ainsi de suite par ordre décroissant jusqu'au soldat de base (qui par défaut n'a aucun commandement). L'équivalent du colonel étant le taged conui, le second commandant. Avec un détail tout de même que le taged conui des Francs-Tireurs en tant que commandant d'une unité de la Garde (Taged Conui uin Tirith en l'occurrence) à le grade supérieur par rapport à ses collègues de l'armée régulière. C'est donc ainsi que le commandant des Francs-Tireurs, à savoir le colonel Delirion était le chef par défaut des troupes daeariennes.

Alors que les armes était déchargés des camions que les cavaliers et les hommes se mirent en rangs, ils attendaient patiemment que le Prince vienne à leur rencontre. Quelques un de ses lieutenants vinrent à leur rencontre. La situation leur fut expliquer et ils furent invités à vroi le Prince aussi vite que possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feodor V. Pojarski



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: Opération "Vent d'Ouest"   Lun 6 Juin 2011 - 11:37


Depuis leur arrivée, les troupes pojarkistes organisaient la défense d'Areguitha. Une première ligne de défense avait été érigée aux entrées de la ville. Si celle-ci était prise (et elle le serait, vu l'écrasant surnombre de la Ve Armée), la ville elle-même devait devenir zone de guerre. Les carrefours et les avenues étaient destinées à devenir des champs de tir. Les clochers, les hôtels, les palais, les immeubles: transformés en forteresses urbaines.



L'armée Pojarski défile dans les rues d'Areguitha.

Pendant ce temps, le Prince était venu galvaniser la populace de la ville, rassemblée sur la Place Rayvoloutioun.
Le prince se présenta à la tribune de l'hôtel de ville, et après avoir annoncé qu'il se plaçait sous le commandement - symbolique - du commandant local de l'Armée Transvalaque, il délivra une courte harangue rédigée en Valaque par son âme damnée, le colonel Frounze.



Citation :
Valaques !

Je vous ais quitté en peuple soumis, je vous retrouve en peuple libre !

L'heure de votre rédemption a sonné !

Voici venir la grande bataille de notre temps, celle qui décidera de votre sort ! Les noires phalanges de l'ennemi s'approchent de votre cité, décidées à détruire le peuple valaque et à raser cette ville jusqu'à la dernière pierre.

Voici venir l'heure du choix ! Combattez, et vous conquerrez la liberté, l'indépendance et la paix. Abandonnez, et le meurtre, le viol, l'oppression et le joug barbare de l'étranger seront votre récompense !

Vous connaissez le sort qui vous attend en cas de défaite: la mort pour les hommes, le déshonneur pour les femmes, l'esclavage pour les enfants.

Mais je vous connais, nobles Valaques ! Vous combattrez tous, jusqu'au dernier, pour sauver votre ville de la terreur que les armées edoranaises vous promettent ! Vous mourrez plutôt que de céder un pouce de terrain.

En cette heure sombre, tout le monde doit participer à la lutte décisive. Hommes, femmes, enfants: à la guerre !

Pour la Transvalachie, pour la liberté !

Ce discours fut bien entendu accueilli triomphalement. Ce n'était qu'une goutte de plus dans l'océan de psychose qui baignait la population d'Areguitha. Depuis le début de l'offensive edoranaise, les démagogues et les tribuns de la République Boulkianoviste martelaient dans le crâne de la populace cette idée simple: la mort est préférable à la servitude. Pris de délire patriotique, la population entière était prête à mourir plutôt que de tomber aux mains des soudards edoranais que la propagande peignait de traits abominables. Les rares citoyens réfractaires à cette ambiance hystérique avaient été massacrés par la foule depuis longtemps.

En conséquence, en plus des 25.000 reîtres de Pojarski, le jeune et frêle général Bobolesco pouvait compter sur une vaste armée de civils sans arme autre que leur courage. Pojarski comptait bien s'en servir pour épargner au maximum la vie de ses hommes.




Pour la Patrie et la Révolution !



Le 1er bataillon des Ecoliers, armé de cartables. Leur enthousiasme fait plaisir à voir. Ils mourront jusqu'au dernier lors de la contre-offensive du square Andropov.


Le prince Pojarski descendait les marches de l'Hôtel de ville, satisfait de l'effet bœuf qu'il avait produit.

- Patron, y à les gars du Pedro qui veut vous voir.

- Ouais, ben qu'ils me suivent. On va aller inspecter les défenses du secteur ouest.


_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles de Hauteville



Nombre de messages : 233
Date d'inscription : 24/05/2011

MessageSujet: Re: Opération "Vent d'Ouest"   Mer 8 Juin 2011 - 0:02

La Ve armée c'était divisé en trois : 2 divisions de réserve étaient restées en arrière pour sécuriser les territoires conquit et avaient été rejoint par quelques unités de la IXe armée ; 6 divisions, soit 60 000 hommes, avaient bifurqué vers Bravnopol avec le Général Lassalle, commandant de la Ve a leur tête ; 4 divisions enfin avait marché sur Areguitha sous les ordres du Général de la division Galianeau, après l'attaque du régiment pojarskien « Tête de Mort ».

Le contingent du Général Galianeau s'arréta à environ 2 km de la ville d'Areguitha... Une entrée directe comme avait fait leur camarade de la IXe armée dans Clouje et Sàl-Haje était ici exclue... Le Ier et le IIe corps de Pojarski s'y trouvaient et peut-être même le boucher de Transvalachie en personne selon des informateurs !

Un poste d'observation fut installé et livra rapidement son premier rapport :

- Mon général, la ville présente des fortifications anciennes de type bastionnée, mais la continuité est très hasardeuse, pour dire vrai c'est une passoire... Cependant, les bastions sont occupés par des soldats et quelques canons, et les intervalles de faiblesse dans les fortifications sont défendus par des barricades.

- Bien, Capitaine, répondit le Général, puis il ordonna à son état-major : Faites déployer l'artillerie lourde sur une ligne suffisamment longue. Nous devons couvrir la largeur de la ville. Notre cible sera la défense extérieur dans un premier temps. Pour l'intérieur, nous verrons avec les blindés entre autres quand nous y seront.

La grosse artillerie se déploya donc :



« L'autre terreur après la foudre »

- Envoyez également une batterie d'artillerie au nord de la ville et une batterie au sud, nous bombarderons 3 des 4 faces de la ville en même temps. Nous investirons ensuite la ville par ces trois faces à raison d'un groupe par face composé chacun d'un régiment blindé, d'un régiment d'infanterie et d'un régiment de cavalerie pour anéantir le peu que l'artillerie n'aura pas fait. Les hommes restants investirons la ville dans une deuxième vague... Bon... envoyez le cavalier.



Un adjudant de cavalerie chargé de demander la réédition des rebelles et l'allégeance au Tsar quitta le camp, quand les batteries furent en place, et parcouru au galop les deux kilomètres vers la porte Ouest de la ville, étendard édoranais à la main. Et une fois à la porte de la ville :

- Peuple transvalaque ! Au nom de Sa Majesté Impérial Charles III, Empereur d'Edoran ! Je vous demande de lâcher les armes et de reconnaître la souveraineté du Tsaaaargh.....

Un chasseur à l'arc amateur transvalaque, engagé sur les défenses ouest du fait des ces compétences, venait de réussir la prouesse de décocher une flèche qui traversa avec précision le cartilage thyroïde du cavalier, sa trachée, et ressortie par l'arrière de son cou après avoir pulvérisé la 5e vertèbre cervicale et sectionné la moelle épinière. L'adjudant s'affala sur son cheval et glissa passivement au sol.

Le général avait assisté à la scène avec des jumelles, et sans arrivé à les baissé de ses yeux, il ordonna dans un souffle :

- Feu...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Légation du Daearuil



Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: Opération "Vent d'Ouest"   Dim 12 Juin 2011 - 0:26

-Oooh merde !

Les premiers obus tombèrent sur la périphérie et se rapproché dangereusement du centre-ville. Les trois officiers n'eurent pas le temps d'atteindre le Prince Pojarski. Tandis que les obusier étaient déchargés et que leurs hommes se mirent à l'abri, les trois colonels durent se résoudre à se planqué la ou les risque était infimes. Certains murs de bâtiments selon l'orientation de l'artillerie sont moins exposés aux frappes et au risque d’effondrement. A savoir les cotés. Les trois daeariens se planquèrent et profitant de la situation firent le point.

-Ont dirait que le comité d’accueil est content de nous voir !
-Parlez pour vous Delirion !
-Nithralith, prenez vos hommes (déflagration, bruits d'explosions) et sortez de la ville par le nord, Sorfirion faites pareil mais par le sud ! Pénétrez aussi profondément que possible dans leurs lignes et faites les chier ! Enfin (explosion encore, les trois hommes se mettent à couvert et se font recouvrir par quelques gravats) Enfin, je suppose que vous savez quoi faire non ?!
-Et vous ?
-Croyez moi va y avoir du mort, surtout chez eux ! Allez !

Les trois hommes se relevèrent sortir des gravats. Chacun d'eux rejoignirent leurs troupes et se dispersèrent, le taged Delirion, rassembla les hommes de la Garde.

-Diiiiiiiispersion !!! S'exclama t-il, et ses hommes se dispersèrent dans les rues. Maintenant ils attendrait leurs proies, les Francs-Tireurs de la Garde. Dans les trous, dans les bâtiments, dans les rues, dans les parcs et parfois même aux endroits les plus inattendues. Ils seraient tel des fantômes, pour ceux qui ne se feraient pas pendre. Pendant ce temps là, le colonel daearien ordonna aux camions de partirent vers les positions d'artilleries pour faire placés les obusiers. Un lieutenant de Pojarski retrouva le colonel, lui prit le bras et le fit rentré dans un bâtiment pour le mettre à l'abri. Le pilonnage après une courte pause, reprit de plus belle. Les deux hommes coururent comme ils purent jusqu'à ce qu'il semblait être le QG du Prince-Généralissime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles de Hauteville



Nombre de messages : 233
Date d'inscription : 24/05/2011

MessageSujet: Re: Opération "Vent d'Ouest"   Lun 13 Juin 2011 - 0:25

Cela faisait quelques heures que l'artillerie pilonnait les défenses extérieurs d'Areguitha. Les bastions anciens et les faubourgs fortifiés s'effondrait les uns à la suite des autres.

Les blindés avançaient doucement sur la ville par le nord, l'ouest et le sud. Leur progression était prudente car des avant-postes cachés avaient attaqué des chars passant à leur niveau. Les blindés devaient donc s'attarder à neutraliser toute résistance... de plus, des tireurs et quelques obusiers rebelles remontaient sur les ruines des murs d'enceinte de la ville et ripostaient contre la progression de l'Armée du Saint-Empire.

Après douze heures de bombardement, les premiers chars entèrent dans Areguitha suivit par l'infanterie et la cavalerie...





ça et là, des combattants isolés tiraillaient sur les édoranais, des scènes de guérillas urbaines furent jouées dans certains quartiers de la ville, des explosions retentirent dans des lieux pourtant désertaient par les rebelles... Une puissance étrangère soutenait Pojarski, les généraux édoranais en étaient maintenant persuadé.

Les pertes dans l'infanterie étaient proportionnelle à la progression dans la ville... mais heureusement, elles furent limitée à un niveau "acceptable" par une bonne coordination avec les blindés et les cavaliers qui permettait de circonscrire rapidement les échanges sporadiques de tirs de mortiers ou de fusils.

A l'extérieur de la ville, l'artillerie avançaient ses positions... le centre d'Areguitha connaitra bientôt lui aussi la désolation...

La ville se vidait par l'est, seul échappatoire laissé par Edoran aux rebelles...

Alors qu'Areguitha tomberai dans quelques heures... A une soixantaine de kilomètres de là, un blindé du second groupe de la Ve armée volait en éclat sur une mine, obligeant à l'établissement du campement... Ils étaient à 5 kilomètres devant Bravnopol-la-bien-gardée...

Et a quelques centaines de kilomètres, la IVe armée arrivait en vue de Sibiou-l'honteuse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles de Hauteville



Nombre de messages : 233
Date d'inscription : 24/05/2011

MessageSujet: Re: Opération "Vent d'Ouest"   Jeu 16 Juin 2011 - 0:56

Au terme de deux jours dans les murs d'Areguitha, les divisions édoranaises avait enfin pris le contrôle de la totalité de la ville. Cette bataille avait été longue, faite de guérilla, d'embuscades et de fusillades. Les pertes édoranaises dépassaient la centaine, bien qu'aucun chiffre n'était publié...

- Général, aucune trace de Pojarski... Les rebelles que nous n'avons ni tués ni arrêtés, se sont enfuis par l'est.

- Pojarski a du fuir comme un lâche en Petit-Russlavie par le corridor que nous avons laissé pour permettre l'exode des civils... Cela ne fait rien. Nous avons libérer cette partie du pays.


Le Général Galianeau faisait référence à ses troupes qu'il avait été envoyé tambour battant pour prendre possession de la région. Son supérieur, le Général Lassalle, lui avait demandé de progresser légèrement vers le nord pour couper la fuite éventuelle de rebelles lors de l'attaque prochaine de Bravnopol.

Mais devant les champs de mines de Bravnopol, les divisions de Lassalle piétinaient. 2 escadrons de bombardiers étaient attendu pour anéantir la plus grande partie possible de ce champs mortel. En attendant... la terrible artillerie édoranaise se mit à faire pleuvoir les enfers sur les tranchées autour de Bravnopol. Ces mines et ces tranchées remplit de fantassins étaient en réalité les seules défenses de la ville, qui ne possédait que de vieux remparts médiévaux.

Une fois l'approche de la ville possible, sa pénétration serait rapide. En revanche, les édoranais ne pourrait rentrer que sur un seul flanc de la ville, ce qui ne rendra pas Bravnopol plus facilement contrôlable qu'Areguitha.


"Le feu édoranais tombe sur les tranchées de Bravnopol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feodor V. Pojarski



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: Opération "Vent d'Ouest"   Jeu 16 Juin 2011 - 13:35


La chute d'Areguitha sonna le glas du Prince Pojarski en tant que puissance autonome. Tous ses discours vibrants n'avaient pu empêché le simple triomphe du nombre. Au dernier moment, alors que le capitaine Khanzine le pressait de lancer une ultime contre-offensive, Pojarski avait été pris de doutes, et il avait sonné la retraite.

C'était une grave erreur. Son armée se disloqua: les troupes petites-russlaves battirent en retraite vers le sud, pour rallier Poursk. Après plusieurs jours d'errance dans la campagne entre Areguitha et Bravnopol, ce qui restait de l'Armée Pojarski (près de trois mille hommes) décida de trahir Pojarski et de s'en remettre à la merci du Tsar. Le capitaine Khanzine, qui commandait réellement l'Armée depuis Areguitha, voulait se rallier à la toute nouvelle Armée Nationale Transvalaque pour se racheter.

C'est ainsi qu'un beau matin, Pojarski, qui somnolait en caleçon long à l'écart du bivouac, eut la désagréable surprise de voir arriver sur lui quatre officiers, armés de pistolets: c'était un putsch, ni plus ni moins.


- Pojarski, vous êtes en état d'arresta... Le lieutenant Primakov n'eut pas le temps d'achever sa phrase. Faisant preuve d'une rapidité proprement stupéfiante, Fedor Vassilievitch empoigna son revolver et fit feu à tout-va tout en bondissant sur ses pieds et en fuyant comme un dératé vers les bois voisins, sous le feu erratique de ses anciens subordonnés. Le prince n'avait pas perdu ses bons vieux réflexes de l'époque où il menait une existence de bête traquée...

C'est ainsi que s'achevait la geste de l'Armée Pojarski. Les quelques 3.000 hommes restants, sous la conduite du capitaine Khanzine, se dirigèrent vers le nord-est pour offrir leur soumission (et leurs services) au Prince Klausbourgsky.

Quant au prince Pojarski, à moitié nu et seulement armé de son revolver, il tentait de rejoindre Bravnopol, dormant le jour au fond des bois, marchant le long des sentiers boueux la nuit, se nourrissant des choses immondes qui poussent sous l'obscurité des arbres... Il était seul. Comme au premier jour, avant que ne débute sa fantastique carrière, quand il portait encore un autre nom...

Le matin du 16 juin, Pojarski tomba sur une ferme isolée où vivait un vieillard qui devait bien avoir cent-dix ans. Le vieil homme, complètement sénile, offrit à Pojarski les vêtements de son fils, et c'est ainsi que, déguisé en paysan valaque, Pojarski parvint à sauter en marche dans un train qui prenait la direction de Sibiou.

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Légation du Daearuil



Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: Opération "Vent d'Ouest"   Jeu 16 Juin 2011 - 16:43

Les Daeariens comptabilisaient en tout, sur quatre cents hommes, un quart de perdus ou disparus. Personne ne songeait à ce qu'il y en ait qui se soit fait prisonnier. Les daeariens préfèrent la mort à autre chose. Toujours le respect de l'aphorisme de la Reine Plectrude : ''Préférez la mort à la souillure, comme cette hermine l'a fait.'' Ceci dit, les daeariens ne repartent pas sans avoir fait grand chose. Chaque hommes disposent de cents balles. Il n'y a qu'a faire le compte, le quart d'utilisé étant considéré comme des balles ayant ratés leur cible et vous avez le nombre de victimes du cotés de l'ennemie.

Soit pour cette fois plus de trois mille cinq cents edoranais morts.

Delirion n'était pas dupe quant à la question des chasseurs montés. A chaque instants, ils s'enfonçaient un peu plus dans les lignes ennemis, se rapprochant de la frontière avec Edoran. Leurs seuls buts est de frapper l'ennemie là ou il s'y attend le moins. Un soldat isolé, plus une petite patrouille, plus un char sans appuie, plus un bivouac, plus un entrepôt.

Plus ceci, plus cela, plus …

Il viendra un moment ou l'addition commencera à être salé. Et puis, si il n'y avait plus d'espoirs pour les récupérer, les chasseurs auraient le choix. Soit tenté le tout pour le tout pour revenir sur les terres du Daearuil. Soit prendre racine, immiscé dans la population, trouvé une femme, fondé un foyer, et faire sa petite vie. Étant donné l'incapacité de l'administration russlave, personne n'y verrait de différence.

Que de bons éléments perdus. S'indigna Delirion, mais pour l'heure, lui et ses Francs-Tireurs laissaient Areguitha, loin derrière eux à quelques kilomètres au nord. Ils allaient rejoindre Poursk et le bataillon des chasseurs urbains, ainsi que le lieutenant de Pedro. De là, Delirion tenterait de retrouvé Pojarski. Lui qui doit être un fugitif, il pourrait le convaincre de gagné le Daearuil ou une cache quelques part dans le Micromonde que les agents de l'Idher uin Thurin montent un peu partout. Ou bien le laissé courir la Russlavie, il doit certainement bien connaître le pays pour s'y caché sans qu'on le retrouve.

Un bruit de moteur vers le ciel. Delirion et ses hommes regardèrent, un dirigeable, edoranais sans doute. Un éclaireur, trop petit pour contenir des bombes. Quoi qu'il en soit, la colonne des Francs-Tireurs était sous surveillance. Ça lui apprendrait à Deliron de manœuvré sur les routes. Mais les forêts en Petite-Russlavie sont rares et quand il y en a, cela ressemble plus à une sorte de maquis tel qu'on peu en voir au nord du Daearuil et au sud-est du Belondor. De toute façon, les daeariens avaient un temps d'avance sur les edoranais, ils seraient à Poursk avant eux. Ensuite, et bien, il aviserait. Poursk n'était plus qu'a une trentaine de kilomètres. On avait fait enterrer les obusiers dans d'immenses fosses communes, et fait détruire leurs munitions. Ces armements, de technologies daearienne ne seraient pas retrouvés avant quelques années. Et encore, l'état ou ces engins seront, ne permettront certainement pas une identification formelle. En Russlavie, il ne restait plus que Opessa sous contrôle mais pour combien de temps encore ? Delirion aurait-il la possibilité de revoir un jour ses îles ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles de Hauteville



Nombre de messages : 233
Date d'inscription : 24/05/2011

MessageSujet: Re: Opération "Vent d'Ouest"   Lun 20 Juin 2011 - 23:32

L'artillerie avait cessé de bombarder les tranchées de Bravnopol ainsi que ses frêles remparts. Les escadrons de bombardier avait ouvert une brèche dans le champ de mine, du moins le Général Lassalle l'espérait. Il envoya, fidèle à la tactique édoranaise dans ce conflit inégal, les blindés suivit de l'infanterie en direction des ruines de la porte de la ville. Les soldats craignaient davantage des mines non-explosé, que des transvalaques restant dans les tranchées. Les premières seraient imprévisibles et fatales, les seconds seraient très facilement maîtrisables.

A plus de cent kilomètre de là, le Général Coffre, commandant la IVe armée, positionnait son artillerie autour de Sibiou... Le même schéma que dans les deux précédentes batailles, mais cette fois avec 200 000 hommes. Une armée édoranaise et une armée tchécoslovène. 5 croiseurs et plusieurs destroyers avait pointé leurs canon sur la ville, notamment les positions de l'armée et le palais de Boulkaniov, selon les informations des commandos revenus à bord des navires de guerre.

Le Feld-Maréchal venait de recevoir la nouvelle de la rédition de Pojarski... Enfin... "La guerre touche à sa fin", se disait-il. Le fait que se soit Klausburgski qui détenais le criminel, assassins de milliers de russlaves, noordzeelandais et édoranais, provoquait des sentiments ambiguës au sein de l'Etat-Major édoranais. L'antimarkisme revendiqué d'Emeryk Klauvisievitch jouait en défaveur du boucher, mais une complaisance était à craindre du fait de la haute extraction de Pojarski...

Ce n'était pas le plus urgent. Il fallait d'abord faire tomber cette république. Il lança cet appel via le Général Lassalle à Bravnopol et le Général Coffre à Sibiou :

Citation :
Le "Boucher de Transvalachie", père de votre république séditieuse, a été capturé. Il est temps de cesser de perpétrer la mort et la désolation en Transvalachie, il est temps de reconnaitre les erreurs... Boulkaniov et vos lieutenants à Sibiou et Bravnopol, nous demandons votre capitulation sans condition. A la suite de quoi nous vous laisserons la liberté ainsi que celle de vos combattants fait prisonnier au cours de cette guerre. Vous laisserez l'Armée Nationale Transvalaque du Prince Klausburgski et l'Armée du Saint-Empire pénétrer dans Sibiou et Bravnopol et y rétablir l'autorité du Tsar. Vous avez 24 heures pour annoncer votre rédition. Passez ce délai, Sibiou et Bravnopol seront réduite en cendre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ion Boulkaniov



Nombre de messages : 144
Localisation : Provinces Rolamaviennes Libres et Unies
Date d'inscription : 20/03/2011

MessageSujet: Re: Opération "Vent d'Ouest"   Mar 21 Juin 2011 - 15:02

La réponse, cinglante, ne se fit pas attendre :

Citation :
A Klaus "le Spadassin" Störtebeker

Nous convenons avec vous qu'il est temps que cesse la mort et la désolation sur le sol de la République Populaire et Socialiste de Transylvanie et Valachie.
Nous vous invitons à cesser immédiatement vos attaques et à amorcer le retrait de vos forces.
Vous, vos subordonnés directs ainsi que les troupes sous votre commandement, ne serez pas poursuivi pour les actes criminels que vous perpetré à l'encontre des populations civiles et désarmées.
Vous resterez et demeurerez persona non grata sur tout le territoire de la République.
Que vôtre âme soit à jamais tourmentée par les cris des femmes et enfants écrasés sous le poids de vos bombes.

Ion Boulkaniov
Président du Conseil Transitoire de la République Populaire et Socialiste de Transylvanie et Valachie

_________________
Provinces Rolamaviennes Libres et Unies
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles de Hauteville



Nombre de messages : 233
Date d'inscription : 24/05/2011

MessageSujet: Re: Opération "Vent d'Ouest"   Mar 21 Juin 2011 - 22:42

Citation :

Boulkaniov,

Vos vociférations nous font l'effet d'acouphènes et nous n'accordons aucun crédit à vos mensonges et menaces. Vous ne devez votre vie et le salut de vos troupes restantes qu'à l'intervention du Tsar et aucunement en vertu d'un quelconque courage de votre part.

En vertu du cessez-le-feu, nous vous proposons l'intervention d'unités médicales à Bravnopol, Sibiou et là où vous le voudrez, comme nous avons fait à la suite des massacres de Pojarski, à Sint-Paulus et Franzstadt et où nous avions été attaqué par vos troupes rebelles.

Feld-Maréchal Störtebeker
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Opération "Vent d'Ouest"   Aujourd'hui à 12:47

Revenir en haut Aller en bas
 
Opération "Vent d'Ouest"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vent nord ouest
» spot si vent ouest ?
» bordeaux c est fini...
» "Wonderfull Flat Session" in Baie de Somme with FS S3 19 !!
» [20 juin] 3e Focal Sound Meeting

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Sainte Russlavie :: A travers le pays :: Zone d'influence russlave :: Transvalachie-
Sauter vers: