La Sainte Russlavie

Micronation virtuelle inspirée de la Russie tsariste des années 1910
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
» Du côté de l'UPR...
Aujourd'hui à 21:12 par Miroslav Kopernich

» Forum
Aujourd'hui à 19:21 par Miroslav Kopernich

» Une esquisse de conspiration
Aujourd'hui à 16:18 par Alexeï Karenine

» Lettre au tsar
Hier à 22:08 par Maison de Livadia

» Parti Blanc Russlave (PBR)
Hier à 21:11 par Maison de Livadia

» Arrivée mouvementée au Palais Samsonov
Hier à 19:20 par Alexeï Karenine

» Utiliser Houlenn, sauver une baleine
Hier à 18:33 par Zoéé

» Bureau exécutif du PIR
Hier à 0:56 par Mikha Brasnov

» Proposition de rencontre
Jeu 18 Jan 2018 - 23:18 par Prince Andronikov

» Camps militaire de Murasibirsk
Mer 17 Jan 2018 - 17:54 par Maison de Livadia

» Hôtel particulier Ventspills - Maison de Livadia
Mer 17 Jan 2018 - 17:45 par Maison de Livadia

» Convocation
Mer 17 Jan 2018 - 9:24 par Alexeï Karenine

Douma d'Empire - Composition actuelle
Mar 9 Mai 2017 - 2:32 par Mikha Brasnov
Composition de la Douma : Session du 3 mai 1917 au 3 septembre 1917.

Spoiler:
 



Commentaires: 2
3ème Législature de 1917 : Ratification de traités
Lun 18 Déc 2017 - 16:34 par Mikha Brasnov
Concentrés sur l’aventure martiale en Kolozistan, les politiciens russlaves s’étaient assez peu exprimés sur la conclusion du Sommet régional d’Arzamozate. Il faut dire que le contenu exact des négociations n’avait pour une fois pas fuité dans la presse, même si le communiqué introduisant la rencontre avait clairement mentionné l’épineux sujet du Canal Transcontinental reliant le Lac de Centurya …

Commentaires: 2
Session extraordinaire - Crise au Kolozistan
Mar 12 Déc 2017 - 19:04 par Feodor Pojarski
Alors que le Ministre de la Guerre descendait de la tribune pour retourner à sa place, et que le Ministre des Phynances s'apprêtait à lui succéder pour présenter le budget du gouvernement, des cris éclatèrent en provenance de l'extrême-droite de l'hémicycle:

- Ce n'est pas Malvaneck que l'on veut ! Assez perdu de temps en peccadilles ! Le gouvernement va-t-il enfin réagir à la crise majeure qui …


Commentaires: 3
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 7 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 5 Invités :: 1 Moteur de recherche

Alexeï Karenine, Miroslav Kopernich

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 60 le Dim 21 Déc 2014 - 23:40
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Forum

Partagez | 
 

 LE VIGILANT, 13 décembre 1917

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Quelle est la nature profonde de la crise au Kolozistan ?
Une conspiration Franc-charpentière contre la Russlavie
29%
 29% [ 2 ]
Une conjuration edorano-noordzeelandaise contre le Tsar
0%
 0% [ 0 ]
Une collusion krasso-valdiske contre la Cathodoxie
29%
 29% [ 2 ]
Une manoeuvre souterraine de la Corporation fruitière de Port-Banane
42%
 42% [ 3 ]
Total des votes : 7
 

AuteurMessage
Le Vigilant

avatar

Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 21/04/2009

MessageSujet: LE VIGILANT, 13 décembre 1917   Mer 13 Déc 2017 - 13:50


LE VIGILANT



Guerre civile au Kolozistan – complot Franc-charpentier ou conspiration anti-slave ?

La caractéristique la plus marquante du conflit actuellement en cours au Kolozistan est que personne n’y comprend rien. Les affaires internes au Kolozistan n’ont jamais été très lisibles, entre une rayypoublik’ affairiste et des partis politiques aux acronymes interminables, mais la situation actuelle chez notre voisin du sud-ouest bat tous les records de complexité.

Il est à peu près certain qu’un putsch a eu lieu au début de ce mois : ce putsch semblait dans un premier temps émaner d’une démarche saine et nécessaire, celle de débarrasser le Kolozistan de l’absurde régime merksiste qui l’accable. Dans cette optique, les Russlaves ne pouvaient que se féliciter de l’action virile et décidée du putschiste Lazarenko.

Las ! Il apparait cependant chaque jour un peu plus que ce soit-disant « putsch » est en réalité le fruit d’une collusion organisée par des puissances étrangères. En effet, le Krassland, le Saint-Empire d’Edoran, et jusqu’à des nations aussi parfaitement inconnues que le Frankovar ( !) ont montré un empressement extraordinairement suspect à déployer des troupes au Kolozistan, sous les habituels motifs hypocrites qui président aux menées impérialistes à travers le Micromonde (« maintien de la paix », etc.).

Il est désormais assez clair que le « putschiste » Lazarenko est un homme de paille, et que toute cette prétendue « crise nationale » n’a d’autre but que d’offrir au Krassland, à Edoran et à, euh, la Frankolavie, un prétexte pour mettre le pied au Kolozistan.

Les véritables motifs de cet interventionnisme au profit ostensible d’un régime merksiste ( !) demeurent obscurs, mais il n’est guère risqué de supposer qu’ils sont de l’ordre de l’impérialisme, de la cupidité et du cynisme, trois mots qui, dans les chancelleries d’Allancia comme de Neu Krassburg, semblent avoir valeur de principes directeurs.

Priap Kassianovitch Rioumine,
Rédacteur en chef



L’hydre révolutionnaire n’est pas morte

La disparition du Parti Merksiste Luniniste et du Parti Républicain du paysage politique russlave pourrait laisser croire que le bacille révolutionnaire a définitivement été expurgé du corps de la Russlavie. C’est certainement ce que semblent croire les indolents capitalistes qui se succèdent au gouvernement depuis l’avènement de Notre Souverain Mikhaïl. En effet, davantage concernés par des peccadilles aussi futiles que la « dette nationale » ou « la relance de l’économie » (jargon de Franc-charpentiers s’il en est), ni le gouvernement Karénine ni l’actuel gouvernement du prince Andronikov n’ont prêté attention à la sécurité intérieure et à l’ordre public. Le Ministère de l’Intérieur et de la Justice, jadis le ministère le plus important du pays, a vu son budget sévèrement réduit de législature en législature, au profit du Ministère des Finances, ce qui trahit bien, au-delà des clivages de partis, la victoire sans appel des capitalistes sur les patriotes. L’Okhrana, nous confirme une source bien informée, a vu ses effectifs fondre comme neige au soleil, à tel point que, aujourd’hui, « l’infiltration des mouvements révolutionnaires est devenue virtuellement impossible », faute d’agents et de ressources. Tout entier tourné vers le veau d’or du développement économique effréné, le gouvernement ne réalise pas qu’il est assis sur un volcan insurrectionnel.

En effet, il serait idiot de croire que la tentation du merksisme révolutionnaire a péri en même temps que le PMLR, ou que les inepties fédéralistes ont disparu avec le Parti Républicain. L’absence de réelle chasse aux ennemis du Tsar a permis la survie d’une vaste galaxie de groupuscules plus ou moins révolutionnaires dans la semi-clandestinité. Qui plus est, le développement industriel prôné par le gouvernement ne fait qu’accroître la masse de la population ouvrière qui, laissée à elle-même et exploitée par un patronat cupide, tombe naturellement dans les bras des agitateurs radicaux qui continuent de se mouvoir dans les soupentes et les sous-sols de nos grandes villes, dans les arrière-cours de nos usines et sur les bancs de nos universités. Partout, dans les grandes masses sombres des quartiers populaires, on s’échange des pamphlets anti-gouvernementaux sous le manteau, on vénère secrètement l’effigie de Viktor Medjelev ou Dmitri Litovski. Des étudiants donnent des cours d’alphabétisation illégaux aux ouvriers. Des agitateurs réclament la réduction du temps de travail et l’autogestion des usines. La situation n’est pas meilleure dans les campagnes : la paysannerie sibérienne, noyautée par des merksistes à la solde du Valdisky, n’a toujours pas été reprise en main. La dangereuse réforme agraire entreprise par le gouvernement n’a fait qu’aiguiser les appétits de la paysannerie, qui convoite à présent les domaines de la noblesse dans leur entièreté.

Bref, sous les palais et des salons de l’aristocratie mercantile et « cultivée » (c’est-à-dire pro-edoranaise), sous les ors et les glaces du Palais impérial, un volcan gronde, une fièvre couve, une tempête s’annonce, qui, si rien n’est fait, éclatera peut-être avec une intensité au regard de laquelle les révolutions de 1907 et 1909 feront figure de plaisanterie.

Ulrik Helmutovitch von Engelhardt,
colonel à la retraite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
LE VIGILANT, 13 décembre 1917
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Techniques du mois la pêche en décembre
» Visue à Lyon pour les illuminations du 8 décembre !
» Wek-end du 26/27 décembre
» TELETHON samedi 4 décembre 2010 à Gandrange
» Balade "Féerie de Noël" samedi 18 décembre + menu à choisir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Sainte Russlavie :: Société :: Presse :: Le Vigilant-
Sauter vers: