La Sainte Russlavie

Micronation virtuelle inspirée de la Russie tsariste des années 1910
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Session extraordinaire - Crise au Kolozistan
Mar 12 Déc 2017 - 19:04 par Feodor V. Pojarski
Alors que le Ministre de la Guerre descendait de la tribune pour retourner à sa place, et que le Ministre des Phynances s'apprêtait à lui succéder pour présenter le budget du gouvernement, des cris éclatèrent en provenance de l'extrême-droite de l'hémicycle:

- Ce n'est pas Malvaneck que l'on veut ! Assez perdu de temps en peccadilles ! Le gouvernement va-t-il enfin réagir à la crise majeure qui …


Commentaires: 3
3ème législature de 1917 : modernisation militaire
Jeu 9 Nov 2017 - 0:32 par Mikha Brasnov

Réélu haut la main président de la diète, Radimir Komiov prit sa place sur le perchoir et commença à passer en revue l’ordre du jour. Le gouvernement avait insisté pour aborder en premier lieu la question de la modernisation militaire.

Le pays n’était pourtant pas en guerre et des sujets se faisaient plus pressants pour les russlaves de modeste condition. Le plan était vraisemblablement de …


Commentaires: 3
Douma d'Empire - Composition actuelle
Mar 9 Mai 2017 - 2:32 par Mikha Brasnov
Composition de la Douma : Session du 3 mai 1917 au 3 septembre 1917.

Spoiler:
 



Commentaires: 1
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 9 utilisateurs en ligne :: 4 Enregistrés, 0 Invisible et 5 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Diplomatie du Kolozistan, Feodor V. Pojarski, Mikha Brasnov, Torpen

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 60 le Dim 21 Déc 2014 - 23:40
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Forum

Partagez | 
 

 LE VIGILANT 2 - III - 1915

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

La Régente avait-elle le droit d'annoncer la reconnaissance de l'annexion krasslandaise des protectorats du Sud ?
Non, seul un Tzar dûment couronné peut approuver la cession de terres impériales
67%
 67% [ 2 ]
Non, cette décision appartient au peuple russlave
0%
 0% [ 0 ]
Non, c'est une trahison scandaleuse des intérêts de nos vassaux
0%
 0% [ 0 ]
Non, et d'ailleurs en attendant les reconquêtes il serait bon d'organiser une campagne terroriste au Krassland
33%
 33% [ 1 ]
Total des votes : 3
 

AuteurMessage
Feodor V. Pojarski

avatar

Nombre de messages : 361
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: LE VIGILANT 2 - III - 1915   Lun 2 Mar 2015 - 23:26

LE VIGILANT

Editorial

Quel remède pour la Russlavie ?

Depuis son entrée dans la modernité par les réformes de 1905, la Sainte Russlavie a connu pas moins de trois souverains, dont aucun n’a pu jouir d’une succession pacifique. De révolution en coup d’Etat, d’agression étrangère en sécession sanglante, la Sainte Russlavie a sombré dans le déclin et l’anarchie, perdant son statut de grande puissance du Micromonde alors que la racaille étrangère, profitant de nos querelles fratricides, s’est abattue sur le peuple russlave pour lui sucer le sang.

Nos Tsars depuis 1905:

Nicolas Ier (1888 – 1907) : l’Etat « semi-constitutionnel »

Fils aîné d’Alexandre II, Nicolas Ier fit entrée de plein pied la Russlavie dans le XXe siècle en instaurant un Etat de droit. Il en fut récompensé par la terrible révolution de mars 1907 qui renversa son trône et plongea le pays dans une première guerre civile. Exilé à Roulettenburg, Nicolas Ier y est apparemment mort de cause naturelle récemment.

Alexandre III (1907 – 1909) : la monarchie parlementaire

Fils aîné du précédent, Alexandre III monte sur le trône comme souverain strictement protocolaire, dans le cadre d’un régime parlementaire libéral où le pouvoir est entre les mains du Premier Ministre. Malheureusement, le régime parlementaire, qui voit se succéder rapidement de nombreuses coalitions, se révèle instable, et en 1909 le Tzar tente de reprendre la main en instaurant une dictature militaire. Il est renversé par la révolution de 1909, qui se double de conflits sécessionistes (Ninjovskia, Orient). Peu après avoir été déposé, le Tzar Alexandre III est exécuté avec toute sa famille par les républicains.

La Rayypoublik’ (1909 – 1911) : la fédération démocratique

A Alexandre III succède une république parlementaire et fédérale, qui semble consacrer le triomphe des idées démocratiques et fédéralistes en Russlavie…

Mais l’alliance des républicains de droite et des merksistes modérés (mencheviks) ne parvient pas à réaliser ses promesses, et la république tombe en déliquescence,…

Konstantin Ier (1911-1912) : le retour à l’Autocratie

Konstantin Ier, frère cadet de Nicolas Ier, évince son neveu Mikhaïl Nikolaïevitch (frère d’Alexandre III) et s’empare du trône, rétablissant l’Autocratie dans toute sa pureté originelle… Mais malgré toute la propagande impériale, cette restauration s’avère fragile, d’autant plus que le nouveau Tsar s’empêtre dans des guerres coûteuses contre Edoran, le Jaton, et des mouvements séparatistes en Transvalachie et Petite Russlavie.

Quand Konstantin Ier meurt subitement en 1912, son œuvre s’écroule rapidement. Le pouvoir est usurpé par le pope Stoyembika qui s’autoproclame « Régent », tandis que la famille du Tzar fuit en Edoran et au Nordzeeland.

Le règne du régent ne dure pas, et dès fèvrier 1914, la Russlavie est plongée dans l’anarchie et la division qu’elle connait depuis lors : malgré les efforts du Prince F.V. Pojarski et des commandants en chef de l’Armée impériale, une multitude de juntes s’emparent du pouvoir à travers le pays, tandis que des puissances étrangères, au premier chef le Krassland et Valdisky, profitent de la disparition du pouvoir central pour se tailler des sphères d’influence sur des terres qui appartiennent de droit à la Sainte Russlavie.

Inutile de se le cacher,  chers compatriotes, la Sainte Russlavie est au plus bas. Comble de l’abaissement, elle ne doit sa survie qu’à l’aide que lui apporte Edoran, son vieux rival !


Que faire ?

L’histoire récente nous le montre, la priorité aujourd’hui n’est pas de choisir telle ou telle forme de gouvernement pour la Russlavie : peu importe à l’heure actuelle de savoir si celle-ci doit devenir une seconde Rayypoublik’, ou s’il faut placer sur le trône le grand-duc Wolodymir Konstantinovitch, ou le grand-duc Mikhaïl Nikolaïevitch, ou encore la grande-duchesse Iraïna Konstantinovna*.

L’important n’est pas là. Ce qu’il faut, c’est aller au peuple et ressusciter la Sainte Russlavie en partant du peuple, au départ d’un mouvement profondément national.

Ce qu’il faut à la Russlavie, c’est un Zemski Sobor, une grande assemblée de toute la terre russlave afin de refonder la Patrie par la base, comme aux temps jadis où la patrie était menacée de toutes parts.

Ce grand Zemski Sobor devrait être convoqué à Murasibirsk, cœur antique de notre patrie, afin d’y prendre toutes les mesures pour :

·         Unifier toutes les composantes nationales

·         Libérer la terre Russlave de toute ingérence étrangère et reconstituer les frontières sacrées de l’empire

Par la suite, une fois l’unité obtenue et le gouvernement de libération nationale formé, le Zemski Sobor serait automatiquement prorogé en Douma constituante, afin de déterminer une nouvelle forme étatique qui puisse satisfaire toutes les composantes de la société russlave.

Ce n’est qu’à ce prix que la Russlavie pourra ressusciter, quelque soit la forme de gouvernement qu’elle choisit.

Dès lors, compatriote, tes maître-mots sont les suivants :

Elections libres !

Zemski Sobor !

La Paix parmi les Russlaves !

La Guerre pour les ennemis de la Patrie !


Priap K. Rioumine,
Rédacteur-en-chef


* Ndlr : pour plus d’informations , voy. les travaux de l’université impériale I et II

Rumeurs de nettoyage ethnique dans le Don

Les autorités krasslandaises entreprennent une politique de décossaquisation massive dans la région du Don, patrie des libres Cosaques. Selon des témoignages concordants, les autorités krasslandaises préparent en effet une réforme agraire visant à retirer la terre aux Cosaques pour la donner à des immigrants. [notre enquête en p.5]

Jean Pierre,
correspondant underground


Révolution en Edoran !

Selon nos informations, le Saint-Empire d’Edoran lui-même serait victime de graves troubles jusque dans sa propre capitale, au point que l’Empereur Philipp Karlovitch lui-même a du fuir son palais au milieu de la nuit comme un fugitif ! Alliancia serait à présent aux mains des rebelles !

Ces événements ne laissent présager rien de bon pour la stabilité politique de notre voisin, et pose question quant à la capacité du gouvernement edoranais à maintenir sa présence militaire en Russlavie.

Si l’empereur d’Edoran a effectivement perdu sa capitale, il est évident que les troupes edoranaises présentes sur le sol russlave seront rappellées pour écraser l’insurrection républicaine.

Seul point positif, l’empereur d’Edoran ne peut que se réjouir que son épouse l’Impératrice-Tsarevna se trouve en sécurité à Gornograd. Si la situation en Edoran venait à empirer, il va sans dire que la famille impériale edoranaise sera acceuillie à bras ouverts en Russlavie, où plus d’un million de baïonnettes les protégerait de la vindicte de leur peuple.

Nikolaï M. du Chayla,
correspondant à Allancia

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Colonel du 1er Régiment cosaque "Révolution & Etat de droit"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
LE VIGILANT 2 - III - 1915
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Indian 1915
» J.11 1915 ou 16 ?
» Plusieurs photos : Lozier (1900-1915)
» configuration pour un 1776 ou 1915 coupleux
» *Billyderf*J'ai enfin trouvé mon bonheur"un fastback&am

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Sainte Russlavie :: Société :: Presse :: Le Vigilant-
Sauter vers: