La Sainte Russlavie

Micronation virtuelle inspirée de la Russie tsariste des années 1910
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
» Forum
Aujourd'hui à 19:21 par Miroslav Kopernich

» Une esquisse de conspiration
Aujourd'hui à 16:18 par Alexeï Karenine

» Du côté de l'UPR...
Aujourd'hui à 11:24 par Miroslav Kopernich

» Lettre au tsar
Hier à 22:08 par Maison de Livadia

» Parti Blanc Russlave (PBR)
Hier à 21:11 par Maison de Livadia

» Arrivée mouvementée au Palais Samsonov
Hier à 19:20 par Alexeï Karenine

» Utiliser Houlenn, sauver une baleine
Hier à 18:33 par Zoéé

» Bureau exécutif du PIR
Hier à 0:56 par Mikha Brasnov

» Proposition de rencontre
Jeu 18 Jan 2018 - 23:18 par Prince Andronikov

» Camps militaire de Murasibirsk
Mer 17 Jan 2018 - 17:54 par Maison de Livadia

» Hôtel particulier Ventspills - Maison de Livadia
Mer 17 Jan 2018 - 17:45 par Maison de Livadia

» Convocation
Mer 17 Jan 2018 - 9:24 par Alexeï Karenine

Douma d'Empire - Composition actuelle
Mar 9 Mai 2017 - 2:32 par Mikha Brasnov
Composition de la Douma : Session du 3 mai 1917 au 3 septembre 1917.

Spoiler:
 



Commentaires: 2
3ème Législature de 1917 : Ratification de traités
Lun 18 Déc 2017 - 16:34 par Mikha Brasnov
Concentrés sur l’aventure martiale en Kolozistan, les politiciens russlaves s’étaient assez peu exprimés sur la conclusion du Sommet régional d’Arzamozate. Il faut dire que le contenu exact des négociations n’avait pour une fois pas fuité dans la presse, même si le communiqué introduisant la rencontre avait clairement mentionné l’épineux sujet du Canal Transcontinental reliant le Lac de Centurya …

Commentaires: 2
Session extraordinaire - Crise au Kolozistan
Mar 12 Déc 2017 - 19:04 par Feodor Pojarski
Alors que le Ministre de la Guerre descendait de la tribune pour retourner à sa place, et que le Ministre des Phynances s'apprêtait à lui succéder pour présenter le budget du gouvernement, des cris éclatèrent en provenance de l'extrême-droite de l'hémicycle:

- Ce n'est pas Malvaneck que l'on veut ! Assez perdu de temps en peccadilles ! Le gouvernement va-t-il enfin réagir à la crise majeure qui …


Commentaires: 3
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 8 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 6 Invités

Alexeï Karenine, Miroslav Kopernich

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 60 le Dim 21 Déc 2014 - 23:40
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Forum

Partagez | 
 

 Rendez vous au Club Universitaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexeï Karenine
Bourgeois
avatar

Nombre de messages : 88
Date d'inscription : 15/04/2017

MessageSujet: Rendez vous au Club Universitaire   Lun 8 Jan 2018 - 16:40

Le vice-président du PCD avait réservé une table pour quatre à son fameux club qui était sis a quelques a une centaine de mètre de l'imposante faculté des sciences.

Nous sommes lundi, le chef vient de recevoir ses stocks, le menu venait d'être réédité, de même Josef avait amené quelques documents pour ses hôtes.

Sortant quelques feuillets d'un travail qui lui restait à terminer, Josef Poltchak commanda une absynthe puis un café des Zindes en travaillant... et en attendant ses invités.

_________________
Alexeï Arkadeievitch Karénine
Président du Conseil d'Etat, chef du gouvernement
Député du Parti Constitutionnel Démocrate

Président du Parti Constitutionnel Démocrate
Colonel des Armées du Tsar

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Iraklion Menchikov

avatar

Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 28/06/2010

MessageSujet: Re: Rendez vous au Club Universitaire   Mar 9 Jan 2018 - 9:42

Les trois députés républicains firent leur entrée, flattés d'être invités à déjeuner par rien moins que le vice-président du PCD. Il n'est pas très utile de préciser au lecteur les noms de ces députés, mais que l'on sache cependant qu'ils s'appelaient Klimouchkine, Nazimov et Budberg, et qu'ils avaient tous les trois été élus dans cette lointaine gubernya d'Orient où le souvenir du Parti Progressiste Russlave, ancêtre commun du PCD et du Parti Républicain, était resté vif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexeï Karenine
Bourgeois
avatar

Nombre de messages : 88
Date d'inscription : 15/04/2017

MessageSujet: Re: Rendez vous au Club Universitaire   Mar 9 Jan 2018 - 17:48

Les trois députés s'étant annoncé, un buttler ayant pris leurs noms les mena jusqu'à la table de Poltchak qui finissait de lire la feuille de chou d'une ville de sa circonscription. Voyant ses invités arriver il se leva, contourna la table pour serrer la main des nouveaux arrivants.

Poltchak : Bonjour messieurs ! Vous allez bien ? Je vous en prie, installez vous !

Après l'échange des politesses d'usages, les quatre hommes prirent place. Poltchak rangeait ses papiers et garda de quoi noter et un crayon que Poltchak tailla rapidement.

Poltchak : Je vous remercie d'avoir accepté de me rencontrer, je me doute bien qu'au vu du contexte actuel, cela a du être compliqué pour chacun. M'enfin nous aurons l'occasion de déjeuner tranquilles, loin du tumulte de la Douma. Le club universitaire réunit essentiellement des anciens de l'université ou les élites académiques de la capitale, rien qui ne puisse nous poser de problème.

Une jeune serveuse, avenante, probablement une étudiante, vint prendre les commandes.

Poltchak : * recevant le menu * Merci mademoiselle ! Messieurs, je vous en prie, je vous invite naturellement. Le caviar yssois du détroit de Beau Ephore vient a peine d'arriver. Giovannys, le chef est un ami qui nous suggère les viandes et les volailles, pour le poisson malheureusement, les glaces commençant à prendre dans le grand nord, les navires de pêches sont au port pour l'hiver.

Chacun ayant commandé, après plus ou moins de temps pour choisir, Poltchak proposa un vin doux maurésien pour accompagner le repas et fit apporter une bouteille d'Ydel pour l'apéritif.

La serveuse partie, chacun se retrouva face à face, un ange passa.


Poltchak : Messieurs, vous vous en doutez, nous ne sommes pas uniquement là pour la beauté de la table. La situation politique est particulière, les dernières élections générales ayant donné une Douma sans majorité nette, il nous faudra veiller à constituer une majorité entre nous, en partant de la situation que nous a laissé les électeurs. Comme vous le savez également, Alexei Karénine, le président du PCD, à proposé une main tendue a tout ceux qui souhaitent profiter de l'occasion pour constituer un gouvernement de coalition.

Le PIR tergiverse, sans chefs ils tardent a déterminer leur position et Menchikov a pris une position assez radicale. Nous avons appris que vous avez choisi de ne pas rejoindre le groupe parlementaire démocrate. Suite à la prise de position récente, nous pouvons le comprendre, mais nous souhaitions en savoir un peu plus sur votre façon de voir la situation actuelle. Et également savoir ce que vous comptez faire durant les prochains mois et quelles sont les options auxquelles vous pourriez penser.

La serveuse revint, installa les couverts en récupérant le verre à absynthe et la tasse de café pour les remplacer par une vieille bouteille d'Ydel et quatre verres, Josef attrapa la bouteille a peine posée :

Poltchak : Merci Svetlana !

Elle sourit en se retirant discrètement. Plusieurs regards s'accrochant distraitement au mouvement de ses formes sous la robe noire avant que Josef reprit :

Poltchak : Bien messieurs, amenez donc vos verres !

_________________
Alexeï Arkadeievitch Karénine
Président du Conseil d'Etat, chef du gouvernement
Député du Parti Constitutionnel Démocrate

Président du Parti Constitutionnel Démocrate
Colonel des Armées du Tsar

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Iraklion Menchikov

avatar

Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 28/06/2010

MessageSujet: Re: Rendez vous au Club Universitaire   Mar 9 Jan 2018 - 19:46

Les trois députés s'étaient naturellement empiffrés comme des petits gorets. Jamais on n'avait fait preuve d'autant d'attention à leur égard, eux qui étaient largement méprisés par la société dans leur province natale. Ces mets, et ce vin... Quand Poltchak amena la bouteille d'Ydel, le député Budberg, qui venait de faire sauter discrètement un bouton de son gilet, coula un regard entendu à son voisin Nazimov. Ce qu'on pouvait y lire était évident: "Ces Kadets, tout de même, ils ne manquent de rien...".

Le député Klimoutchkine, que ses voisins semblaient regarder comme le porte-parole officieux de leur petit trio, répondit à Poltchak:


- Nous sommes honorés, vraiment honorés, de votre invitation, mais... J'avoue que je ne comprends pas bien. Comme vous l'avez rappelé, la majorité des députés de gauche ont décidé de suivre Menchikov et Kniazevitch dans leur opposition butée. Nous, nous ne sommes que trois, insuffisants pour permettre au PCD d'atteindre la majorité parlementaire.

D'autre part, certes, le PIR semble en plein débat interne... Mais il me semble évident qu'Andronikov finira par reprendre en main son parti, et que... Klimoutchkine hésita, puis dit : que... qu'Alexeï Karénine acceptera sûrement de former une coalition avec Andronikov... Et ça...

Nazimov interrompit :

- En d'autres termes, nous ne voudrions pas nous retrouver les dindons de la farce. Nous ne voudrions pas apporter notre soutien à Karénine juste pour lui permettre de négocier ensuite une alliance avec le PIR.

La crainte des trois députés était évidente. S'ils apportaient publiquement leur soutien au PCD, ils permettaient à celui de revendiquer la place de premier groupe politique à la Douma. Mais si Karénine décidait ensuite de s'allier avec Andronikov, eux, les trois députés républicains, seraient politiquement grillés. Ridiculisés à droite, méprisés à gauche, ils n'auraient plus guère d'avenir, sauf comme laquais du PCD.

Après un léger silence, le député Budberg ajouta:


- C'est peut-être hors de propos mais... Vous ne le savez peut-être pas, mais quand Menchikov et Kniazevitch ont publié leur communiqué, tout le monde à gauche était persuadé que les jeux étaient déja faits, qu'un accord de gouvernement Andronikov-Karénine était sur le point d'être conclu... Le député Budberg éclusa son verre, sortit une cigarette, l'alluma, puis conclut: Si l'indécision du PIR devait se prolonger, Menchikov pourrait revoir ses positions...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexeï Karenine
Bourgeois
avatar

Nombre de messages : 88
Date d'inscription : 15/04/2017

MessageSujet: Re: Rendez vous au Club Universitaire   Mer 10 Jan 2018 - 1:13

Josef n'était pas particulièrement dérangé par le plaisir manifeste qu’avaient les trois députés provinciaux à s'attaquer au festin. Quand le club universitaire était plus modeste dans son fonctionnement, il y a plus d'une vingtaine d'années, le "Q" (pour "C.U", ou "Cercle Universitaire" bien que d'autres jeux de mots potaches avaient honorés le lieu), il assurait les services de cantine étudiante. Et nombreuses furent les libations et les banquets, moins prestigieux mais tout aussi copieux et la scène, dans le contexte n'avait rien de dérangeant pour un vieil initié.

Ceci dit, si Josef s'abstint de tout commentaire c'était surtout par sens politique.
Alors qu'on était en plein milieu du plat principal, la discussion en vint sur le vif du sujet.

Klimoutchkine : Nous sommes honorés, vraiment honorés, de votre invitation, mais... J'avoue que je ne comprends pas bien. Comme vous l'avez rappelé, la majorité des députés de gauche ont décidé de suivre Menchikov et Kniazevitch dans leur opposition butée. Nous, nous ne sommes que trois, insuffisants pour permettre au PCD d'atteindre la majorité parlementaire.

D'autre part, certes, le PIR semble en plein débat interne... Mais il me semble évident qu'Andronikov finira par reprendre en main son parti, et que... Klimoutchkine hésita, puis dit : que... qu'Alexeï Karénine acceptera sûrement de former une coalition avec Andronikov... Et ça...

Nazimov interrompit :

Nazimov : En d'autres termes, nous ne voudrions pas nous retrouver les dindons de la farce. Nous ne voudrions pas apporter notre soutien à Karénine juste pour lui permettre de négocier ensuite une alliance avec le PIR.

L'état d'agitation du PIR ne permettait pas vraiment de savoir ce qui allait en ressortir. Josef comme Alexeï recevaient des rapports de seconde, parfois troisième main sur la situation au PIR. Au mieux avaient ils appris dans les couloirs de la Douma qu'Andronikov était remis en cause et s'accrochait au fauteuil.

Poltchak : Andronikov ne semble pas vouloir partir, après personne ne sait exactement ce qui se passe au PIR. Mais pendant ce temps là, les jours passent... et un gouvernement non élu gère tranquillement les affaires.

Quand Alexeï Karénine a fait publier le communiqué qui appelait au rapprochement, il l'a fait dans un esprit d'union et le parti est derrière lui. Il n'y a actuellement aucune discussion en cours avec le PIR ce qui ne veut pas dire qu'il n'y en aura pas.  

Finissant sa phrase, Josef enfourna sa fourchette dans sa bouche mâcha longuement et déglutit en attrapant son verre.

Poltchak : Hum... cependant, il nous paraissait peu convenable de laisser des gens au bord de la route. Parce que sachez-le, je ne suis pas venu ici par charité ou angélisme, vos voix pèsent dans la situation actuelle et nous avons des idées proches. Si ce n'est l'établissement de la République.

Poltchak laissa volontairement un silence se faufiler après ses derniers mots.

Poltchak : La République russlave n'a pas laissé un souvenir impérissable... Et j'en parle en connaissance de cause, j'ai aussi été un républicain enthousiaste, mais la Russlavie est un pays qui a besoin de temps pour être gagné aux idées réformatrices et je crains que la République ne soit pas une option envisageable avant des années. Par contre, nous sommes chacun des démocrates et a défaut de construire une république, nous pouvons réformer profondément le pays, voter une déclaration des droits, une loi électorale honnête, enraciner la démocratie en Russlavie par le droit et la loi.

Nous n’avons pas besoin d’une période d’instabilité alors que la Russlavie vient seulement de sortir de l’ornière ou elle était depuis des années. Le peuple a choisi d’élire une chambre à 60% réformatrice, mettant la droite en minorité. Mais la déclaration de Menchikov compromet toute possibilité d’alliance actuelle avec sa faction parlementaire. Le PCD est un parti progressiste et de gouvernement. Notre action s’inscrit dans le réel et pas dans l’opposition systématique. Si vous nous soutenez aujourd’hui, certes nous n’aurons pas la majorité mais vous nous aurez aidés à la construire.

En vous apparentant au groupe PCD, ce parti deviendra effectivement le premier parti de la Douma. De fait, le Tsar pourra alors appeler Alexeï Karénine comme formateur du gouvernement. C’est à partir de là que les négociations doivent commencer, pas avant. Nous aurons un gouvernement de coalition, nous n’avons pas le choix. Si vous pensez pouvoir convaincre d’autres membres du groupe démocrate à vous rejoindre, vous pourriez même devenir un partenaire dans la majorité et certains d’entre vous pourraient rejoindre le gouvernement prochainement.

Josef distordait les consignes de son chef, mais le coup permettait de laisser flotter sa dernière phrase dans l’air.
Il termina tranquillement son plat et reposa ses couverts.
Le député Budberg ajouta:


Budberg : C'est peut-être hors de propos mais... Vous ne le savez peut-être pas, mais quand Menchikov et Kniazevitch ont publié leur communiqué, tout le monde à gauche était persuadé que les jeux étaient déja faits, qu'un accord de gouvernement Andronikov-Karénine était sur le point d'être conclu... Le député Budberg éclusa son verre, sortit une cigarette, l'alluma, puis conclut: Si l'indécision du PIR devait se prolonger, Menchikov pourrait revoir ses positions...

Poltchak : Il s’agissait d’ouvrir les discussions. Pour Menchikov, nous avons fait le premier pas. Mais son communiqué n’a aucune chance de recevoir une réponse à lui de voir ce qui lui reste comme marge de manœuvre.

Voyant que les verres de ses acolytes étaient tous vides ou presque, Josef finit son vers d’un trait et servi à nouveau tout le monde.

Poltchak : Les options ne semblent pas limitées. Votre soutien pourra avoir des conséquences concrètes dans peu de temps. Et personne ne sera oublié. La question est maintenant de savoir ce que vous allez faire ?

_________________
Alexeï Arkadeievitch Karénine
Président du Conseil d'Etat, chef du gouvernement
Député du Parti Constitutionnel Démocrate

Président du Parti Constitutionnel Démocrate
Colonel des Armées du Tsar

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Iraklion Menchikov

avatar

Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 28/06/2010

MessageSujet: Re: Rendez vous au Club Universitaire   Mer 10 Jan 2018 - 9:16

L'éloquence du député Poltchak, les vins, les plats, et les cigares qui arrivaient à présent, avaient mis les trois députés en d'excellentes dispositions. Les arguments de Poltchak leur semblaient plus convaincants de minute en minute.

- Oui, opina Nazimov, des réformes courageuses, de terrain, n'est-ce pas... La réforme par le bas, par le peuple !

- Une réforme de la loi électorale, une presse réellement libre... murmura rêveusement Klimoutchkine. Je... Vous parlez vrai, Iossif. Nous... Nous apporterons notre soutien à Karénine, s'il met en place un tel programme de réforme.

Les deux autres acquiescèrent. Budberg ajouta:

- Je pense que nous pourrons convaincre trois autres de nos collègues de nous rejoindre: le député transvalaque Tatarescu, et les deux Petits-Russlaves de gauche. Si Karénine publiait un engagement à accorder un statut d'autonomie à leurs kraïs, ils se rallieraient sans nul doute à lui. Karénine aurait alors 46 députés derrière lui... Un mandat clair pour prétendre à la présidence du gouvernement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexeï Karenine
Bourgeois
avatar

Nombre de messages : 88
Date d'inscription : 15/04/2017

MessageSujet: Re: Rendez vous au Club Universitaire   Mer 10 Jan 2018 - 14:53

Nazimov : Oui, des réformes courageuses, de terrain, n'est-ce pas... La réforme par le bas, par le peuple !

Klimoutchkine : Une réforme de la loi électorale, une presse réellement libre... murmura t'il rêveusement Je... Vous parlez vrai, Iossif. Nous... Nous apporterons notre soutien à Karénine, s'il met en place un tel programme de réforme.

Poltchak : Je suis heureux de vous l'entendre dire, nous allons donc pouvoir nous mettre bientôt au travail ! Je vous propose que nous mettions rapidement au net nos réflexions sur les éléments que vous voulez voir mis en oeuvre. Pour ce qui est des réformes portant sur l'évolution des droits des russlaves, je pense que nous devrions assez facilement tomber d'accords. Pour ce qui est de la question de l'autonomie des krais, le mieux serait encore d'intégrer la chose dans une grande réforme territoriale qui permettrait aussi de refonderle fonctionnement des instances locales et cela nous permettrait de mieux saisir les revendications de chacun.

Budberg : Je pense que nous pourrons convaincre trois autres de nos collègues de nous rejoindre: le député transvalaque Tatarescu, et les deux Petits-Russlaves de gauche. Si Karénine publiait un engagement à accorder un statut d'autonomie à leurs kraïs, ils se rallieraient sans nul doute à lui. Karénine aurait alors 46 députés derrière lui... Un mandat clair pour prétendre à la présidence du gouvernement.

Poltchak : Ah ? C'est possible ? Intéressant. Comme dit, sur le principe, réformer le fonctionnement local est une position du PCD. L'obtention de plus d'autonomie, si cela se fait de façon pertinente sur la réflexion et pacifiée sur l'exécution, il n'y a aucune raison que nous soyons contre. Toutefois il convient d'être complètement d'accords sur le fait que l'autonomie de certains échelons locaux doit se faire dans le sens d'une démocratisation des structures politiques pour permettre aux russlaves de se gérer eux même. Le PCD n'a pas pour intention de cautionner des mouvements séparatistes, ni de remettre en cause les frontières russlaves actuelles. Si vos amis petits-russlaves n'y voient pas d'inconvénients, Alexei n'aura aucun souci a leur donner ce qu'ils souhaitent.


Le bilan était bon. Et les députés ne se contentaient pas de rejoindre un camp, l'évocation des réformes à mener montre leur volonté d'implication. Plus ils seront actifs dans la majorité et plus leur ralliement apparaitra comme légitime. Alexei appréciera la chose.

Poltchak : Avant d'entamer le dessert, serait il possible d'avoir une liste de réformes ou de projets à mener au sein de la majorité, je verrais avec Alexei pour intégrer tout cela dans le projet de la coalition.

Au delà du repas et de la rencontre, formaliser les choses sur la participation des nouveaux députés de la majorité sur les projets et leur permettre d'apporter des choses au niveau de la gouvernance devait permettre de montrer la bonne foi du PCD. Les négociations pour mettre fin à la période de blocage institutionnel étaient loin d'être terminées, mais Poltchak était fier de ce qu'il avait accompli, gageant que cela pourrait aussi lui rapporter à terme.

_________________
Alexeï Arkadeievitch Karénine
Président du Conseil d'Etat, chef du gouvernement
Député du Parti Constitutionnel Démocrate

Président du Parti Constitutionnel Démocrate
Colonel des Armées du Tsar

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Iraklion Menchikov

avatar

Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 28/06/2010

MessageSujet: Re: Rendez vous au Club Universitaire   Mer 10 Jan 2018 - 15:28

Malgré leur désir ardent de faire une bonne sieste digestive, les députés se mirent au travail. Ils étaient parfaitement conscient que la possibilité de renouveler un tel gueuleton dépendait entièrement de leur obéissance aux directives de Poltchak. Bien plus, celui-ci leur avait donné à espérer que leur bonne volonté serait récompensée politiquement.

Klimoutchkine:


- Il faut revoir le système électoral pour donner plus de voix à l'intelligentsia. A l'heure actuelle, dans les campagnes, le système est cadenassé en faveur du PIR qui domine les paysans via le propriétaire et le pope.

Nazimov surenchérit:

- Et les circonscriptions électorales doivent être redécoupées. A l'heure actuelle, elles sont découpées de façon à noyer les quartiers populaires avec des populations plus arriérées, moins "conscientes".

Klimoutchkine reprit:

- Il faudrait augmenter le budget et les compétences des Zemstvos, pour qu'ils deviennent de réelles assemblées provinciales représentatives, capables de gérer la politique à l'échelon local. Et leur donner le droit d'élire le gouverneur.

Budberg ajouta:

- En ce qui concerne la Transvalachie et la Petite-Russlavie, si vous voulez le soutien de leurs députés autonomistes, vous devez leur offrir la même chose... Des conseils représentatifs, l'élection du Voïvode au suffrage universel, des compétences en matière culturelle, économique, fiscale... ça devrait suffire à les satisfaire pour le moment....

- Et améliorer la situation des travailleurs: il faut une meilleure protection pour les accidents du travail, une réduction du temps de travail, une protection accrue face aux licenciements massifs, une meilleure protection des syndicats...

- Et celle des paysans: si vous ne voulez pas entendre parler de nouvelle réforme agraire, alors au moins créer et financer des banques d'emprunt et des coopératives pour les paysans.

- Il faut investir dans l'enseignement et la vie associative, surtout dans les campagnes, afin d'apporter l'éducation et la civilisation aux moujiks.

- Il faut lutter contre l'enseignement des popes et proposer un enseignement public pour tous.

- Et développer le réseau routier et ferroviaire dans toutes les Gubernya. Une fois sorti des grands axes, il n'y a rien !


- L'armée demeure un problème, murmura Nazimov, soucieux. Il faut la subordonner clairement au gouvernement et démocratiser le corps des officiers, sinon rien ne les empêchera de nous renverser quand ils le voudront.

- Et interdire les châtiments corporels ! ajouta Budberg.

- Et encadrer sévèrement l'Okhrana, qui à l'heure actuelle opère en toute impunité et sans aucun cadre juridique. Idéalement, il faudrait même la dissoudre: une police politique est indigne d'un Etat démocratique.

- Et encadrer les relations entre l'Eglise et l'Etat par une loi.

- En politique étrangère, il faut complètement revoir notre diplomatie. ll faut revoir notre approche au Kolozistan dans un sens plus favorable aux forces démocratiques.

- Se rapprocher du Valdisky.

- Poursuivre la normalisation des relations avec Neu Krassburg.

- Adhérer à l'ONA.

Le silence se fit. Klimoutchkine suça son cigare avec volupté, puis dit:

- Eh bien, c'est à peu près tout...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexeï Karenine
Bourgeois
avatar

Nombre de messages : 88
Date d'inscription : 15/04/2017

MessageSujet: Re: Rendez vous au Club Universitaire   Mer 10 Jan 2018 - 18:38

Les trois députés se prêtèrent admirablement au jeu, les idées fusaient et globalement toute la tablée tombait d'accord, a quelques subtilités près qui se comprenait surtout par le positionnement centriste du PCD. Poltchak prenait quelques notes.

Poltchak : Complètement d'accord pour le système électoral et la cartographie des circonscription, mais il faudra compter avec des voix du PIR pour faire passer une loi a ce sujet, comme pour n'importe quelle autre loi. C'est pour cela qu'il faut voir la mandature qui arrive comme un mandat de transition, ou l'on pose les bases de l'ordre nouveau pour une future majorité progressiste puisse ensuite trancher dans le vif. La libéralisation du pays sera une tâche ardue et tant que nous n'aurons pas de majorité nette, il faudra malheureusement composer.

Poltchak souhaitait nuancer ses propos, il connaissait Karénine et savait que la plupart des choses dites rentraient sans problème dans un programme gouvernemental réformiste, mais même dans la situation ou les six députés démocrates rejoignait le PCD, il faudra toujours trouver au moins cinq voix chez des modérés du PIR ou alors conclure un accord de gouvernance avec la droite. C'est ce qui l'empêchait d'aller "trop à gauche" et a encourager les députés a convaincre Menchikov de se rallier. L'image du crypto-merksiste liée a un gouvernement social-démocrate offrirait du grain à moudre à la droite pendant toute la mandature. Il fallait donc naviguer prudemment et proposer un contrat de gouvernement qui satisfasse tout le monde et surtout le peuple russlave qui attendait des réformes.

Il laissa les députés républicains dérouler le fil de leurs pensées. Notant des éléments intéressants ici ou là. Ils ébauchaient presque un programme plus qu'une contribution mais en soi, peu de points étaient contestables au PCD.

Budberg :  En ce qui concerne la Transvalachie et la Petite-Russlavie, si vous voulez le soutien de leurs députés autonomistes, vous devez leur offrir la même chose... Des conseils représentatifs, l'élection du Voïvode au suffrage universel, des compétences en matière culturelle, économique, fiscale... ça devrait suffire à les satisfaire pour le moment....

Poltchak : Sur la fiscalité, il faudrait voir ça de plus près. Vu qu'il s'agit de nationalités minoritaires liées à l'Empire, on pourrait envisager de déléguer des pouvoirs sur l'éducation, permettre l'usage des langues locales sans remettre en cause la place de la langue russlave, pour ce qui est des institutions, je pense qu'il faudra prévoir des cadres particuliers a chaque nationalités minoritaires. Le mieux serait de voir avec les députés autonomistes pour voir jusqu'a ou nous pouvons aller et jauger ensuite l'opinion.

[...]

Budberg : Il faut investir dans l'enseignement et la vie associative, surtout dans les campagnes, afin d'apporter l'éducation et la civilisation aux moujiks. Et il faut lutter contre l'enseignement des popes et proposer un enseignement public pour tous.

Spoiler:
 

Poltchak : L'éducation sera surement l'un des axes majeurs du mandat, le système éducatif doit être repensé et ouvert à tous. Mais retirer ce privilège à l'Eglise ne se fera pas sans mal, même si c'est nécessaire. Mais la position du PCD là dessus est sans équivoque.

Nazimov : L'armée demeure un problème, murmura Nazimov, soucieux. Il faut la subordonner clairement au gouvernement et démocratiser le corps des officiers, sinon rien ne les empêchera de nous renverser quand ils le voudront.

Poltchak : Aucune position n'a encore été formellement arrêtée sur la question. Alexei est colonel dans l'armée, c'est un sujet qui le concerne aussi personnellement. A titre personnel, je n'engage donc pas le parti dessus, mais je suis favorable a hybrider l'armée russlave en conservant une armée de métiers et en ajoutant la conscription. De fait, en amenant plusieurs dizaines de milliers de jeunes soldats issus de toutes les couches de la population, nous augmenterions a vil prix l'effectif des armées. De fait, nous pourrions diluer la force de ceux qui appellent à la dictature militaire en ajoutant les conscrits qui n'iront pas mourir dans un putsch pour que l'aristocratie puisse continuer de vivre comme au XVIIIe siècle. Cela risque de nous couter des soutiens dans les classes moyenne et populaire. Mais cela pourrait neutraliser l'armée.

[...]

Budberg : Et encadrer sévèrement l'Okhrana, qui à l'heure actuelle opère en toute impunité et sans aucun cadre juridique. Idéalement, il faudrait même la dissoudre: une police politique est indigne d'un Etat démocratique.

Poltchak : Nous pourrions revoir ses missions pour en faire un organe de renseignement intérieur en cadrant clairement ses missions par la loi. Et via la réglementation nous pourrions passer un "coup de balai" pour se débarasser de l'ancien encadrement.

Pour ce qui est de la politique étrangère, pour le Kolozistan il est important d'agir clairement mais j'aurais un positionnement plus opportuniste. Edoran essaie encore une fois de démanteler ses voisins pour en faire des états fantoches. Je serai plus pour une politique de leadership régional. Edoran n'est plus la grande puissance d'autrefois et la Russlavie commence tout doucement a avoir le vent en poupe. La question kolozistanaise sera déterminante si on sait ou est notre rival. Mais nous aurons du mal a présenter un gouvernement merksiste comme un allié objectif.

Poltchak était sans concession avec les merksistes et c'était délibéré. Que ces députés soient sincèrement de gauche, ce n'est pas un problème. Mais toute complaisance avec les merksistes rendrait le travail gouvernemental et parlementaire bien plus harassant. Il fallait donc être clair.

Budberg : Adhérer à l'ONA.

Poltchak : Hein ? Mais nous sommes à l'ONA depuis près de six mois. Ceci dit, on y est pas très investi.

_________________
Alexeï Arkadeievitch Karénine
Président du Conseil d'Etat, chef du gouvernement
Député du Parti Constitutionnel Démocrate

Président du Parti Constitutionnel Démocrate
Colonel des Armées du Tsar

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Alexeï Karenine
Bourgeois
avatar

Nombre de messages : 88
Date d'inscription : 15/04/2017

MessageSujet: Re: Rendez vous au Club Universitaire   Mer 10 Jan 2018 - 21:09

Poltchak réunissait ses quelques notes quand le maître d'hôtel vint au coté du vice-président du PCD et lui murmura quelque chose à l'oreille.

Il se leva et se rendit dans l'office pour y prendre un appel téléphonique.


Quelques minutes plus tard il revint à la table.

Poltchak : Les choses commencent à bouger... Monsieur Karénine est au siège, il souhaite vous rencontrer. Je vous propose donc de rassembler nos affaires, je m'occupe naturellement de tout pour notre petit repas, l'automobile du parti ne va pas tarder a arriver.

Josef s'occupa de régler le maitre de maison, reprit son manteau et son chapeau avant de rejoindre ses invités dans la terrasse couverte du Club ou ils patientèrent quelques minutes avant l'arrivée d'une imposante et bruyante auto noire.

_________________
Alexeï Arkadeievitch Karénine
Président du Conseil d'Etat, chef du gouvernement
Député du Parti Constitutionnel Démocrate

Président du Parti Constitutionnel Démocrate
Colonel des Armées du Tsar

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Iraklion Menchikov

avatar

Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 28/06/2010

MessageSujet: Re: Rendez vous au Club Universitaire   Jeu 11 Jan 2018 - 9:01

Les députés républicains (mais l'étaient-ils encore ? Ils se sentaient moins républicains de minute en minute) furent un peu étonnés par la hâte de Poltchak à les emmener au siège du PCD. Ils sentaient confusément qu'on leur faisait jouer un rôle dans une pièce qui leur restait obscure. Mais enfin, le vin était tiré, il fallait le boire: ils étaient déjà allés trop loin dans le ralliement pour s'arrêter en chemin.

Et donc, comme un seul homme, les trois députés "réformateurs" (oublié, pour le moment, le républicanisme) grimpèrent dans l'automobile qui se jeta sur les prospekts, à la rencontre de Karénine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexeï Karenine
Bourgeois
avatar

Nombre de messages : 88
Date d'inscription : 15/04/2017

MessageSujet: Re: Rendez vous au Club Universitaire   Jeu 11 Jan 2018 - 16:38

La voiture traversait la ville. Josef, qui avait pris la place à l'avant pour laisser ses invités ensemble à l'arrière, se retourna :

Poltchak : Alexei vient de recevoir un courrier d'Andronikov au siège, il m'a demandé de passer et il souhaite vous voir pour pouvoir vous rencontrer et vous présenter la situation. L'empressement est surtout du à la réunion du Bureau Exécutif du PCD qui va suivre votre rencontre.

La voiture arriva à destination, ralentit à l'approche du siège et s'engagea sous une porte cochère débouchant dans une cour intérieure. Les occupants quittèrent le véhicule, menés par Poltchak qui présentait les trois personnes à sa suite aux cadres du parti qu'il croisait dans les couloirs. L'accueil était cordial, plus cordial encore chez les quelques députés PCD présents au siège qui appréciait d'autant plus de voir que les choses semblaient évoluer.

Arrivant dans le bureau du Président, les quatre hommes furent accueillis par Alexei Karénine


Karénine : Bonjour Josef, regarde donc sur mon bureau ce qu'Andronikov m'a envoyé !

Puis, se tournant vers les trois députés républicains :

Karénine : Bonjour messieurs, je suis très heureux de voir que vous avez accepté de rencontrer Josef, je m'excuse de n'avoir pu vour recevoir tout de suite, mais la période est assez... assez chargée ! * rire *

Poltchak ricana dans son coin, le nez dans le courrier d'Andronikov.

Karénine : Ah, ça te fait rire aussi, passe donc ça a nos amis. Le président du PIR nous a écrit, nous venons de recevoir le pli. Je vous en prie, lisez, dites moi ce que vous en pensez. Nous n'avons pas eu d'échos sur d'autres positions prises par la droite depuis l'élection... Mais je crois qu'il nous faut aller vite. Prenez place !


_________________
Alexeï Arkadeievitch Karénine
Président du Conseil d'Etat, chef du gouvernement
Député du Parti Constitutionnel Démocrate

Président du Parti Constitutionnel Démocrate
Colonel des Armées du Tsar

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Iraklion Menchikov

avatar

Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 28/06/2010

MessageSujet: Re: Rendez vous au Club Universitaire   Jeu 11 Jan 2018 - 20:10

Les députés de gauche bégayèrent, mais l'un d'entre eux, Nazimov, finit par trouver assez de courage pour dire:

- Jamais nous ne pourrons soutenir un gouvernement présidé par le PIR. Ce serait la fin de notre carrière politique. Imaginez les titres: "députés de gauche votent la confiance à Andronikov" ! Non, impossible ! Colonel Karénine, il faut que ce soit vous qui preniez la tête du gouvernement. Sans ça, nous ne pourrons décemment pas donner notre soutien à votre coalition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexeï Karenine
Bourgeois
avatar

Nombre de messages : 88
Date d'inscription : 15/04/2017

MessageSujet: Re: Rendez vous au Club Universitaire   Jeu 11 Jan 2018 - 22:14

Karénine apprécia la remarque de Nazimov. Pendant qu'il reprenait la lettre et la replia pour la ranger il dit :

Karénine : Il est clair que nous ne pouvons laisser Andronikov rester aux affaires. Avec vous et vos amis nous pouvons faire la différence. Dites a vos amis petits-russlaves et transvalaques que je suis prêt à entendre leurs demandes. Et la majorité votera une réforme territoriale qui reprendra les points importants sur lesquels nous seront tombés d'accords afin d'accorder un statut particulier qui satisfasse les autres nations de l'Empire en renforçant nos liens.

L'un des assistants ouvrit les portes battantes du bureau de Karénine et le personnel du siège ainsi que les élus et les militants présents se regroupèrent dans le couloir, écoutant ce qui se disait :

Karénine : Nous devons permettre la mise en place d'une gouvernement progressiste et respectueux. La droite s'attends a voir des merksistes arriver au gouvernement et tant qu'ils penseront cela, ils seront hostiles. Je souhaite que ce gouvernement soit exigeant, mais il ne pourra exister sans le soutien de la droite ou tout du moins d'une fraction de députés modérés prêt a soutenir une majorité de bon sens pour notre pays !

D'abord timides, des applaudissements entousiastes montèrent de l'extérieur de la pièce. L'ambiance se détendait.

Karénine se tourna vers les députés progressistes qui venaient de le rallier pour les remercier longuement chacun et leur promit à chacun que le prochain gouvernement ne sera pas présidé par le PIR. Il fallait toutefois discuter avec eux pour trouver la meilleure solution possible pour tout le monde.



L'assistante de la secrétaire générale entra alors dans le bureau pour informer Karénine que la séance du bureau exécutif allait débuter un quart d'heure plus tard.

Karénine : Bien messieurs, je vais devoir prendre congé, la direction du parti tient une réunion spéciale ce soir pour revenir sur notre situation.

Les députés ralliés furent abordés par les militants et les élus présents avec qui ils purent échanger. L'atmosphère était détendue, pendant le bureau exécutif la vie est suspendue au siège. Les personnes présentes vaquaient a leurs travaux en retard et les conseillers politiques ou les élus de passages se retrouvaient dans la cour intérieur pour aller fumer à l'air libre.

La situation devenait plus claire.

_________________
Alexeï Arkadeievitch Karénine
Président du Conseil d'Etat, chef du gouvernement
Député du Parti Constitutionnel Démocrate

Président du Parti Constitutionnel Démocrate
Colonel des Armées du Tsar

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Iraklion Menchikov

avatar

Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 28/06/2010

MessageSujet: Re: Rendez vous au Club Universitaire   Ven 12 Jan 2018 - 10:02

Le ralliement des députés Klimoutchkine, Nazimov et Budberg avait fait tâche d'huile. Dans la matinée du 12 janvier, le libéral transvalaque Tatarescu se présenta également au siège du PCD, afin de "rendre une visite amicale et spontanée" à son ami Budberg. Quelques heures plus tard, il s'associait lui aussi à l'idée d'une coalition dominée par les Kadets, en échange d'engagements fermes sur l'autonomie culturelle et la valorisation de l'enseignement en langue transvalaque dans son kraï.

Vers midi, ce furent les deux "nationalistes de gauche" de Petite-Russlavie qui firent leur entrée au PCD, ramenés par l'infatigable Poltchak à l'issue d'un "petit-déjeuner informel" absolument pantagruélique au Club Universitaire. Les deux députés petit-russlaves demandaient la même chose que Tatarescu pour leur province, et y ajoutaient la demande d'un réel développement des échanges commerciaux et culturels avec le Kolozistan voisin.

L'ultime député de gauche à n'avoir pas rejoint la faction de Menchikov fut également contacté, mais en pure perte: merksiste ultra-radical, il insulta copieusement Klimoutchkine au téléphone, puis raccrocha pour aller organiser une "manifestation contre la création de l'Union du Peuple Russlave" devant la Cathédrale de Murasibirsk.

Sauf retournement de situation improbable, Karénine pouvait donc désormais compter sur six députés de gauche.

Entourés de toutes les attentions de leurs nouveaux alliés, accueillis par les Kadets comme des frères, les députés fraîchement ralliés ne pouvaient se départir d'une certaine inquiétude. Ils avaient pris un risque important en se ralliant publiquement au PCD. Ils craignaient toujours d'être les dindons de la farce, et ne seraient pleinement rassurés que lorsque Karénine serait nommé Premier Ministre. Si par contre leur soutien servait indirectement à former un nouveau gouvernement Andronikov, leur crédibilité en tant que "réformateurs" serait pulvérisée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rendez vous au Club Universitaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rendez vous au Club Universitaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rendez-vous mensuel Vmax le Club
» PORSCHE CLUB 914 - Rendez-vous mensuel
» Rendez vous Joe Bar team
» Rendez-vous de pentecôte (30 ans d'amitié récit photos)
» Rendez-vous pour le dernier embouteillage à Lapalisse (03)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Sainte Russlavie :: A travers le pays :: Capitale :: Oblast de Murasibirsk-
Sauter vers: