La Sainte Russlavie

Micronation inspirée de la Russie tsariste des années 1900
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
2éme Législature de 1916: Révision des Lois Fondamentales
Mar 18 Oct 2016 - 5:05 par Mikhaïl-Alexandrovich
Dans ses moments de lucidité, le tsar Mikhaïl II montrait une singulière intelligence politique doublée d’un attachement réel pour son pays. Et il se trouvait que le remplacement de son médecin personnel, ancien moine au passé douteux, par un professionnel respecté avait presque pérennisé la maîtrise de soi du souverain. Les effets des nouveaux médicaments expliquaient peut-être sa décision …

Commentaires: 4
1ère Législature de 1916: Séance 1: Réforme Agraire
Lun 16 Mai 2016 - 22:30 par Mikhaïl-Alexandrovich

Radimir Komiov (PNJ), Président de la Douma.


Quelques heures après le discours du trône débuta la première séance de la Douma depuis la fin des hostilités. Tel bon nombre d’édifices publics, le palais Marinski était en phase de réparation. Les forces républicaines l’avaient utilisé comme entrepôt, d’abord à munitions …

Commentaires: 2
Discours sur l'état de l'Empire
Mer 10 Avr 2013 - 2:40 par Stemka Soyembika
Le régent de la couronne se plaça derrière le strapontin que lui avait expressément installé les huissiers de la Douma. Si le Régent se foutait un peu de la démocratie et de ce qu'elle avait apporté de négatif à l'empire, il était important que les députés sachent tout de même ce qui se passait dans les tractations diplomatique internes et externes.

Excellences, Altesses, messieurs et mesdames.



Commentaires: 3
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 60 le Lun 22 Déc 2014 - 1:40
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Forum

Partagez | 
 

 Arrivée imprévue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Charles de Hauteville



Nombre de messages : 233
Date d'inscription : 24/05/2011

MessageSujet: Arrivée imprévue   Mar 4 Mar 2014 - 1:57

Il régnait un brouillard tel que l'on ne distingué pas la proue depuis la passerelle... Inutile de dire que la corne de brume était sollicité et que les puissants projecteurs du navire était renforcé par des matelots avec des torches électriques, tout du long du bastingage.

Le phare du port de Gornograd n'était qu'une faible lueur à laquelle on devait se fier religieusement, de même qu'à la corne du port.

Soudain, à travers cette purée de pois, l'on aperçu la jetée. Le Maître de Manœuvre ajusta ainsi sa trajectoire.

Par radio, la capitainerie de Gornograd avait octroyé un emplacement au navire. Un emplacement de taille...

Des gouttes de sueur ruisselaient des appendices capitaux des officiers de la passerelle à commencer par le Pacha pourtant éprouvé à l'exercice. Mais il ne s'agissait pas de rater cette arrivée...

Sur le quai, la masse du navire se détacha finalement du gris homogène et omniprésent que scrutaient les officiers du port. Le profil d'un grand navire fut bientôt reconnaissable. La proue fut clairement visible en premier, et sur laquelle se détachait l'inscription gigantesque : "MIE Mer des Glaces". Enfin, l'accostage se termina, et la poupe fit apparaître un drapeau, celui de la Marine Impériale Edoranaise...

Il s’agissait d'un Destroyer appartenant au groupe B de la IIIe escadre de combat naval. Ce groupe de  10 navires avait été dépêché au large de Gornograd dans le plus grand secret.

Les autorités du port avait été prévenu de la raison de cette arrivée, et les édoranais furent heureux de voir que les russlaves n'était pas trop agressifs.

On déploya la passerelle de débarquement et un groupe d'une dizaine de fusiliers-marins en descendirent escortant un onzième homme vêtu de la tenue de combat d'officier général de marine.

Des voitures les attendaient, probablement des agents des Services d'Espionnage Edoranais ou de la Direction du Renseignement Militaire, les deux services de renseignement édoranais.

Les voitures partirent en direction du Palais du Gouverneur. Une fois à destination, l'escorte monta les marches et l'officier en tenue de combat s'adressa au garde à l'entrée.


- Je suis l'Amiral Klaus Störtebeker, Feld-Maréchal du Saint-Empire d'Edoran, et je souhaite rencontrer le Prince Pojarski.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serguei Pozarkine



Nombre de messages : 52
Date d'inscription : 18/04/2013

MessageSujet: Re: Arrivée imprévue   Mar 4 Mar 2014 - 15:23

L'amirauté valdiske, non dépourvue d'espions efficaces ni d'appareils de reconnaissance n'avait pas tardé à se rendre compte de l'entrée à Gornograd de la flotte edoranaise. Les deux frégates "La Victorieuse" et "Elhuu" à Maremartiez avaient pu contacter Maskva, bien que les observations aériennes n'aient pas eu grande utilité de par la brume qui flottait au dessus de la mer des glaces en cette période. Il était maintenant officiel qu'Edoran s'engageait clairement aux côtés du félon Pojarski...


Dernière édition par Serguei Pozarkine le Mar 4 Mar 2014 - 21:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feodor V. Pojarski



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: Arrivée imprévue   Mar 4 Mar 2014 - 16:22


Le prince était mort de fatigue. Il avait passé la nuit en conversations téléphoniques avec les gouverneurs de Navolstov et d'Oudmourtie, avec les généraux Schiller et Tourmanov du groupe-armée Ouest, avec le général-duc de Lichtenbourg du groupe-armée Nord, avec une dizaine d'autres généraux, vice-gouverneurs, préfets de police, conseillers d'Etat, pour leur répéter que, non, la Monarchie n'était pas vaincue, que, non, la proclamation d'une république d'opérette à Murasibirsk ne signifiait pas la fin de l'ordre constitutionnel en Russlavie, que, non, quelques révoltes merksistes subventionnées par l'étranger ne pouvaient pas, et ne devaient pas, remettre en question la souveraineté de la Sainte Russlavie.

Le prince était en train de somnoler dans un coin de son bureau, se massant doucement les temps en pensant au prochain entretien avec les amiraux de la Flotte et les responsables de la gendarmerie impériale, quand on lui annonça l'arrivée d'un visiteur de marque.


- Stortebecker ?! s'exclama Pojarski, qui n'en revenait pas. Faites-le entrer !

Stortebecker, son vieil ennemi, ici ?

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles de Hauteville



Nombre de messages : 233
Date d'inscription : 24/05/2011

MessageSujet: Re: Arrivée imprévue   Jeu 6 Mar 2014 - 2:11

Si la scène avait été décrite quelques années auparavant, du temps de la Guerre de Transvalachie, on aurait pris le narrateur pour le dernier de fou ! Mais ce tableau existait bel et bien aujourd'hui... Störtebeker, celui qui avait fait pression sur le régime tsariste pour obtenir l’exécution de Pojarski et qui avait, d'après les rumeurs, vider le contenu de son mini-bar et de son chargeur de pistolet sur le téléphone lui apprenant la grâce du même Pojarski, était aujourd'hui face à ce dernier et sans intention létale...

Fou, tout de même, aurait était celui qui aurait prétendu dès cet instant que le coup de l'amitié zollerno-édoranaise post-guerre était en train de se rejouer... Il était trop tôt...

Le Feld-Maréchal édoranais fut introduit dans le bureau du Prince.


- Excellence, je vois à votre tête que je n'étais pas parmi ceux que vous vous attendiez à voir ces jours-ci. La situation exige que nous fassions table rase du passé et que nous travaillions en bonne intelligence...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feodor V. Pojarski



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: Arrivée imprévue   Ven 7 Mar 2014 - 13:09

Pojarski regardait son visiteur avec des yeux méfiants, une expression de bête traquée. C'était donc lui... le redoutable Stortebecker, celui qui avait brisé ses armées - et ses ambitions - en Transvalachie, celui qui l'avait vaincu et par la faut duquel il avait tout perdu et avait été jeté dans une geôle au fin fond des montagnes kazhares...

Pendant un instant, Pojarski joua avec l'idée d'abattre Stortebecker sur place, d'un coup de revolver... Mais ce fut seulement l'espace d'une seconde. A cette époque là, le prince Pojarski n'était pas encore devenu complètement fou; il savait que dans la situation dramatique où la Russlavie se trouvait, Edoran était son meilleur allié. De plus, en homme cynique et dépourvu de principes, Pojarski était prêt à pardonner aussi vite qu'à trahir, et c'est pourquoi il était effectivement prêt à faire table rase du passé d'un haussement d'épaules.


- Amiral ! C'est le ciel qui vous envoie ! Je vous en prie, prenez place, dit-il en désignant la table. Claquant des doigts, Pojarski somma un larbin d'amener le petit déjeuner, et sans regarder à la dépense (à nouveau, on paierait les traiteurs de Gornograd en tickets de réquisition).


- Je ne ferais pas de mystères, et du reste vous connaissez sans doute la situation mieux que moi: vous savez que la Sainte Russlavie est au bord du gouffre, menacée par une révolution merksiste soutenue par l'étranger, avec en prime un coup d'état républicain à Murasibirsk et des sécessions en Transvalachie et Petite-Russlavie.

Si vous êtes venu jusqu'à moi porteur de paroles de paix, c'est que votre gouvernement sait à quel point une Russlavie devenue merksiste - ou markiste, comme vous dites - sera un danger pour Edoran et pour la paix du Micromonde.


Enfournant un toast, le Prince ajouta:

- Puis-je donc espérer raisonnablement que l'Empereur d'Edoran m'aidera à remettre la famille de son épouse sur le trône ?

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles de Hauteville



Nombre de messages : 233
Date d'inscription : 24/05/2011

MessageSujet: Re: Arrivée imprévue   Dim 9 Mar 2014 - 0:07

On ne pouvait pas qualifier l'atmosphère qui régnait dans le bureau de Pojarski comme chaleureuse. Mais peu à peu la tension diminuait, car personne ne s'était hasardé sur leur passé commun...

- Excellence, je suis bien au fait de la situation. La Russlavie court un grand danger avec ce démembrement et cette invasion étrangère... C'est bien entendu à ce propos que je vous rencontre. L'amiral se fit plus grave...

Cependant, je ne puis encore vous garantir le soutien du Saint-Empire... L'Empereur est constitutionnellement souverain en matière de politique étrangère et de défense, j'ai donc bon espoir que c'est à vous, seul capable de rétablir le tsarisme, qu'il apportera son soutien. Vous l'avez dit, notre Impératrice appartient à la famille impériale russlave. Le problème réside dans l'opinion publique et le gouvernement, qui risque d'influencer notre jeune souverain. En effet, le peuple est globalement russlavophobe, à gauche parce que ce fut un Empire impérialiste, et à droite, parce que la Russlavie est un repère de révolutionnaire. Autant dire que la situation actuelle majore ces sentiments. Et que dire de notre gouvernement de centre-gauche, qui semblerai avoir de la sympathie pour votre maréchal putchiste républicain...

Le Prince, auquel Störtebeker avait cessé la veille d'adjoindre le qualificatif "Criminel", semblait désemparer. L'Armée du Saint-Empire, première puissance maritime et plus importante armée de terre du micromonde, assurerait la victoire au camps qu'elle soutiendrait... Il fallait que cela soit le sien.


J'ai donc un travail de conviction à effectuer auprès de Sa Majesté Impériale, et je dois apporter des garanties au gouvernement que notre soutien nous sera profitable. Nous avons plusieurs investissement en Russlavie, le transterranovien, le canal en Petite Russlavie, deux bases... Nous tenons à tout cela... Nous avons pris des mesures pour assurer la protection de nos intérêts en Russlavie et nous allons renforcer celles-ci prochainement. Nous avons obtenu l'autorisation de passer par le Canal du Wasserland, ainsi, nous auront des navires de Krassee. Bref, nous plaçons des pions en cas de nécessité... Il s'interrompt pour revenir aux conditions du soutien...

Mais ce qui pourrait convaincre le plus certainement l'Empereur d'intervenir à vos côtés, c'est l'assurance d'établir un régime démocratique en Russlavie, avec le Tsar à sa tête.
Klaus cru déceler, dès le mot "démocratique", les signes d'une attaque cardiaque chez son interlocuteur... et s'empressa d'ajouter... Une "dose" de démocratie suffira sans doute ! Qu'en dites vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feodor V. Pojarski



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: Arrivée imprévue   Mar 11 Mar 2014 - 18:42


Pojarski avait écouté cela très attentivement, sans cesser de fixer son interlocuteur, sans même qu'un muscle ne tressaille. Il n'était pas versé en subtilités constitutionnelles, ni ne savait exactement pourquoi on accordait tant d'importance à quelque chose d'aussi futile que  "l'opinion publique", mais il comprenait qu'il fallait jouer le jeu.

Les Edoranais voulait des contreparties pour prix de leur intervention ? Ils en auraient.


- Je vous remercie, Excellence, pour m'avoir exposé les choses aussi clairement. Vous comprenez que, n'étant qu'un simple militaire, je ne peux faire de promesses à la place de mon Souverain.

Mais cela étant...,
et Pojarski laissa planer ces mots pour que Stortebecker comprenne bien où il voulait en venir; il va de soi que vu la situation actuelle, je peux prendre des engagements provisoires regardant la sauvegarde de la Russlavie, et que ces engagements, je ne manquerai pas par la suite de les soumettre au Tzar quand celui-ci sera rétabli sur son trône, afin qu'il les ratifie.

Vos intérêts économiques en Russlavie et dans les protectorats ? Ils seront sauvegardés, et pourront même être étendus aux protectorats actuellement sous le joug du Krassland. Je ratifierai également l'autonomie de la Petite-Russlavie sous son gouvernement actuel.

Quand à la démocratie...
Pojarski s'efforça de dissimuler le mépris qu'il éprouvait pour ce mot; Je vous promets qu'une fois le Tsar établi fermement sur son trône, je lui soumettrai un projet de constitution inspiré du modèle edoranais.

Même en prononçant ces mots, Pojarski ignorait complètement s'il avait l'intention de tenir cette promesse. A priori, non. Mais la guerre civile qui s'annonçait promettait d'être si tortueuse qu'il n'excluait aucune option.

Ayant promis tout ce qu'on lui demandait, il était temps de s'enquérir de l'aide edoranaise;


- Que pouvons-nous espérer en échange de ces concessions ?

D'une part, il serait logique que votre gouvernement me reconnaisse comme seul et unique représentant de l'autorité légitime en Russlavie, en tant que Vicaire impérial du Tzar. Ceci joue d'ailleurs dans les deux sens, puisque plus vous me reconnaissez d'influence, plus je pourrais en user par la suite pour faire en sorte que le Tzar respecte nos accords.

Mais il me faut plus qu'un geste diplomatique. Pour gagner ce conflit, j'ai besoin d'une aide militaire. Fusils, mitrailleuses, tanks, avions, tout ce que vous pouvez nous donner.

Mais plus encore, si la flotte edoranaise pouvait naviguer de concert avec la mienne vers l'Orient, les Valdiskes n'auraient d'autre choix que de se retirer et ne pourraient plus soutenir la rebellion à Svetivostok.

Enfin, bien sur, si quelques régiments edoranais pouvaient débarquer à Gornograd et soutenir nos offensives, ou au moins surveiller les Transvalaques, nous vous en serions encore plus reconnaissants.


Ayant exposé ses demandes, Pojarski conclut par la question de la propagande;

- Quant à Romanovsky et à sa clique républicaine, dites-bien à votre gouvernement et à votre opinion publique qu'il ne s'agit là que d'un ramassis de traîtres, de franc-charpentiers tout entiers vendus au Valdisky. Si vos journaux ont besoin d'encouragement pour répercuter ces informations auprès du public edoranais, il va de soi que je peux me débrouiller pour leur en donner...

Attendant la réaction de son interlocuteur, Pojarski réfléchissait déja aux taxes supplémentaires qu'il allait imposer aux Hébraïtes et aux bourgeois pour financer un fond  spécial de propagande à destination des journaux edoranais...

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arrivée imprévue   Aujourd'hui à 16:49

Revenir en haut Aller en bas
 
Arrivée imprévue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sortie imprévue
» [Arrivée officielle] Romain FROSSARD
» il m'est arrivé un truc bizarre
» pas d arrivée de liquide de frein
» Système AMBrc3 compte tour arrivé!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Sainte Russlavie :: A travers le pays :: Régions et Villes de Russlavie :: Gubernya de Gornograd :: Gornograd-
Sauter vers: