La Sainte Russlavie

Micronation inspirée de la Russie tsariste des années 1900
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
2éme Législature de 1916: Révision des Lois Fondamentales
Mar 18 Oct 2016 - 5:05 par Mikhaïl-Alexandrovich
Dans ses moments de lucidité, le tsar Mikhaïl II montrait une singulière intelligence politique doublée d’un attachement réel pour son pays. Et il se trouvait que le remplacement de son médecin personnel, ancien moine au passé douteux, par un professionnel respecté avait presque pérennisé la maîtrise de soi du souverain. Les effets des nouveaux médicaments expliquaient peut-être sa décision …

Commentaires: 4
1ère Législature de 1916: Séance 1: Réforme Agraire
Lun 16 Mai 2016 - 22:30 par Mikhaïl-Alexandrovich

Radimir Komiov (PNJ), Président de la Douma.


Quelques heures après le discours du trône débuta la première séance de la Douma depuis la fin des hostilités. Tel bon nombre d’édifices publics, le palais Marinski était en phase de réparation. Les forces républicaines l’avaient utilisé comme entrepôt, d’abord à munitions …

Commentaires: 2
Discours sur l'état de l'Empire
Mer 10 Avr 2013 - 2:40 par Stemka Soyembika
Le régent de la couronne se plaça derrière le strapontin que lui avait expressément installé les huissiers de la Douma. Si le Régent se foutait un peu de la démocratie et de ce qu'elle avait apporté de négatif à l'empire, il était important que les députés sachent tout de même ce qui se passait dans les tractations diplomatique internes et externes.

Excellences, Altesses, messieurs et mesdames.



Commentaires: 3
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 60 le Lun 22 Déc 2014 - 1:40
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Forum

Partagez | 
 

 Le couronnement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Secrétaire



Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Le couronnement   Jeu 9 Avr 2015 - 19:25

Les préparations allaient bon train. Des foules compactes de moujiks modèles raflés dans les campagnes environnantes se mêlaient aux bourgeois et aux ouvriers loyaux sur les prospekts de la Vieille Capitale. Des banderoles et des affiches proclamaient l’heureux événement, reliant celui-ci à l’entrée historique du Czar Micha, fondateur de la dynastie Samsonov, dans cette même ville près de deux siècles plus tôt. Les régiments de la Garde en uniforme de parade défilaient sur St-Komsomol propsekt tandis que des centaines de gendarmes et de cosaques patrouillaient autour du Palais des Terems pour prévenir tout attentat contre les autorités.

Les nouvelles autorités de Murasibirsk avaient mis les petits plats dans les grands pour le couronnement du nouveau Czar. L’impératif, avait expliqué le prince Pojarski à ses acolytes, était que la Russlavie ait un nouveau Souverain au plus vite. A cet égard, peu importait que l’on choisisse le grand-duc Volodymir Konstantinovitch, favori des Edoranais, ou le grand-duc Mikhaïl Nikolaïevitch, héritier légitime et favori des milieux patriotiques.

In fine, le prince Pojarski, qui contrôlait l’armée impériale, avait eu le dernier mot et il avait tranché en faveur de Mikhaïl Nikolaïevitch. Certes, ce couronnement soudain à Murasibirsk allait mécontenter les Edoranais et la Régente, qui règnait toujours à Gornograd et faisait sans doute des préparatifs pour acceuuillir son frère Volodymir au Palais d’Hiver, mais les faiseurs de rois (une clique de généraux, d’aristocrates et de grands industriels) qui contrôlaient Murasibirsk estimait que c’était un risque à courir. A tous les autres égards, le grand-duc Mikhaïl était le candidat parfait pour le trône impérial : en tant que dernier fils survivant du Czar Nicolas Ier, il était à présent l’ainé des Samsonov, mais il était également un homme doux, poli et irréprochable sur le plan des mœurs, contrairement à son dépravé de cousin. Enfin, à tort ou à raison, le grand-duc Mikhaïl était réputé « libéral », ce qui ne pouvait que plaire à la bourgeoisie et à l’intelligentsia. Quant aux caciques murasovites qui entouraient Pojarski, ils savaient que le futur Czar était surtout dépourvu de toute conviction politique tranchée, et se laisserait donc gouverner par son entourage. En choisissant de faire couronner Mikhaïl à Murasibirsk, Pojarski et ses alliés s’assuraient de prendre la première place aux côtés du Souverain, place qui aurait très certainement été prise par les Edoranais si on avait laissé la Régente couronner son frère à Gornograd.

_________________
Secrétaire du Gouvernement
Huissier du Palais
Procureur de la Couronne

Ура Царю!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sainterusslavie.megabb.com
SAI Iraina Samsonov
Aristocrate


Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 12/02/2015

MessageSujet: Re: Le couronnement   Mar 14 Avr 2015 - 18:08

La Régente n'avait finalement pas essayé d'imposer son grand frère comme futur tsar. Ainsi, sans grande surprise, c'est Mikhaïl Nikolaïevitch qui serait couronné.

La perspective de rentrer en Edoran la réjouissant, Iraina décida de se rendre à Murasibirsk. Elle partirait dès le lendemain en compagnie de Fonteneuve, d'un bataillon de lancier de garde impériale russlave et d'une compagnie d'infanterie de la garde impériale édoranaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikhaïl II



Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 14/04/2015

MessageSujet: Re: Le couronnement   Mar 14 Avr 2015 - 18:20

La Cathédrale Saint-Wolodymir de Mura’ était pleine à craquer de dignitaires du régime et de « citoyens prééminents » soigneusement sélectionnés par les princes Pojarski et Cheremetievska-Brasnov. Parmi l’assistance dominaient les uniformes chamarrés et les épaulettes dorées des généraux, des conseillers d’Etat, et du gratin de la Russlavie aristocratique. Les piliers de l’Autocratie côtoyaient des capitalistes en frac et des industriels en tenue de soirée, les « hommes nouveaux » que le régime courtisait à présent dans sa volonté de se moderniser. Des républicains ralliés de fraîche date au régime étaient également présents, ainsi qu’un important contingent edoranais, entourant Sa Majesté Impériale la Tsarevna-Régente, placée sous un dais d'honneur en face du nouveau Tzar. Le grand absent était le grand-duc Wolodymir Konstantinovitch, frère de la Tsarevna et fils du défunt Tzar Konstantin. Évincé par les monarchistes murasovites qui tiraient les ficelles du nouveau pouvoir, il avait refusé de franchir la frontière pour assister au sacre de son cousin et était resté en Moldavia.

Dans la nef, des moines aux voix de basse chantaient l’hymne impérial alors que des vapeurs d’encens s’élevaient vers la voûte.

Le grand-duc Mikhaïl Nikolaïevitch s’avança vers l’autel et s’agenouilla. Le métropolite de Gornograd, qu’on avait fait venir en urgence pour remplacer son collègue de Mura’, fusillé l’année précédente par les républicains, s’avança et psalmodia un long soliloque incompréhensible en vieux-Russlave, répétant mot pour mot des formules qui étaient inchangées depuis le couronnement du premier Tzar de Murasovie.

Le grand-duc Mikhaïl s’empara de l’imposante couronne qu’un courtisan apportait, et s’en coiffa maladroitement. Puis, embarrassé par le lourd manteau de sacre qui lui pesait sur les épaules, il se releva et fit face à l’assistance. Le silence était total.




Le prince Goremykine, ancien maître de cérémonie de la cour impériale qu’on avait sorti de la naphtaline pour présider aux cérémonies du couronnement du nouveau Tzar conformément aux usages centenaires, aboya d’une voix solennelle :


"Sa Majesté Impériale Mikhaïl II , Tzar de Toutes les Russlavies, Autocrate illimité, Imperator Isopostole, Tzar de Murasovie, de Gornograd, d’Oudmourtie, d’Orient et de Navolstov, de Dunav, de Novgorod, de Proborie, de Primorie et de Pockzin, grand prince de Sibérie, de Tobolsk, de Zakhramouransk et d’Ivangorod, Ataman héréditaire des Cosaques du Don, grand-duc de Petite Russlavie, de Kalingrad et de Cislavie, Suzerain des païens de Krimée, du Kaukaze, de la Horde d’Or, d’Atropatène et des Khazars, Seigneur d’Eupatoria, Voïvode de Transvalachie de Simbirsk, Souverain des Mers et Tuteur du peuple Noordzeelandais, Protecteur de la Foi Cathodoxe, Patron des Tchécoslovènes et des Paloniens, Défenseur des Slaves, de la Veuve et de l’Orphelin, des Affamés et des Croyants, Vainqueur des Turcoses et des Impies, héritier légitime du trône de Bytanze, citoyen honoraire de Roulettenburg, et autres titres qu'il serait fastidieux d'énumérer..."

Comme un seul homme, l’assistance s’agenouilla en signe d’allégeance au nouvel autocrate. L’Impératrice d’Edoran et ses conseillers se contentèrent d'une courte génuflexion.

La Russlavie avait à nouveau un Tzar.

Celui-ci s’éclaircit la voix, puis déclara :


« Moi, Mikhaïl, je jure de maintenir et défendre les droits sacrés de l’Autocratie qui m’ont été conférés par Khrestos. Je jure de défendre le patrimoine qui m’a été légué par mes ancêtres. Je jure de protéger le sol sacré de la Sainte Russlavie de toute agression. Je jure de régner en accordance avec la parole de Khrestos et la mémoire des Tzars qui m’ont précédé ».

Le Tzar s’interrompit, semblant hésiter, puis poursuivit d’une voix mal assurée :

« Je… je m’engage à donner à mes sujets un gouvernement juste afin que la Sainte Russlavie puisse renouer avec son glorieux passé et affronter l’avenir avec force et confiance. Je m’engage à donner à mes sujets la jouissance des droits civils et politiques, je m’engage à fonder la Sainte Russlavie sur les principes solides de l’Etat de droit, et… je m’engage à octroyer à mes sujets une douma élue au suffrage universel, afin que mon peuple puisse participer au gouvernement de l’empire ».

Ainsi, c’était fait. Par cette déclaration, le nouveau Tzar promettait aux Russlaves un ordre constitutionnel et une douma élue au suffrage universel. Certes, la déclaration restait délibérément vague, et rien n’était dit des pouvoirs de la future douma, ni comment ce nouvel ordre constitutionnel pouvait se combiner avec le maintien apparent des « droits sacrés de l’Autocratie », mais l’essentiel était que la Russlavie reprenait le chemin du progrès et de l’Etat de droit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAI Iraina Samsonov
Aristocrate


Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 12/02/2015

MessageSujet: Re: Le couronnement   Mer 15 Avr 2015 - 0:42

Ainsi la Régence prenait fin... La Tsarevna était soulagé. Ses objectifs en venant en Russlavie et en proclamant la régence étaient de réunifier le pays et de placer un nouveau Tsar à sa tête. Les deux objectifs étaient remplit, elle n'avait plus de soucis à se faire pour sa patrie. Elle resterait la nuit au Palais des Terems et dès le lendemain, elle rentrerait en Edoran.

Elle n'abandonnait pas tout. Elle laissait sur place le Général de Fonteneuve, qui l'avait toujours soutenu durant cette régence difficile et guerrière. Il serait les yeux, les bras et la voix d'Edoran en Russlavie, après son départ...

Elle eu le privilège de saluer en premier le nouveau Tsar et de le féliciter. Elle n'avait aucun ressentiment envers lui alors même qu'on prêtait à la sœur du second prétendant, Wolodymir, une animosité envers Mikhaïl qui n'était que fantasme. Elle appréciait, plus encore que l'identité du Tsar, le fait qu'il y en avait enfin un !

Après la réception et le bal officiel, l'ex-Régente se retira dans ses appartements.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikhaïl-Alexandrovich
Aristocrate


Nombre de messages : 234
Localisation : Mourmansk
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: Le couronnement   Mer 15 Avr 2015 - 23:28

Toute la durée de la longue cérémonie de sacre, Mikhaïl-Alexandrovich était resté notoirement en retrait dans la cathédrale sur le siège que le protocole lui avait attribué. Il observa furtivement les visages de ses cousins de sang bleu, certains arborant un faciès radieux et d’autres enfermés dans une expression glaciale, mal à l’aise, ou encore sur le point de s’assoupir avant qu’une puissante exclamation de liturgie cathodoxe ne vienne les secouer.
Il s’agenouilla avec difficulté, l’âge n’aidant pas, devant le nouveau tzar couronné puis écouta d’une oreille sa déclaration. Un brin de flottement dans la voix du monarque rappela à tous qu’il n’était pas le plus… brillant des hommes, mais son discours suffit à assurer le pays entier qu’une nouvelle période débutait dans l’histoire russlave.

Bien sûr, malgré cette proclamation promettant l’unité de la nation et la restauration d’une forme de démocratie, Mikhaïl-Alexandrovich savait pertinemment que les mois à venir seraient moins roses pour les individus que le prince Pojarski et lui-même ne portaient pas le moins du monde dans leur cœur. Une sorte d’accord tacite s’était en effet formée entre les deux aristocrates de générations très différentes : le propriétaire des Industries Mossine-Nagant resterait discret dans le nouvel état russlave tout en soutenant fermement Pojarski et ses manœuvres, en échange de quoi il avait fait ébruiter par l’intermédiaire d'historiens la revendication d’une reconnaissance officielle de son titre et des droits attachés de prince de Mourmansk, perdus lorsque son arrière-grand père, Feodossi Cheremetievska-Brasnov, fut contraint d’abandonner la Russlavie sous le règne de Gorno le Grand après une large révolte de boyards, laquelle contraint le tzar d’alors à rattacher la principauté à sa couronne pour mieux mater la rébellion.
Cette alliance originale assurerait de surcroit que le parti impérial, ou son éventuel rejeton, disposerait d’un trésor de campagne électorale absolument considérable.

Une fois la cérémonie achevée, Mikhaïl-Alexandrovich vint s’incliner et échanger des politesses avec la grande-duchesse Iraina, puis alla féliciter le nouveau souverain et embrasser son anneau d’autocrate. Mikhaïl II le remercia et laissa entendre qu’il ne désirait plus savoir son père souffrant en exil. Le prince hésita pour répondre à ce qui ressemblait vaguement à une requête en cet instant inopportun, son bras n’étant de toute façon pas assez long pour atteindre le Belondor.


-" Majesté, nous pourrons examiner la chose avec votre gouvernement. "

Ils se quittèrent, chacun devant rejoindre son carrosse, mais le vieil industriel ne resta pas longtemps aux fêtes du palais et s’éclipsa dans un chic hôtel en rénovation pour étudier le cahier de doléances du futur Zemski Sobor.

_________________
Son Altesse Illustrissime Mikhaïl-Alexandrovich Cheremetievska-Brasnov,
Ministre de l'Intérieur et de la Justice,
Prince de Mourmansk.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles de Hauteville



Nombre de messages : 233
Date d'inscription : 24/05/2011

MessageSujet: Re: Le couronnement   Jeu 16 Avr 2015 - 1:50

Citation :

De Son Excellence Charles de Hauteville,
Vice-Chancelier et Ministre des Affaires Etrangères et de la Défense,
Feld-Maréchal du Saint-Empire d'Edoran.

A Sa Majesté Impériale Mikhaïl II Samsonov,
Tsar de Toutes les Russlavie.


Votre Majesté,

Au nom du Saint-Empire d'Edoran, je tiens à Vous présenter hommage et félicitations pour Votre couronnement.

Il s'agit de l'aboutissement heureux d'un processus long dans lequel Edoran s'est engagé avec force et énergie depuis plus d'un an.

Dès lors, nous sommes confiant en l'avenir de la Sainte-Russlavie sous Votre auguste règne, mais nous Vous assurons de l'éternel plein soutien du Saint-Empire dans Votre mission. Nous Vous remercions d'accorder Votre confiance au Général de Fonteneuve en le nommant Conseiller d'Etat. Il sera l’intermédiaire privilégié entre Votre Majesté et le Saint-Empire. Vous pourrez également compter sur l'Armée du Saint-Empire dont la présence sur les pourtours de Votre Empire en assurerons la sécurité.

A titre personnel, je tenais à Vous remercier pour les distinctions et la propriété dont Vous m'honorer. Il sera toujours pour moi un plaisir et un honneur que d’œuvrer à l'entraide entre nos deux nations.

Veuillez croire, Votre Majesté, en ma profonde considération,


Charles de Hauteville
Allancia, le 15/04/1925


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le couronnement   Aujourd'hui à 18:27

Revenir en haut Aller en bas
 
Le couronnement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Photos] 11/12 Juillet - MIVW 2009 (Autriche)
» sacré accouchement
» Réalisation de la bavette arrière et avant pour K1300GT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Sainte Russlavie :: A travers le pays :: Régions et Villes de Russlavie :: Murasibirsk-
Sauter vers: