La Sainte Russlavie

Micronation inspirée de la Russie tsariste des années 1900
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
2éme Législature de 1916: Révision des Lois Fondamentales
Mar 18 Oct 2016 - 5:05 par Mikhaïl-Alexandrovich
Dans ses moments de lucidité, le tsar Mikhaïl II montrait une singulière intelligence politique doublée d’un attachement réel pour son pays. Et il se trouvait que le remplacement de son médecin personnel, ancien moine au passé douteux, par un professionnel respecté avait presque pérennisé la maîtrise de soi du souverain. Les effets des nouveaux médicaments expliquaient peut-être sa décision …

Commentaires: 4
1ère Législature de 1916: Séance 1: Réforme Agraire
Lun 16 Mai 2016 - 22:30 par Mikhaïl-Alexandrovich

Radimir Komiov (PNJ), Président de la Douma.


Quelques heures après le discours du trône débuta la première séance de la Douma depuis la fin des hostilités. Tel bon nombre d’édifices publics, le palais Marinski était en phase de réparation. Les forces républicaines l’avaient utilisé comme entrepôt, d’abord à munitions …

Commentaires: 2
Discours sur l'état de l'Empire
Mer 10 Avr 2013 - 2:40 par Stemka Soyembika
Le régent de la couronne se plaça derrière le strapontin que lui avait expressément installé les huissiers de la Douma. Si le Régent se foutait un peu de la démocratie et de ce qu'elle avait apporté de négatif à l'empire, il était important que les députés sachent tout de même ce qui se passait dans les tractations diplomatique internes et externes.

Excellences, Altesses, messieurs et mesdames.



Commentaires: 3
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 60 le Lun 22 Déc 2014 - 1:40
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Forum

Partagez | 
 

 La reddition du prince Pojarski

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Feodor V. Pojarski



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: La reddition du prince Pojarski   Sam 18 Juin 2011 - 17:47


Non loin de Sibiou, entre les villages de Prut et Andronikopol, stationnait la nouvelle Armée Nationale Transvalaque du prince Klausbourgsky. Les soldats se montraient détendus autour des feux de camp: il y avait longtemps que les rebelles avaient cessé leur tentatives de contre-attaque. On s'apprêtait à marcher sur Sibiou, et l'humeur générale était confiante et sereine.

Soudain, surgi des ombres qui environnaient le camp, un homme revêtu de l'uniforme de l'Armée transvalaque fit son apparition, à la grande surprise des soldats qui braquèrent immédiatement leurs fusils sur l'intrus. Celui-ci leva lentement les mains, et, dévisageant calmement les soldats, il s'exprima dans un russlave parfait:


- Du calme, les gars. Je suis Fedor Vassilievitch Pojarski, et je viens remettre ma reddition à vos commandants. Conduisez-moi au Feld-Maréchal Stortbecker ou au Prince Klausbourgsky, je vous prie.


Pendant un instant les soldats, interloqués, n'eurent aucune réaction, puis un officier réagit et donna des ordres: deux soldats vinrent entourer le prince, et celui-ci fut conduit vers l'arrière...



_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre de Klausbourg



Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: La reddition du prince Pojarski   Dim 19 Juin 2011 - 19:10

Le Prince fut amené devant le Prince Klausburgsky. La scène était pour lui à peine croyable, il avait devant le lui "Le Boucher".

- Altesse, vous êtes mon prisonniers, mais pour l'heure passons à table si vous le voulez bien

Le Prince Aymeri de Klausbourg, tout libéral qu'il se revendiquait, bien qu'il feignât des moeurs bourgeoises, était un homme qui croyait fermement aux titres et aux dignités. Ainsi était-il de l'ordre naturel se disait-il. Le titre de Pojarski et son extraction nobiliaire, l'emporta donc sur toutes autres considérations. Les mains libres il pu dîner avec son hôte. La conversation tourna au politique. :

- Quelles sont vos idées politiques Prince ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feodor V. Pojarski



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: La reddition du prince Pojarski   Dim 19 Juin 2011 - 19:42


Pojarski n'avait pas choisi son lieu de reddition au hasard. Il se doutait bien qu'en tout autre endroit du front, ayant affaire à des officiers edoranais bornés et russlavophobes, il aurait été traité bien autrement, si pas fusillé sur le champ. Fedor Vassilievitch ne connaissait pas le prince Klausbourgsky, ce nouveau venu sur la scène transvalaque, mais ce simple nom, "Klausbourg" était à lui seul une garantie acceptable, la seule garantie à laquelle Pojarski pu se fier. Il avait misé sur cette antique solidarité qui lie les vieilles races aristocratiques au-delà de leurs querelles et de leurs combats, et il n'avait pas eu tort.

La scène était proprement surréaliste. Alors que partout autour d'eux régnait la guerre, l'effroi et la mort, deux aristocrates s'attablaient tranquillement et dînaient comme ils auraient pu le faire à la terrasse de "Monsieur Paul", le restaurant bien connu de Gornograd.

Tout en s'efforçant de chipoter le plus négligemment possible à son assiette (une vraie torture, car il était en fait affamé, n'ayant rien mangé depuis son départ de Sibiou), le prince Pojarski tentait de jauger son interlocuteur, qui semblait être le nouvel homme du Tsar dans la région... Quelle nouvelle configuration politique cela pouvait-il signifier ? Etait-ce là le signe avant-coureur de la disgrâce de Gornostaï ? Fedor Vassilievitch se rendit soudain compte que son interlocuteur lui posait une question:


- Mes opinions politiques ? Au ton badin des deux hommes, l'impression de se trouver dans un salon mondain s'accentua encore. Eh bien, voyez-vous, prince, en cette matière, mon nom m'impose quelque servitude: je n'ai d'autre choix que d'être partisan convaincu de l'Autocratie et du rayonnement de ma Patrie, ce qui signifie, vous le savez bien, l'expansion territoriale de la Russlavie vers l'ouest.

Le prince goûta aux vins que son illustre geôlier avait fait servir, puis, lissant ses larges moustaches, interrogea à son tour:
- Puis-je vous retourner la question, Prince ? Selon vous, de quelle politique a besoin la Russlavie ? Et, par ailleurs, quelle est la raison de votre noble présence en cet Empire ? J'ai appris que votre frère s'était établi en Edoran...

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre de Klausbourg



Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: La reddition du prince Pojarski   Dim 19 Juin 2011 - 22:20

Apercevant amusé, la bienséance de son interlocuteur qui en venait à maîtriser la faim. Klausburgsky tentait de percer le mystère de cet homme. Etait-ce le fou que l'on dépeignait ou un opportuniste de génie. Le Prince préfèrait de loin la seconde hypothèse. Une certain fascination naissait pour le personnage. Il répondit à la question du prince sans trop s'attarder sur ses convictions profondes :

- On me dit libéral... Je suis antimarkiste c'est certain. Selon moi la Russlavie a d'abord besoin de relever la tête de montrer à ses voisins qu'elle est capable de maintenir son autorité seule. C'est la raison d'être de l'Armée Nationaliste Transvalaque, faire flotter l'étendart du Tsar sur Sibiou, et se poser en défenseur et dépositaire de son autorité. Les Edoranais sont de trop dans cette affaires... Je suis venu ici en cadet de famille pour servir le Tsar et trouver une situation ; c'est le lot des princes sans couronne... Mon frère s'est établi en Edoran, nous pouvons y prétendre à la dignité de Prince du Sang, et appartenons à la dynastie régnante. Il s'y illustre par un antimarkisme qui l'honnore et que je soutiens, mais qui n'est guère récompensé. Il vient d'être arrêté par le même Feld-Maréchal qui combat ici. Le Tsar nous a soutenu dans cette épreuve, nous lui devons beaucoup.

Le Prince servait le Tsar par gratitude. Il pensait aussi que les intérêts de sa famille étaient liés à ceux de l'Empereur Autocrate. Le dîné se poursuivit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feodor V. Pojarski



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: La reddition du prince Pojarski   Dim 19 Juin 2011 - 23:59


Le prince approuva d'un signe de tête tout en découpant précautionneusement sa viande.

- Da, j'ai appris pour l'échec du coup moldavien. Il semblerait que votre frère et moi soyons dans la même position: rebelles pour une juste cause, poursuivis par la vindicte de courtisans malintentionnés, et maintenant aux fers...

Après avoir laissé plané cette idée (les nobles destins frappés par la haine vipérine de Dutronc-Pombal ou de Gornostaï...), le prince Pojarski haussa les épaules, fataliste:

- Bah, peut-être est-ce le sort des patriotes, de nos jours. Je vois que vous haussez les sourcils, prince. Mais croyez bien que je me considère toujours comme un patriote fermement dévoué à mon Souverain et à ma Patrie. Mon soulèvement était dirigé contre la camarilla qui empoisonne l'esprit du Tsar, pas contre Sa personne. Quant au soutien que j'ai apporté à ces républiques de pacotille en Transvalachie et en Petite-Russlavie, je reconnais que c'était là du pur opportunisme. Un homme qui se noie s'accroche à ce qu'il peut. C'était d'ailleurs une erreur, je m'en rends compte maintenant. Cette volte-face, si contraire aux raisons de ma rébellion, m'a coûté beaucoup et ne m'a rien rapporté. J'aurais du marcher sur Murasibirsk directement, sans m'attarder à faire des concessions à ces maudits séparatistes.

Fedor Vassilievitch sortit son étui à cigarettes, un remarquable ouvrage sur lequel était frappé le chiffre de son dernier propriétaire connu, le jeune comte Cristeco, mort dans des circonstances obscures quelques semaines auparavant:

- Vous fumez, Emeryk Klauvisevitch ?

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre de Klausbourg



Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: La reddition du prince Pojarski   Lun 20 Juin 2011 - 23:54

- Certainement Fedor Vassilievitch, je vous remercie

Le Prince ne prêta même pas attention à l'étui, il ne se doutait pas qu'il était le fruit d'un larcin. Il était face à un aristocrate de haut rang, comment se pouvait-il donc qu'il soit voleur et assassin. Le Boucher se révélait un homme au commerce agréable et aux manières délicieuses. Klausburgsky reprit :

- Vous m'en voyez désolé... (de l'art très aristocratique de traiter avec futilité la gravité) Devrais-je me méfier de ce Gornostaï, on dit qu'il a l'oreille du Tsar ? La Russlavie a tout à gagner du Panslavisme, la grandeur, le respect, mais pouvait-elle faire autre chose que la paix ? Comment envisagez vous l'avenir Fedor ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feodor V. Pojarski



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: La reddition du prince Pojarski   Mer 22 Juin 2011 - 13:20

Le prince partit d'un grand rire:

- Gornostaï ? Vous devez vous en méfier comme de la peste, si vous voulez durer à la Cour ! Cet homme, que l'on dit plus riche que le Tsar lui-même, est un serpent qui tisse sa toile partout à travers le pays... La métaphore était un peu cagneuse, mais l'idée était là.

L'avenir pour moi s'annonce sans doute déplaisant. Je serais sans doute condamné à mort... A moins que le Tsar m'accorde son pardon... Cela s'est déjà vu maintes fois en Russlavie. Vous avez surement entendu parler du Grand-duc Krasschenko, l'homme le plus célèbre de Russlavie. Voilà un homme qui a servi tous les complots, renié toutes les allégeances, déclaré l'indépendance de son fief à deux reprises, et qui pourtant coule une retraite heureuse et honorable à Gornograd !

Le prince réfléchissait déja à actionner les appuis dont il disposait encore dans l'Armée et au Parti Impérial;

- Si les patriotes se font entendre en ma faveur, peut-être le Tsar pardonnera-t-il ma rébellion irréfléchie... Et, en Samsonov, il répugnera peut-être à faire couler le sang d'un Pojarski... Mais il va de soi que ma carrière publique est terminée. L'exil intérieur en Atropatène ou en Sibérie, c'est le mieux que je puisse espérer.

Fedor Vassilievitch regarda fixement le prince Klausbourgsky:

- Ce lugubre courtisan de Gornostaï n'aura donc plus aucun opposant; il sera libre d'étendre son pouvoir tyrannique sur l'esprit du Tsar et sur les rouages de l'Etat... Il aura bientôt la haute main sur le Parti Impérial...

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre de Klausbourg



Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: La reddition du prince Pojarski   Mer 22 Juin 2011 - 23:35

Klausburgsky avait prit en sympathie son prisonnier. Il resta dubitatif, il était le geôlier de l'homme le plus rechercher du nord du micromonde. On le soupçonnait de connivence ; peut être était-ce le cas. Cet homme, ce prince, c'était la Russlavie : l'audace, la cruauté, et pourtant la chaleur et l'amitié, le mélange de sentiments contradictoires ; voilà l'âme Russlave.

Tu peux compter sur mon soutien Fedor Vassilievitch. Les solidarités aristorcratiques donnaient parfois d'étranges alliances.Je ne doute pas que le Tsar te pardonnera. Il a besoin de grands serviteurs comme toi. Je te laisse libre, sous serment de ne plus porter les armes contre le peuple Transvalaque et de renouveler ta soumission le Tsar ; lui seul décidera de ton sort. Je me rends à Murasibirsk, m'y accompagneras-tu ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre de Klausbourg



Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: La reddition du prince Pojarski   Jeu 23 Juin 2011 - 14:48

Les deux princes se quittèrent à l'aube, les bouteilles de vodka et les cadavre de cigarette jonchaient le sol. Klausburgsky se réveilla avec une gueule de bois, infiniement plus grande que celles qu'il avait bien connu lorsqu'il était jeune cadet à Zandhurst. A sa grande surprise il pu voir ses draps bouger : une putin se réchauffait auprès de lui. Il l'a congédia vertement. Arrivée dans le salon d'ordonnance elle poussa des cris d'horreur. Il accoura jusqu'à elle. Là, au milieu de la pièce un ours enguirlandé de fanfreluches, dormait du sommeil de juste. Klausburgsk cria : soldats à moi ! La bête se réveilla, hurla, elle fut capturée, la catin s'en alla apeurée, rejoignant la ville pour d'autres besognes.

La soirée avec Pojarski avait été festive. Que s'étaient-ils dit, il n'en savait plus rien. Bien sûr il se souvenait du personnage, charismatique, fascinant comme un diable, mais que lui avait-il dit ? ll eut la surprise de le voir sur le campement fumant sa pipe, circulant librement au bras d'une dame de non moins grande vertu. Il gueula alors :


- Sergent !!! Que fait le prisionnier seul ?
- Mais généralissime tu as dis que...
- Qu'ai-je dit ?! Mettez le au fer, en attendant son jugement !


Le Prince fut surpris de voir une poignée de soldats se diriger vers lui. Il se débattu en assoma une demi douzaine. Il ne fallut pas moins d'une section - de trente hommes - pour en venir à bout. Enferré, il fut placé en détention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre de Klausbourg



Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: La reddition du prince Pojarski   Jeu 23 Juin 2011 - 22:59

Après son coup de sang de la mâtinée, certainement dû à la crainte de voir un prisonnier de cette importance s'échapper. Et de se voir accuser de complicité ; ce qui eût été un coup terrible porter à l'honneur de sa Maison. Klausburgsky ordonna que le Prince Pojarski soit traité comme un homme de son rang. Ses chaînes furent ôtées et il fut placé à résidence dans un manoir réquisitionné par l'Armée Nationale Transvalaque au comte Dracul, seigneur bien connu de la région, qui vivait en aristocrate aisé et menait une existence insouciante à Murasibirsk. Le domaine était bien gardé par un escadron de cavalier et une compagnie de fantassin.

Klausburgsky qui ne souhaitait plus être vu en compagnie de Pojarski - on commençait à porter de lourd soupçon sur l'intégrité du Prince zollernois - lui fit parvenir un message :


Citation :
Altesse,

J'espère que vous serez à vos aises dans cette propriété, elle est je crois plus digne de votre rang que les infâmes geôle de Prut. Vous y résiderez jusqu'à votre jugement par les autorités Russlaves. Le Tsar seul décidera de votre sort. Aucune communication avec l'extérieur ne vous sera permise.

Prince Klausbursky
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feodor V. Pojarski



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: La reddition du prince Pojarski   Ven 24 Juin 2011 - 14:23


"Quelle rapide adaptation à la politique russlave, mon gaillard !" songea Pojarski, qui avait été, il devait bien l'avouer, totalement pris par surprise par le revirement de Klausbourgsky. Il en était à imaginer de se lancer sur Murasibirsk avec l'armée de son nouvel allié quand il avait été jeté aux fers par son ami de la veille, avec lequel il avait passé une émouvante soirée, pleine de serments d'amitié éternelle et de grandes déclarations patriotiques. Décidément, Klausbourgsky était moins manipulable que Pojarski l'avait cru...

Le prince Fedor Vassilievitch ne pris même pas la peine de répondre à la dernière missive de son geôlier, et entrepris, fataliste, de vider la cave du Comte Dracul en s'efforçant de ne pas penser au sort qui l'attendait.

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konstantin Ier



Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 22/03/2011

MessageSujet: Re: La reddition du prince Pojarski   Lun 27 Juin 2011 - 15:25

Un bataillon de la Garde Impériale finit par se présenter auprès du Prince Klausburgsky. Il était commandé par le général Ioudenitch en personne, muni d'instructions très précises. Le vieux podagre galonné, dont la surcharge pondérale était un sujet d'amusement pour la troupe, commença par féliciter chaleureusement Klausburgsky pour ses hauts faits. Le Tsar, lui promit-il, savait récompenser généreusement ceux qui le servaient avec loyauté et efficacité.

Les deux hommes s'isolèrent ensuite pour discuter du cas Pojarski. Le général Ioudenitch expliqua à Emeryk ce que le Tsar avait décidé:


- Un procès, prince, produirait des effets néfastes sur l'opinion publique. Mais le Tsar ne peut pas non plus faire exécuter sommairement le rebelle ! Ce serait par trop bytanzin. Voilà pourquoi j'ai ordre de faire monter le rebelle dans ce train que vous voyez-là, et le conduire directement jusqu'en Khazarie, où le traître Pojarski sera écroué à la forteresse de Gurban-Guli, sous la surveillance de l'Émir Shir Muhammad, loyal vassal du Tsar, et d'un peloton de la Garde. Il y restera à perpétuité.


Le général chaussa ses lorgnons et relu le papier qui contenait ses instructions:


- Les soldats russlaves qui ont suivi le traître seront graciés et réintégrés dans l'Armée. Les officiers seront dégradés et envoyés aux Katorgas. Quant aux complices petits-russlaves du traître, ils subiront le châtiment qu'ils méritent, c'est-à-dire la mort ou les travaux forcés.

Enfin, et cela vous concerne personnellement; les biens du traître étant saisis en même temps que son titre est déchu, vous recevez en cadeau du Tsar le domaine de Podjarskovo, dans la région de Gornograd, et l'hôtel Pojarski, à Murasibirsk.


Ioudenitch poursuivit, manifestement déçu de ne rien recevoir:

- Il y a aussi une rente instituée pour la jeune Comtesse N., dont l'honneur a été souillé par le monstre... si du moins nous retrouvons cette malheureuse en vie...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La reddition du prince Pojarski   Aujourd'hui à 12:48

Revenir en haut Aller en bas
 
La reddition du prince Pojarski
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Sainte Russlavie :: A travers le pays :: Zone d'influence russlave :: Transvalachie-
Sauter vers: