La Sainte Russlavie

Micronation inspirée de la Russie tsariste des années 1900
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
2éme Législature de 1916: Révision des Lois Fondamentales
Mar 18 Oct 2016 - 5:05 par Mikhaïl-Alexandrovich
Dans ses moments de lucidité, le tsar Mikhaïl II montrait une singulière intelligence politique doublée d’un attachement réel pour son pays. Et il se trouvait que le remplacement de son médecin personnel, ancien moine au passé douteux, par un professionnel respecté avait presque pérennisé la maîtrise de soi du souverain. Les effets des nouveaux médicaments expliquaient peut-être sa décision …

Commentaires: 4
1ère Législature de 1916: Séance 1: Réforme Agraire
Lun 16 Mai 2016 - 22:30 par Mikhaïl-Alexandrovich

Radimir Komiov (PNJ), Président de la Douma.


Quelques heures après le discours du trône débuta la première séance de la Douma depuis la fin des hostilités. Tel bon nombre d’édifices publics, le palais Marinski était en phase de réparation. Les forces républicaines l’avaient utilisé comme entrepôt, d’abord à munitions …

Commentaires: 2
Discours sur l'état de l'Empire
Mer 10 Avr 2013 - 2:40 par Stemka Soyembika
Le régent de la couronne se plaça derrière le strapontin que lui avait expressément installé les huissiers de la Douma. Si le Régent se foutait un peu de la démocratie et de ce qu'elle avait apporté de négatif à l'empire, il était important que les députés sachent tout de même ce qui se passait dans les tractations diplomatique internes et externes.

Excellences, Altesses, messieurs et mesdames.



Commentaires: 3
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 5 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 60 le Lun 22 Déc 2014 - 1:40
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Forum

Partagez | 
 

 Dans un train à travers la plaine russlave (II)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Feodor V. Pojarski



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Dans un train à travers la plaine russlave (II)   Jeu 26 Fév 2015 - 20:23


Après avoir franchi les montagnes kaukaziennes à cheval, le prince Pojarski s’était déguisé en moujik crasseux pour échapper aux contrôles merksistes en Sibérie. Dans la petite bourgade d’Ipanitchevo, il avait trouvé un brave starets qui l’avait conduit à Tobolsk en charrette. Arrivé dans la capitale de la Sibérie, il avait pu sans trop de problèmes se glisser dans un train qui remontait vers le nord à la faveur de la trêve tacite qui règnait entre les différentes cliques qui se déchiraient la Russlavie. Il avait vu devant lui un officier impérial à la retraite se faire arrêter par les Gardes rouges et fusiller sur le quai, mais personne ne s’était intéréssé à un moujik hirsute et puant l’alcool.

Alors que le train remontait vers Gornograd en passant au large de Murasibirsk, le prince passait en revue ses options.

Rester à Tobolsk et tenter de monnayer ses services auprès des Rouges était évidemment hors de question.

Pendant un moment, il avait été tenté d’offrir ses services au prince de Livadia, qui semblait l’homme parfait pour débarrasser la Russlavie de la gangrène merksiste. Aux renseignements qu’il avait glané, il s’était vite aperçu que cet Osterman-Ivanovitch avait laissé ses succès lui monter à la tête, et ne se souciait plus que de la satrapie qu’il s’était taillé à l’orient. Et dire qu'un an auparavant, Pojarski avait conféré à cet homme le titre de général en chef des Armées d'Orient, en pensant y trouver un fidèle serviteur du Trône.

Pojarski avait bien l’intention d’entrer en contact avec le prince de Livadia, mais il le ferait selon ses propres termes, d’égal à égal…

A la tombée du soir, le train franchit les faubourgs de Murasibirsk, la vieille capitale. La vieille Russlavie centrale était aux mains d’une « république », laissée en place par son vieux rival, le maréchal Romanovsky. D’après ce que racontaient ses compagnons de voyage, cette république semblait authentiquement « russlave » et « patriote ». Pojarski avait hésité à descendre du train et offrir ses services à cette « république », afin que, comme dans les anciens temps, le salut de la Russlavie parte de son cœur antique, mais il avait décidé de ne pas le faire : après tout, l’année d’avant, n’avait-il pas lancé l’armée impériale sur Murasibirsk, avec l’ordre d’écraser dans le sang cette république. Les temps avaient changés, mais Feodor Vassilievitch n’était pas prêt à courir le risque de se faire fusiller sommairement par ses anciens ennemis.

Restait donc la dernière option : débarquer à Gornograd, et jouer le jeu edoranais. Le prince Pojarski ne se faisait aucune illusion : il suffisait de lire la composition du Conseil de Régence pour voir que cette régence n’était qu’un fantoche entre les mains du gouvernement edoranais, tout comme l’était cette fille du Tsar que les Edoranais avaient expédié à Gornograd.

Mais Feodor Vassilievitch était réaliste : il savait que dans son état de délabrement actuel, la Russlavie avait besoin d’un protecteur. Et, à l’heure actuelle, Edoran était ce protecteur. L’empire d’Edoran était la seule puissance qui soutenait une Russlavie unie et soumise à un principe de gouvernement légitime.

Pojarski avait donc l’intention de se jeter aux pieds de la Tsarine, de travailler main dans la main avec son vieil ennemi Stortebecker, et de mettre toutes ses énergies au service de la résurrection de la Russlavie. Peu importe si pour cela il fallait s’aplatir devant les Edoranais. Peu importe s’il fallait jouer le jeu fédéraliste et démocratique. Peu importe même s’il fallait négocier avec les Rouges ou avec le despote de Livadia. C’était un prix qu’il payait avec plaisir pour arriver à ses fins.

Et ensuite, une fois la Russlavie réunifiée autour d’une armée reconstituée, on irait faire la guerre aux Krasslandais et reconquérir les territoires usurpés par ces chiens.

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Dans un train à travers la plaine russlave (II)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un chien abattu par la police dans un train... :(
» Bruits dans le train av
» Transporter sa trottinette dans le train
» Transport du trike dans le train
» Pour l'emport gratuit des vélos dans les train

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Sainte Russlavie :: Société :: La Sainte Russlavie-
Sauter vers: