La Sainte Russlavie

Micronation virtuelle inspirée de la Russie tsariste des années 1910
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Session extraordinaire - Crise au Kolozistan
Mar 12 Déc 2017 - 19:04 par Feodor V. Pojarski
Alors que le Ministre de la Guerre descendait de la tribune pour retourner à sa place, et que le Ministre des Phynances s'apprêtait à lui succéder pour présenter le budget du gouvernement, des cris éclatèrent en provenance de l'extrême-droite de l'hémicycle:

- Ce n'est pas Malvaneck que l'on veut ! Assez perdu de temps en peccadilles ! Le gouvernement va-t-il enfin réagir à la crise majeure qui …


Commentaires: 3
3ème législature de 1917 : modernisation militaire
Jeu 9 Nov 2017 - 0:32 par Mikha Brasnov

Réélu haut la main président de la diète, Radimir Komiov prit sa place sur le perchoir et commença à passer en revue l’ordre du jour. Le gouvernement avait insisté pour aborder en premier lieu la question de la modernisation militaire.

Le pays n’était pourtant pas en guerre et des sujets se faisaient plus pressants pour les russlaves de modeste condition. Le plan était vraisemblablement de …


Commentaires: 3
Douma d'Empire - Composition actuelle
Mar 9 Mai 2017 - 2:32 par Mikha Brasnov
Composition de la Douma : Session du 3 mai 1917 au 3 septembre 1917.

Spoiler:
 



Commentaires: 1
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 60 le Dim 21 Déc 2014 - 23:40
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Forum

Partagez | 
 

 Retour du prince Pojarski

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Feodor V. Pojarski

avatar

Nombre de messages : 366
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Retour du prince Pojarski   Mer 6 Déc 2017 - 12:03

C'était un mystérieux moussié que Pavel Borissytch, cocher de son état, déposa ce soir au siège du Parti Impérial. L'homme était manifestement de la haute, à voir son manteau doublé de martre et de loutre, son chapeau de feutre, et, bien entendu, sa voix habituée au commandement. Mais, en même temps, et cela, un cocher aussi observateur que Pavel Borissytch ne pouvait manquer de le remarquer, l'homme avait le teint sombre, olivâtre, presque caucasien, et de longues moustaches aussi noires que celles du grand Turcose. Un type bizarre, en somme, une sorte de métèque fortuné, voilà ce que se disait notre cher Pavel Borissytch avec le sens inné de l'observation qui le distinguait, dans une profession qui ne manquait pourtant pas de types à l'oeil vif et perspicace.

Le prince Pojarski (puisque c'était de lui qu'il s'agissait) descendit du fiacre avec une agilité féline et, après avoir laissé le pourboire le plus misérable possible au cocher, s'avança vers l'entrée de l'immeuble qui accueillait le siège du Parti Impérial russlave. Il s'attarda un instant, observant la façade derrière laquelle s'abritait ce mouvement qu'il avait créé, il y avait de cela, quoi ? sept, huit ans ? A l'époque, la monarchie avait été renversée, les traîtres du parti KD avaient fait cause commune avec les rouges pour créer une république "fédérale", piètre oripeau pour un ramassis d'ennemis de la terre russlave. Dans ces heures sombres, alors que les anciennes élites doutaient, lui, Pojarski, le métèque, le bâtard, le prince douteux et désargenté, avait agi comme il l'avait toujours fait, avec énergie et violence, fédèrant à la hussarde les divers courants monarchistes et réactionnaires pour former une machine de guerre capable de s'opposer aux forces démocratiques.

Ainsi était né le PIR, conglomérat d'officiers revanchards et de propriétaires aux abois. Le Vigilant avait été transformé en machine de propagande au service de la cause, salissant la République en répandant sur ses serviteurs les pires calomnies. "C'était le bon temps", se dit Pojarski. Ensuite, les choses s'étaient gâtées: le renversement de la République, loin de signifier son triomphe, avait annoncé le début de la chute: accusé de "crimes de guerre" pour sa gestion quelque peu... cavalière de la rébellion transvalaque, Pojarski avait été chassé ignominieusement du pouvoir, condamné au bagne et à l'exil par le Tsar Konstantin Alexandrovitch. Dans les confins sibériens, et puis au-delà, dans les vallées obscures du Kaukaze, sa terre natale, il avait disparu, s'était évanoui comme une ombre. Il avait mis la moitié d'un monde entre la Russlavie et lui, vivant sous dix noms, dix identités d'emprunt, exerçant mille métiers, se prêtant à mille escroqueries, mille crimes, mille forfaits, gagnant la confiance des puissants, trahissant, abandonnant, toujours fuyant, comme une bête, comme la bête de proie qu'il était. De manière caractéristique, il était brièvement revenu aux affaires lors de la période d'anarchie qui avait suivie la mort de Konstantin Ier: après avoir écrasé l'infâme république de canailles proclamée en Murasovie, Pojarski avait brièvement été (à nouveau) l'un des hommes les plus puissants de l'empire au début du présent règne, avant que d'obscures histoires de moeurs et des dettes massives l'obligent à fuir à nouveau.

Et aujourd'hui, pour des raisons qui restaient connues de lui seul, il était de retour. Un large sourire aux lèvres, le prince Feodor Vassilievitch Pojarski poussa la porte du PIR, entra dans le fumoir où se réunissaient les pontes du parti, et claironna d'une voix sardonique:

- Messieurs, je suis de retour !

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Colonel du 1er Régiment cosaque "Révolution & Etat de droit"
Commandant du Corps Expéditionnaire Russlave au Kolozistan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikha Brasnov
Aristocrate
avatar

Nombre de messages : 319
Localisation : Mourvensk
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: Retour du prince Pojarski   Jeu 7 Déc 2017 - 23:08


Les hommes en complets sombres, verres de spiritueux à la main ou cigares au bec, pivotèrent d’un seul mouvement pour faire face à cette apparition. Ce ne pouvait qu'être une plaisanterie, pensèrent-ils, Pojarski s’étant volatilisé du jour au lendemain suite à sa victoire retentissante contre la république murasovienne. Le gredin était pourtant là, en chair et en os – du moins le peu qu’il en avait – comme une sorte d’ectoplasme revenu hanter sa monstrueuse progéniture politique.

Il fallait comprendre que le PIR, après la victoire de sa grande cause, à savoir le retour du tsar, était devenu encore davantage un parti attrape-tout. De nos jours, ses victoires électorales répétées confondaient les observateurs ! L’effondrement du Mouvement Cathodoxe-Orthodique et, à moindre mesure, du Parti Paysan avaient jeté bon nombre d’éléments traditionalistes et partisans de l’agrarisme dans les bras du parti. Leur affinité naturelle avec la faction nationaliste, fut un temps majoritaire et toujours fort bruyante, ne pouvait que mécontenter les grosses huiles en charge des rênes du PIR.

Celles-ci, inféodées aux industries lourdes du pays, se retrouvaient bien dans le conservatisme pragmatique du pouvoir actuel. Seulement, le radicalisme d’énergumènes comme Pojarski les exaspérait et parfois même les effrayait. Représentaient-elles d’ailleurs la majorité de leur électorat ? Rien n’était moins sûr. Pour le moment, en tout cas, les machines clientélistes locales leur assuraient la mainmise sur les rouages de la droite de gouvernement. Mais pour combien de temps encore ?


" Feodor, que faites-vous ici ? " demanda un notable que l’on savait proche du ministre Malvanech " Encore l’un de vos mauvais coups, hmm ? "

Un officier vétéran, arborant un cache-œil et une dentition à moitié refaite de métal, s’avança en claudiquant vers son maître spirituel.

" Silence, larve. Un peu de respect envers notre président fondateur. Altesse, nombre d’entre nous désespéraient de vous revoir. Quelles sont les nouvelles ? Vous avez encore beaucoup d’amis en ces lieux... n’en déplaise à certains. "

_________________
Son Altesse Illustrissime Mikhaïl Alexandrovich Cheremetievska-Brasnov,
Prince de Mourvensk,
Financier et capitaine d'industrie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feodor V. Pojarski

avatar

Nombre de messages : 366
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: Retour du prince Pojarski   Ven 8 Déc 2017 - 9:51

- Ivan Ivanovitch ! dit le prince Pojarski en abattant sa main sur l'épaule de l'officier décharné et spectral qui venait de le saluer. La dernière fois que nous nous sommes vus, c'était dans cet hôpital de campagne, en Petite-Russlavie, vous vous souvenez ? Ravi de voir que vous vous en êtes sortis !

Le notable voulut les laisser à leur discussion de vétérans, mais Pojarski lui attrapa l'épaule de l'autre main, dans un geste à la fois brutal et amical:

- Et vous, Ippolit Evguenievitch ! J'ai appris que vous alliez vous marier ? Une petite héritière d'Oudmourtie ? A vôtre âge ? Ah ah, n'oubliez pas de m'inviter à la noce ! ... Que dites vous ? Vous faites référence à cet article du Vigilant sur votre ami Iossif Solomonovitch ? Voyons, vous savez comme moi qu'en Russlavie la liberté de la presse est totale !

Pojarski pivota pour faire face à l'assemblée, obligeant le vétéran claudicant et le barbon capitaliste à suivre son mouvement : aux yeux des notables du PIR, la scène composait un tableau vivant des plus clairs, une allégorie qui aurait pu s'intituler "le PIR à la croisée des chemins": d'un côté, le militarisme revanchard et aigri, marqué par des années de guerre; de l'autre, l'opulence confortable du capitalisme et de l'industrie,... et au milieu, l'incarnation de l'aventurisme politique.

- Messieurs, déclara Pojarski, apaisez-vous, je viens en paix. Comment pourrais-je revenir en ces lieux autrement que le coeur humble ? Quand, il y a deux ans de cela, je dû quitter le pays pour, ehm, des raisons personnelles ("c'est-à-dire poursuivi par des nuées de créanciers et la famille d'une jeune fille quelque peu déshonorée", ajoutèrent in petto les plus informés), notre bonne terre russlave se relevait à peine d'une longue période d'anarchie et de discorde. Les étrangers étaient partout, asservissant la terre russlave. Or, que je vois-je aujourd'hui, depuis mon arrivée à Gornograd la semaine dernière ? Un Etat propre et sûr de sa force, un Tsar aimé et respecté, une Douma bien ordonnée, sans merksistes ni indépendantistes ni républicains, et, plus que tout, un peuple qui semble avoir enfin été guéri du venin révolutionnaire, et cela, par le travail, messieurs ! Par l'industrie et le progrès ! Le succès est éclatant ! Je ne peux que m'incliner devant cette réussite !

Pojarski fit brièvement mine de s'incliner devant les notables du PIR stupéfaits, puis releva la tête et ajouta:

- Messieurs, je ne demande que l'honneur de servir mon pays à nouveau, là où le parti et le Souverain daigneront m'employer !

Le silence succéda à ce discours totalement inattendu. Les officiers, les éléments nationalistes et panslavistes, qui avaient accueilli Pojarski avec enthousiasme, semblaient déconcertés, tandis que les grands propriétaires, les capitaines d'industrie et les grands bourgeois s'interrogeaient, perplexes.

_________________
Prince Feodor Vassilievitch Pojarski
Colonel du 1er Régiment cosaque "Révolution & Etat de droit"
Commandant du Corps Expéditionnaire Russlave au Kolozistan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retour du prince Pojarski   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retour du prince Pojarski
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aller-retour St-Lô <> Paris St-Lazare.
» XISPA... LE RETOUR??????
» Retour des documents - Lettres non reçues
» Retour de flamme
» Cage à lapins à donner URGENT, P.6 "le retour"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Sainte Russlavie :: Politique :: Partis et Factions :: Parti Impérial Russlave-
Sauter vers: