La Sainte Russlavie

Micronation virtuelle inspirée de la Russie tsariste des années 1910
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
» Forum
Aujourd'hui à 19:21 par Miroslav Kopernich

» Une esquisse de conspiration
Aujourd'hui à 16:18 par Alexeï Karenine

» Du côté de l'UPR...
Aujourd'hui à 11:24 par Miroslav Kopernich

» Lettre au tsar
Hier à 22:08 par Maison de Livadia

» Parti Blanc Russlave (PBR)
Hier à 21:11 par Maison de Livadia

» Arrivée mouvementée au Palais Samsonov
Hier à 19:20 par Alexeï Karenine

» Utiliser Houlenn, sauver une baleine
Hier à 18:33 par Zoéé

» Bureau exécutif du PIR
Hier à 0:56 par Mikha Brasnov

» Proposition de rencontre
Jeu 18 Jan 2018 - 23:18 par Prince Andronikov

» Camps militaire de Murasibirsk
Mer 17 Jan 2018 - 17:54 par Maison de Livadia

» Hôtel particulier Ventspills - Maison de Livadia
Mer 17 Jan 2018 - 17:45 par Maison de Livadia

» Convocation
Mer 17 Jan 2018 - 9:24 par Alexeï Karenine

Douma d'Empire - Composition actuelle
Mar 9 Mai 2017 - 2:32 par Mikha Brasnov
Composition de la Douma : Session du 3 mai 1917 au 3 septembre 1917.

Spoiler:
 



Commentaires: 2
3ème Législature de 1917 : Ratification de traités
Lun 18 Déc 2017 - 16:34 par Mikha Brasnov
Concentrés sur l’aventure martiale en Kolozistan, les politiciens russlaves s’étaient assez peu exprimés sur la conclusion du Sommet régional d’Arzamozate. Il faut dire que le contenu exact des négociations n’avait pour une fois pas fuité dans la presse, même si le communiqué introduisant la rencontre avait clairement mentionné l’épineux sujet du Canal Transcontinental reliant le Lac de Centurya …

Commentaires: 2
Session extraordinaire - Crise au Kolozistan
Mar 12 Déc 2017 - 19:04 par Feodor Pojarski
Alors que le Ministre de la Guerre descendait de la tribune pour retourner à sa place, et que le Ministre des Phynances s'apprêtait à lui succéder pour présenter le budget du gouvernement, des cris éclatèrent en provenance de l'extrême-droite de l'hémicycle:

- Ce n'est pas Malvaneck que l'on veut ! Assez perdu de temps en peccadilles ! Le gouvernement va-t-il enfin réagir à la crise majeure qui …


Commentaires: 3
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 9 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 7 Invités

Alexeï Karenine, Miroslav Kopernich

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 60 le Dim 21 Déc 2014 - 23:40
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Forum

Partagez | 
 

 Flânerie tsarienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mikhaïl II
Aristocrate
avatar

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 14/04/2015

MessageSujet: Flânerie tsarienne   Dim 7 Jan 2018 - 19:04

Depuis que les guérisseurs charlatans entourant le tsar avaient été éjectés manu militari de l’enceinte du palais et qu’un véritable médecin, docte reconnu dans les maux de l’esprit, prescrivait les derniers remèdes de la science au souverain, ce dernier parvenait à remplir ses responsabilités publiques de chef d’état sans la moindre incartade. On le voyait donner les traditionnels discours du trône, passer en revue les régiments partant au front, saluer la foule extasiée du haut des grandes fenêtres de sa résidence, recevoir les ambassadeurs accrédités, remettre titres et décorations, mener grands bals et somptueux diners à Murasibirsk, et tout un tas d’autres devoirs d’inaugurateur de chrysanthèmes qu’était devenue la fonction impériale depuis l’instauration des Lois Fondamentales d’août 1917.

Et ce n’était, à vrai dire, pas pour lui déplaire. Le tsar n’avait jamais vraiment caché ses propensions bourgeoises et modérées. Ne pas devoir se battre nuit et jour pour conserver le sang Samsonov sur le trône, comme s’épuisèrent à le faire ses prédécesseurs, préservait son intégrité mentale tout en donnant une voix aux fébriles moujiks. La situation convenait également à presque l’ensemble des bords politiques russlaves : quelle que soit la majorité, le monarque laisserait faire. Même la formation potentielle d’une " chambre introuvable ", remplie de Junkers ultras dans la veine de Pojarski, ou d’une " chambre rouge ", constituée d’une armée de radicaux l’écume aux lèvres, ne le contraindraient pas à agir à l’encontre des suffrages de ses sujets. A l’exception, bien naturellement, d’une remise en cause de la monarchie, Mikhaïl n’étant pas un pauvre inconscient pour deux sous : les héritiers spirituels du républicain Kouznetzov, individu qu’il détestait au plus haut point, se heurteraient implacablement à ses sacro-saints pouvoirs de véto et de dissolution.

La dissolution, justement. Le mot tant redouté résonnait dans les alcôves de la capitale depuis les dernières élections. Le système électoral russlave parfaitement proportionnel avait pour la première fois constitué une Douma sans majorité évidente. Alors, que fallait-il faire ? Dans ces moments difficiles, Mikhaïl aimait trouver la réponse au sein des étables du palais. A l’abris des regards et des écoutes, lors de la pause déjeuner des jeunes palefreniers, le souverain s’introduisait furtivement dans le box de ses chevaux préférés, dont sa monture officielle, un tersk à la superbe robe blanche du nom de Masha. Ils discutaient ainsi de questions existentielles ou de sujets d’état sensibles que seule la discrétion reconnue et l’intellect évident de la gent équine permettaient de résoudre.


Mikhaïl II : " Ce satané Wolodymir me presse de convoquer de nouvelles élections, fanfaronnant sur tous les toits qu’une majorité Junker claire sortirait des urnes. "

Quelques tiges de foin dans le coin de la gueule, Masha observait placidement son maître se planter devant elle les poings sur les hanches.

Mikhaïl II : " Oui, oui, ça lui ressemble bien... Quant à Iraina, elle redoute les grèves monstrueuses qu’une telle décision engendrerait. Il est clair que Menchikov et sa coterie de fous furieux n’apprécieraient pas. "

La bête tourna la tête pour prendre une nouvelle bouchée.

Mikhaïl II : " Je le pense aussi. Mieux vaut laisser les choses se décanter un peu. Cela ne ressemblerait pas à notre estimé Andronik ou à ce bon Alexeï de complètement fermer la porte aux appels d'une coalition. "

Masha retroussa ses lèvres, montrant sa grosse dentition maintenue blanche par les valets d’écurie.

Mikhaïl II : " Mais parfaitement ! Les discussions entre partis vont bon train. Il est inutile de mettre son doigt sur la balance pour le moment. "

Masha : " Hiiiiii ! "

Mikhaïl II : Très bien, faisons cela. Dans l'éventualité où aucune entente ne se dégagerait, je convoquerais les représentants politiques clefs et leur communiquerais tes arguments. Ah Masha, si tous ces gens pouvaient avoir un dixième de ton sens du devoir, le pays s’en porterait bien mieux.

Le tsar passa sa main dans la crinière de l’équidé en soupirant puis reprit le chemin du palais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Flânerie tsarienne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vend chiots anglo français de petite vénerie
» Un petit coucou à toutes et à tous
» Rallye Au Pas Du Lièvre
» Rallye du Gué Pontreau
» Flânerie au CP d'Antibes...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Sainte Russlavie :: Politique :: Palais des Terems-
Sauter vers: