La Sainte Russlavie

Micronation inspirée de la Russie tsariste des années 1900
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Election du Président de la Douma
Dim 4 Juin 2017 - 22:23 par Alexeï Karenine

Le député PCD Ilya Vostov, doyen d'age de l'assemblée présidait aux débat de la nouvelle législature. Le seul acte de sa courte magistrature consistait à présider à l'élection du président de l'assemblée. Il prit la parole.

Vostov : Honorables collègues,

conformément à la Constitution et au règlement de la Douma, les candidats à la présidence de la Douma sont invités a se faire connaitre. La …

Commentaires: 2
Convocation de la Douma : 2ème législature de 1917
Dim 21 Mai 2017 - 19:32 par Mikhaïl II
Comme l’exigeait l’article 12 des Lois Fondamentales, le Tsar convoqua formellement la Douma suite aux élections du mois de mai. Le cérémonial était relativement simple et débutait avec le discours du trône au Palais des Terems auquel les députés étaient invités. Cette fois-ci, le tsar se fit présenter son texte par la majorité PCD, rompant avec la tradition qui laissait au souverain le choix de …

Commentaires: 2
Douma d'Empire - Composition actuelle
Mar 9 Mai 2017 - 3:32 par Mikha Brasnov
Composition de la Douma : Session du 3 mai 1917 au 3 septembre 1917.

Spoiler:
 



Commentaires: 0
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 4 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 4 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 60 le Lun 22 Déc 2014 - 1:40
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Forum

Partagez | 
 

 Désillusion d'un Prince

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexandre de Klausbourg

avatar

Nombre de messages : 80
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Désillusion d'un Prince   Mer 15 Juin 2011 - 19:37

Quelques dizaines de jours après son départ de Murasibirsk, Aymeri, ou plutôt Emeryk, arriva en Transvalachie. La situation en petite Russlavie, l'avait forcé à rejoindre Gornograd, par voie fluviale avant de rejoindre Sibiou en fiacre, à cheval, puis finalement à dos d'âne. Le voyage qui d'ordinaire mettait trois jours par le train, en avait compté vingt et un. Sibiou était en état de siège, l'allure inoffensive du jeune voyageur sur son piètre destrier, n'éveilla pas le soupçon des sentinelles. Au loin on entendait les canonades incessantes de l'armée Edoranaise.

Durant son voyage le prince avait eu le temps d'étudier, les journeaux en particulier. Il avait une saine horreur de Pojarski, ce républicain odieux et puant, seul recours hélas pour l'indépendance de la Transvalachie, qui bien qu'elle lui paraissait légitime le laissait de plus en plus perplexe. L'armée de Pojarski n'avait rien de ces armées de la Liberté, ses soldats se comportaient en soudards et en criminels de la pire espèce. Il n'avait rien d'hommes d'honneur. Il rencontra de ça et là des loyalistes, ils étaient favorables au Tsar moins par conviction autocratique que parce qu'ils considéraient l'indépendance comme une aventure folle et dangereuses. On était bien loin des récits de la propagande markiste. Ce Ion Boulkhanov intriguait de plus en plus celui qui se faisait connaître sous le nom de Prince Klausburgsky, comment un constitutionnel-démocrate pouvait se renvendiquer du socialisme markiste ? Au nom de l'indépendance des peuples peut être ?

Le Prince Klausburgsky était à la différence de son frère, le Prince Clodomir, un prince libéral, favorable à une monarchie constitutionnelle. Il avait ainsi défini ses opinions politiques : républicain par nature, monarchiste par raison, Samsonoviste par honneur. Il partageait cependant avec son autocrate d'aîné la même exécration pour le markisme, la lutte des classe et la dictature du prolétariat.

Ce qu'il vit à Sibiou était assez pour raviser son jugement, les markistes étaient partout, non ces gens là n'était pas les héros de la propagande. Boulkhaniov, était-il un intrigant de plus ? Certainement pas, un nationaliste convaincu du bienfondé de sa cause surement, Klausburgsky passa une nuit dans une auberge miteuse, puis rejoignit la campagne transvalaque. Il avait choisi son camps. La semaine suivante, il battit la campagne pour unir les forces loyalistes du pays. Bientôt la presse parlerait de l'armée du Prince Klausburgsky.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Désillusion d'un Prince
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mailing de promotion abusif et 1ère désillusion !
» SLUC -BOURG Vers une nouvelle désillusion?
» parage naturel : désillusion !!
» La Baule.... désillusion!!!!
» Pourquoi il faut espoir garder

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Sainte Russlavie :: A travers le pays :: Kraïs russlaves :: Transvalachie-
Sauter vers: