La Sainte Russlavie

Micronation inspirée de la Russie tsariste des années 1900
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
2éme Législature de 1916: Révision des Lois Fondamentales
Mar 18 Oct 2016 - 5:05 par Mikhaïl-Alexandrovich
Dans ses moments de lucidité, le tsar Mikhaïl II montrait une singulière intelligence politique doublée d’un attachement réel pour son pays. Et il se trouvait que le remplacement de son médecin personnel, ancien moine au passé douteux, par un professionnel respecté avait presque pérennisé la maîtrise de soi du souverain. Les effets des nouveaux médicaments expliquaient peut-être sa décision …

Commentaires: 4
1ère Législature de 1916: Séance 1: Réforme Agraire
Lun 16 Mai 2016 - 22:30 par Mikhaïl-Alexandrovich

Radimir Komiov (PNJ), Président de la Douma.


Quelques heures après le discours du trône débuta la première séance de la Douma depuis la fin des hostilités. Tel bon nombre d’édifices publics, le palais Marinski était en phase de réparation. Les forces républicaines l’avaient utilisé comme entrepôt, d’abord à munitions …

Commentaires: 2
Discours sur l'état de l'Empire
Mer 10 Avr 2013 - 2:40 par Stemka Soyembika
Le régent de la couronne se plaça derrière le strapontin que lui avait expressément installé les huissiers de la Douma. Si le Régent se foutait un peu de la démocratie et de ce qu'elle avait apporté de négatif à l'empire, il était important que les députés sachent tout de même ce qui se passait dans les tractations diplomatique internes et externes.

Excellences, Altesses, messieurs et mesdames.



Commentaires: 3
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 4 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 4 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 60 le Lun 22 Déc 2014 - 1:40
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Forum

Partagez | 
 

 Grande Offensive d'Orient

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Charles de Hauteville



Nombre de messages : 233
Date d'inscription : 24/05/2011

MessageSujet: Grande Offensive d'Orient   Dim 1 Mar 2015 - 13:18

On y était. La Grande Offensive d'Orient allait commencer...

Derrière Kalingrad, à quelques lieues de la frontière, en Orient, se dressait le Fort Osterman-Ivanovitch. Fortin monté à la va-vite l'an dernier plutôt que citadelle imprenable, c'était l'objectif de l'escadrille de 3 bombardiers partie de Navoltov au petit matin.

L'opération était minutée, car parallèlement, 2 régiments cuirassés et 1 régiment d'infanterie motorisée avaient pénétré la gubernya spoliée et se dirigée vers le fort.

Chaque bombardier largua 4 bombes de 200 kg sur le fort avant de repartir. L'un des oiseaux noirs édoranais fut gravement touché par la DCA livadiennes. On ne savait s'il arriverait à Navolstov...

Ce fut la panique parmi les livadiens en garnison... la plupart étaient morts... parmi les quelques survivants, les blessés légers venaient au secours des blessés graves.

15 minutes après le bombardement, les premiers tirs de chars se firent entendre. 80 chars lourds, 100 chars légers fondirent sur les restes du fort. Ils ne prêtèrent guère attention aux livadiens, trop occupés à chercher les membres éparses de leurs camarades. Les chars se dispersèrent quelques peu après avoir dépassé le fort. La route de l'Orient était ouverte... Le régiment d'infanterie motorisée resta un peu plus en arrière. L'unité médicale s'occupa des blessés. Les plus vaillant des survivants était exfiltré pour être enfermé à Kalingrad avant leur évacuation vers le Pénitencier Spécial que la Saint-Empire construisait au Ceylan édoranais pour les rebelles républicains.

Un peu plus au nord, le reste de la 32e DIM pénétra également en Orient, tandis qu'au sud, c'était le reste de la 31e DC.

Plus au nord encore, 3 avions embarqués du porte-avion MIE Roi de Fransie attaquèrent la ville de Verstinskia... des bombes détruisirent des casernements de l'armée livadiennes et des tirs de canons endommagèrent les tours de communication télégraphique. Verstinskia était coupé du reste de l'Orient. Et déjà l'on préparait un débarquement.

Au sud, la cible de l'aéronavale embarquée dans le MIE François-Xavier, était... Livadia. Et c'est une escadrille entière, 10 appareils, qui parti, car on savait que la DCA y était plus présente. Et en effet, l'escadrille E2/A1 eu du fil à retordre... Mais les bombes édoranaises avait fait des dégâts... Le Palais Comtal et le fameux Arc de Triomphe du Prince Sanguaire, qui sentait encore le plâtre avait était touché sans être complètement détruit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N. Osterman-Ivanovitch



Nombre de messages : 99
Age : 34
Localisation : Livadia
Date d'inscription : 11/03/2014

MessageSujet: Re: Grande Offensive d'Orient   Dim 1 Mar 2015 - 16:12

Devant le Palais d'été de Livadia, légèrement endommagé par un bombardement se tenait une grande cérémonie. Toute la garnison de Livadia était rassemblée sur la grande place. Face à eux, se tenaient le Prince Nikolai Ostermann-Ivanovitch entouré de plusieurs colonels.

Chaque soldat l'un après l'autre récita le serment:


Je jure de défendre au péril de ma vie Livadia et le Prince !

L'ambiance était surréaliste, et chacun avait le cœur ému. La troupe cria : Livadia vaincra ! Livadia vaincra !

Plus tard dans son bureau, le Prince se mit à réfléchir sur la conduite des opérations. On avait enregistré de nombreux bombardements de la Principauté. Celui de Livadia avait été sans grande conséquence, et les pilotes édoranais abbatus avaient été massacrés par une foule avide de participer à la guerre, mais l'on n'avait plus de nouvelles de Verskintia.
La modeste aviation livadienne remplissait bien son rôle. Tous les avions édoranais semblaient être engagé sur le front. Aussi, les troupes édoranaises étaient sans couverture, et les avions livadiens les bombardaient ou les mitraillaient à basse altitude faisant des centaines de morts.
La Grande Armée Livadienne, quant à elle, tenait ses positions, et les soldats complétaient leurs classes. L'affrontement approchait et le Prince était confiant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N. Osterman-Ivanovitch



Nombre de messages : 99
Age : 34
Localisation : Livadia
Date d'inscription : 11/03/2014

MessageSujet: Re: Grande Offensive d'Orient   Lun 9 Mar 2015 - 2:54

- En avant ! En avant !

Les ordres fusaient sur la froide plaine orientale. Le soldat Kotozouv comme des milliers d'autres se mit en marche. On passait à l'attaque, et l'on revenait sur Kalingrad.
Le soldat Kotozouv se protégeait le ventre avec la crosse de son fusil. Il était légèrement inquiet, il s'agissait désormais de combattre l'armée édoranaise, et certains anciens disaient que c'était la plus forte armée du monde. Seule la promesse de mettre à sac une nouvelle fois Kalingrad mettait du baume au cœur du soldat. Cette fois-ci, il comptait bien emporter une femme.
Après plusieurs manœuvres de déploiement, les première unités édoranaises furent en vue. Kotozouv sentit son estomac se nouer.



...

Il n'y avait pourtant pas lieu de s'inquiéter. Après plusieurs heures de combat, les Livadiens furent les maîtres du champ de bataille. Peu manœuvrières et mal commandés, les troupes édoranaises furent bousculés par les ardentes troupes livadiennes. les blindés édoranais notamment tombaient sous le feu des canons antichars, et l'on en fit un grand massacre.

L'on n'avait pas fait de prisonniers. Au début, certains édoranais avaient levé les mains en criant grâce dans un russlave hésitant. Abattus immédiatement, les autres avaient fui en désordre ou s'étaient raidi dans une résistance désespéré. Ceux qui avait fait ce dernier choix était massacré dans des raffinements de cruauté. Kotozouv s'était fait un plaisir d'appliquer la loi du talion, et il avait ébréché sa baïonnette, à force d'éventrer ses ennemis au cris de "Livadia vaincra !"

A des centaines de kilomètres de là, le Prince de Livadia avait d'autres préoccupations. Il avait engagé un plan audacieux pour mettre fin à la guerre. Certains de ses informateurs lui avaient fait part d’âpres discussions au sein du Conseil de Régence. L'élément russlave semblait plus enclin à la négociation. Edoran était au bord de la guerre civile, ce qui expliquait sans doute l'attentisme de ses troupes. Si on lui infligeait une défaite décisive en Orient, ils rembarqueraient. Les Russlaves reprendraient la Régence, et auprès de ses anciens compatriotes, Nikolai pourrait négocier la reconnaissance de sa satrapie.

Restait à purger l'Orient de ses ennemis. Nikolai avait donné des ordres en ce sens. Il fallait détruire les troupes édoranaises au Nord, sans faire de prisonniers, afin que ces étrangers sachent ce qu'il en coûte de s'attaquer à Livadia.

Le télégraphe du QG de campagne émit un chuintement, et le Prince lut le message avidement. Le fort Osterman-Ivanovitch avait été repris. Kalingrad ne demandait qu'à être prise. Des milliers d'Édoranais avaient été éliminés, les survivants jetaient leurs armes pour mieux courir !

Nikolai oublia un instant son flegme et bondit de joie. Il hurla son ordre à un état-major euphorique !


- Edoran est à genoux ! La victoire est complète ! Sus aux Édoranais ! Détruisez toutes leurs forces au Sud ! Lancez l'armée ! Pas de quartiers !

Il reprit un instant son souffle.

- Faites imprimer des milliers de tracts !  " A nos ennemis, Livadia triomphe de tout ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N. Osterman-Ivanovitch



Nombre de messages : 99
Age : 34
Localisation : Livadia
Date d'inscription : 11/03/2014

MessageSujet: Re: Grande Offensive d'Orient   Lun 9 Mar 2015 - 23:40

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N. Osterman-Ivanovitch



Nombre de messages : 99
Age : 34
Localisation : Livadia
Date d'inscription : 11/03/2014

MessageSujet: Re: Grande Offensive d'Orient   Mar 10 Mar 2015 - 0:08

Ce jour-là, la première manœuvre militaire fut livadienne, mais les morts aussi malheureusement.

Nikolai avait décidé de frapper fort. Après un bref mais violent bombardement d'artillerie, les troupes de choc livadiennes attaquèrent les premières lignes édoranaises. Les affrontements furent violents et sanglants. Dans les espaces confinées des tranchées édoranaises, on se battit au couteau et à la baïonnette. L'infanterie livadienne, plus mordante, enhardie et expérimenté par les succès de l'an dernier prit rapidement le dessus. Comme toujours, on ne fit pas de prisonniers et il y eut des exactions sanglantes, mais cette fois-ci, on épargna les officiers.

Au prix de pertes non négligeables, la Grande Armée Livadienne maintint la pression toute la journée. Au soir, les divisions ennemis avaient perdu plusieurs milliers d'hommes. Leur situation stratégique semblait même désespéré. Le coup de boutoir serait pour le lendemain, et Nikolai était persuadé que les édoranais étaient au bord de l'effondrement, et que le front crèverait après un ultime coup de grâce.

Quatre vingt officiers édoranais furent envoyé dans un camp de prisonniers aux abords de Livadia. Ils allaient y vivre bien plus mal que le dernier des moujiks russlaves, mais au moins, il vivraient, à l'inverse des simples soldats édoranais qui n'avait pas survécu à l'enfer d'Orient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles de Hauteville



Nombre de messages : 233
Date d'inscription : 24/05/2011

MessageSujet: Re: Grande Offensive d'Orient   Mar 10 Mar 2015 - 1:06

C'était le désarroi dans le camp édoranais. La pointe de l'offensive avaient été détruite. Le renseignement militaire avaient échoué a évaluer les effectifs livadiens dans la région centrale de la gubernya. La présence édoranaise avaient été trop faible.

Les hommes accueillirent donc avec joie l'annonce l'envoie en Orient de la Xe armée et de deux divisions parachutiste.

Fonteneuve révisa ses plans.

Les divisions progresseraient de manière plus rassemblées. La 32e DIM prit la route de Lisitcha et ne tarda à retrouver les troupes qui avaient quelques heures avant décimé quelques compagnies d'infanterie.

Ce fut encore une fois un massacre... Mais les édoranais eu l'avantage de la surprise... en effet, les livadiens ne s'attendaient pas à une riposte si rapide. Plus on massacrait de livadien, plus les survivant de ces derniers fuyaient vers Lisitcha.

L'Armée de Livadia se vantait d'être plus mobile et rapide que les troupes du Saint-Empire, et s'était vrai, surtout pour la fuite. Les soldats du Prince Sanguinaire, sortis d'un autre âge, n'avaient finalement pas l'avantage quand une division motorisée fonçaient sur eux.

La 31e DC s'était rassemblée plus au sud. Les chars édoranais prenaient la route de Sobaka.

Parallèlement, l'aéronavale bombarda les villes de Svetivostok et Sveringoraï, deux villes portuaires avec dépôt d'armes, de pétrole et des casernements. L'aéronavale perdit des appareils dans les raids, mais les dégâts en valait la peine.

La ville de Gornostaï fut attaqué, elle, par les bombardiers de Navolstov. Aucun appareil fut perdu, mais l'objectif du raid était un mystère.

Enfin, c'est Bielonost qui fut attaqué en dernier dans la soirée. Non par les airs, mais par la mer. La ville abritée une garnison importante, celle qui était venue fanfaronner à la frontière kaukazienne avant de reculer vers leur position actuelle. Les destroyers édoranais pillonèrent les positions livadiennes pendant plus d'une heure.

...Via la Mer des Glaces, les nombreux navires transportant la Xe armée approchaient... Quant aux parachutistes, leur point de chute était un secret bien gardé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N. Osterman-Ivanovitch



Nombre de messages : 99
Age : 34
Localisation : Livadia
Date d'inscription : 11/03/2014

MessageSujet: Re: Grande Offensive d'Orient   Mar 10 Mar 2015 - 2:00

L'embellie avait été de courte durée. On avait réveillé un monstre endormi, mais il y avait pire.

Des rapports indiquaient que certains éléments de l'armée désertaient. Après des renseignements secondaires, Nikolai en avait su davantage. Les déserteurs étaient des habitants du pays de Svetivostok ou de Verstinskia. Par contre, les Livadiens de naissance étaient tous restés sous les drapeaux.

Nikolai comprit que ces moujiks ralliés n'étaient pas forcément très fiables, il avait donc donné des ordres en conséquence.

Les unités livadiennes reçurent l'ordre de se replier à Maleskaia. De ce point, on pouvait fermer l'isthme pour couvrir Livadia et l'Orient. Cette masse de manœuvre de quarante mille braves livadiens devait permettre de briser l'avancée adverse. Le LIV régiment couvrait la retraite en menant des combats retardateurs devant Sobaka et Lisitcha.
Le reste de l'armée, d'origine russlave donc, fut envoyé à Sobaka, Verstinskia, Gornostai, Sveringorai. Sous la conduite d'officiers livadiens à poigne, ils devaient s'enfermer dans ces villes côtières et les rendre inexpugnables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles de Hauteville



Nombre de messages : 233
Date d'inscription : 24/05/2011

MessageSujet: Re: Grande Offensive d'Orient   Mer 11 Mar 2015 - 2:21

Les renforts étaient arrivés...

Les premières troupes à poser le pied en Orient furent les 5e et 6e divisions parachutistes. Libérées des armées territoriales pour être rattachées au Corps Expéditionnaire et basées dans les bases aériennes, ces divisions étaient beaucoup plus mobile.

Il fallu 3 heures pour que tous les effectifs et le matériel soient parachutés. Ensuite, très rapidement, la 6e DP marcha vers Verstinskia, quand la 5e DP se divisa pour rejoindre d'une part Verstinskia et l'arrière ligne édoranaise au sud, afin d'assurer la pérennité des territoires repris.

Car oui, les 32e DIM et 31e DC avaient rapidement avancé vers Maleskaïa et Sobaka où de grosses garnisons Livadiennes les attendaient.

Heureusement, les bombardiers de Navolstov prirent pour cible ces garnisons. Ces villes pourrons être cueilli comme des fleurs dès le lendemain matin !

Mais les opérations les plus impressionnantes furent le débarquement de 3 divisions dans le nord de l'Orient, à Sova, après bombardement par la flotte des rares casernements livadiens. Et le débarquement de 3 divisions à Bielonost, aussi après un nouveau bombardement s'ajoutant à celui de l'avant-veille. La Xe armée édoranaise prenait place en Orient.

Les chasseurs du porte-avion MIE François-Xavier bombardèrent Gornostaï, Svetivostok et Sveringoraï, comme l'avant-veille ! Mais cette fois, on bombarda également les accès à Livadia, sur la Peninsule de Lazournaïa. Plus de routes... La ville-capitale du Prince Sanguinaire était isolée.

Une fois les troupes bien en place. Fonteneuve, par radio, demanda à cessez le feu. On envoya un télégramme à Ostermann.

Citation :
Nous cessons-le-feu. Voulez-vous négocier une solution qui vous serez avantageuse ? Ou voulez-vous tout perdre dans le feu ?
Le Prince-Maréchal Pojarski vous contactera en cas de premier choix. Une rupture du cessez-le-feu équivaudra au second choix.

Il était sorti de son Orient pour prendre Kalingrad... Il payait au centuple... La base même de la défense du Saint-Empire...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N. Osterman-Ivanovitch



Nombre de messages : 99
Age : 34
Localisation : Livadia
Date d'inscription : 11/03/2014

MessageSujet: Re: Grande Offensive d'Orient   Mer 11 Mar 2015 - 13:07

Les mauvais rapports s'accumulaient sur le bureau du QG de campagne de Nikolai Ostermann-Ivanovitch. Les Édoranais inondaient l'Orient de toute part, et à peine recevait-on les positions des divisions édoranaises, que dans l'heure, un nouveau rapport en annonçait une nouvelle plus à l'est.

Nikolai était soucieux. Il avait renvoyé son épouse à Livadia, et elle avait du mettre pied à terre en arrivant au Lazournaia du fait de la destruction des routes.

Mais le Prince était resté maître de ses émotions. Tout d'abord, il s'était félicité d'avoir transformé en forteresse les principales villes cotières. Elles fixeraient d'importants moyens édoranais. Nikolai décida de mettre à profit les souvenirs de stratégie militaire qu'il avait reçu à l'Université. Inférieurs en nombre et en armements, il devait rivaliser de vitesse pour battre les divisions édoranaises les unes après les autres. Après un discours exaltant à l'armée où il était question de l'indépendance et de la gloire de Livadia, il se mit en branle.
Il disposait -moins les garnisons- d'une masse de manœuvre de trente mille fiers sujets livadiens. Avec la rapidité de l'éclair, il les jeta sur la 32ème DIM. Le combat fut indécis, et les Livadiens se retirèrent du champ de bataille avec trois mille hommes en moins. Sans perdre de temps, l'armée fonça sur le flanc de la 31 DC, étrilla deux malheureuses compagnies édoranaises et se heurta au gros de la troupe. après deux heures de combat, les Livadiens se retirèrent non sans avoir montré les dents à l'ennemi et le Prince les ramena à Maleskaia.

Sur ces entrefaites, un télégramme édoranais parvint au haut commandement. Nikolai y vit l'occasion inespéré de gagner du temps et d'assurer un peu de repos à sa troupe exténuée.


Citation :
Nous acceptons le cessez le feu. Nous sommes prêts à recevoir le Prince-Maréchal Pojarski pour exposer nos revendications.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feodor V. Pojarski



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: Grande Offensive d'Orient   Mer 11 Mar 2015 - 18:06

Le train avait franchi à vitesse réduite les lignes ennemies qui s’étendaient le long de l’isthme, sous le regard vigilant des troupes edoranaises. Dans ce train, confortablement installé au fond d’un wagon luxueux mais décati qui avait jadis été celui du Grand-duc Mikhaïl Nikolaïevitch, se trouvait le colonel Innokenti Gavrilovitch Frounze, âme damnée du Prince Pojarski et émissaire du Conseil de Régence auprès du prince de Livadia.

Dans un silence de mort, surveillé par des centaines de soldats livadiens cantonnés le long de la voie ferrée, le train orné d’immenses drapeaux blancs finit par arriver au QG du Comte Ostermann-Ivanovitch, autproclamé prince souverain de Livadia.

Sans cérémonie ni fanfare, le colonel Frounze sortit du train et mis pied à terre. Il était venu seul, sans escorte, immédiatement après avoir reçu le télégramme de son maître lui indiquant sa mission. Le colonel, qui ne devait pas avoir plus de vingt-huit ans, tenait dans ses mains une serviette de cuir. Celle-ci ne contenait que des feuilles blanches : les termes de la négociation dont l’avait chargé Pojarski étaient inscrits dans sa tête.

Le colonel Frounze rajusta ses fines lunettes métalliques sur son nez, puis suivit les pandours qui l’emmenaient auprès du Comte Ostermann-Ivanovitch…

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N. Osterman-Ivanovitch



Nombre de messages : 99
Age : 34
Localisation : Livadia
Date d'inscription : 11/03/2014

MessageSujet: Re: Grande Offensive d'Orient   Mer 11 Mar 2015 - 21:16

Un officier supérieur sans desserrer les lèvres désigna au plénipotentiaire russlave une grosse automobile où se tenait deux soldats livadiens à l'air patibulaire.

- Montez.

Sitôt, la chose faite, le chauffeur du colonel Frounze démarra le moteur du véhicule et il se mit en branle.

Le trajet dura plusieurs heures et se compliqua alors qu'on semblait approcher du but. Les routes étaient défoncés par des bombardements probablement très récents. Au colonel Frounze qui demandait sa destination, on répondit.

- A Livadia.

Une heure plus tard, le véhicule faisait son entrée dans la Ville qui avait supplanté Svetivostok en Orient. Livadia était une ville élégante et animée comme le sont toutes celles de l'orient russlave. L'automobile s'engagea sur une artère importante, et le colonel Frounze put admirer une ville moderne, faite de beaux immeubles construit par les notables livadiens grâce à l'argent récolté par le racket généralisé de l'Orient.
Le véhicule s’arrêta sur une grande place face à un grand palais. Si le colonel Frounze avait bien su son histoire russlave, il aurait sans nul doute reconnu le Palais d’été, bâti par les tsars alors que Livadia était leur lieu de villégiature préféré en Orient. Derrière lui se tenait un bel arc de triomphe, blanc comme les uniformes livadiens où des noms de lieux proclamait les victoires de la Ville.

On s'avanca dans le hall du Palais. Plusieurs hommes en tenue d'officiers supérieurs s'y tenaient. L'un d'entre eux aux cheveux noirs gominés, et à l'allure impeccable s'avança. C'était le Prince de Livadia.

Sans émotion apparente, il salua le Russlave par un geste martial, et découvrant ses dents blanches, il dit.

- Colonel, je suis heureux que vous ayez pu voir Livadia. Nous avons à parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles de Hauteville



Nombre de messages : 233
Date d'inscription : 24/05/2011

MessageSujet: Re: Grande Offensive d'Orient   Jeu 12 Mar 2015 - 0:43

Alors que le cessez-le-feu avait été décidé et que les négociations allaient commencer, les troupes édoranaise prenaient positions durablement et occupaient le terrain ostensiblement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N. Osterman-Ivanovitch



Nombre de messages : 99
Age : 34
Localisation : Livadia
Date d'inscription : 11/03/2014

MessageSujet: Re: Grande Offensive d'Orient   Jeu 12 Mar 2015 - 2:34

Après les amabilités d'usage, le colonel Frounze fut introduit dans le cabinet de travail du Prince.

- Colonel. Je suis prêt à négocier avec l'Empire de Sainte-Russlavie, convaincu que je suis d’être dans le bon droit. L'indépendance de Livadia est justifiée. Nous nous sommes battus seuls pour notre salut alors que les merksistes submergeaient l'Orient. Où étais la Régente lorsque le tsar nous a abandonné, comment ose t-elle exiger notre soumission sans condition après que les Livadiens eussent réorganisé l'Orient avec le sacrifice de leur or et de leur sang ? Comment se fait-il qu'un humble moine ait été inclus au Conseil de Régence et que l'on n'ait même pas pensé à moi ? Comment se fait-il que l'on massacre des royalistes livadiens alors que l'on s'accoquine avec des merksistes ennemis du trône et téléguidé de l'étranger ? Expliquez-vous, et proposez-moi une paix.

Un officier entra en trombe et chuchota quelques mots à l'oreille du Prince.

- Et comment se fait-il que les armées édoranaises violent notre cessez le feu ? Quel indignité !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles de Hauteville



Nombre de messages : 233
Date d'inscription : 24/05/2011

MessageSujet: Re: Grande Offensive d'Orient   Jeu 12 Mar 2015 - 10:01

(EL : désolé, j'ai zapé un message. Normalement, c'est la carte des positions quelques heures après les débarquements et les prises de position des troupes mais avant le cessez-le-feu.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feodor V. Pojarski



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: Grande Offensive d'Orient   Jeu 12 Mar 2015 - 15:41

L’uniforme noir de Frounze (signe de son appartenance aux régiments d’élite qui avaient suivi Pojarski dans sa révolte petite-russlave trois ans auparavant) contrastait avec le blanc immaculé des livrées livadiennes.

Le colonel Frounze s’assit calmement face au prince, acceuillant sa diatribe avec sang-froid. Les seuls mots qui avaient de l’importance étaient les premiers: Ostermann-Ivanovitch était prêt à négocier.


- La Régente… le colonel haussa les épaules ; vous savez, Comte, entre nous la Régente je m’en moque un peu. Je prends mes ordres du prince Pojarski, qui est revenu à la tête des armées russlaves.

Si vous vous souvenez, c’est lui qui vous avait nommé commandant des armées impériales en Orient l’année passée, avec la mission de lutter contre l’insurrection. Soyez assuré que le prince Pojarski, comme de nombreux patriotes, approuvent au plus haut point la politique que vous avez mené depuis lors.

Vous savez, Comte… Bientôt les Edoranais partiront, et avec eux la Régente. Plutôt que de rester braqués sur elle, nous devons regarder l’avenir. Une tâche énorme nous attend.

La Russlavie a besoin d’hommes décidés, énergiques, sans scrupule, prêts à faire ce qu’il faut pour redonner à l’empire la puissance et la gloire qui lui reviennent de droit…

Mon maître, le prince Pojarski, est en un.


Le colonel Frounze laissa planer cette dernière phrase dans l’air un moment, comme pour l’accompagner d’une question muette à l’attention du Comte Ostermann-Ivanovitch ; « et vous, en êtes vous un ? ».

Le colonel Frounze déposa sur la table qui le séparait du Prince de Livadia une feuille blanche, sur laquelle il entrepris de dessiner de petits angelots au crayon
.

- Sur ce, entrons dans le vif du sujet.

Voilà ce que le Conseil de Régence vous propose :

- Nomination au poste de gouverneur de la province d’Orient, à vie ;

- Reconnaissance du titre héréditaire de Prince de Livadia ;

- Statut d’autonomie accordé à la principauté de Livadia et inscrit dans les Lois Fondamentales de l’empire ;

- Maintien d’une armée livadienne autonome : celle-ci ne sera placée sous le commandement de la Stavka qu’en temps de guerre, et conservera de toute manière son autonomie opérationnelle.

La principauté de Livadia enverra ses propres délégués au Zemski Sobor qui va être convoqué à Murasibirsk une fois la capitale reprise. Livadia pourra ainsi participer aux débats qui reconstruiront la nation.

Vous serez bien entendu libre de choisir vous-même comment désigner ces délégués. Aucune obligation de s’encombrer de suffrage universel ou autre ineptie de ce genre.

Cette dernière clause avait été ajoutée par le colonel Frounze de sa propre initiative, mais elle était tout à fait dans l’esprit de Pojarski. La réincorporation de Livadia dans l’empire ne présentait aucun intérêt si celle-ci envoyait à l’assemblée une brochette de députés démocrates.

Le colonel poursuivit :

Les frontières de la principauté de Livadia seront fixées selon les territoires que vos troupes contrôlent actuellement.
Le reste composera la province d’Orient proprement dite, dont vous serez appointé gouverneur.


Eh bien, qu’en dites-vous ?

Le colonel sortit son étui à cigarettes, attendant la réponse du prince de Livadia. Il gardait en réserve certaines propositions secrètes que le prince Pojarski lui avait commandé de ne divulguer que si Ostermann-Ivanovitch se faisait prier.

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N. Osterman-Ivanovitch



Nombre de messages : 99
Age : 34
Localisation : Livadia
Date d'inscription : 11/03/2014

MessageSujet: Re: Grande Offensive d'Orient   Jeu 12 Mar 2015 - 19:59

Le Prince de Livadia reçut avec satisfaction la proposition de paix russlave. Tout n'était pas parfait, loin de là, mais il avait pensé qu'on lui donnerait moins.

L'offre était généreuse indubitablement. Sans doute était-ce du à la bonne tenue de l'armée livadienne face à la première armée du micromonde mais les raisons même pour lesquelles Livadia était entrée en guerre n'étaient pas satisfaites. Il n'était pas question d'indépendance.

Le Prince fit mine d'étudier le document plus en avant, et laissa son interlocuteur dans le silence. Ce faisant, il l'examina. Il avait pensé que le colonel était un homme de main de la Régente, revenu dans les fourgons de l'étranger. Il avait en face de lui un vrai Russlave comme ceux des temps Anciens. L'on pouvait discuter.


- Colonel, fit le Prince en rompant le silence qui durait depuis plusieurs minutes.

Colonel, votre document est une base de travail intéressante mais incomplète. J'approuve les deux premiers articles, mais je dois reconsidérer les suivants.

Ce n'est pas l'or, ce n'est pas la haine des merksistes, ce n'est pas le désir de gloire qui ont guidé mes actions. Non, c'est le service et la survie de ma petite patrie, la ville dont je suis le père tutélaire.
Je me suis battu pour son indépendance. C'est notre droit, à nous autres livadiens d'être une nation comme les autres nations et de devenir maître de notre destin et garant de notre sécurité. Ceci, vous ne me le proposez pas. Toutefois, je ne puis balayer d'un revers de la main vos deux dernières proposition, je veux les modifier.
Je propose à la Russlavie que la Principauté de Livadia soit reconnu comme indépendante avec comme place frontalière occidentale Maleskaia. C'est une condition sur laquelle je n'entends pas revenir. Toutefois, je concède que mon État soit liée à la Russlavie par un traité international qui ferait de nous un protectorat russlave. Je suis prêt à abandonner ma politique extérieure aux vues de Gornograd en conservant mon armée cependant.

Colonel ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feodor V. Pojarski



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: Grande Offensive d'Orient   Sam 14 Mar 2015 - 18:50


Le colonel Frounze écarta les mains en signe d'impuissance :

- Votre contre-proposition est intéressante, Votre Haute Noblesse, mais je crains qu'elle ne soit inacceptable aux autorités russlaves. Il s'agit d'une question de principe, mais vous savez comme moi que les principes ont leur importance. Les termes que nous vous proposons vous offrent une autorité absolue sur votre principauté et une autorité quasi-absolue sur le reste de la province d'Orient, mais ils préservent le principe de la souverainté russlave sur ces terres, ce qui est fondamental pour la Sainte Russlavie.

Si vous tenez absolument à ce que la principauté de Livadia soit reconnue comme indépendante, alors j'ai bien peur qu'il faille drastiquement revoir son étendue pour la limiter à la péninsule de Livadia même. Nous ne pourrions accepter que Svetivostok soit soutraite au territoire russlave.

Ce serait d'autant plus regrettable que, devenant un protectorat, Livadia ne pourrait plus prétendre exercer une influence en Russlavie. Or, vous ne l'ignorez pas, la Russlavie a besoin d'éléments de votre type pour retrouver sa grandeur... tant au gouvernement que sur les champs de bataille.

C'est donc à vous de choisir, prince. Soit une souveraineté en droit et en fait, mais seulement sur Livadia, réduit et isolé. Soit une souveraineté seulement en fait, mais sur tout l'Orient, et avec un rôle proéminent à la Cour impériale...


Le colonel Frounze sourit et se pencha vers le prince avec un air de conspirateur:

- A ce propos... Vous n'ignorez pas que la Régence s'achèvera bientôt, et que le Tsarevitch, le Grand-duc Wolodymir, sera couronné à Murasibirsk... Vous n'ignorez pas non plus qu'il a une soeur cadette, la grande-duchesse Ioulia, une ravissante jeune femme de dix-sept ans.

Eh bien, le nouveau Tzar pourrait facilement être persuadé de donner sa soeur en mariage au premier aristocrate du pays, l'homme qui a tenu l'Orient contre le péril merksiste en son absence...

Un tel homme deviendrait le second personnage de l'empire après le Tzar... Ses possibilités seraient infinies...


Le Colonel Frounze sourit, laissant planer l'idée dans l'air.

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N. Osterman-Ivanovitch



Nombre de messages : 99
Age : 34
Localisation : Livadia
Date d'inscription : 11/03/2014

MessageSujet: Re: Grande Offensive d'Orient   Lun 16 Mar 2015 - 1:06

Devant la bienveillance russlave, le Prince avait tenté le coup pour le coup. Cela avait été vain, on se contenterait très largement des propositions initiales.

- Colonel, je vais vous suivre. Livadia est prêt à renoncer à son indépendance pour le rayonnement et l'influence que vous lui offrez.
Nous sommes prêt à réintégrer l'empire à la condition que mon titre princier me soit confirmé et que le poste de gouverneur de la province d’Orient me soit promis à vie. Nous nous entendons également sur le statut d’autonomie accordé à la principauté de Livadia et garantie par une inscription dans les Lois fondamentales de l'Empire. Il va nous rester à définir les frontières de la Principauté, qui doit, je vous le rappelle, conserver une armée.

Nikolai avait dit cela avec le ton flegmatique qui le caractérisait, mais intérieurement, il bouillonnait. La dernière proposition avait complètement remué le Comte Ostermann-Ivanovitch, et c'est elle qui avait emporté son adhésion.

- Colonel, votre dernière proposition ne se refuse pas. Seulement, vous ignorez que je suis déjà marié, et je ne pas pense pouvoir obtenir une annulation ecclésiastique.
Mon fils aîné, héritier de mon titre approche de sa seizième année, il me semble qu'il ferait un candidat tout à fait honorable.

Le Prince était en pleine jouissance intérieure. Sa race, celle de Livadia, allait mêler son sang à celui des Tsars.


Dernière édition par Comte Osterman-Ivanovitch le Lun 16 Mar 2015 - 18:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feodor V. Pojarski



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: Grande Offensive d'Orient   Lun 16 Mar 2015 - 17:16

Le colonel Frounze était ému par tant de dévouement paternel. Il savait parfaitement que le comte Ostermann-Ivanovitch était marié, mais en bon cynique il s’était imaginé que le prince de Livadia n’aurait aucun scrupule à faire « disparaitre » son épouse pour pouvoir cueillir l’hymenée de la grande-duchesse Ioulia Konstantinovna…

Mais le prince de Livadia s’avèrait être un homme de principe. Ambitieux, mais vertueux. Nul doute que le livadien rêvait déjà au scénario le plus profitable, celui où le nouveau Tzar mourait subitement, sans descendance, et que le trône passait à sa sœur cadette… La perspective de voir un jour les Ostermann-Ivanovitch succéder aux Samsonov sur le trône de Saint-Wolodymir devait emplir l’aristocrate d’un bonheur sans limite… Et en attendant, en tant que prince de Livadia et membre – par alliance – de la famille impériale, il allait être l’un des dignitaires les plus puissants de l’empire.


Voilà qui est parfait ! Je suis sûr que votre fils fera les délices de la Cour et de la grande-duchesse !

Pour ce qui est de la suite, prince, voilà ce que je propose : je vais télégraphier les termes de l’accord à Gornograd, où sera publié un oukaze ratifiant ce que nous venons de conclure.

Je vous laisse régler les détails pratiques de la fin des hostilités avec les troupes edoranaises.

Une fois ceci fait, votre présence à Gornograd (ou à Murasibirsk, si la Cour s’y déplace entretemps, vous avez comme moi appris l’excellente nouvelle de l’écrasement de la ‘république’) serait très utile pour renforcer le poids des Russlaves face à nos alliés edoranais au sein du Conseil du Régence.

La Régence prendra bientôt fin, le Zemski Sobor sera convoqué, et le Tzar fera son retour en Russlavie. Une nouvelle ère commencera pour notre patrie, pleine de possibilités pour des hommes intelligents et ambitieux…

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles de Hauteville



Nombre de messages : 233
Date d'inscription : 24/05/2011

MessageSujet: Re: Grande Offensive d'Orient   Jeu 19 Mar 2015 - 1:12

Le Général de Fonteneuve ordonna le redéploiement des troupes présente en Orient.

Les troupes de la IIIe armée (32e DIM et 31e DC) sont renvoyé en Oudmourtie.

La 2e DI au nord et la 1e DI, la 2e DC et la 1e DS sont rembarqué dans les navires de la Marine Impériale édoranaise.

La 3e DIM, la 1e DC, la 5e DP et la 6e DP sont affecté à la construction d'une base aéronavale et terrestre édoranaise pérenne à Steenstrand.

En dehors de la ville de Steenstrand, l'ensemble de la Gubernya d'Orient et de la Principauté de Livadia seront libre de toutes troupes édoranaises dans la journée de demain.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feodor V. Pojarski



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: Grande Offensive d'Orient   Jeu 19 Mar 2015 - 12:25

Le colonel Innokenti Gavrilovitch Frounze fumait une cigarette en regardant défiler devant lui les troupes edoranaises… Le cessez-le-feu s’était transformé en paix, grâce à son intercession, et les troupes edoranaises se préparaient à rentrer chez elles, sans nul doute pour aider à écraser l’insurrection républicaine qui y couvait. Une partie des troupes edoranaise partait vers le nord, vers la ville noordzeelandophone de Steenstrand, où la Tsarevna avait octroyé une base aéronavale à ses nouveaux compatriotes.

Le colonel Frounze soupira. Dire qu’encore trois ans auparavant, lors de la guerre transvalaque, c’était le Tzar qui prétendait installer une garnison russlave à Bordeleau. A présent, les vieux ennemis de la Russlavie étendaient leur présence jusqu’en Orient.

En bon nationaliste russlave, le colonel Frounze ne portait pas les Edoranais dans son cœur. Mais il était pragmatique. Si la Sainte Russlavie avait besoin de la protection temporaire d’Edoran pour retrouver son statut de grande puissance, qu’il en soit ainsi ! Et si pour cela il fallait accepter le couronnement d’un Tzar rentré dans les fourgons de l’étranger, un prince qui avait passé les quatre dernières années en Edoran et en avait acquis la culture, eh bien, Frounze l’accepterait également !

De l’autre côté de la voie ferrée, manoeuvraient des fantassins livadiens, dont la vue arracha un sourire appréciateur au colonel Frounze. Des gars solides et disciplinés. Le prince Livadski avait réussi à créer un superbe outil militaire en moins d’un an. Il y avait donc encore de l’espoir. Avec des gars comme ça, songeait le colonel Frounze, on pouvait reconstruire une armée digne de ce nom, et restaurer la Sainte Russlavie dans la plénitude de sa gloire.

Le sifflet du train l’avertit qu’il était temps de repartir pour Gornograd, puis pour Murasibirsk, où l’attendait son maître, le prince Pojarski.

Frounze savait que pour son maître, la fin de la guerre civile ne signifiait pas l’inactivité et l’indolence. Le prince Pojarski allait utiliser toutes ses énergies pour devenir le maître incontesté du nouveau régime. Sans aucun scrupule moral, le prince allait jouer les factions les unes contre les autres, s’appuyer sur Edoran aussi longtemps qu’il le faudrait, mais pas une seconde de plus, flatter la Régente et le futur Tzar, promettre, insinuer, manipuler, diviser. Frounze le savait, le prince irait même courtiser les Rouges, s’il le fallait. Le prince Pojarski ne reculerait devant rien pour s’emparer du pouvoir sous l’ombre du Tzar.

Et le colonel Frounze le soutiendrait, car il était convaincu que seul le prince Pojarski avait l’énergie, l’ambition et la cruauté nécéssaires pour redresser la Sainte Russlavie.

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Grande Offensive d'Orient   Aujourd'hui à 12:50

Revenir en haut Aller en bas
 
Grande Offensive d'Orient
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Réservoir à carburant grande capacité
» Corde à double pour grande voie
» re photos B-king PATOCHE + grande
» Saint-Malo le 31 mars 2010 - Vent et grande marée
» cherche vêtements équitation grande taille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Sainte Russlavie :: A travers le pays :: Régions et Villes de Russlavie :: Gubernya d'Orient-
Sauter vers: