La Sainte Russlavie

Pour Oelita
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
» DISPARUS DE MOURMELON
Lun 20 Oct 2014 - 18:12 par JIVKOV

» Alekseï Sazonov
Mar 26 Aoû 2014 - 7:47 par Aleksei Sazonov

» QG de Boulkaniov - entretien Pozarkine / Boulkaniov
Sam 7 Juin 2014 - 15:37 par Ion Boulkaniov

» Le pelerinage
Mar 6 Mai 2014 - 12:31 par Frère Ivan l'entameur

» Principauté de Livadia
Mar 29 Avr 2014 - 18:12 par Comte Osterman-Ivanovitch

» EL : site de la Rolamavie
Sam 26 Avr 2014 - 0:44 par Ion Boulkaniov

» Naissance de l'entreprise AROL
Sam 26 Avr 2014 - 0:43 par Ion Boulkaniov

» Statut de la Transylvanie
Sam 26 Avr 2014 - 0:11 par Ion Boulkaniov

» L'exploit horrifique et héroïque de Frère Ivan des Gageures
Sam 26 Avr 2014 - 0:06 par Frère Ivan l'entameur

» Developpement des soviets de la RDPR
Ven 25 Avr 2014 - 21:45 par Iuri Ilitch Oubranov

» Aux frontières de l'Est russlave
Jeu 24 Avr 2014 - 23:09 par Serguei Pozarkine

» Nuit de fête en Rolamavie
Mer 23 Avr 2014 - 7:01 par Ion Boulkaniov

Discours sur l'état de l'Empire
Mer 10 Avr 2013 - 1:40 par Stemka Soyembika
Le régent de la couronne se plaça derrière le strapontin que lui avait expressément installé les huissiers de la Douma. Si le Régent se foutait un peu de la démocratie et de ce qu'elle avait apporté de négatif à l'empire, il était important que les députés sachent tout de même ce qui se passait dans les tractations diplomatique internes et externes.

Excellences, Altesses, messieurs et mesdames.



Commentaires: 3
Rentrée parlementaire
Mar 11 Oct 2011 - 14:16 par Iossif Maï-Maïevski

C'était un des nombreux paradoxes du régime tsariste. Alors que le Tsar allait toujours plus avant dans la recréation du vieux mythe bytanzino-murasovite qui lui tenait tant à coeur, la Douma, institution moderne s'il en était, pouvait encore se réunir comme dans n'importe quelle démocratie occidentale, et les députés de l'opposition y tenir des discours. La profonde originalité - certains …


Commentaires: 7
Douma d'Empire - Composition
Mer 30 Mar 2011 - 22:24 par Le Secrétaire
Composition de la Douma d'Empire - Avril 1913 - Résultats des élections



Mouvement Cathodoxe-Orthodique 49 sièges

Parti Paysans 20 sièges

Parti Merksiste-Luniniste 20 sièges

Parti Impérial Russlave 10 sièges

Indépendants 1 siège



Les élus sont appelés à faire leur entrée à la Douma, sise Palais Marinski, Murasibirsk

Commentaires: 0
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 52 le Dim 17 Nov 2013 - 19:43
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Forum
Partagez | 
 

 Les Belondaures administrent la Petite Russlavie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Diplomatie belondaure



Nombre de messages: 87
Date d'inscription: 08/01/2008

MessageSujet: Les Belondaures administrent la Petite Russlavie   Sam 8 Oct 2011 - 0:58

En Petite Russlavie, l'ordre tsariste n'était toujours revenu. Dès lors, l'Empereur Nabelnine II avait pris soin de publier un décret impérial afin de pourvoir à l'administration du protectorat russlave le temps que les troubles et l'organisation reviennent chez son puissant voisin du nord. Or, depuis sa publication le 7 juillet dernier, rien n'avait changé et aucun fonctionnaire du Tsar ne s'était présenté à Ekaterinopol, Ob, Theodosia, Opessa ou encore Laodikea... Le Tsar avait-il donc renoncé à ces terres situées au sud de la ligne Ekaterinopol-Ob-Opessa ? Peut-être, mais en attendant le Général d'Armée Jules Anvien était reparti administrer le Secteur militaire Nord (en Germanie) selon les dispositions du décret impérial 2713-009. Et de fait, la Petite Russlavie sous contrôle belondaure se retrouvait soumise au dispositions du décret impérial 2713-010 :

Etzel de Varsalance a écrit:

TRÈS SAINT EMPIRE DU BELONDOR

PALAIS IMPERIAL CERONINE II



_______________________
Sa Majesté l'Empereur



NABELNINE II, au nom de la République, par la volonté nationale et par la Constitution, Empereur des Belondaures, Roi d'Alaïenie, Roi d'Ismarkie, Protecteur de la Principauté autonome de Nouvelle-Argentorate, A tous présents et à venir, Salut,

VU l'article 17 de la Constitution de la République dénommée « Acte additionnel fixant la Constitution de l'Empire »,

VU l'éveil de la « Loi sur le Gouvernement de la République en temps de guerre »,

VU les nécessités de pourvoir à l'administration de la Petite Russlavie le temps que la Sainte Russlavie reprenne le contrôle du territoire,

IL veut et ordonne ce qui suit,



Décret a écrit:
Article I : L'état d'urgence est instauré en Petite Russlavie.

Article II : Le général Jean-Frédéric Yvendior, commandant de la légion LXXI, en l'absence de préfet dans ce territoire, remplit ses fonctions et disposent de ses prérogatives, sans être déchargés de ses pouvoirs militaires.

Article IV : Il est institué cinq [5] circonscriptions administratives avec à leur tête un Administrateur territorial, placé sous l'autorité du général, qui bénéficiera des pouvoirs du Conseil préfectoral auprès du général selon les dispositions de l'Article X du Code d'Administration en ses missions fiscales et administratives.

Article V : Les institutions politiques, administratives et judiciaires locales de Petite Russlavie sont conservées et placées sous l'autorité des administrateurs territoriaux, puis du général.

Article VI : Les généraux Avalbon Malet et François Rambeaud, commandants respectifs des légions LXIX et LXX, conservent leurs pouvoirs militaires sur les zones occupées par les forces armées à leur disposition.

MANDE et ordonne à tous les corps administratifs et tribunaux, que les présentes ils fassent consigner dans leurs registres, lire, publier et afficher dans leurs Départements, Communes et ressorts respectifs, et exécuter comme loi de l'Empire : en foi de quoi nous avons signé ces présentes, auxquelles nous avons fait apposer le sceau de l'État.

Le présent décret prend effet dès aujourd'hui, parce que l'Empereur et le Peuple le veulent.



Fait à Elbêröhnit, le Diisdine 40 Sibenine 2713.




Au nom de la République, l'Empereur des Belondaures, Nabelnine II.

Les soldats belondaures souhaitaient quitter ce coin perdu rempli de ploucs où l'on mangeait mal et où il commençait à faire particulièrement froid à mesure que l'on s'enfonçait dans l'automne. Jusqu'à quand la situation actuelle allait-elle durer ? Nul ne le savait malheureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Secrétaire



Nombre de messages: 828
Date d'inscription: 15/04/2006

MessageSujet: Re: Les Belondaures administrent la Petite Russlavie   Sam 8 Oct 2011 - 1:30


Les détonations des mitrailleuses déchiraient les brumes nocturnes qui environnaient Ekaterinopol, capitale du Soviet Socialiste-Révolutionnaire de Petite-Russlavie. La fin approchait pour la coterie d'intellectuels sanguinaires et leurs sicaires hallucinés qui avaient répandu la terreur rouge depuis cette ville désormais maudite, tuant, violant et pillant au nom de la Révolution Micromondiale. Patiemment, lentement mais sûrement, les forces russlaves, regroupées au sein du Corps Karpov, avaient reconquis la moitié nord de la Petite-Russlavie. Le général Karpov était arrivé juste à temps devant Steitelburg pour empêcher le massacre des Hébraïtes par les cosaques du Tniepr. Il était ensuite descendu à petites étapes vers Ekaterinopol, en liaison avec les troupes du Corps Armée Sud-Ouest qui soumettait Poursk et Gornoburg. Les cosaques du Tniepr, frustrés de pogroms, avaient été jetés sur les campagnes qui avaient eu le malheur de se rallier au Soviet d'Ekaterinopol. A la mi-septembre, les troupes impériales mettaient le siège devant Ekaterinopol. Au début du mois d'octobre, la ville, affamée, bombardée, était mûre pour l'assaut final. Elle ne tarderait pas à tomber. Les officiers rêvaient aux innombrables massacres d'ouvriers et d'hébraïtes qui allaient s’ensuivre. Les propriétaires, les seigneurs, les princes, les boyards qui suivaient nos armées agitaient des rêves de vengeance.
« Meurtre ! » criaient les officiers et les popes. « Meurtre ! » criaient les Cosaques du Tniepr et les nobles. « Meurtre ! » éructait la bourgeoisie en loques qui se blottissait sous l’aile protectrice de l’Armée Impériale.

Quant au général Karpov, esprit pragmatique et calculateur, toujours en mouvement, il songeait déjà au futur; il avait reçu ordre de marcher vers le sud et de faire sa jonction avec le corps expéditionnaire belondaure, puis d'organiser la répression - d'aucuns diraient la vengeance - dans les campagnes et les villes du sud.

_________________
Secrétaire du Gouvernement
Huissier du Palais
Procureur de la Couronne

Ура Царю!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sainterusslavie.megabb.com
Konstantin Ier



Nombre de messages: 68
Date d'inscription: 22/03/2011

MessageSujet: Re: Les Belondaures administrent la Petite Russlavie   Mer 12 Oct 2011 - 20:47


Ekaterinopol est tombée. On s'est battu toute la nuit à travers les rues de la ville, dans les quartiers ouvriers, sur les prospekts aérés ou circulaient autrefois des tramways à deux étages. Chaque usine, transformée en forteresse, a du être assiégée au canon. A ce jeu, les artilleurs du Semenovski se sont couverts de gloire, chargeant et rechargeant leurs pièces de 82 sous le feu nourri des ouvriers et des gardes rouges du SovPrezSR. Les quartiers ouvriers sont à moitié détruits. Des cadavres jonchent les rues, que les chiens errants hantent. Le ghetto hébraïte a été entièrement brûlé par les Cosaques du Tniepr, qu'il a bien fallu dédommager pour les avoir frustrer du sac de Steitelburg.



Le général Karpov a mis en place des tribunaux militaires qui se sont chargés d’expédier la besogne la plus urgente: la ville est pleine de lampadaires auxquels pendent par centaines tout ce qui ressemble de près ou de loin à un intellectuel merksiste, tandis que dans les arrières-cours et le long des fossé on fusille avec application les membres de la Garde Rouge, ouvriers fanatiques et moujiks hébétés. Mais malgré ces précautions, les dix membres dirigeants du SovPrezSR demeurent introuvables. Peut-être ont-il réussi à fuir vers le sud.



Mais le général Karpov est un légaliste, épris de droit et de justice. C'est pourquoi les exécutions sommaires s'interrompent bientôt, car on a télégraphié au général l'arrivée prochaine des magistrats nommés pour donner justice aux peuples de Petite-Russlavie. Des unités de Gendarmes Impériaux sont déjà arrivés par l'express de Murasibirsk, tandis que les junkers reviennent sur leurs terres accompagnés de commandos privés recrutés dans les bas-fonds des deux Capitales pour faire rendre gorge à leurs paysans.

C'est pourquoi le général Karpov, avec la satisfaction du devoir accompli, abandonne Ekaterinopol aux autorités civiles et poursuit sa progression vers le sud, afin d'organiser la transition avec les autorités belondaures au plus vite. L'Armée Karpov, divisée en trois corps, se répand vers le sud, à la rencontre des légions belondaures...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konstantin Ier



Nombre de messages: 68
Date d'inscription: 22/03/2011

MessageSujet: Re: Les Belondaures administrent la Petite Russlavie   Jeu 13 Oct 2011 - 16:37


Platon Innokentievitch Karpov était l'un de ces innombrables Russlaves qui avaient prospéré à travers tous les changements de régime grâce à une qualité bien particulière: la souplesse. Karpov avait roulé pour le Tsar, puis Loughinine, puis la République, et à nouveau pour le Tsar. C'était un homme absolument dépourvu de préjugés comme d'opinions politiques, son seul souci étant de faire le plus d'argent possible dans le cadre de ses fonctions. On ne comptait plus les caisses régimentaires qu'il avait vidé, les fournitures détournées et revendues, les rackets organisés et les chantages en tout genre auquel il s'était prêté. Et pourtant, grâce à sa nature très conciliante, il était toujours là, et général, qui plus est.


Le général Karpov et ses officiers arrivant à Ob.

A bord de son train digne d'un grand-duc, le général Karpov fit son entrée personnelle à Ob, où une première transition devait se faire avec les troupes belondaures. Le général sortit sur le quai, accompagné d'un bataillon de soldats d'élite, tandis que la fanfare de l'Etat-major entonnait l'hymne national belondaure. Derrière suivaient les troupes chargées de restaurer l'ordre tsariste dans la ville. Karpov, quant à lui, n'avait pas l'intention de s'attarder longtemps à Ob: il y avait peu de perspectives de profit, au contraire de l'opulente et cosmopolite Theodosia.

Pendant ce temps, les Cosaques du Tniepr, sous le commandement de l'Ataman Grigoriev, chevauchaient vers Laodikia pour y opérer la transition de pouvoir. C'était une grande marque de confiance envers les Cosaques que de les laisser s'occuper de Laodikia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merkoul I. Pankratov



Nombre de messages: 31
Date d'inscription: 29/12/2009

MessageSujet: Re: Les Belondaures administrent la Petite Russlavie   Sam 15 Oct 2011 - 12:29

Les magistrats Ferapont Vassilievitch Prokofiev et Nikandr Igorevitch Kepler étaient arrivés à Ekaterinopol. La ville était en ruine et l'activité quotidienne des habitants ne se réinstallait que progressivement. Dans le chaos indescriptible qu'avaient laissé tour à tour Polchak, Loughinine, Pojarski et les Belondaures en Petite Russlavie, leur tâche était de rendre justice pour tous les terribles crimes commis durant les troubles - une tâche herculéenne, sinon impossible. Ce d'autant plus que les armées du général Karpov avaient déjà opéré toute une série de répressions sanglantes : les témoins, les victimes et les bourreaux, s'il n'avaient par tous pris le large, s'étaient retrouvés côte à côte dans les fosses communes.

- Je vous conjure d'exercer votre fonction avec la plus complète sévérité. Usez toutefois de tolérance - non de tolérance politique, évidemment, mais de tolérance religieuse. Et confortez les peuples allogènes de Sa Majesté ! avait martelé Pankratov à ses deux envoyés judiciaires.

- Assurez l'ordre et la tranquilité, et non l'ordre sans la tranquilité ! avait encore appuyé le Ministre de l'Intérieur et de la Justice. Ses mots sévères s'étaient gravés dans la cervelle de ses magistrats : - Respectez les procédures ! Pas d'exécutions extraordinaires !

Il avait dit encore : - Le pire ennemi de la Mère Patrie, de la Russlavie Immortelle, ce n'est pas la multitude des peuples auxquels commande le Glorieux Autocrate, mais bien le bacille révolutionnaire : la poignée de spartakistes francs-charpentiers qui trompent les peuples slaves ! Poursuivez-les, trouvez-les, jugez-les !

Bref, c'était les membres dirigeants du SovPrezSR que voulait Pankratov. Allait-il les débusquer avant que ne le fasse Karpov, ou ces criminels s'étaient-ils déjà réfugiés dans les jupons belondaures?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diplomatie belondaure



Nombre de messages: 87
Date d'inscription: 08/01/2008

MessageSujet: Re: Les Belondaures administrent la Petite Russlavie   Mer 19 Oct 2011 - 17:59

- Si vous partez et nous laissez à ces monstres, nous mourrons tous !

Ainsi s'exprimait Youri Bochgounine, le maire de la ville d'Ob, de son accent roulant dans un belondaure cependant grammaticalement excellent, au général Rambeaud commandant la légion LXX. Ce dernier avaient convoqué la dizaine de notables les plus importants de la ville à son quartier général avant son départ. Et il avait cependant reçu des ordres lui intimant de renter au Belondor. Mais ils étaient assez ambigus. En effet, on lui demandait à la fois de protéger les populations de la Petite Russlavie et en même temps de préparer le retour des braves soldats dans leur Patrie. Deux objectifs inconciliables en apparence :

- Monsieur Bochgounine, mes ordres sont clairs. Le Belondor ne se risquera pas à une guerre avec la Sainte Russlavie, d'autant que nous entretenons d'excellentes relations avec les Russlaves. Nous vous avons promis que nous ne vous abandonnerions pas et nous avons tenu promesse. Maintenant, l'heure est venue pour nous de rentrer.
- Vous nous abandonnez, maintenant que les Russlaves reviennent, répondit le médecin Boris Dovlov.

Le général Rambeaud savait que cela était en partie vrai. Le général Karpov était un opportuniste sans pitié, un homme brutal qui laisserait les cosaques et toutes les brutes qui constituaient son armée se jeter sur les femmes, égorger les enfants et tuer tous les hommes. C'est alors qu'il était encore en pleine réflexion qu'il reçut un message de l'Administrateur territorial de la 4e circonscription territoriale dont dépendant Ob, Bertrand Xavier. Il informait des consignes du Général d'Armée Jules Anvien avant le départ. Parmi celles-ci, le Général Anvien voulait que chaque Administrateur territorial donne une liste de 50 personnes dans sa circonscription à transmettre aux Russlaves pour être jugées (et certainement condamnées à mort). Lorsque le général Rambeaud informa les notables de Ob, ce fut la stupeur avant l'avalanche d'insultes :


- Espèces de salauds ! Vous êtes comme les Russlaves ! Des traîtres !
- Vous êtes de pourris !
- Connards !
- Il suffit !

Le général Rambeaud hurla pour ramener le calme et tous les notables se turent, il leur dit alors calmement :

- Ne comprenez-vous pas messieurs que c'est là le meilleur moyen de protéger la population de Petite Russlavie ? Ne comprenez-vous pas que sans cela les tribunaux spéciaux mis en place condamneront sans pitié des milliers de personnes ? Est-ce ce que vous voulez ?

Il y eut un silence lourd, avant qu'il ne reprenne :

- Bien... j'en étais sûr. Pour ma part, je dois donner 29 noms à l'Administrateur Xavier. Donnez-moi des noms de notables à sacrifier.

***

Le général Rambeaud avait passé la nuit à rédiger la liste avant de la transmettre à l'Administrateur Bertrand en début de matinée. Sur les 50 individus demandés, on avait trouvé 48 noms. Tous étaient des hommes : 5 médecins, 4 maires, 6 fonctionnaires du protectorat, 9 commerçants et industriels, le reste étant composé d'intellectuels, de syndicalistes, ouvriers et paysans connus. Le général Rambeaud étaient présents pour accueillir le général Karpov à Ob, de la même manière que des troupes belondaures avaient été disposées dans la plupart des villes et villages d'importance du pays afin d'éviter que les Russlaves ne se livrent à des pillages et représailles en arrivant. Tout devait se passer dans le calme et dans la paix. Il fallait garder la face.

Alors qu'après avoir entendu l'hymne national belondaure joué par la fanfare de l'état-major de Karpov, la fanfare de la légion LXX belondaure joua l'hymne national russlave, les Belondaures saluèrent le général Karpov :


- Bienvenue à Ob, général Karpov, commença l'Administrateur Xavier. Veuillez me suivre jusqu'à la mairie.

Le général Karpov et ses plus proches aides de camp accompagnèrent alors la délégation de la ville d'Ob, le général Rambeaud et l'Administrateur Xavier jusqu'à la mairie. Arrivés là-bas, ils s'installèrent dans la salle du conseil municipal. L'Administrateur Xavier, après avoir invité chacun à s'asseoir, prit alors la parole :

- Allons droit au but. La passation entre Belondaures et Russlaves sera progressive. Nos forces armées, qui ont administré le pays, ne seront prêtes à le quitter que dans une semaine, soit dix jours. D'ici là, nous espérons que la Russlavie acceptera notre présence provisoire...

Aucune réponse ne vint. Les Belondaures se doutaient que les Russlaves n'aimaient pas cela, mais ils n'en dirent rien. Continuant, l'Administrateur Xavier dit, en utilisant consciemment un vocabulaire conspirationniste :

- Nos administrations en Petite Russlavie ont procédé à des enquêtes dans les cinq circonscriptions administratives que nous avions créées pour déterminer quels étaient les traîtres qui s'étaient joint aux rébellions. Voici la liste des 48 responsables de la rébellion dans la 4e circonscription.

Il transmit la liste au général Karpov qui ne dit mot. Il termina alors en disant :

- Des listes similaires ont été transmises dans les quatre autres circonscriptions administratives par mes collègues aux officiers chargés d'assurer la passation. Voilà qui évitera donc à vos tribunaux spéciaux d'avoir à mener des enquêtes pour chercher les rebelles. Tous sont notés ici. Plus aucun n'est en liberté. Il y a au total plus de 200 noms. Ces traîtres sont déjà sous les verrous. Nous ne les avons cependant pas jugés. Il reviendra à la Sainte Russlavie de le faire, dans la justice, la tempérance et la fermeté qui la caractérise...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konstantin Ier



Nombre de messages: 68
Date d'inscription: 22/03/2011

MessageSujet: Re: Les Belondaures administrent la Petite Russlavie   Mer 19 Oct 2011 - 23:28

Durant tout le laïus belondaure, le général Karpov n'avait pas dit un mot, se contentant d'observer ses interlocuteurs de ses petits yeux porcins. Quand Xavier eut fini, Karpov laissa le silence durer juste ce qu'il fallait, tandis qu'un sourire fraternel, confiant, ouvert (russlave, donc) s'épanouissait sur son visage.

- Heureux le peuple qui a comme alliés les Belondaures ! Messieurs, vous avez une fois de plus fait preuve de vos grandes qualités d'âme. Ces listes de suspects, quelle prévenance !


Le général Karpov se leva avec difficulté de son siège et entreprit de promener son embonpoint jusqu'aux fenêtres d'où on pouvait voir la grand place d'Ob. Innokenti Gavrilovitch prit un air faussement embarrassé:


- Croyez-le, messieurs, j'apprécie votre geste. Mais je suis un militaire voyez-vous, comme vous, Anvien. Celui-ci ne parut pas enchanté de se trouver des points communs avec Karpov. Mon métier est de faire la guerre pour mon Souverain, non de rendre Sa justice aux populations civiles.

Se retournant vers les Belondaures, Karpov étendit les mains dans un geste de regret plus vrai que nature:

- Mon rôle ici est simplement de maintenir l'ordre, et je prendrais les décisions qui s'imposent pour ce faire. Je mettrai également en place un tribunal militaire pour juger les cas passibles de la cour martiale. Mais faire justice des crimes politiques, non non, messieurs, allons donc ! Qu'est ce qu'un pauvre soldat comme moi peut bien y entendre, à toutes ces histoires politiques ?


Prenant en main la liste en faisant mine de de l'étudier soigneusement, Karpov reprit:


- Je transmettrais ces listes aux magistrats spécialement nommés par Sa Haute Clarté le Ministre de l'Intérieur pour faire justice aux populations de Petite-Russlavie. Je ne peux rien faire de plus... La voix du général se fit soudain plus dure; ...Sinon vous assurez que tant que ces messieurs les magistrats ne seront pas arrivés, aucun civil ne fera l'objet d'un jugement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merkoul I. Pankratov



Nombre de messages: 31
Date d'inscription: 29/12/2009

MessageSujet: Re: Les Belondaures administrent la Petite Russlavie   Sam 22 Oct 2011 - 23:32

Ferapont Vassilievitch Prokofiev, président du Tribunal spécial pour la Transvalachie et la Petite Russlavie, et Nikandr Igorevitch Kepler, procureur spécial pour les mêmes protectorats, s'étaient vus remettre la liste des deux cents noms de traîtres à la Mère Patrie composée par les autorités militaires belondaures.

Sur cette liste de mort se retrouvait un nombre important de notables petits-russlaves, qui avaient été livrés aux Belondaures par leurs collègues jaloux et fratricides. Médecins athées, maires socialisants, industriels enviés avaient été sacrifiés sur l'autel du salut populaire. A leurs côtés, on pouvait lire les noms des coupables de circonstance - syndicalistes, ouvriers et meneurs paysans. Fait révélateur, le tiers des intéressés étaient hébraïtes !...

"Retord comme un petit-russlave" devait écrire bien plus tard un Ion Boulkaniov âgé et syphilitique, rédigeant ses mémoires mensongères dans un exil lointain, en se souvenant des heures sombres où les peuples-frères de la Russlavie Immortelle avaient osé méconnaître le rôle d'arbitre universel de leur miséricordieuse protectrice.

Prokofiev et Kepler s'imaginaient devant une impasse. L'ennemi véritable, celui qu'ils devaient traquer, n'était autre que la peste socialiste-révolutionnaire du SovPrezSR. Tout le reste - du moins d'un point de vue politique - n'avait que peu d'importance. Et la complexité de la situation intermicronationale ne facilitait pas les choses !

- Je ne peux pas poursuivre les officiers pojarskistes, car leur sort relève de Karpov et de Ioudénitch - et quoi que l'on puisse faire, ces bandits passent pour de géniaux précurseurs depuis la trahison d'Edoran et la division de la Transvalachie ! Je ne pas non plus faire déporter les Chironnais-du-Tniepr en Sibérie, car un nouvel accord est en passe d'être conclu entre Edoran et le Gouvernement de Sa Majesté et qu'il faut éviter les faux pas à tout prix. Et ne parlons même pas des... Prokofiev était quelque peu déprimé ! Et que faire de cette liste remise par les Belondaures? Ce n'étaient pas les notaires et avocats d'Ob et de Théodosia qui avaient provoqué la sécession de la province, mais bien une clique de soudards basés à Poursk... S'il est vrai qu'en Transvalachie, la révolte contre l'impérialisme tsariste était profondément ancrée dans la population, ce n'était pas le cas en Petite Russlavie, où l'insurrection généralisée semblait avoir été mise en scène par une poignée de soviétistes et de septembristes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diplomatie belondaure



Nombre de messages: 87
Date d'inscription: 08/01/2008

MessageSujet: Re: Les Belondaures administrent la Petite Russlavie   Mar 8 Nov 2011 - 23:48

Après une quinzaine de jours, il était temps pour les Belondaures de plier définitivement bagage, abandonnant à leur sort incertain les Petit-Russlaves, lesquels leur disait partout au revoir en leur lançant des fleurs, leur faisant des haies d'honneur, les femmes allant jusqu'à embrasser les soldats (rien d'étonnant à cela sachant que certaines étaient devenues les maîtresses des conscrits belondaures pendant leur stationnement en Petite Russlavie. Les purges officielles faites par le tribunal exceptionnel dévolu à cette tâche avaient déjà commencées. Pour l'instant, heureusement, seuls les notables conciliants et les réels instigateurs de la rébellion semblaient devoir subir le courroux de l'épuration officielle. Mais qu'en serait-il maintenant que les Belondaures étaient partis ? Nul ne pouvait le savoir ni le deviner. Les Russlaves étaient si imprévisibles.

De toute manière, ce n'était plus le problème des Belondaures. Ils avaient accompli leur mission : restaurer l'ordre, la sécurité et la justice en Petite Russlavie, et raffermir l'amitié belondo-russlave à laquelle l'Empereur tenait tout autant que son père. Le destin des Petit-Russlaves n'était plus de leur ressort, pas plus que le traitement réservé aux femmes ayant généreusement « accueilli » leurs sauveurs et libérateurs. Les soldats rentraient dans leur pays et allaient pouvoir terminer leur service sur le sol de Germanie. Entre temps devenu belondaure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Les Belondaures administrent la Petite Russlavie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Sainte Russlavie ::  ::  :: -